« Slumdog millionaire » et la lamentable aventure d’une grave erreur de traduction …

slumdog1-460

Les critiques intellos élitistes des Inrocks et de Télérama ont éreinté «Slumdog millionaire» (slumdog, chien des bidonvilles) mais les Golden Globe l’ont consacré.

Moi, j’avais beaucoup aimé le livre de Vikas Swarup  « Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devient milliardaire » dont il est librement adapté, j’ai adoré le film.

Il m’a suffi de me laisser emporter par l’histoire, romanesque et colorée, de cet enfant des  bidonvilles de Mumbai qui s’acharne à forcer le destin, à retrouver coûte que coûte une fillette perdue sur le quai d’une gare.

slumdog1-460

Bien que réalisé par un Britannique, Danny Boyle, le film offre une vision, certes cinématographique – rien à voir évidemment avec l’extraordinaire documentaire « Born into the brothels » (Camera Kids) qui lui est passé relativement inaperçu dans le petit monde des critiques de cinéma hexagonaux – mais plutôt juste de l’Inde d’aujourd’hui : bidonvilles, enfants des rues, misère, violence, espoir, joie de vivre et cynisme clinquant des nouveaux riches symbolisé  par les studios de télévision.

Ces enfants des rues, insolents et rieurs, je les connais, comme je connais les employés prétentieux de la new economy qui considèrent qu’un chaï wallah (serveur de thé) est un crétin, un sous-homme, que l’on peut traiter avec mépris.
Dans la société indienne, comme dans la société occidentale, bien qu’elle s’en défende, changer de milieu social n’est pas aisé.
Ce n’est d’ailleurs pas le souci de Jamal, le héros que l’on voit grandir dans la jungle urbaine, courir, courir éperdument pour échapper au danger, courir pour vivre.

L’on peut bien sûr chipoter sur certains clichés que véhicule le film, mais on peut aussi les oublier pour simplement suivre Jamal et penser que la détermination dont il fait preuve, que sa capacité de résistance sont admirables.
Résister encore et toujours à qui opprime, massacre, moque, discrimine.

Sorti il y a quelques semaines en Italie le film a indirectement  provoqué une juste indignation.

Lorsque que, dans la version italienne  (comme dans la version sous-titrée), à un moment crucial du film, les deux enfants, Jamal et Salim, fuient devant l’arrivée de fanatiques hindous qui massacrent les musulmans et incendient leurs maisons, la voix off d’un agresseur criant  en Hindi, « They’ re muslims, get them » (Ils sont musulmans attrapons-les)  devient « Au secours, les musulmans arrivent ! ».
Grave et imbécile erreur qui transforme les victimes en agresseurs.
Imbécile, car l’événement relaté correspond à une triste réalité, celle des pogroms antimusulmans dont se sont souvent rendus coupables les hindouistes extrémistes du BJP et du Shiv Sena, rappelons qu’en 1992, déclenchées par la destruction de la Babri Masjid (mosquée Babri) à Ayodhya le 6 décembre 1992, les émeutes de Mumbai, avait provoqué au moins 1 788 morts.
Imbécile, car Jamal et Salim étant des prénoms musulmans, comment imaginer qu’ils soient victimes d’émeutes anti hindouistes !
Grave, car c’est comme il était allé de soi que les musulmans étaient les agresseurs.

Il a fallu qu’Andrea Pomini, un blogueur journaliste, s’en indigne pour que  l’information soit relayée  et que la Lucky Red, la société qui distribue le film s’excuse !

slumdog2-460

57 réflexions au sujet de « « Slumdog millionaire » et la lamentable aventure d’une grave erreur de traduction … »

  1. Où va se nicher l’islamophobie ?!?… Quand tout cela « semble aller de soi », certains en perdent leur discernement, même à leur corps défendant. J’essaierai d’aller voir ce film.

  2. @Oh91

    Islamophobie larvée?
    Absolument, pour les traducteurs il était vraiment facile d’éviter ce contre sens qui n’est pas anodin.
    Les prénoms des enfants, le fait que dans une scène on les voit prier, et un minimum de culture suffisaient.
    Par conséquent on peut douter de la thèse de l’erreur et penser soit à un choix, ou à une négligence sournoise.

    Je pense vraiment que le film te plaira, il n’est pas parfait mais il est beau, humain.

  3. @agathe

    toi, je te connais un peu :-), j’apprécie, ô combien, ta sensibilité et ton humanisme, je suis sûre que tu vas aimer.

    please, quand tu l’as vu, comme Mohamed et Oh91, reviens donner ton sentiment.

  4. moi, je n’ai pas lu le livre mais le film est très bien , vivant, touchant.
    Une idée originale qui nous fait visiter du pays aussi

  5. J’ai vu la bande annonce, je pense que je vais aller le voir. Je suis contente que tu en parles, et d’apprendre que le film est tiré d’un livre, merci.
    Quant à la traduction imbécile, heureusement qu’il y a eu des réactions et des pressions.

  6. @salut Fauvette :-)

    Le livre est très bien, on le trouve en 10/18.

    Le film est assez différent, plus romanesque, mais il est très bien fait, coloré, vivant.
    Et surtout j’y ai retrouvé l’Inde, telle que je la connais.

    Toi aussi, si tu as le temps, viens nous faire part de tes critiques.

  7. @Colette

    Merci de ce commentaire :-)
    Je connais bien l’Inde, j’y voyage souvent et dans ce film je l’ai retrouvée, comme j’ai retrouvé aussi, par petites touches, comme l’invraisemblable (pour les occidentaux) ballet final sur le quai de la gare, le cinéma indien.

  8. Céleste, ton article me rappelle beaucoup de moments de mon enfance, quand les journalistes interviewaient des leaders ou autres citoyens du monde arabe au journal télévisé. Ca ne râtait pas, à chaque fois, ma mère qui écoutait attentivement le discours et sa traduction, finissait par bondir en criant: « Mais, ce n’est pas ce qu’il a dit!!! » ou « Pourquoi ne traduit-il pas toute la phrase?!! ».
    Tradution est trahison. Et qui plus est, si la traduction est sciemment erronée.
    Du coup, nous avons une longue tradition de jeté de savates sur la télé dans la famille…:)

    Pour ce qui est du film, ton point de vue ainsi que le rythme et les couleurs du trailer donnent très envie de le voir! J’espère que je pourrai le visionner autrement qu’en DVD.

  9. crois tu que ce soit une « grave erreur imbécile’ ? ou plutôt un traduction tronquée tout à fait voulue, qui ne mériterait plus le terme d’imbécile mais celui de malhonnête et manipulatrice ?

  10. @Malak

    Ce que tu racontes ne m’étonne malheureusement pas!
    J’aime bien les jetés de savates sur la télé :-)
    ça ne change rien mais j’imagine que ça défoule!
    Là où tu es, c’est facile de voir des films occidentaux au cinéma?
    Il y doit y avoir des films indiens aussi.

    @anne
    C’est tout à fait possible, voire même probable, mais la société distributrice et les traducteurs ayant plaidé la bonne foi, je laisse chacun(e) libre de tirer ses conclusions.
    quand j’écris « imbécile » c’est pour souligner le fait qu’il est difficile de penser que cette erreur est accidentelle!

  11. L’Arabie de ce point de vue est très reposante. On ne se dispute pas pour savoir quel film aller voir…il n’y a pas de cinémas! Enfin, il y a eu un timide retour du genre il y a quelques semaines à Jeddah, avec la projection du premier film depuis 40 ans. Et encore, il s’agissait d’une production locale dénonçant les méfaits de la spéculation boursière.

    Dans les émirats voisins comme Dubai, Koweït ou Bahreïn, du fait de l’importance de la communauté indienne dans la population, il y a quasiment autant de films indiens que de films occidentaux ou arabes projetés dans les salles.

  12. C’est amusant ce décalage constant, me semble-t-il, entre les critiques hexagonales que le monde entier nous envie et les anglo-saxonnes, non ?
    Ca ne cesse de me frapper, cette différence de jugement…
    :-))

    [On pourrait dire "erreur inconsciente" pour la traduction, voire "acte manqué" si l'on est plus méchant !!!].

  13. @merci de ces précisions Malak
    Nul doute, j’aurai d’autres questions:-)

    @Salut Monsieur Poireau
    Acte manqué, c’est pas mal et ça en dit long!
    Quant aux critiques hexagonales, il y a belle lurette que je me demande pourquoi on nous les envie!

  14. Bonsoir Céleste,

    J’ai vu le film hier et j’avais lu le livre l’an passé (je l’avais d’ailleurs abandonné dans ma chambre d’hôtel à Calcutta pour un éventuel lecteur français qui y serait passé après moi…). J’ai bien aimé le film et admiré sa mise en scène, mais été quand même un peu déçue de ne pas y retrouver certains éléments du livre que j’avais particulièrement aimés (l’épisode cruel avec l’ancienne actrice). Quant au héros, je l’ai trouvé un peu fade dans sa version adulte, et l’histoire d’amour est plus profonde et touchante dans le livre… Mais bon, on court toujours un peu ce risque quand on passe d’un livre à son adaptation.

    Et pour ce qui est de la traduction italienne, c’est insensé !…

    (enfin, je ne veux décourager personne d’aller voir le film, c’est quand même un bon moment de cinéma, et j’y ai retrouvé aussi un peu de l’Inde que j’aime)

  15. @salut Traou :-)

    En fait, en regardant le film, j’ai très vite oublié qu’il avait été tiré du livre, le héros avait perdu son invraisemblable prénom: Ram, Mohammad Thomas, manquait Père Timothy, Gudiya/Smita, l’actrice dont j’ai oublié le nom (Nileema Kapoor?), bref une autre histoire, bien filmée, qui s’est engouffrée dans mon manque d’Inde…
    J’ai craqué pour ces deux gamins ballotés par la vie, j’ai pris le train avec eux, je les ai suivis pas à pas..

    J’ai aussi bien aimé Jamal adulte puisque, de toute façon, je n’avais pas retrouvé Ram Mohammad Thomas, c’était un autre personnage, une autre histoire.

  16. bonjour à tous,
    Merci pour vos commentaires.je viens de voir le film, que j’ais trouvé énorme, ! du coup j’ai envie de lire le livre et de rendre visite à nos amis indiens.
    Pour la traduction en italien, malheureusement plus rien ne m’étonne.

  17. Je suis allée voir le film il y a quelques jours et j’avais également lu le livre(qui est devenu un de mes préférés!) : il est vrai que le film s’éloigne de la trame du livre mais à la limite je ne trouve pas cela plus mal que l’auteur s’en soit seulement inspiré, les histoires étant proches mais néammoins différentes je n’ai donc pas été déçu des passages du livre que je n’ai pas retrouvé dans le film. Pour finir, le film est tout simplement magnifique, et les acteurs (particulièrement les enfants) touchants! Une réussite.

  18. @Eva

    effectivement les enfants sont formidables, et pourtant ce n’est pas facile de faire jouer des enfants devant une caméra.
    merci de la visite et du com :-)

  19. Enfin vu le film, en version originale d’ailleurs, ce qui a décuplé mon plaisir tant l’anglais parlé par les indiens est agréable à écouter.
    Que dire!
    J’ai été émerveillé par cette histoire où la tragédie et l’espérance s’entremêlent pour aboutir à une belle histoire s’amour.
    Cain et abel des temps modernes, certainement mais aussi un très beau portrait de la société indienne tiraillée entre tradition et modernité.
    J’ajouterai aussi que ce film traduit une espérance et une foi inébranlable dans l’humanité.
    Un coup de coeur pour les comédiens qui interprétaient enfants les protagonistes ainsi que pour Jamal et latika.

  20. @Salut Marc

    Moi j’ai bien aimé le livre, même si ce n’est pas le meilleur roman indien que j’aie lu (Je préfère , et de loin, par exemple l’œuvre de Rohinton Mistry, particulièrement « l’équilibre du monde »).
    Mais je reconnais être assez indulgente sur les romans indiens que je dévore toujours avec frénésie.

    @Mohamed
    je constate avec plaisir que tu as vu la même chose que moi dans ce film!
    ce n’est pas le cas de tout le monde, le film est plutôt controversé (voir un débat sur Rue 89 où j’ai été atterrée par le niveau – imbécile- de certaines critiques!)

  21. A propos d’erreur de traduction et de version originale : le film est une belle trahison du livre, ne serait-ce que par la transformation de ce personnage aux trois prénoms en Jamal, de son ami en faux-frère, de a détermination en chance (où est passé la pièce aux deux faces) etc. mais bref. Il montre ce que l’exotisme aime voir et réalise l’inverse de ce que sait faire l’Inde qui indianise tout : il occidentalise… et au passage nous montre des pauvres bien propres et parlant « anglais »
    D’ailleurs, la version hindi n’est toujours pas sortie en Inde paraît-il… Pas forcément un hasard.

  22. Pourtant séduite par la bande- annonce, j’hésitais, peur des habituels clichés mais tu m’as convaincue. L’anecdote de Malak me fait sourire (jaune), « traduction est trahison », c’est malheureusement souvent vrai …
    (moi aussi je pratique régulièrement le lancer de savates)

  23. J’ai vu par hasard ce film ( par hasard, j’entends que je ne suis pas allé volontairement au cinéma ) et j’ai été très surprise. J’avais vu la bande annonce et lu quelques critiques de çi de là sur internet, mais je ne m’attendais pas à être aussi accrochée par ce film, la performance des acteurs, que je trouve fantastique. De plus, la bande musicale est tout simplement magnifique, je l’écoute en boucle depuis. Les quelques préjugés présents ne suffisent pas à berner le spectateur, et il est vrai que la BO est plus agréable à regarder. Bref, je recommande ce film, autant pour sa beauté que pour les réflexions qu’il amène.

  24. Coucou!
    Je viens de voir le film:boulversant!
    Une de mes amies est revenue d’Inde où elle a du faire un stage.Elle me racontait que les gens dépérissaient dans les rues.J’étais choquée…J’ai l’impression en ayant vu le film que ce qu’elle a pu voir est presque en dessous de la réalité.
    Le fim nous agresse, je pense, par son réalisme social.
    Les personnages sont très attachants. Même Selim finalement…

  25. merci Doctor Von Glugendspield et tita de vos critiques, c’est sympa d’avoir écrit ce que vous pensiez du film.

    La bande musicale est de Rahman qui est considéré comme le meilleur compositeur indien de musique de film actuellement.

    le film n’est au-dessus, ni en dessous de la réalité indienne, elle est différente.
    c’est presque ça, mais pas tout à fait, c’est toute la différence entre un film et un documentaire.

    un excellent documentaire à voir ‘Born to the brothels », en France je crois que le titre est « camera kids »
    http://www.aide-et-action.org/ewb_pages/a/actu1566.php

    les bidons-villes existent à la périphérie des villes et ils sont surpeuplés, c’est vrai. mais la notion de bonheur et de malheur est très relative.

    que vaut-il mieux être un indien dans un taudis de Mumbai ou un français dans une tente rafistolée au bois de Boulogne?

  26. Magnifique et bouleversant film, j’aime beaucoup cette sensation de ne plus percevoir ce qu’il y a alentour. C’est rare d’être ainsi captivé. Les lumières se sont rallumées et j’ai réalisé que j’étais au cinéma. Un tout magique.

  27. @merci Agathe d’être revenue pour écrire quelques mots sur ce film, controversé.

    Tu peux aussi lire le livre qui est beau:
    Vikas Swarup « Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devient milliardaire » (collection 10/18)

    Il est très différent du film, je crois qu’il ne faut pas chercher l’un dans l’autre, mais se laisser embarquer, tout simplement!

  28. J’ai vu le film cette semaine, un peu par hasard sur les conseils d’une amie alors que je lui parlais de deux voyages qui m’ont marqués l’un en Inde et l’autre au Népal. J’y suis allée pour me replonger dans une atmosphère qui me manque et je n’ai pas été déçue bien au contraire. J’ai effectivement remarqué l’erreur de traduction…des musulmans qui se faisaient agressés par des musulmans (!!!).

    En voulant lire des articles sur ce film je suis tombée sur ce site et j’aimerai à mon tour pouvoir inciter des gens qui passeraient par là à aller voir le film et s’ils en ont l’occasion, d’aller voir ce coin du monde envoutant….qui aide à prendre du recul sur beaucoup de choses à commencer par nous même et notre façon de vivre (surtout en région parisienne).

    Maintenant je vais acheter le livre….

  29. @merci Sandrine pour cette critique du film.

    Comme toi j’ai retrouvé dans ce film une ambiance indienne et même si il n’est pas parfait, il emporte et provoque la réflexion.

    Car oui, on peut être heureux en ayant peu de biens matériels et oui, on peut se battre, avec ses propres armes, ou outils pour améliorer son sort.

  30. @Salut Malak :-)

    Bonne nouvelle, je n’ai pas encore eu le temps de regarder les journaux, c’est toi qui me l’apprend!

    Certains indiens vont être contents, d’autres vont faire la gueule.

    Un peu, je comprends, la production cinématographique indienne, énorme et très riche (elle ne se limite pas aux films de Bollywood glamour) est peu considérée en occident, alors qu’elle recèle des films superbes qui ne sont jamais primés.

    Arrive Danny Boyle, il utilise des ingrédients indiens et hop, il gagne!

  31. Coucou!
    Je n’ai jamais eu à l’esprit que la pauvreté était mieux vécue en France…C’est juste que j’avais l’impression que le boom économique reflétait une certaine fracture sociale typique des pays en croissance économique. Avec bidonvilles près du centre des affaires: la peuvreté près de l’opulence. C’est pas typique de l’Inde…
    Je pense aussi que réalisme ne veut pas dire la réalité dans la mesure où une oeuvre n’est qu’une copie et non l’original… Bien que je suis sûre que les documentaires reflètent à coup sûr une certaine subjectivité aussi.
    J’ai aimé le fait que le réalisme donnait toute la force à l’idylle des jeunes. C’est comme un conte de fée urbain ou plutôt une histoire d’amour urbaine et c’est vrai que l’histoire d’une certaine manière aurait ou se faire ailleurs mais c’est en Inde et c’est pour cela que le réalisme me touche…
    Merci pour le documentaire: je le regarde vite…

  32. Vu la semaine dernière, je suis restée rêveuse au moment du générique, pas envie de partir, nous étions comme deux gosses émerveillés. Un moment de bonheur cinématographique comme il ne m’est pas donné d’en vivre souvent (et tant mieux, c’est encore meilleur).
    Des sourires, de l’émotion, et ce Jamal aux bonnes joues si craquant, on a envie de les lui mordre !
    Baci baci :)

  33. Un film touchant et plein d’espoir malgrè le sujet dur et la cruauté de notre monde mais savoir voir cette cruauté est un pas vers l’espoir que véhicule ce film … son vaisseaux est l’amour, l’espoir et la conviction sans limite … un bel exemple pour tous .. partagez ce film avec vos proches et mêmes les moins proches …. Alex

  34. Salut
    j’ai vu le film hier et j’ai été très impressionnée. J’ai adoré. Dommage pour l’ »erreur » de traduction. C’est triste de déformer ainsi la réalité. Très bon film et très bons acteurs. Le son et la musique sont super aussi.

  35. Que dire de film…
    Je pourrais en parler des heures…

    Je suis étudiante et grâce au Printemps du Cinéma (3.50 Euros la place) j’ai pu voir ce film magnifiquement tourné. Il a bien mérité tous ses prix (meilleur film, etc…)
    Merci pour ces 2 heures de cinéma.

    -Des jeunes acteurs indiens magnifiques. Je leur dit respect; ils jouent vraiment très bien. (les enfants m’ont impressionné).
    - Des images et des scènes d’Inde étonnamment belles et réelles (avec la pauvreté, la misère, la pollution et les dangers du travail des enfants mais également avec la surpopulation du pays).
    - En cité Universitaire j’ai eu l’occasion de me faire plusieurs soirées indiennes avec repas et DVD Bollywood : ce film m’a en + rappelé de super bons souvenirs.

    LA SALLE DE CINEMA ETAIT REMPLIE (ce qui n’arrive pas souvent dans ma petite ville et mon petit cinéma) Beaucoup de personnes sont restées jusqu’à ce que le générique soit ENTIEREMENT ENTIEREMENT terminé
    ET …


    LES GENS ONT MEME APPLAUDI A LA FIN !

    FILM A VOIR ABSOLUMENT !!
    (comme INTO THE WILD)

  36. Notre petit ciné vient juste de passer ce film, à vrai dire je n’avais pas une super envie de le voir (moi je voulais voir Gran Torrino) ^^ et n’avais pas du tt entendu parler de son succès. Franchement j’ai adoré, dès les premières minutes, entre musique(savez vous si les musiques ont été faites pr le film ou comment on peut les trouver?) et effets visuels d’une part (prises de vue, choix du caméraman..), puis avec cette histoire et ses émotions, le jeux des acteurs… enfin tout!
    Qqn a parlé du jeu « fade »de Jamel adulte; bin c clair qu’il n’aavit pas forcemment ue tronche de héro, mais justement, ça met encore une fois l’accent sur le réalisme du film je trouve et justement ce jeu, « fade » pr certains, ramène à la réalité.
    De même que l’histoire amoureuse, si délicate.. qu’on pourrait prendre pr une istoire d’amitié, mais si frte en restant innocente-j’espère me faire comprendre :-s ! avec les dernières paroles prononcées « Kiss me » et un éfleurement de lèvres..
    Et puis, évidemment, même si ça fait un peu cliché « l’Inde, la vraie », ce film fait réaliser certaines choses, « nous vivrons de quoi »…. silence, réponse… « d’amour »; nbrx messages, nbrses remises en question..! Tout ça avec une mise en scène parfaite.
    Seul bé mol, à mon gout: le générique de fin qui n’est pas du tt ds l’ambiance du film, avec musique orientale et danse espagole… résultat horrible!
    Vraiment, pour ceux qui n’ont qu’un ciné ds un trou pommé à proximité de chez eux(enfin si le film passe encore quoi) il faut le voir! (en VO évidemment-pr éviter toute erreur de traduction ;-) et pr profiter à fond de cette réalisation..extraordinaire )

  37. @merci Clemix d’avoir raconté tes impressions :-)

    La plupart des morceaux musicaux sont de A.R. Rahman un très grand compositeur de cinéma indien (probablement le plus grand).

    on peut certainement les trouver en CD.

    « Seul bé mol, à mon gout: le générique de fin qui n’est pas du tt ds l’ambiance du film, avec musique orientale et danse espagole… résultat horrible! »

    En fait le générique du film, que moi par contre j’ai beaucoup aimé, est un clin d’oeil, appuyé, aux films made in Bollywood.

    Les films indiens sont très longs (environ 3 heures) et comportent presque toujours des chants et des danses, qui sont diffusés avant la sortie dans les salles et que le public adore.

    C’est le style Bollywood :-)

  38. il faut absolument lire « scandales dans les écoles des ch’tis » de Louis Richepin car on devrait en tirer un film ! c’est plus réaliste que « Entre les murs » !!!! Un livre à lire et à méditer .. et à en faire un film !!!

  39. Bonjour à tous. Il y a une réalité qui existe et qu’aucun de vos commentaires ont souligné. Le « slum » ou bidonville de Dharavi lieu du tournage est un endroit de Mumbai (Bombay) qui genère plus d’argent. Plusieurs millions de rupees par jour.Il y a tous les corps des métiers qui travaillent en harmonie. Vous pouvez faire fabriquer une paire de chaussures ou bottes dans l’espace de trois jours et le travail est bien fait. Il y a beaucoup d’entreaide entre les habitants alors de grace
    ne voyez pas que la misère.

  40. @Harmony

    Merci pour ces précisions.

    Mais l’argument du billet était d’abord l’erreur de traduction et ensuite le film, ce qui ne signifie ni méconnaissance des slums, ni vision exclusive de la misère.

  41. Pour le livre sur les « Scandales dans les écoles » de L. Richepin, absolument d’accord ! C’est à ne pas manquer !!! Lecture intéressante et instructive ! ça fait un choc ! Ouahhh !!!!

  42. Super livre à ne pas manquer pour cet été :
    PARCOURS FANTOMATIQUE DANS LES CHATEAUX ECOSSAIS de Ludovic Ardoise ! Epoustouflant et flippant !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 + = 9

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>