La télé et moi

Flânant ce matin sur quelques blogs choisis, j’ai laissé, coïncidence, deux commentaires sur la télé.
Chez Cat, inspirée par la photo d’un coin du feu convivial, j’ai écrit trois lignes sur les veillées d’antan de nos aïeux campagnards.
Quand l’hiver les voisins et amis se réunissaient devant la cheminée pour y griller des châtaignes en sirotant la piquette locale et que le conteur attitré, ou improvisé, enchantait l’assistance de ses récits. On discutait des petites choses quotidiennes, les semailles, la rigueur du temps, les nouvelles des uns et des autres (ça devait médire aussi). Parfois l’un jouait un air d’accordéon, de violon ou de vielle et l’on chantait.

Bon, ne nous laissons pas pour autant emporter par une vision idyllique de la vie paysanne de nos ancêtres. Leur existence, passée à gratter une terre qui bien souvent n’était pas la leur, était dure, ingrate, liée à la versatilité des récoltes.

Puis arriva la télé. Au début les villageois se réunirent au café pour la regarder et les chopines de gros rouge aidant, l’ambiance était fort animée.

Mais en quelques années elle se répandit dans les foyers et chacun resta chez soi, l’œil rivé au petit écran qui était supposé lui offrir une inégalable ouverture sur le monde.

Plusieurs décennies plus tard, au vu de la soupe télévisuelle proposée par les chaînes les plus regardées, on peut légitimement se demander ce qu’est devenue cette fameuse ouverture sur le monde qui a eu pour effet collatéral immédiat de fermer sa porte aux voisins.

Mais qu’elle était belle, dans mon regard d’enfant, cette première télé, arrivée chez mes parents à la fin des années soixante !

J’ignorais alors que la censure veillait au grain et que l’ORTF n’était pas exactement le lieu de la parole libérée.

Donc ce matin, j’en étais à ce stade là de ma réflexion lorsque, passant chez Swâmi pour ma visite quotidienne, je découvris, avec ravissement, « le petit train de la mémoire » des interludes de l’ORTF (qui étaient aussi nombreux que les pannes).

Et la porte des souvenirs s’est ouverte.

J’ai revu des images brouillées du générique des « Histoires sans paroles » et ô merveille bakedbeans a déniché la vidéo.

Je me suis souvenue que le premier film que j’ai vu sur notre télé, une Radiola achetée à Argenton sur Creuse, a été « Mon épouse favorite » un film américain avec Cary Grant et Irene Dunne, que j’avais a-do-ré.

monepousefavorite.jpg

Et puis chaque soir, vers sept heures, nous nous serrions tous les quatre (papa, maman, ma sœur et moi) sur le canapé de peluche grise, face au téléviseur. Il était posé sur Sa table en acajou luisant, dont les fins pieds de métal noir partaient en trapèze vers le tapis en coco rêche de la salle à manger. Et nous regardions Robin des bois, diffusé en feuilleton. Chaque épisode, que j’attendais avec impatience, durait une vingtaine de minutes. Bonheur.

Le dimanche, en fin de matinée, il était hors de question de rater. « La séquence du spectateur ».

Puis il y avait Discorama, avec la merveilleuse Denise Glaser, son visage fin et lumineux sous la frange noire, son élégance, sa voix grave, son sourire, son empathie, ses silences. Denise Glaser qui possédait ce don, si rare, d’inciter ses invités, comme ça, mine de rien, à dévoiler une part intime, sensible, authentique, d’eux-mêmes. Denise Glaser qui en donnant la parole à de jeunes artistes inconnus leur a permis d’accéder à la célébrité.
Sans facilité, ni flatterie, ni curiosité déplacée
Mais avec humour, avec intelligence, avec distinction.

denise_glaser.jpg

Après 1975, à la suite de l’élection d’un président qui voulait incarner la rupture (tiens lui aussi c’est une manie chez eux), le fameux Giscard d’Estaing, elle sera remerciée à cause de son profond ancrage politique à gauche. Arrivée au pouvoir la clique Mitterrandiste n’aura pas l’idée de faire appel à ses talents.
A son enterrement en 1983, seules deux artistes l’accompagneront au cimetière, Barbara et Catherine Lara.
Elle avait 63 ans.

Après Discorama la télé était réduite au silence car il n’était pas question de manger en la regardant.

Elle ne reprenait vie que vers cinq heures pour le film du dimanche après-midi (toujours américain maintenant que j’y pense). J’avais onze ans, western ou comédie c’était de toute façon un régal.
Le mot fin qui s’inscrivait sur l’écran concluait aussi ma journée de téléspectatrice. Le grand film du soir m’était, à mon grand dépit, formellement interdit.

J’aime avoir des souvenirs, c’est l’inestimable cadeau du temps qui passe.

Et vous, de quelles émissions vous souvenez-vous?

34 réflexions sur « La télé et moi »

  1. je me rappelle nettement du générique des dossiers de l’Ecran, tu sais, les pages qui se tournent… pas la suite, car c’était l’heure du dodo.
    Sinon, l’Ecole des Fans.Le Juste Prix, le dimanche chez Mémé, la seule émission qu’on regardait en mangeant.
    Le premier film dont je me rappelle, c’est « les révoltés du Bounty », mais pas la fin, parce que le poste a pris feu C’était rigolo, le bateau brûlait sur la télé,
    et la fumée montait du poste!

  2. J’ai le droit de dire « le club Dorothée »… ? (oui… non… ?)

    Mais c’est vrai que mes premiers souvenirs, c’était RécréA2, les 4zamis, et ces petits trucs du début des années 80′, qu’on regardait alors que dehors il neigeait. Des droles de souvenirs où la télé semblait parler d’un monde que je ne connaissais pas… C’était marrant la télé quand on était jeune, 3 chaines seulement.

    Je pense à l’enfant qui découvre aujourd’hui la télé via Canal Satellite et ses 200 chaines… Ca le fera sans doute moins. Moins de trucs cultes. Dommage pour lui, mais ca sera une autre génération.

    Bon weekend

  3. elle n’est arrivée chez mes parents qu’avec leur départ de Toulon et leur installation dans une retraite un peu isolée (pour trouver un lycée pour leur « ravisée » sourde) et elle était rarement regardée, rugby ou film intéressant. Je n’ai pas les souvenirs qui rassemblent les un peu plus jeunes que moi, ou moins « vieille société » quand on se rassemble pour parler et se taire de temps à autre sous prétexte de lecture. Les deux seules soeurs chez lesquelles elle est très regardée ont une pièce ou un coin d’une grande pièce pour ce seul usage, et ceux qui l’entourent se battent pour avoir la télécommande. Je reste généralement debout et je regarde un moment parce que le zaping est amusant

  4. Bonne nuit les petits et le marchand de sable qui me terrifiait…et puis calculer l’angle exact et la bonne position du corps pour être invisible, l’oeil dans la mince ouverture de la porte de ma chambre et regarder des films que je ne comprenais pas après l’heure fatidique de 20h30…Et la séquence du spectateur, l’invité de plus à la table du dimanche et mon père qui faisait chuuut ! l’index dressé parce qu’il voulait écouter… Et la petite maison dans la prairie, synonyme de vacances, quelle tristesse au moment du dernier épisode avec l’anticipation du retour en classe… Plein de souvenirs en fait !
    Kiki 🙂

  5. J’écoutais « la famille Duraton » et les « Maîtres du mystère » à la radio… et je fût invité chez des voisins pour voir le couronnement d’Elisabeth II d’Angleterre à la télé !… C’était moderne chez mon voisin…

  6. Zorro, Bonne nuit les petits, Les chevaliers du ciel, J.Martin…,Léon Zitrone, Micheline Dax,M. Biraud…,
    bon j’arrête,ça fait vieux de chez vieux!!!:-)

    merci pour le lien!

  7. C’est moi qui suis Colargol
    L’ours qui chante en fa en sol
    En do dièse en mi bémol
    En gilet et en faux-col

    Le roi des oiseaux
    Vous le savez mes amis
    M’a donné un beau
    Sifflet pour faire Cui Cui
    Cui Cui
    Cui Cui
    Cui Cui
    Cui !

    C’est moi qui suis Colargol
    L’ours qui chante en fa en sol
    En do dièse en mi bémol
    C’est moi qui suis Colargol

  8. Nous devons avoir à peu près le même âge puisque j’ai les mêmes souvenirs…
    Aujourd’hui je ne regarde plus la télé…pour retrouver, justement, les soirées d’autrefois.
    Et puis quelle aliénation, quelle manipulation !
    ( Mais cela n’engage que moi ).

  9. Zorro,Thierry la fronde,la sequence du spectateur et bien sur Pierre Tchernia le jeudi je crois.Mais aujourdhui je n’ais pas de télé,en fait je n’en ai jamais eu depuis mon indépendance parentale il ya 34 ans…Avant quand tu te retrouvais chez des amis,hop une biere,un disque..Maitenant une biere toujours mais on ne baisse
    même plus le son…(de la tv))Et le peu que je subis ne me laisse aucuns regrets.Je me demande comment en la regardant quotidiennement on à encore quelques recul recul.

  10. « La piste aux étoiles » est ma première découverte télévisuelle. Nous n’avions pas la télé mais tous les mercredis soirs un couple de vieux voisins nous invitaient, ma soeur et moi, à regarder cette émission. Je ressortais de là des paillettes plein les yeux et la tête pleine de rêves. Puis des amis de mes parents on eu la télé, et tapies sous la table de la salle à manger, leur fille et moi cessions de nous chamailler dès que nous entendions le générique de « Histoires sans paroles » que nous regardions avec délice. Thierry la Fronde nous passionnait également. Je n’aimais pas « Bonne nuit les petits » ni « Saturnin » car je n’y croyais pas. J’aimais bien aussi « la séquence du spectateur ». Ha ! Et puis il y a eu « Belphégor », un feuilleton palpitant pour la gamine que j’étais.
    Par la suite, quand mes parents on enfin eu la télé, j’ai aimé les émissions de Maritie et Gilbert Carpentier, mais aussi des téléfilms dont je me souviens encore : « La mégère apprivoisée » avec Rosy Varte et Bernard Noël, « Les Hauts de Hurlevent » avec Geneviève Casile et Laurent Terzieff. Où peut-on les trouver ? J’aimerais bien les revoir …

  11. Je n’ai aucun souvenir, je me souviens que nous n’avions pas la télé enfant, mais je ne sais pas pourquoi quand elle est finalement arrivée, je ne devais pas être si « vieille » que ça, je ne la regardais pas, je n’arrive pas à me rappeler où elle était. Et puis je suis partie de chez mes parents assez jeune, et je n’ai pas eu de télévision avant l’âge – avancé n’est-ce pas de quarante ans…

    Et le très peu que je la regarde me donne à chaque fois l’occasion de le déplorer, comme il se trouve que je viens de l’avoir fait hier.

  12. merci pour les coms

    @tisbea
    « Les hauts de Hurlevent », une merveille, que j’aimerais bien revoir
    « Thierry la Fronde » oh oui!
    inoubliable

    @PStern
    les belles années de la radio, « la famille duraton »

    j’écoutais Salut les Copains sur europe 1….
    et le matin une chronique de Pierre Chabrol, qui me plaisait particulièrement.

    aujourd’hui, je ne regarde pratiquement plus la télé.
    A part quelques émissions reportages,la télé italienne, est plutôt pathétique.
    sinon j’ai tV5, ce qui me permet d’être quotidiennement agacée par le journal de poujadasse qui est retransmis le soir.
    Par chance j’ai ARTE, qui relève le niveau.

    mais depuis que j’ai Internet facile, je fréquente beaucoup les sites d’infos et les blogs qui permettent d’être actif et non pas simple spectateur sur son canapé.

    1. Bonjour
      Je pensais que ma mémoire me faisait défaut en me souvenant d’un feuilletons que j’ai regardé avec mes parents a la télévision, étant enfant. Il s’agit des Hauts de Hurlevent , avec Laurent Terzieff. Mes parents n’étant plus de ce monde, ne peuvent me confirmer si cette série existe bien. J’ai regardé la filmographie de cet acteur, il y a un an ou deux, sans jamais aboutir a un quelconque téléfilm. Miracle!! aujourd’hui, alors que mes recherches étaient tout autre, je tombe sur cette page ou une personne site cette série avec Laurent Terzieff. Ouf!! j’ai encore toute ma tête, enfin je pense….Un grand merci a vous.

  13. Quelques séries, Thierry la Fronde, (le plus fort du Monde), Zorro, sa moustachette à la Disney et le Sergent Garcia, Bonanza, le Western du dimanche après-midi, au Théâtre ce soir et les décors de Donald Cardwell, Belphégor (ridiculement mal joué… ne manquait que Philippe Toretton), les émissions pour enfants de Pierre Tchernia, bien avant Dorothée et Dragon Ball Z, Nounours et le manège enchanté… jamais de plaisir véritable, pas de partage.

    Le plaisir c’était le cinéma dans le vestiaire transformé en salle obscure, les bobines qui arrivaient en camionnette l’après-midi, les gamins que nous étions, serrés sur des bancs devant, les « vieux » derrière, la moitié du village réuni pour… Jour de Fête, la Belle Américaine, La Strada, Laurel et Hardy, Charlot… des chefs d’oeuvre et des navets aussi… le film qui cassait parfois… les rires…
    C’était avant la télé…

  14. Frousse : « L’Île aux trente cercueils ».
    Rêve : « Le Cinéclub ».
    Moustache : « Les brigades du tigre ».
    Gloussements : cf Agathe.
    Culture : « le journal du hard ».
    Héros : Claude Pierrard.
    Sport : Lewis/Powell.
    Sieste : « L’homme du Picardie ».
    Erotisme : « Apostrophe ».
    Conscience/télévision : Timisoara.
    Musique : « Les enfants du rock » et John Barry.
    Animation : « La Linea ». http://www.tv5.org/TV5Site/la_linea/
    Foutoir : « Droit de réponse ».
    Joie et souffrance : Folon.
    Inouï : le « procès » des Ceausescu.
    Souffrance : « Cosmos 99 ».

  15. @ Otir

    t’avais peut-etre pas la télé, mais personne mieux que toi a su me rappeler les wagons rouges et verts avec le sol rose du métro parisien d’autrefois. Ma parole, je m’y serais crue!
    Et tu sais quoi? En fait le poiçonneur des Lilas était une poinçonneuse (je le sais, je prenais le métro le dimanche avec mon grand-père à cette station là!).

  16. Hello,

    La liste est trop longue … les 3 premières qui me viennent en tête sont « le film du dimanche soir » et l’excellent générique de présentation, « les dossiers de l’écran », son débat d’après film et son tout autant excellent générique et « récré a2 » … et son pitoyable générique 🙂
    @+ …

  17. @Annie
    si je m’en souviens du cinéma dans le vestiaire!
    inoubliable, même le tacatacataca du projecteur

    @f
    très sympa, votre présentation, à retenir

    @Lory
    tu as raison, le texte d’Otir est superbe (pour le lire vous cliquez sur Lory)

    @Krissolo
    « les dossiers de l’écran » avec ce fameux débat mené par Armand Jameot (je crois)

    merci merci pour vos coms

  18. Moi, je me souviens que notre première télé ne nous appartenait pas (ça coûtait cher à l’époque). Qui se souvient du logo à la coccinelle des téléviseurs Locatel ?

  19. quelles émission? plein!
    Tien une : l’émission jeu (je ne sais plus le titre mais c’était « une institution » de pierre sabbagh. un soir en présentant ses candidats il a dit « les voilà! heureux de vivre! »

    Il est mort
    les « heureux de vivre » aussi

  20. @roland

    émue par la superbe chanson d’Aznavour, j’ai laissé un com chez vous, mais j’ai l’impression qu’il s’est perdu dans le web.

    c’était pour vous remercier, j’y ai vu comme un prolongement à mon billet

  21. je me souviens de tout presque ! Jean Nohain , Janique aimée ..et sa choucroute sur la tête , tout tout mais .. surtout le « aujourd’hui madame » où l’on nous montratit comment tailler des jupes et des robes en 2 coups de cuillères à pot .. un délice pour les yeux

  22. un belle homage à la magnifique Denise Glaser sur FR3 avec son Discorama ! j’ai 46 ans et je me souviens de cette emission du dimanche midi tout au moins les derniéres 72’à 74′ ! oui Denise glaser a était salement abandonnée et méchament remerciée par les autoritées de l’époque en janvier 75′ elle morte seule dans son appartement de la rue du pot de fer a PARIS ! en 2007 oui des gens aujourd’hui pensent encore a elle !
    encore bravo Mme glaser d’avoir écrit un bout d’histoire du « PAF »

  23. … que de souvenirs… ICI ou LA BAS…car je suis une ilienne, de très loin, LA BAS dans le pacifique… et la TELE est arrivée en 1966 sur mon ile.. La nouvelle calédonie.. avec une ouverture sur l’AILLEURS… extraordinaire, pour nous.. enfants ou adultes d’ailleurs.. Bien sûre cet objet était cher, inconnu, alors, les vendeurs de télévisions, laissaient leurs vitrines éclairées avec derrière: des télé qui fonctionnaient… et nous, nous venions à 19h la regarder.. si vous saviez toutes les prières que je faisais ( moi l’athée.. c’était plutôt risible..)pour qu’une place soit libre devant cette vitrine… et là: ce fut:

    nounours et son célèbre bonne nuit les petits..
    des sujets que je ne comprenais pas..aussi..
    et ensuite la télé arriva à la maison..

    robin des bois..
    Belle et Sébastien: j’adorais..
    et ce feuilleton: l’homme du picardie.. interminable mais si lointain pour nous…

    et , des émissions comme celle de Denise Glaser, me fascinaient.ou :ces fameux dossiers d e l’écran..
    je m’en mettais plein les mirettes…
    « au théatre ce soir » : des fous rire avec maman.. garantis..
    mais il n’y avait à peine que 4 heures de diffusion: et dans certains endroits la télé n’existe même pas..

    mais la RADIO restait notre première ouverture: je me revois, assise devant ce grand poste, près d e maman, à écouter avec cette petite peur au ventre: « les maitres du mystère » et sa musique diabolique..
    les jeux des mille francs toujours écouté chaque jour: le jeu de papa..

    mais j’aime savoir que malgré nos différences, nous avons vu les même … émissions..

    je la regarde plus ou moins, cette télé .. mais LA BAS c’est toujours une ouverture sur l’AILLEURS…

    j’aime relire tous ces titres d’émissions que nous avons oublié..

    1. Manola ! Moi aussi j’y étais en Nouvelle-Calédonie en 1969 et mon souvenir de la télé, c’était d’avoir attendu, attendu, attendu, devant le poste qui ne montrait que la mer immobile vue depuis un bateau de guerre américain le retour de la capsule Appolo 11 (en direct, disait-on …). je ne sais pas si j’ai vraiment vu le LEM amerrir, en fait. A l’école, on passait les récrés à commenter gravement et passionnément les derniers déboires des Shadocks et yahhh !!!!, je gagnais aux billes dans la cour de l’Orphelinat II !!! Et j’aimais la radio, pour la place laissée par le son à l’imagination (qu’il est doux de ne rien faire quand tout s’agite autour de vous ….)

      Depuis, j’ai su que c’était le porte-avion USS Hornet (CV-12) et que c’était sans doute le 19 ou le 20 juillet 1969 …. Depuis, on est passé aux tristes cartoons signés Hannah Barbera. Le monde est devenu triste et compliqué et la Lune n’a plus aucun charme.

      « Que sera sera » ….. Les silences de Denise Glaser font toujours plus de musique à mes oreilles que tout le bruit d’un monde décati et tout le blabla des fantoches de plateau-télé …

  24. Sympa tous ces commentaires….. ! Si vous vous rappelez, le film du dimanche après-midi dans la première moitié des années 60 était annoncé par une musique que j’ai encore en tête et que je trouve géniale ! ais … je n’ai jamais réussi à la retrouver car je ne connais ni l’auteur, ni le titre…. Quelqu’un a une idée ?

    Merci !

  25. nous avons manifestement les mêmes souvenirs télévisuels. Je découvre avec plaisir votre blog suite à l’entretien chez Zoridae.

  26. tout pareil, j’ai cinquante ans depuis un mois et rien perdu de cette télé noire et blanc. Tchernia et ses extraits de Disney au choix du spectateur (interactivité, déjà !), les dossiers de l’écran avec un générique qui foutait la trouille, calé contre ma maman pour voir le film (le Titanic, déjà !, mais pas celui de Cameron !) daktari et flipper, et pépin la bulle, les cinq dernières minutes avec raymond Souplex, enfin cette atmosphère de tartine beurrée, avec du chocolat Poulain rapé dessus : tendre bricolage d’époque…
    Nostalgie, vilaine maladie !

  27. @merci du com Michel

    Je me souviens très de Pierre Tchernia et des extraits de Disney, les dossiers de l’écran (c’était en semaine je n’avais pas le droit de regarder le film), le Titanic, très juste, impressionnant!

    bof, un peu de nostalgie de temps en temps ne fait pas de mal, suffit de ne pas en abuser 😉

  28. j’ai le souvenir d’un générique de ciné club, avant celui des visages et de l’orgue de barbarie, il intercalait des phrases mythiques extraites des classiques d’avant guerre et des musiques de film, par exemple après le fameux « atmosphère » passait un extrait orchestral d’ « avoir 1 bon copain » ou après le « t’as dbeaux yeux tu sais » c’était le thème d’une vieille chanson sur paris, etc… çà me turlupine, un peu comme 1madeleine de Proust j’adorerais le retrouver et l’entendre

Répondre à joline-103 idées Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *