De l’importance du corps : chirurgie esthétique et burqa

Une nouvelle loi vient d’être promulguée en Italie, son but, interdire la chirurgie esthétique mammaire aux mineures. En effet, 5% des patientes ont moins de 18 ans.
Très souvent, l’opération est offerte par les parents à l’occasion, par exemple, d’un anniversaire.

Pratiquée aux quatre coins du globe, la chirurgie esthétique est en pleine expansion.
Dans un monde où un enfant meurt de faim toutes les 5 secondes on ne peut qu’être frappé par l’incongruité (que dis-je, la totale ineptie) de cet engouement.

Chaque partie du corps peut désormais être retouchée. Seins, nez, oreilles, fesses, ventre, tout est bon pour le bistouri, même la vulve ou le vagin.
En Suisse, des chirurgiens, sex designers, proposent aux femmes un remodelage complet du sexe. L’intervention la plus demandée est la diminution des nymphes.
Destiné à augmenter le plaisir du partenaire (petite bite !) le rétrécissement du vagin est aussi très pratiqué.

Quelles qu’en soient les motivations, le nombre impressionnant de ces recours à la chirurgie esthétique indique clairement l’importance essentielle que l’humain du XXI siècle accorde au corps et particulièrement au corps féminin.
Souffrir pour le transformer ou s’ingénier à le cacher dénotent la même obsession, celle de la chair.
Chair étalée, offerte.
Chair voilée, interdite.
Chair toute puissante dont l’attrait serait si fort qu’une burqa doit la soustraire aux yeux des mâles, pauvres obsédés incapables de juguler leur libido.
Chair soumise aux pires turpitudes imposées par le marché pornographique.
Chair martyrisée.
Chair glorifiée.

Pourtant, le corps n’exige pas toutes ces attentions. Il a besoin d’être nourri, lavé, soigné quand il souffre. Le sommeil lui est essentiel. Il aime ne pas avoir froid, bouger, se reposer après l’effort, être caressé,  faire l’amour.

Est-ce pour oublier que nous sommes mortels que nous lui  accordons  une telle importance ?
Ou l’humain est-il vraiment devenu une marchandise malléable ?

A lire: la tyrannie de la beauté

Répondre à Celeste Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

28 commentaires sur “De l’importance du corps : chirurgie esthétique et burqa”