Le bain de Cléopâtre

« Quelle femme n’a jamais rêvé de se baigner dans du vrai lait d’ânesse ? »

Moi !

Nager dans l’eau tiède d’une mer tropicale, me rouler dans l’herbe, faire des galipettes dans le foin, oui !
Mais le bain de Cléopâtre, barboter dans du lait d’ânesse, certes non !
Beurk !

Surtout quand, à la suite de cette question idiote posée une créature aussi suave que conforme aux artificiels canons de l’obligatoire beauté décomplexée, j’apprends que le bain en question a un prix, et non des moindres, puisque chaque litre de lait coûte 68 euros.
Ce qui nous met la trempette à environ, allez… cinq milles euros.

Voilà une fantaisie qui n’est point à portée de toutes les bourses !

Que de riches greluches soient suffisamment inconscientes de la misère du monde pour aller tremper leur chair dans ce brouet luxueux, voilà qui malheureusement ne me surprend guère. Quand la richesse est élevée au rang suprême de la réussite personnelle, elle s’accompagne rarement de la solidarité et de l’humanisme.
Dans un pays où le président consacre l’essentiel de son action à caresser la croupe des possédants de peur que ceux-ci ne lui retirent leur soutien, imaginer que les nantis qui pataugent dans le lait d’ânesse puissent avoir ne serait-ce qu’une pensée pour les familles vivant sur le sol français qui n’ont pas suffisamment d’argent pour acheter du lait tous les jours, relève probablement de l’utopie !
Je ne m’étendrai pas non plus sur le sort des milliers d’enfants bengalis qui, à la suite d’un ouragan dévastateur, sont privés non seulement de lait mais aussi de riz, de viande, d’école et de maison. Les journaux télévisés ont déjà délaissé l’affaire, réservant leurs reportages à des événements autrement plus intéressants.

Car, et c’est là le motif initial de mon énervement, c’est samedi soir, lors du journal de France 2, chaîne publique, que la question du bain dans du lait d’ânesse, me fut posée.

Voilà donc une équipe de « journalistes », travaillant pour un service public, qui est allée, avec tout son matériel (d’où un certains nombre de frais) enquêter sur un sujet de première importance en ce début d’hiver marqué par les grèves, les contestations estudiantines, la baisse du pouvoir d’achat, la misère, les sans papiers, les sans abris et la précarité : les Spas.
« Imaginez-vous, a déclaré samedi soir le blondinet bien coiffé qui présente le journal, vous êtes, en France, 5 millions à fréquenter les Spas. »
« Fichtre ! ai-je pensé, en voilà de l’info ! » Invérifiable par ailleurs.
Suite à quoi, nous sommes partis à la découverte de ce monde enchanté où une heure de massage coûte 195 euros.
Pire encore, on nous a aimablement indiqué les noms de ces délicieux endroits, ce qui permet d’en trouver l’adresse d’un simple clic, ou en consultant un annuaire.
Autrement dit, le journal d’une chaine publique fait, en toute quiétude, la publicité d’établissements commerciaux privés proposant des prestations inaccessibles au téléspectateur Français moyen (en admettant qu’il en ait envie).

Hallucinant, gerbant !

A tel point que je m’interroge.
Les responsables de l’info de France 2 sont-ils :
Des crétins inconscients qui vivent dans une bulle sans se rendre compte de la réalité ?
Des salauds méprisants qui veulent faire baver la populace d’envie ?
Des sbires Sarkoziens qui pensent ainsi motiver le travailleur « si tu bosses plus tu pourras payer le lait d’ânesse à ta femme » ?
Des individus sans scrupules qui profitent de leur position pour faire de la publicité à des copains ?
Ou des cryptorévolutionnaires qui tentent de provoquer chez le téléspectateur une saine rébellion en lui montrant comment vivent les vrais privilégiés d’aujourd’hui ?

Non, parce qu’il pourrait bien arriver que le peuple (nous) qui se serre la ceinture, finisse par ne plus supporter le spectacle du mode de vie de ceux à qui le gouvernement offre des cadeaux fiscaux.

Enfin, j’espère…

cleopatre_bain_lait.jpg

Dessin emprunté et bidouillé par nos soins.

D’autres idées de dialogue?

30 réflexions sur « Le bain de Cléopâtre »

  1. > « Des sbires Sarkoziens qui pensent ainsi motiver le travailleur « si tu bosses plus tu pourras payer le lait d’ânesse à ta femme » ? »

    Voilà toute la clé du système capitaliste actuel, dont les plus fervents défenseurs sont ses propres victimes, et qui choisit ses dirigeants parmi les plus malades : Faire miroiter à chacun la possibilité lointaine de devenir l’un de ses privilégiés – tout comme miroite la possibilité lointaine de gagner au loto pour qui y va de ses deux Euros – en y ajoutant le grain de sel de la culpabilité : Si toi, tu n’arrives pas à te baigner dans le lait d’ânesse, c’est que tu es trop nul, trop paresseux, pas assez futé, donc bref, on te bourre le crâne que tu as dans le système la place que tu mérites, et qu’il ne tienDRAIT qu’à toi qu’elle ne soit meilleure.

    Une déclinaison occidentale du système des castes, où tu en as pour ton karma, mais en version strictement matérialiste.

    Tout étant ainsi pour le mieux dans le meilleur des mondes télévisuels aux couleurs saturées, comment pourrait-il y avoir révolte ?

    Il est étonnant de voir à quel point cela fonctionne, et même quand le navire tangue et que les membrures grincent, la majorité de nos con-citoyens restent hypnotisés par cette illusion, le regard fixé sur la ligne bleue du journal télévisé…

  2. Oui, ces reportages sont débiles et révoltants d’une certaine façon. Mais on entre dans la période où je deviens (encore plus) allergique aux reportages tv: l’époque des fêtes, où on enchaine les reportages sur le chocolat, les marchés de Noël, etc.

  3. Beau système effectivement, où il convient de faire admirer les acheteurs de lait d’ânesse et faire jalouser celui qui n’a que les moyens de payer son lait 1ct d’euro de plus que le jalouseur.

    En même temps, pour être capable de payer une telle somme pour un produit en réalité aussi banal, ça prouve qu’on peut être très riche et très con.

    A quoi rêvent ces riches ? A connaître par coeur le vaste monde et pas seulement les palaces ? A contempler des oeuvres d’art* ? Non, à se tremper le fion dans du lait.

    * Je ne vais pas jusqu’à dire : à soulager la misère et à moins pomper l’air des autres, il y a des limites à l’utopie.

  4. Ecoeurant, gerbant, oui… Mais il faut comprendre l’esprit de la rédaction de France 2 : il est impératif, nécessaire au salut de la France que l’on fasse croire aux français-e-s que finalement, nous sommes tous des Sarkozy en puissance… Que finalement, nous avons tous des envies de de vautrer indéfiniment dans le luxe sans penser aux autres. Dire que 5 millions de français fréquentent les spas (ce qui est faux, puisque c’est 5 millions de visites, pas de visiteurs) est une manière de banaliser les « exploits » de Nicolas Sarkozy : 20000 euros de salaire mensuel, des jets privés, des vacances dans des chateaux de 2000m2, des rolex à n’en plus savoir quoi en faire, etc…

    D’ailleurs je lisais, je ne sais plus où, que le président Sarkozy allait, lors de son séjour en Chine, séjourner dans une suite de 800 m2 dans le « très exclusif » (c’est sur la plaquette de présentation) Sofitel Wanda Beijing, au prix de 8800 euros la nuit (tarif week-end), alors qu’un appartement lui est traditionnellement réservé dans la résidence de l’ambassade, sans compter les très nombreux palais officiels qui l’auraient accueilli gracieusement…

  5. Il y a dix ou quinze ans, je m’énervais devant Capital, l’émission à gerber de M6 qui donnait à voir des winners et nous exhortait à les imiter. Ma propre mère me disait que j’exagérais, que ça aussi, c’était de la culture générale (sic).
    Maintenant, c’est toutes les chaînes publiques qui diffusent ce genre de sarkonneries…

    Bises

    PS : désolée, je parle comme une vieille bique ! A 31 ans, ça promet 😀

  6. Moi aussi j’ai entendu ça sur la 2 hier soir et j’ai été pareillement révoltée ! je suis contente que quelqu’un l’ait dit surtout avec la saine indignation que vous manifestez;
    Bravo!

  7. Je n’ai pas vu ce publi-reportage, je suppose que toute la rédaction a été invitée à séjourner gratos !
    Mince, et moi je viens d’acheter un lait corporel au lait d’ânesse bio au salon Marjolaine ! (…).

  8. Hello,

    Tout a été dit, par toi et par les commentateurs précédents, sur ce sujet du JT de France 2. JT que, soit dit en passant, j’ai décidé de ne plus regarder. Comme je l’ai fait il y a plus de 10 ans maintenant avec celui de TF1. France Inter, Canal +, Rue89.com et l’Equipe (personne n’est parfait 😉 me suffisant amplement.
    Or donc, comme tout a été dit à propos de ce sujet, du Jt et des infos en général je vais me prêter à ton jeu pour trouver d’autres dialogues. Je te propose le suivant : Elle : « Comment ça, elle ne te plait pas ma réforme de la Justice?! ». Lui : « Mais non, mais non, elle est très bien votre réforme! »
    Bises. @ + …

  9. oh le Sofitel même si ce n’est pas à Pékin, une fois dans la vie d’une travailleuse vivant dans 20m2 avec une douche antidiluvienne c’est un très cher souvenir. Mais grace leur soit rendue pas question d’un horrible bain au lait d’anesse ni même de jakubidule, juste une orchidée neuve chaque jour.
    Pour le dialogue : il pourrait dire « tant que l’on peut faire grève » et demander à renégocier son contrat de travail ? parce que rien ne dit qu’il supporte le contact du lait d’anesse

  10. post scriptum : il est quand même important que les gens ne se posent pas de question sur ce qui les concerne (le pire est que, fatigués, ils ne demandent pas mieux que de se faire avoir, si c’est bien présenté – quand atterriront-ils, atterrirons-nous, et vers qui se tourner ?)

  11. Pour ne pas mourir idiots : http://www.bourricot.com/

    Tout tout tout, vous saurez tout sur le lait d’anesse…

    et ses mirobolantes vertus susceptibles de défriper la peau de tops peroxydées et anorexiques, se dandinant devant de riches saoudiennes voilées, délicatement vêtues de toiles d’araignées bio assemblées par des petits indiens malnourris, sous la férule d’un riche indien bien nourri…

    Les très très riches ne sont pas en France, ni même en Europe… ils y sont juste domiciliés parce que les banques y sont mieux protégées… Les très très riches sont en majorité dans les pays où l’on trouve le plus de très très pauvres… (remarquez, en France on commence à ne pas en être très loin !)

    Moi, le bain de lait d’anesse, j’avoue que ça me fait plutôt rigoler… même si je trouve cela franchement crade, et que j’ai tendance à prendre au deuxième degré ce genre de reportage.

    Juste une question : France 2 ayant la réputation d’être le dernier bastion de journalistes de gauche… est-ce que si vous boycotez pour cause de promotion du grand capitalisme… vous irez vous informer sur Canal + ou TF1, c’est à dire sur les médias aux mains du grand capitalisme ? ça pose un grave problème de conscience, non ?

  12. Cela ne m’énerve pas davantage que de voir à la fin d’un journal TV, une actrice ou un acteur venir faire la promo de son film comme dans une simple émission talk show.
    Aujourd’hui, l’info, il faut la chercher et ce n’est certainement pas à la tv qu’on la trouve.
    Et je suis d’accord avec un des commentateurs ci dessus qui dit ne pas aimer les reportages de Noël.
    D’ici quelques semaines on sera overdosé de jouets, de chocolats, de boules qui brillent.

    Pile le moment où j’aimerais partir à Bamako respirer un peu d’air.

  13. J’ai vu ce reportage et ai été aussi très agacée. Pour avoir bossé dans le quartier où se trouve ce genre d’établissement, j’ai croisé un paquet de femmes qui ne savaient tellement plus quoi faire de leur argent qu’elles sautaient sur le moindre « luxe » du genre. (celui qui m’avait ulcérée dans le genre, c’est la clinique de chirurgie esthétique hors de prix… pour chiens et chats !). Je les plains un peu, en fait.

    (et à part ça Fauvette, j’irais quand même volontiers au prochain salon Marjolaine avec toi ! Pardon Céleste de cet aparté :-))

  14. eh oui l’ambiance de Noël dans les « médias » a bien ĉangé! il y a quanrante ans, les gens déjà ne croyaient plus, mais Noël avait gardé de ses origines une aura spéciale: et les chînes de radio étaient pleines de contes de Noël , de chants de Noëls, (et les vitrines des magasins de crèches). Tout ça est com-plè-te-ment disparu maintenant, vous en chercheriez en vain….
    Noël qui n’était plus guère la naissance de Jésus-Christ, était devenu la fête des enfants, de l’émerveillement, des bons sentiments, des traditions.

    Maintenant Noël c’est la fête de la gastronomie (ah aussi des cadeaŭ) point! Point final

  15. « France 2 ayant la réputation d’être le dernier bastion de journalistes de gauche… »:

    Olala, Annie, où puises-tu des info aussi fantaisistes?

  16. A l’époque où j’étais abonnée au Monde, ils sortaient au moment de Noël un « spécial cadeaux » assez hallucinant, où on pouvait trouver, par exemple, un chiotte en or massif (siège, lunette et couvercle!) ou d’autres infâmies du même style.

    Je dois dire que ça m’avait vraiment fait beaucoup d’effet, je n’imaginais même pas, naïve que j’étais, que des gens puissent être assez riches et assez cons pour acheter des trucs pareils.

  17. bonsoir tout le monde et merci de vos coms
    pas beaucoup de temps pour vous répondre malheureusement!

    « Une déclinaison occidentale du système des castes, où tu en as pour ton karma, mais en version strictement matérialiste. » écrit swâmi, c’est bien vu!

    Le commerce est indispensable, surtout le petit commerce, de proximité, l’épicerie, la boulangerie où celui ou celle qui vit seule et qui peut-être déprime peut aller papoter, trouver un peu de chaleur humaine.
    pour ma grand-mère aller faire les courses était essentiel, sa sortie de la journée.

    par contre, lorsque le commerce devient système, qu’il écrase ses employés et n’offre au consommateur que des rayons froids et anonymes où les prix sont calculés pour enrichir les actionnaires, au détriment de la qualité, je n’aime pas ce commerce là.

    il doit y avoir un équilibre entre le pouvoir d’achat du client, le salaire et les conditions de travail des employés , les prix et la qualité des produits proposés.
    si c’est équilibre est rompu c’est du vol, ou de l’exploitation.

    dans le cas des spas, c’est carrément scandaleux, et encore plus d’en vanter l’existence aux infos sur une chaine publique (pas de gauche d’accord avec mc)

    comme le souligne Dom (coucou Dom), ce n’est pas à la télévision qu’il faut désormais chercher l’information; moi aussi les rubriques promo des films ou des disques sont tout aussi agaçants et n’ont rien à faire dans un journal d’information (d’une chaîne publique de plus est)

    ce n’est pas anodin, ce n’est pas un détail, ça fait partie d’une dérive, effrayante.

    merci Mohamed pour le lien. heureusement il y a encore de vrais journaux (Le diplo, politis, le plan B…) avec de vrais journalistes, des articles d’investigation ou d’analyse.

    et puis il y a le web, qui reste à mes yeux un fantastique outil d’information et de communication

    pourvu que ça dure!

  18. Décomplexés les journalistes, « avant » les gens rêvaient d’une voiture, d’une maison…
    Le luxe tapageur et la beauté éternelle font la une des programmes télévisés et des magazines.
    Devenir mannequin, changer de look, être la nouvelle star …. Le fric c’est chic.

  19. Evidemment d’accord avec ta saine colère!
    A ce « jeu » là, les journalistes se discrèditent totalement !
    régulièrement,chez moi, l’un ou l’autre se lève pour éteindre la télé en hurlant après ses inepties, sa vulgarité, sa violence et son imbécilité…apprenons à nos enfants l’esprit critique!
    je pense que nous ne sommes pas les seuls!

  20. je viens d’avoir une idée diabolique : Et si on mettait en place des commandos armés de bidons de lait de figue pour verser celui-ci à la place du lait d’ânesse dans les spas de ces riches dâmes… C’est terrible le lait de figue, ça brûle un truc de dingue… Bon, le souci, c’est qu’il va falloir un temps considérable pour remplir suffisamment de bidons, mais bon, on peut toujours rêver, nan ? ;-}

  21. Marrant. D’une information apparement légère et dont l’ininteret est grand, tu arrives à une « saine colère » finalement pas si insignifiante que ça.

    La « bain de lait », belle expression… Enfin, que cela ne soit pas la ou les seules choses qui énervent et qui t’énervent. Insignifiant sans aucun doute.

    Mais y a tant de choses à coté qui vraiment m’énervent, que sans doute aurais je zappé cette info (j’ai une excuse, je ne regarde pas les infos sur la 1 et la 2…)

  22. tu as raison Falconhill, un fait qui semble totalement sans intérêt, mais qui finalement est représentatif, d’un état d’esprit, d’une « décomplexion » qui ignore toutes les injustices, d’une banalisation du mode de vie de certains alors que beaucoup d’autres jonglent avec des revenus insuffisants, sans espoir de les augmenter.

    c’est vrai tant de choses sont énervantes…il faut justement les dénoncer

  23. C’est vrai qu’il y aurai beaucoup à dire sur le journalisme en france et beaucoup d’imbécilité à la télé. Pour ma part je ne l’ai plus depuis quelques temps et ça fait un bien fout, même s’il faut reconnaitre qu’il y a un temps de désaccoutumance. Le journalisme papier à l’avantage d’avoir un esprit critique plus développé, et évite en général les mauvais raccourcis. Et internet, quel formidable outil de communication. Il faut cependant reconnaitre qu’il ne s’agit que d’un outil, d’un support sur lequel tout le monde peut participer – ce qui en soit est un progrès monstre – (en tout cas tous les gens équipés de pc qui ne te lâches pas dans les pattes au milieu d’un texte grrr, Swahami, t’aurai pas un super antivirus à nous conseiller pour ton prochain billet? Bizarre mes fenêtres internet se meuvent toutes seules…) Formidable donc si tant ai que l’esprit critique doit être d’autant plus développé pour ne pas se laisser emporter par l’effet « Buzz ».

  24. Je penche pour la un : « Des crétins inconscients qui vivent dans une bulle sans se rendre compte de la réalité ? »

    Je n’écoute plus que la radio, quoi que là aussi, y’ait à redire.
    y’a aussi :
    http://www.latelelibre.fr/
    http://desourcesure.com/ (là, je suis moins sûre, je ne sais pas d’où ça sort)
    et un peu rue 89.
    Le Monde en ligne aussi, il est dans ma netvibes.
    Oui, je sais, je suis accro au oueb …

  25. Je me retrouve dans le com de Cat, quand par hasard je regarde les infos (les touches 1 et 6 étant des touches totalement oubliées de ma télécommande), je passe mon temps à insulter l’écran. Véridique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *