Deux ans

Celestissima a deux ans.
Déjà !
C’est fou comme la perception du temps se modifie avec l’âge, plus l’on a vécu et il plus il nous semble passer vite. Mais peu importe, son déroulement étant inéluctable à quoi bon s’en soucier.

J’ai écrit 310 billets et vous 5823 commentaires.
De vous à moi, je suis impressionnée par ces chiffres.

Je m’étonne d’avoir autant produit et je m’émerveille de votre réactivité.

Au début j’écrivais beaucoup. Chaque jour j’éprouvais un irrépressible désir de transcrire mes réflexions sur le web. Je guettais vos visites et me délectais de vos rares commentaires.

Ma chronique indienne de 2006 eut très peu de lecteurs, mais de qualité. Chaque jour ma lectrice préférée laissait quelques mots et je l’en remercie encore.

Puis, petit à petit, vous êtes venus plus nombreux.
Vous avez changé aussi.
Rares sont ceux d’entre vous qui suivent mes élucubrations depuis le début de même que je ne commente plus sur des blogs où je me suis beaucoup exprimée.

Les amitiés se font et se défont dans la vie comme sur le web mais sur celui-ci le processus est amplifié, accéléré.
On se découvre très vite des affinités de pensée ou de sensibilité. Parfois, on se le dit aussi par mail. On est content de s’être découverts. Il arrive que cette nouvelle relation privilégiée ouvre la porte d’un nouveau groupe. Lequel cas ce n’est pas un nouveau pote que l’on a gagné mais la possibilité de converser avec plusieurs personnes avec qui on a une affinité.
Au moins une.
Puis la lecture d’un nouveau blog va à nouveau nous entraîner dans une direction différente.
Les amis du jour prennent la place des amis d’hier.
Pas tous.
Avec certains la communauté de pensée et l’intérêt suscité par les écrits sont suffisamment forts pour résister à l’appel de la nouveauté.

Certains blogs me sont, depuis très longtemps, précieux, je les consulte chaque jour et le plus possible quand je suis en voyage. J’y trouve des opinions correspondant aux miennes, des éléments de réflexion, des perles de sagesse, des textes dont la sensibilité ou la poésie me charment, de l’humour, des indignations salutaires, des débats passionnants.
Grâce à eux, en ces temps troublés et incertains, je ne me sens pas isolée. Je peux au contraire mesurer la force de mouvements de pensée que les médias officiels, affidés du pouvoir, ignorent ou dénigrent.

J’ai rencontré certains d’entre vous et ce fut à chaque fois un grand plaisir.
Et puis sans Celestissima Filaplomb n’aurait jamais publié Sujitha.

J’ai même une détractrice dont le fidèle et irréductible acharnement ne lasse pas de m’étonner.
Pas une semaine sans qu’un de ses billets ne parle, directement ou indirectement, de moi.
Elle y fustige la platitude de mon style, mon inculture, ma niaiserie, mon « béniouiouisme », mon antiracisme, ma vulgarité, mon antilibéralisme, mon narcissisme, bref ce que j’écris, ce que je pense et qui je suis, tout au moins ce que j’en montre sur Celestissima
Si d’aventure un autre argument est développé dans son billet du jour elle laissera quelque allusion à mon sujet sur un fil de com.
Dans sa hargne elle s’est même appuyée, pour me railler, sur une critique acérée et méprisante d’un extrait de ma Sujitha. Or il se trouve que son indélicat auteur, grand lecteur de Philippe Muray (et de Renaud Camus) prend plaisir aux éructations d’Eric Zemmour ! Etant donné le féminisme affiché de ma détractrice (de « gauche »), j’en ris encore.
Néanmoins ces manigances ne sont pas dérisoires, elles visent à discréditer, réduire au silence, détruire.
Ayant déjà été confrontée par le passé (et de façon beaucoup plus proche) à des agissements similaires je sais m’en détacher, m’en défaire et ils n’éveillent en moi qu’un intérêt comparable à celui de l’éthologiste pour une quelconque bestiole nuisible.

C’est le bénéfice de l’expérience.

Et puis, qui décide de rendre publics ses écrits s’expose à la critique, c’est une des règles du jeu.
Ne pas l’accepter serait stupide.

L’été approche, bientôt je reprendrai la route de l’Inde. Mes visites chez vous seront beaucoup plus rares, mais, de là-bas, je rédigerai une nouvelle chronique.

Merci à vous toutes et à vous tous, sans vous ce blog n’existerait pas.

47 réflexions au sujet de « Deux ans »

  1. Et bien moi j’ai lu ta nouvelle. Et ce que j’ai ressenti fut très très fort. Parce que je me suis identifiée à cette femme, enfermée, étouffée, et l’élan de la fin… m’a donné faim en fait. J’attends d’avoir le déclic, comme elle… comme toi.

  2. @merci nea 🙂

    je suis vraiment touchée
    une amie qui actuellement vit mal une période de changement m’a dit que quand le cafard l’étreint elle relit la dernière page de Sujitha.
    comme ce que tu as écrit cela m’a vraiment fait plaisir.

    un jour, quand le déclic arrive, il ne faut pas hésiter.

  3. > L’été approche, bientôt je reprendrai la route de l’Inde. […] de là-bas, je rédigerai une nouvelle chronique.

    En voilà une bonne nouvelle. Je ne sais pas si j’aurai le temps de te lire au fur et à mesure parce que je serai aussi en voyage, tenant ma propre chronique indienne (au style bien moins plaisant que le tien…) ; si je ne trouve pas le temps de le faire, j’aurai un peu de lecture au retour 🙂

  4. Tu fais partie des blogs que je visite régulièrement, même si je ne laisse pas toujours de commentaires. Même si tes histoires sont parfois tristes elles me remontent quand même le moral par la chaleur humaine qu’elles dégagent.

  5. pour moi, même si ce n’est sûrement pas ton objectif, c’est une « leçon » de te lire. Une respiration aussi, quand je suis l’actu, de venir voir ce que toi, tu en dis.
    Merci encore! et bon anniversaire…

  6. Bon anniversaire !
    Au sujet de la détractrice, vu de l’extérieur, son acharnement à ne rien comprendre est vraiment très drôle…
    Une lectrice fantôme

  7. @Joël
    pas toujours facile de se connecter en voyage!
    en inde il y a beaucoup d’internet café mais parfois les connexions sont lentes et incertaines.
    j’essaierais moi aussi de te lire
    comme nous changeons souvent nos plans (2 girouettes, nos enfants s’y sont habitués) peut-être serons nous dans les mêmes endroits que toi, ce serait sympa de se rencontrer 🙂

    @jardin
    il m’arrive aussi très souvent de ne pas laisser de com sur le blogs que je lis.
    pas toujours le temps, pas toujours l’inspiration
    la flemme aussi de temps en temps, je me dis, c’est bien, je repasserais, j’écrirais un joli com (petite pointe de vanité)
    et puis un truc un autre…et hop, j’oublie.

    mais j’essaye quand même de réagir assez souvent, c’est une forme de reconnaissance des écrits des autres

    @coucou le Faucon
    …de rien, le plaisir est pour moi
    tu fais partie de mes amis du web

    @Fanny
    ce n’est effectivement pas mon objectif, des leçons j’ai du mal à en donner même quand j’enseigne!
    je crois plutôt à la confrontation d’idées qui mène à la réflexion personnelle
    baci baci et bonne journée

    @Franssoit
    merci de ta gentillesse
    baci à toi aussi

    @strychnine
    tu es un fantôme bien informé, merci de ta visite

  8. Pfffffffffuiiiiit!
    Les deux bougies d’un coup 😉

    En cadeau: imagine cette pauvre « détractrice ».
    Sans toi, dans la vie, elle ferait quoi ?
    Les tiques ont besoin des chiens. Pas le contraire.
    Toi, t’es toi.
    Sans elle.

  9. il n’y a que deux ans ? finalement j’ai l’impression de te lire depuis plus longtemps. Comme quoi la notion du temps est une vue de l’esprit, et c’est bien que je sois étonnée, cela a un sens.
    pour ta détractrice, tu sais bien qu’il est nécessaire de « cotoyer » aussi des gens qui voient autrement, trop de miel englue , ça finirait par te paralyser les ailes. Tandis que là, je suis sûre que cela canalise ton énergie pour avancer, coute que coute….Ceci dit, si elle te consacre des articles, bel honneur pour toi . (le pire est l’indifférence)
    Elle (il ou elle) a peut être le béguin pour toi , sans vouloir se l’avouer…tant de ténacité dans la rancoeur est louche ;))

  10. @fleuryval!
    quel plaisir!
    ce doit être aussi l’anniversaire de ton blog, nous avons commencé presque au même moment je crois.
    je passe de temps en temps chez toi, en coup de vent, je sais qu’il y toujours un petit lien amical;
    j’aime bien 🙂

    @chathuant
    et oui, seulement deux ans.
    l’aventure a commencé grâce à l’ex blog NRV.

    en ce qui concerne la détractrice je me suis décidée à en parler car je crois qu’il faut réagir contre ce type de comportement.
    ce qu’elle écrit ne me touche pas, c’est à dire ni ne me blesse ni ne me donne envie d’écrire.
    il ne s’agit pas de critiques, normales, voire même souhaitables, mais d’un véritable harcèlement.
    grâce à mon histoire personnelle je n’y suis pas sensible.
    mais j’ai vécu par le passé des moments de grande fragilité et l’effet de ce genre de manœuvre aurait alors pu être très destructeur.

    en fait j’ai voulu le signaler, en m’en moquant, comme si la cible en était une autre personne que moi,
    de façon détachée.

    pour le dénoncer, tout simplement, car je trouve abject que certains ou certaines s’amusent (ou ne s’amusent pas d’ailleurs ) à détruire les autres.
    quels que soient les problèmes que l’on vit (ou non), il n’y a aucune raison de reporter sur les autres ses pulsions destructrices, ses haines, ses rancœurs.
    c’est une question de dignité
    de sens de l’humanité.
    ce n’est pas bénin.

  11. Je ne te lis pas depuis 2 ans. Je suis une blog liseuse depuis une petite année seulement (et vu le temps que j’y passe, je me demande ce que je faisais à la place ;-))

    Je ne suis pas toujours d’accord avec ta vision de la féminité mais j’aime bien tout ce que je lis chez toi quand même. Joyeux anniversaire donc.

    Quant à ta détractrice, elle fut drôle, elle fut parfois pertinente. Elle a maintenant sombré dans un délire raciste qui ne mérite réellement que le mépris. Qu’elle éructe contre toi chez elle est pitoyable, qu’elle le fasse ailleurs est lamentable. Ne la laisse pas faire, renvoie à chaque fois un lien vers ses articles lamentables, il est nécessaire qu’elle ne soit plus reçue sur les blogs. Qu’elle se réclame du féminisme, doctrine de l’égalité et de la solidarité s’il en est, est proprement consternant.

  12. Celeste puisque ça ne te touche pas , elle ne peut pas te détruire, ni détruire personne. Les mots ne sont que des lettres combinées, on leur prête finalement le sens et le pouvoir qu’on veut bien leur prêter.
    Ne donne pas tant de pouvoir à ces gens là. Si cette personne ne te connait pas d’autre façon que de façon virtuelle, elle ne te connaît alors pas du tout et tout ce qu’elle dit de toi est nul et non avenu. Voilà tout. Ces gens là qui cassent par pure perversité ou par ennui, non ,n’ont pas de pouvoir destructeur, ils n’ont aucun pouvoir, ils ne sont rien. La plus belle riposte est de ne leur accorder aucune attention, pas le moindre mot, l emoindre regard, et les laisser dans l’oubli le plus total.

  13. :)) oups pas vu le commentaire de christine, écrit en même temps…
    tu vois autant de personnes, autant de points de vue différents….

  14. @Christine
    « (et vu le temps que j’y passe, je me demande ce que je faisais à la place ;-)) »
    bonne remarque je me la fais moi aussi de temps en temps

    la féminité on en reparlera, difficile en deux lignes
    la détractrice?
    « il est nécessaire qu’elle ne soit plus reçue sur les blogs. Qu’elle se réclame du féminisme, doctrine de l’égalité et de la solidarité s’il en est, est proprement consternant. »

    c’est pourquoi j’ai décidé de parler d’elle

  15. @B.L.
    bonne idée 🙂

    @lechathuant
    je partage l’avis de Christine.
    contrairement à toi je crois que les mots écrits, comme parlés, peuvent blesser, même si on ne connait l’auteur que virtuellement, même si on ne le connait pas du tout.
    car derrière les mots il y a une intention haineuse.
    il n’est pas toujours évident de ne pas se laisser atteindre.
    aujourd’hui, peu me chaut, il y quelques années je suis sûre que j’en aurais souffert de même que je suis sûre que d’autres peuvent en souffrir

    « La plus belle riposte est de ne leur accorder aucune attention, pas le moindre mot, le moindre regard, et les laisser dans l’oubli le plus total. »
    c’est valable jusqu’à un certain point, et pour un certain type de comportement, pas en ce qui concerne cette détractrice là.
    je l’ignore depuis des mois mais elle continue à semer des attaques contre moi sur les blogs où elle passe.
    il est même arrivé que des blogueurs, atterrés, m’envoient des mails pour me le signaler.

    sur le plan émotif et intellectuel je m’en fiche mais je trouve ça lamentable.
    et, comme le souligne Christine, elle tient des discours extrêmement racistes, odieux, inacceptables.

    si je mets les deux ensemble: les propos racistes et le harcèlement, j’arrive à la conclusion que Christine a exprimé: « il est nécessaire qu’elle ne soit plus reçue sur les blogs. »

  16. je ne sais vraiment pas….je crois surtout que l’on accorde trop d’importance à ce qui s’écrit sur les blogs

    ta conclusion, je ne la partage pas : « il est nécessaire qu’elle ne soit plus reçue sur les blogs.”
    c’est un jugement de tribunal, comme une interdiction de séjour
    il n’y a pas de police sur le net, personne n’a le pouvoir de se faire gendarme sur ce plan là. Ce que tu écris là, c’est une sorte de vengeance, inutile, à mes yeux. Les gens sont à même de se faire une idée par eux-même, non, ne crois-tu pas ?

    par contre si elle tient des discours « extremement racistes » comme tu dis, tu peux toujours saisir le webmaster de l’hébergeur de son blog ou de là où elle sévit et il avisera. Ca sera à mon avis plus efficace.

  17. @chathuant
    non ce n’est pas une vengeance ni un jugement de tribunal (d’ailleurs de quel droit?).
    mais la volonté de contrer le déballage incessant d’une idéologie odieuse et d’attirer l’attention sur des pratiques relevant de la pire délation.
    en temps de guerre, pourrions nous supporter ce genre d’attitude?
    de quelles exactions seraient alors capables certains?

    tu écris on attache trop d’importance à ce qui est écrit sur les blogs.
    je me demande au contraire si nous en accordons assez.

    tous nos écrits restent, tous nos écrits peuvent être retrouvés en quelques clics par des autorités malintentionnées.

    Internet est aussi un gigantesque mouchard.

    De plus tous ces « dérapages » sont très symptômatiques d’une époque délétère où la haine n’en finit pas de monter.
    Internet est aussi un incroyable réservoir de pensées humaines.

    Il faut être vigilants, Internet, c’est aussi nous.

  18. Je suis ravie d’être une de tes lectrices assidue, une jolie rencontre… Des textes écrits avec talent, tes billets sont trés enrichissants par ta qualité à aborder tous les thèmes.
    Bon anniversaire !

    J’ai été « qualifiée » (mot choisi à bon escient, une belle insulte) récemment de « Soeur Thérésa ou de pathos larmoyante », et ce également par un admirateur de M. Zemmour. (Ce qui pour moi est un vrai compliment).

    La réthorique actuelle est bien rôdée, l’empathie est une tare, une hypocrisie voire de la démagogie sinon comment persuaderont-ils les gens que les chômeurs sont des assistés et les étrangers responsables de tous les maux. Tu as été prise à partie car tu renvoies à ta détractrice, l’image peu reluisante sans doute, de « ses petites » préoccupations dans la vie….

  19. J’aime beaucoup la façon dont tu analyses ces deux ans. Je te trouve lucide et tolérante et suis en accord avec ce que tu dis. Je connais bien ce dont tu parles mon blog a aussi deux ans. Je te connais depuis peu et je trouve que ton blog est de qualité. Je ne suis pas encore allé beaucoup dans les anciennes notes mais je vais y aller.

  20. Même si j’arrête un jour d’écrire sur mon blog, je viendrai toujours lire le tien. Qui fait vraiment honneur à la blogosphère par sa variété, son ton, tes grandes et belles idées et… ton style.
    Bon anniversaire, Céleste.

  21. Belle constance, belles analyses… deux ans déjà !

    On attend l’Inde avec impatience, loin des petitesses de quelques blogueurs ou blogueuses finalement jaloux de votre démarche sereine.

  22. Je n’avais pas lu dernièrement la prose de la dame.
    Je dois dire que c’est en effet passé au-delà du drôle… La névrose est bien installée, ce n’est plus l’état limite…

  23. Merci d’être. En voyant l’autre soir A bord du Darjeeling express, surtout les scènes émouvantes dans le village indien, j’ai pensé à vous.

    Bon, faut qu’j’aille visiter le magasin de tracteurs, là où on voit une jolie névrose en claque…

  24. Bon anniversaire et longue vie à ce blog et à tous et toutes qui y participent.
    Et, céleste, ne change rien. Tes écrits sont toujours un plaisir.
    Les offensives contre les défenseurs de droits de l’homme dans le monde se font de plus en plus haineuses, les coups bas et les insultes se mutiplient et pas seulement de la part du petit peuple frileux soucieux de conserver quelques miettes de faveurs illusoires, mais également, de la part de ceux qui étalent leur ignorance et leurs théories dans les médias nationaux. Ce qui est bien plus grave encore.
    Manifestation de leur effroi de voir se terminer bientôt une ère de privilèges arbitraires?
    Un tel acharnement tendrait à le prouver.

    Bon voyage pour l’Inde. Et nous attendons encore tes récits qui nous font rêver.

  25. @Dom 🙂
    j’aimais bien l’idée de mettre en parallèle sur 2 textes successifs, la petite fille aux bottes rouges et ce qu’elle est devenue 45 ans plus tard

    @merci JeandelaxR

    @Agathe
    ce Zemmour est dangereux, sous prétexte de rigolade il déballe des idées nulles et rétrogrades.
    et bien sûr il a parole libre à la télé.
    tu n’écris plus sur ton blog?
    dommage

    @Marc 1
    je te tenvoie le compliment, j’aime beaucoup ce que tu écris

    @Marc2
    arrêter d’écrire sur ton blog?
    ah non alors!
    tes écrits me sont preciosissimi (et pas seulement pour moi j’en suis convaincue)
    nous priver de tes perles de sagesse et de réflexion?

    @Dominique, merci
    votre blog est un plaisir
    le journal indien débutera mi-juillet et je suis impatiente de partir

    @strychnine
    la névrose est un mal fort répondu par les temps qui courent, mais elle ne justifie pas la méchanceté.
    je connais des névrosés très gentils.
    elle n’est probablement qu’un révélateur de ce qui se trame dans les cerveaux.

    @PMB 🙂
    les scènes du film dans le village indien sont les meilleures
    sinon c’est une vision de l’Inde assez figée, loin de la réalité.

    @emcee
    merci ma belle
    à tous, chez emcee une très intéressante analyse sur la crise de l’alimentation

    le voyage c’est dans plus d’un mois, on se reparlera d’ici là

  26. Bon anniversaire, Céleste ! Il n’y en a pas beaucoup à avoir tenu 2 ans avec un rythme à peu près régulier et une qualité constante !

    J’aime beaucoup ton style et ta manière de raconter des choses souvent abominables. Là ou d’autres (et moi le premier !) éructent et vocifèrent, tu trouves toujours une manière poétique, allégorique et délicatement désabusée de nous narrer les choses, humaine dans un monde de plus en plus inhumain.

    Longue vie à toi et à ce blog atypique, détour obligé dans les méandres de netvibes !

  27. Hello Céleste!
    Même en panne d’internet je viens te faire un petit coucou!
    Mon blog est récent et tout comme toi, je commence avec ardeur…mais je ne doute pas que je calmerai…
    Les blogs réservent également de bonnes surprises…
    Oui, je pense que les comportements des blogueurs sont les mêmes qu’ils ont dans la vie. D’une certaine manière, c’est un outil qui apprend à vivre car au final tout se retourne contre nous même.
    Bonne continuation!
    Amicalement, M-Eve

  28. Ton blog est frais , si tendre , si attachant !
    Et toi tu es magnifique sur la photo !

    Fiche toi du reste !

    C’est parce que ton blog est beau qu’il suscite de la jalousie , tu t’en doutes , non ? Bonnes vacances !
    Vic , lectrice .

  29. @SuperNo
    « humaine dans un monde de plus en plus inhumain », très joli compliment; merci 🙂

    @Marie-Eve
    bienvenue dans le monde du web et merci de gentille visite

    @victoire, merci 🙂
    pour les vacances il va quand même falloir attendre un bon mois!

  30. Zemmour décomplexe des idées bien fâcheuses…

    Il est prévu que j’essaie de trouver un peu de temps pour écrire, le rythme professionnel est difficile (pas trop le choix, pour le moment, hélàs) … Merci Céleste

  31. Au sujet de la détractrice, j’ai écrit ça plus haut:
    « j’arrive à la conclusion que Christine a exprimé: “il est nécessaire qu’elle ne soit plus reçue sur les blogs.”
    et puis j’y ai réfléchi. finalement, je ne suis pas d’accord avec ce que j’ai écrit, ce n’est pas ça ce que je voudrais
    ce que je voudrais, c’est qu’elle comprenne qu’elle gâche son temps à me combattre et aussi son énergie, son style.
    sa bataille est vaine, stérile.
    elle se trompe de cible.
    ce n’est pas contre moi qu’il faut lutter.
    mais contre les prédateurs.

    si le monde entier était peuplé de gens comme moi, il serait peut-être poisseux et trop sucré mais on y vivrait en paix.

  32. Keep on walking Céleste…

    Quant à ta bien vilaine trolleuse, dont emcee et d’autres ont également fait les frais, cela fait partie des effets pervers d’Internet. Des gens aigris, sclérosés, rances pour lesquels le net est un vaste défouloir anonyme.

    Cela me rappelle les vestiaires de garçons avant les cours de gym. Il y avait toujours quelque affreux, particulièrement malhabile avec les filles, qui se livrait alors à un déballage d’insanités et de calomnies toutes plus ordurières les unes que les autres. Mais bien sûr, en présence des nanas, une fois la classe réunie, on n’entendait plus le gnome. Cette trolleuse d’aujourd’hui est l’exact décalque de ces disgracieux d’hier.
    La seule chose que je ne parviens pas à comprendre, c’est pourquoi elle vient faire caca sur des blogs ou des sites dont les auteurs sont aux antipodes de ses « raisons ». Pour ma part, il ne viendrait pas à l’idée d’aller poster sur des sites fachos.

    Cela étant, puisque ce genre d’oiseau noir n’intervient pas pour discuter, le mieux est de l’ignorer ou de le tourner à la dérision. Les commentaires vierges de son blog n’illustrent que mieux à quel point sa haine fait fuir et ne suscite guère l’intérêt de ceux dont elle se réclame. Qu’Allah et Aïsha en soit remerciés.

    En revanche, l’étalage au grand jour de cette incitation à la haine raciale témoigne amplement de l’époque, et des signaux explicites donnés par les élites médiatiques et politiques dans la désignation des boucs emissaires. Cela est plus inquiétant. Le blog-caniveau de cette trolleuse ne fait que récupérer les eaux boueuses ruisselant des salons germano-pratins et des dîners en ville de la meilleure société.

  33. Très heureux anniversaire Céleste !
    Je t’ai connue grâce à Fiso, et suis devenue une « fidèle ».
    Je ne m’ennuie jamais ici, parfois je suis surprise, perplexe, mais souvent émue.

    Je pense que créér son blog ce n’est pas avoir envie d’être adulée, mais répondre à un besoin d’écriture et de communication. Et tant pis si nous ne sommes pas toujours d’accord avec ce qu’écrivent les autres, l’essentiel est d’échanger.
    Même si on accepte la critique, il n’est pas agréable de se voir attaquer. Les mots peuvent vraiment faire du mal, je ne comprends pas l’acharnement de cette personne. (Je ne la connais pas tu devrais quand même la citer pour que l’on puisse se faire une idée, ou me l’indiquer par mail ?)

    J’espère te lire encore longtemps. Comme toi, j’ai beaucoup moins de temps à consacrer à mon blog, à la lecture des blogs, mais le désir est toujours là !

    Je t’embrasse

  34. salut, pescade et céleste,
    Je ne voulais pas en rajouter là-dessus, alors j’ai fait le canard.
    En effet, c’est l’arapède accrochée au rocher: quand elle en tient un(e), elle ne le (la) lâche pas.
    Hélas, elle étale ses thèses puantes partout où elle ne se fait pas virer avec pertes et fracas (et force injures qu’elle engendre). Un cas clinique.
    Il n’y a pas si longtemps que cela, elle aurait été condamnée pour incitation à la haine raciale. Mais aujourd’hui, les condamnations sont sélectives. Et c’est devenu du dernier chic de casser de l’arabe.
    Le pire, comme le dit Pescade, c’est que la gangrène gagne toutes les couches de la population parce que propagée depuis les plus hautes sphères.
    Et, finalement, plus personne ne s’en étonne, et ce sont ceux qui s’insurgent qui se retrouvent au banc des accusés.
    Drôle d’époque.
    Il n’y a qu’à voir le nouveau concensus à propos de cette annulation de mariage. La gauche toute entière a tellement braillé tous azimuts sous de faux prétextes que la droite n’a eu qu’à en récolter les bénéfices.
    Pauvre, pauvre monde occidental. Il n’en finit pas d’agoniser. Et le peuple avec.

  35. Je viens juste vous donner un petit bonjour, et vous souhaiter bon voyage.
    Quelqu’un qui est détestée par 1#(§µ|@1#§ ne peut qu’être très recommandable : toutes mes félicitations !

  36. @pescade et emcee

    c’est bien ça malheureusement, la gangrène se propage depuis les plus hautes sphères, complaisamment relayée par les médias les plus importants.
    la désignation du bouc émissaire et l’acharnement avec lequel on le stigmatise ne peut rien apporter de bon, surtout dans un contexte où une attaque contre l’Iran semble toujours possible, sinon imminente.
    et ce ne sont pas les déclarations et agissements du PS qui peuvent calmer le jeu.

    @baci à toi aussi Olivier 🙂

    @je t’embrasse moi aussi Fauvette et j’ai toujours autant de plaisir à te lire

    @Thierry Reboud
    merci de votre visite 🙂
    le voyage ce n’est pas pour tout de suite, encore un mois

  37. Je viens me perdre à retardement dans cette belle pêtée de commentaires que tu suscites encore. Je peux pas laisser passer ces deux ans sans déposer une trace. Ma trace. Je suis avec toi, à chacun de mes passages, dans un profond voisinage d’dées. J’y trouve aussi cette part de réconfort (peut-on dire idéologique ?) face à un environnement instable, cruel et périlleux.
    Je n’arrive même pas à comprendre comment « on » peut chercher à déconsidérer ce que tu nous offres ici, tant le regard que tu portes, que tu livres, sur le monde qui t’entoure, dans ton immédiate proximité comme dans sa vaste globalité, sur les gens, est toujours simple, juste, généreux, jamais immodeste. A moins d’être mafieux, raciste et réactionnaire. Snobisme ou malveillance, au fond c’est du pareil au même…
    Et puis tu fais la part entre ta condition et celle des gens qui t’entourent, tu ne lis jamais la vie qu’à l’aune de ta propre existence. Il est beau encore, ton dernier billet sur ton élève albanais. C’est une qualité qui se fait rare à l’heure des populismes faciles.
    Profite bien encore de ton exode choisi, de tes voyages, et n’enlève rien à ta prodiguialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de compléter: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.