Thomas, jeune marié

Dimanche 17 février 2013

Thomas1

Thomas est à l’origine de Namaste. Valeria l’avait adopté à distance, quand elle est venue le voir elle n’a pas été satisfaite de l’orphelinat où il vivait avec Taddeus, son frère. Elle a alors décidé de prendre les choses en main et de créer une family house pour les héberger ainsi que quelques enfants qui connaissaient le même sort.
En 12 ans, l’association s’est considérablement développée. Elle s’occupe désormais de plus de mille enfants, dont environ cent vivent dans des family house, et a mis sur pied de nombreux projets.

Depuis plusieurs années Thomas vit en Italie, il travaille beaucoup et aime cette nouvelle existence, néanmoins, lorsqu’il a décidé de se marier, c’est une fille de Poonthura qu’il a voulu épouser.
Les femmes de sa famille ont enquêté, probablement aussi consulté un astrologue puis discuté, négocié et c’est Dayana qui est sortie du chapeau ! Contrairement à la coutume, Thomas, éduqué par Valeria, a refusé la dot.

Thomas2

Début Janvier, ils se sont mariés à l’église de Poonthura. Dans quelques jours, Thomas repartira, seul, pour l’Italie. Il a commencé les démarches pour que Dayana le rejoigne mais elles n’aboutiront pas avant des mois, peut-être une année.

Comme nous n’avons pas pu assister au mariage, Thomas nous a invités à déjeuner chez les parents de Dayana où le jeune couple a passé son premier mois. Taddeus et Aji, sa femme, nous accompagnent.

Thomas3

La famille de Dayana habite une petite maison sur le bord de mer. Les hommes sont pêcheurs de père en fils, comme dans toutes les familles de la ville. La très chrétienne Poonthura (presque tous ses habitants sont catholiques) ne jouit pas d’une bonne réputation, la police locale a même déserté certains quartiers, trop dangereux. Le taux de criminalité est très élevé. Les principales victimes sont les femmes et les enfants qui subissent l’alcoolisme et la violence des hommes.
Le métier de pêcheur est particulièrement dur et ingrat. Exposés au soleil, au vent, aux vagues, jamais assurés de remplir leurs filets, les hommes vieillissent prématurément, se réfugient dans l’alcool et le jeu, délaissent leurs foyers. Les femmes triment du matin au soir, se démènent pour éduquer les enfants.

Thomas4

Après un délicieux repas, nous nous rendons à Kovalam avec les deux jeunes couples. Thomas veut acheter des souvenirs pour ses amis italiens.
C’est la haute saison, la station balnéaire est bien remplie. En ce dimanche, les touristes se baignent et bronzent tandis que les hommes indiens défilent en bande pour mater les corps dénudés des femmes blanches.

Thomas5

Dans une échoppe, alors que Thomas et moi choisissons des petits éléphants en pierre, Dayana et Aji, touchent un objet exposé sur une table. Le vendeur, indien, se précipite, et d’un ton très désagréable leur lance « Don’t touch ! ». Jamais il n’aurait parlé de cette façon à des touristes, bien au contraire, les « white people » sont tous des clients potentiels, ils ont tous les droits et méritent tous les égards.
Je le torpille du regard et tire Thomas par le bras « Come, come ! We’ll find an other shop ! »
Dire plus mettrait nos amis très mal à l’aise, ce que je ne veux pas.

Il fait très chaud, Fabio prend des photos et je traîne mon mal au dos (oui encore et non ça ne va pas mieux, c’est même de pire en pire !) d’une boutique à l’autre. Je conseille Thomas et marchande pour lui les objets qu’il choisit

Les deux nouvelles belles sœurs papotent joyeusement, elles ont à peu près le même âge et, surtout, sont toutes les deux de Poonthura. Comme Thomas, Taddeus ne pouvait chercher ailleurs son épouse.
Thomas fait le plein de petits cadeaux, dans deux jours, il devra laisser Dayana. Une longue séparation les attend.

thomas6

Une réflexion au sujet de « Thomas, jeune marié »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *