Haine des deux côtés des Alpes

Aujourd’hui, dans la Douce France, se prépare encore un défilé de la haine, amalgame d’homophobes, de catholiques réactionnaires, de conservateurs moisis, de fascistes décomplexés et de crétins en tous genres.

Suppôts du patriarcat, d’un pas martial et le menton haut, ils vont battre le pavé en hurlant des slogans sexistes, racistes, agressifs, xénophobes, homophobes.

De l’autre côté des Alpes, dans une Italie désenchantée et appauvrie, des Grillini du mouvement des « 5 stelle » répondant à l’invitation de leur chef, Beppe Grillo, ont déversé une avalanche d’injures sexistes, violentes, d’une hallucinante vulgarité, contre la présidente de la Chambre des Députés et contre les députés du PD, particulièrement contre les femmes élues.
Le style ? «  Vous n’êtes là que parce que vous savez tailler des pipes ! »
Sur un autre Front, les fachos de la Lega Nord n’en finissent pas d’insulter Cécile Kyenge ministre pour l’Intégration qui, dignement, répond « Je ne suis pas une femme de couleur, je suis noire ».

Des deux côtés des Alpes, des gouvernements hypocrites, incapables, vendus à la finance.
Le pouvoir entre les mains de la gauche molle, prête à tout pour garder le pouvoir et à rien, ou si peu, pour défendre les droits des peuples.

En France, toute honte bue, le président et ses acolytes, s’allient ouvertement au MEDEF et affichent un grandissant mépris du peuple.
En Italie, le Parti Démocrate au pouvoir, supposé de gauche, vient de nouer une alliance avec Berlusconi.
Avec Berlusconi !!!!!

Des deux côtés des Alpes, la haine se propage, brutale, dévastatrice, odieuse.

Comment ne pas comprendre que la traîtrise de ces gouvernements envers les peuples est insupportable ?

Du vide créé par l’inefficacité de perverses politiques d’austérité renaissent les pires démons.

BfbH1sgIUAA5mNF

 

 

5 réflexions sur « Haine des deux côtés des Alpes »

  1. L’Histoire ne se répète pas, dit-on….Mais tout de même il y a bien quelques similitudes entre les mois de février 1934 et 2014. De quoi désespérer de l’Instruction en 80 ans. Mais comme vous le dites, ce type de manif folklo ne rassemble que des « crétins ». Les crétins comme les cons ça ose tout, tels ces journalistes du « Parisien » de ce dimanche qui publie en réaction à ce phénomène une interview d’un ex Garde des « Sots », le grand bourgeois Badinter. Ce Monsieur qui se défini comme social démocrate, dit qu’il trouve Hollande au « niveau présidentiel » et exprime tout son mépris à l’égard du peuple, (oubliant de préciser que se sont des gens de sa classe sociale qui manipulent l’opinion publique depuis 1789) et s’étonne faussement des mouvements de foules. En somme c’est « déconsidérons le peuple qui s’égare vers le fascisme, ainsi il nous sera encore plus facile de tuer dans l’oeuf toutes réminiscences égalitaires de la vraie gauche »: le fameux « Silence aux pauvres! A la niche, les gens de rien » d’Henri Guillemin

    1. Bonjour Robert! Merci pour ce commentaire 🙂
      Oui, bien trop similitudes entre un temps que l’on espérait révolu et aujourd’hui.
      Déception, peurs attisées, précarité, continuels « dérapages » des politiques, journalistes, chroniqueurs à la noix…tout cela engendre un climat délétère, inquiétant pour l’avenir.
      Je crois vraiment, qu’en France comme en Italie, ce qui manque c’est la justice sociale, le respect des populations, l’humanisme.
      Que l’on instaure enfin le juste partage des richesses, le respect de toutes et tous y compris dans leurs différence et les mentalités changeront.

  2. Bonjour, je fais parti d’un parti très partagé sur ces questions de moeurs où les cadres trouvent que ces sujets font plutôt dans la diversion vis à vis des thèmes majeurs que sont : les inégalités et les problèmes socio-économiques comme le chômage et l’ordo-libéralisme : C’est à dire l’euro imposé à une zone hétérogène économiquement, l’indépendance de la BCE vis à vis des politiques et de l’emploi, le libre-échange dérégulé pour le premier et la concurrence libre et non-faussée organisée dans de plus en plus de secteurs par l’UE pour le second, ce qui met en concurrence les travailleurs entre eux de plus en plus, éteint petit à petit les services publics et les États-providence comme espaces de solidarité. Ceci avec en plus depuis la crise de l’euro, une austérité terrible subie par les simples gens. C’est vrai que ce ne sont pas les plus évolués intellectuellement et émotionnellement qui prennent des positions rétrogrades sur les questions des moeurs et qu’il patiemment et inlassablement expliquer à ces membres pourquoi il ne faut pas participer à ce genre de manifestation, c’est vrai que des fois ils me fatiguent grave*, si vous me passez l’expression, mais ce sont aussi des gens comme vous et moi qui m’émeuvent plus que Hollande ou Ayrault.

    Bon, ils ont fini par comprendre qu’il ne faut pas y aller !

Répondre à Robert Spire Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *