Le tragique destin des enfants afghans

« En 2009, au moins trois enfants ont été tués chaque jour dans des incidents liés à la guerre« ,  a déclaré Ajmal Samadi, directeur de l’ONG ARM (Afghanistan Rights Monitor)
« Une forte augmentation des violences impliquant des enfants a fait de 2009 l’année la plus meurtrière pour eux depuis la chute du régime des talibans à la fin 2001« .

1050 enfants qui ne grandiront pas.
1050 enfants qui n’auront pas l’opportunité de gagner les contrées étrangères occidentales avant d’être renvoyés vers l’enfer.

Massacrés par les bombes des talibans.
Massacrés par les bombes des soldats étrangers.
Massacrés par les mines anti-personnel et autres explosifs, monstrueux souvenirs des conflits passé, qui truffent la terre afghane.

Depuis 1978, date de l’invasion du pays par les soviétiques, le pays est ravagé par la guerre.

L’objectif déclaré de la dernière, celle qui mobilise 113.000 soldats envoyés par les USA et les forces alliées de l’Otan et que 37 000 renforts casqués viendront d’ici peu rejoindre, est de lutter contre le terrorisme international.

Afin que les Talibans ne menacent pas notre sécurité, en 2009, plus de 2050 enfants sont morts ce qui signifie que des milliers d’autres ont perdu, une mère, un père,  un frère, une sœur, une jambe, un bras, un œil ou les deux.
2.038 civils ont été tués entre début janvier et fin octobre.

Un très lourd prix, exagérément lourd, horriblement lourd.

En ce qui me concerne je ne vois vraiment pas en quoi les Talibans menacent ma sécurité.
Le prétexte apparaît donc plus que fallacieux.

Non seulement ce massacre a lieu en notre nom mais on ne daigne même pas nous informer de ses véritables motifs. Il faut croire qu’ils ne sont guère avouables.

Alors bien sûr on peut les imaginer : contrôle d’un territoire convoité, luttes d’influence, profits économiques…

Rien qui à mon sens ne vaille la peine d’assassiner des enfants, de détruire des familles, de trucider à l’aveuglette, de condamner une population à la misère, à la peur.

Régulièrement on nous ressort le comportement des Talibans envers les femmes. Il est certain que le sort de ces dernières est atroce mais je suis convaincue que ce ne sont pas les armes occidentales qui convaincront les hommes de changer .

Si on essayait plutôt la paix, l’aide économique, la construction d’écoles, d’hôpitaux, d’universités ?
Pas à la fin guerre, pas en occupant un pays contre la volonté de la population mais maintenant, tout de suite.

Ça ne coûterait pas plus cher et ce serait autrement plus glorieux !

13 réflexions sur « Le tragique destin des enfants afghans »

  1. « En ce qui me concerne je ne vois vraiment pas en quoi les Talibans menacent ma sécurité. »

    Céleste, on ne comprend pas trop (en tout cas moi…) ce que vous voulez dire en diffusant ce texte. J’ai noté la phrase ci-dessus (entre guillemets) parce qu’elle m’intéresse. Je ne sais pas qui est cet homme qui parle, et en plus je m’en fous. Mais il se trouve que je suis d’accord avec lui : si les talibans ne le dérangent pas, lui, je ne vois pas pourquoi ils me dérangeraient, moi.

    C’est bien pourquoi, tant que NOTRE sécurité n’est pas directement menacée, je ne vois aucune raison d’intervenir dans quelque pays que ce soit. (Je dois vous faire observer que c’est aussi la position d’un homme que vous devez probablement détester : Éric Zemmour…)

    Si les Afghans veulent des talibans, je pense que nous n’avons pas à nous mêler de leurs affaires. S’ils n’en veulent pas, qu’ils s’en débarrassent, selon les moyens qui leur sembleront les plus appropriés et efficaces.

    Mais alors, qu’ils assument tout. Y compris les horreurs de la guerre (décuplées quand elle est « civile »), les massacres d’enfants, les viols de femmes, enfin tout le cortège habituel de la guerre.

    Le problème, comme toujours, est que l’auteur du texte que vous nous donnez à lire triche. On sent très bien qu’il cherche des avantages, qu’il « pousse des pions ». Il commence par avancer ses mille cinquante enfants – pour installer l’émotion anihilante, celle qui va, telle la guêpe fouisseuse sur le cerveau de l’araignée, stopper toute réflexion POLITIQUE, submerger l’intelligence critique sous l’émotion instinctive.

    Ensuite, une fois l’interlocuteur anesthésié, il peut nous dire que les talibans ne menacent pas sa sécurité. Comme, juste avant, il vient de nous rappeler quels monstres ont été les Soviétiques, puis les Américains, puis l’Occident, puis à peu près la terre entière, on finit par se dire que, sans doute, pour ce malheureux pays enfouis, anéanti sous les bombes étrangères qui ne visent que l’intérêt des puissances extérieures, les talibans, eux, au moins, aiment leur pays.

    Oui, oui, bien sûr, la situation des femmes pourrait être meilleure, n’est-ce pas ? Mais peut-on l’imputer aux talibans ? Alors qu’ils sont contraints de faire la guerre au satan extérieur ? Non, bien sûr.

    Et comme il faut bien conclure un texte de propagande par quelques phrases positives, on prononces les mots-gimmicks : hôpital, écoles, aides, universités, population.

    Le bon élève a rendu sa copie.

  2. D’accord avec toi Céleste, on NE TOUCHE PAS les enfants, jamais !
    Les motifs en sont bien entendu inavouables. D’ailleurs, on ne parle plus d’Afghans, seulement de Talibans, comme si le fait de voir son pays envahi par des puissances étrangères destructrices ne suffisait pas à la résistance.
    Ils ont la guerre depuis une trentaine d’années, ils sont dans une région difficile, la puissance soviétique a dû reculer.
    Comme nous-mêmes et plus tard les américains au Vietnam, bien que tout le monde ait raillé ces petits hommes en pyjama noir.
    Croient-ils vraiment apprendre la « démocratie » en leur balançant des tonnes de bombes, en détruisant de ce qui ne l’était pas encore, en tuant, mutilant, pointant une arme sur le ventre ?

    Ca rappelle les conversions forcées au moyen-âge…

    Ils sèment la haine, ils en récolteront les fruits.

    Il est presque impossible de soumettre un peuple contre son gré, l’Histoire nous l’a appris.

  3. @didier Goux

    Ce texte est une petite piqure de rappel pacifiste de mon cru.
    Cette guerre en Afghanistan est une horreur, totale qui n’atteint même pas ses objectifs: éliminer les Talibans
    Non seulement ceux-ci progressent et il faut envoyer des renforts, 37000 soldats mais en plus ils progressent aussi au Pakistan où ils terrorisent les populations.

    Pour ce qui est de notre sécurité, on sait que le terrorisme islamiste n’a plus ses bases en Afghanistan, celles-ci ont été détruites depuis longtemps et les groupes terroristes se sont tranquillement installés ailleurs.

    http://www.legrandsoir.info/Passer-une-nouvelle-couche-sur-une-strategie-qui-a-echoue.html

    Eric Margolis, journaliste américain spécialiste du moyen orient l’explique fort bien

    http://www.polemia.com/article.php?id=2452

    voici sa conclusion:
    « Si seulement le président Obama déclarait simplement la victoire en Afghanistan ! S’il en retirait les forces occidentales pour remettre la sécurité entre les mains d’une force multinationale de stabilisation constituée de nations musulmanes ! Les bons présidents, comme les bons généraux, savent quand il faut se retirer. »

    Oui, la paix et l’aide.
    La négociation et des moyens financiers conséquents.

    Il y a plusieurs manières d’aider des populations opprimées, de toute évidence, en Afghanistan, la guerre et la fausse démocratie (Karzai est un pantin) ne sont pas les solutions.

    Alors pourquoi continuer le massacre de civils et de militaires américains ou alliés.

    L’autre solution est trouver un accord, aider économiquement
    http://blog.emceebeulogue.fr/post/2008/08/25/Afghanistan-Vietnam%3A-memes-combats

    « Quoi qu’on fasse, une « victoire » militaire en Afghanistan n’est simplement pas envisageable. La seule alternative possible c’est d’entamer des négociations avec les taliban et de chercher à impliquer les états de la région (l’Iran, le Pakistan, la Russie, le Turkménistan, le Tadjikistan, la Chine et l’Inde) avec un intéressement à la clé.
    Mais faire cela voudra dire laisser tomber la fable sur le conflit afghan et reconnaître que la guerre est de plus en plus une politique qui n’a pas sa place dans ce nouveau millénaire. »

    Conn Hallinan est analyste politique pour « Foreign Policy in Focus ».

    La guerre étant toujours, la pire des solutions.

    @salut Geno

    « Croient-ils vraiment apprendre la « démocratie » en leur balançant des tonnes de bombes, en détruisant de ce qui ne l’était pas encore, en tuant, mutilant, pointant une arme sur le ventre ?

    Ca rappelle les conversions forcées au moyen-âge…

    Ils sèment la haine, ils en récolteront les fruits.

    Il est presque impossible de soumettre un peuple contre son gré, l’Histoire nous l’a appris. »

    Tout à fait.
    Cette guerre est faite sous de faux prétextes, elle est terrible, les principales victimes sont les enfants et les femmes car non seulement elles sont toujours contraintes de porter la burqa mais en plus elles sont sous les bombes, cette guerre est aussi très coûteuse.

    Il faut trouver une autre solution pour ramener la paix et assurer la sécurité de la population, puis sa santé, son éducation, sa liberté.

  4. Je n’aime pas les comptages de morts « 2038 » car ils deviennent alors des chiffres « comparables » Qu’il y ait une diminution de « 1 » ou de 100 ça change quoi…La guerre c’est l’enfer des vivants. Et puis perso je trouve que l’on ne fait pas trop cas du fait que ce soit le plus gros producteur d’héroine de la planète…et ce depuis bien plus longtemps que l’invasion 78…Mais c’est pas grave, car comment faire la guerre si l’on n’a pas le minimum de cash…Voilà tout d’un coup que l’on s’en prend au Yémen…ou tous les mâles sont défoncés 24/24. Pas d’héroine au Yémen? Faut voir…
    De quoi je parle? Notre putain de sacro saint boulot est entièrement consacré à la guerre…Alors les victimes se comptent chaque année par millions…pas de frontières pour le commerce…Les cadavres n’ont pas d’age…La folie non plus.Les armes sont toujours fabriquées par le « faut bien bosser »…Les armes sont toujours destinées à tuer ,toujours…toujours…toujours.
    Et je sais que certains pensent qu’elles peuvent aussi assurer la paix…faut dire les degats…Le désarmement assure la paix oui, pas l’inverse.
    Et puis je m’en tape…

  5. « La guerre étant toujours, la pire des solutions. »

    Ne croyez-vous pas que si la France et l’Angleterre avaient déclaré la guerre à l’Allemagne en 1936, au moment de la remilitarisation de la Rhénanie, l’avenir de l’Europe aurait été un poil plus riant ? A commencer par celui des Juifs…

  6. @salut Dom

    Oui, guerre et économie, profits sont étroitement liés.
    tant que l’on fabriquera des armes, il y aura des guerres.
    l’équilibre nucléaire est une fable destinée à endormir la méfiance
    tant que ce type de matériel mortel existera il y aura toujours quelqu’un susceptible de les utiliser

    @Didier Goux
    aaaahhh, la guerre juste, Saint Augustin, Benda que vous aimez bien
    Jus belliscisme et défense de la veuve et de l’orphelin

    l’habituelle riposte aux pacifistes

    on ne peut pas refaire l’histoire et je ne doute pas que vous la connaissiez

    Conséquences de la Première Guerre Mondiale:
    Humiliation du traité de Versailles, développement d’un nationalisme exacerbé, gravissime crise économique, les Allemands ont vu en Hitler un sauveur capable de laver leur honneur.

    Alors à la question que vous posez, je préfère celles-ci:

    pourquoi l’humiliation du traité de Versailles?
    pourquoi ne pas avoir permis à l’Allemagne de se reconstruire économiquement et socialement?
    pourquoi ne pas avoir anticipé la montée de la haine?

    Les guerres sont les résultats d’erreurs successives et ces erreurs naissent de la course au profit, de l’orgueil, de la volonté d’écraser les perdants ou ceux que l’on considère comme des ennemis.

    C’est en amont des guerres que le pacifisme doit jouer.
    Pacifisme préventif en somme.

  7. Mais voyons, Céleste : c’est l’histoire elle-même qui est une succession d’erreurs ! Et cette histoire même semble prouver malheureusement que le pacifisme n’est qu’une vue de l’esprit, une manière de se réfugier dans un avenir radieux, sans cesse remis à plus tard – comme le veut sa nature d’avenir, du reste.

    Vous avez raison quant au Traité de Versailles, bien entendu. Là où, je crois, vous vous trompez, c’est lorsque vous semblez penser que tous les événements ont une cause identifiable, un motif clair. Je ne pense pas que ce soit le cas. Les fameux « effets pervers » sont par nature imprévisibles, n’est-ce pas ? Pour ne prendre qu’un exemple, au début du XIXe siècle, les partisans de la colonisation (pour l’essentiel des progressistes, des « hommes de gauche » comme on dirait aujourd’hui) ne voyait que l’aspect civilisateur de la chose : on sait ce qui en a résulté…

  8. De façon très simpliste, on peut quasiment toujours renvoyer dos à dos les responsables de ces massacres. Il y a toujours une bonne raison derrière les conflits, des intérêts économiques, des territoires bankables d’où vont transiter des matières premières propres à enrichir « les élus ». Que sont quelques civils, quelques enfants au regard des juteux bénéfices qui déchaînent les hommes.

  9. « Ça ne coûterait pas plus cher « :

    Tu as bien raison, Céleste, ça ne coûterait pas plus cher…. mais ça rapporterait beaucoup moins!

    Et c’est malheureusement la réponse à d’autres pourquoi: que ceux à qui ces horreurs rapportent beaucoup sont également les décideurs.

  10. Ces mêmes décideurs qui incorporent dans chaque traité de paix les germes de discorde qui serviront à préparer puis à déclencher la prochaine.

  11. @didier Goux

    évidemment nous ne sommes pas d’accord

    « Et cette histoire même semble prouver malheureusement que le pacifisme n’est qu’une vue de l’esprit, une manière de se réfugier dans un avenir radieux, sans cesse remis à plus tard – comme le veut sa nature d’avenir, du reste. »

    l’avenir de l’humanité passe par le pacifisme, autrement dit, pas de paix, pas de futur!

    les armes de destruction massive ont les pouvoir de détruire la planète, la pauvre étant déjà fort mal en point!

    Les pacifistes aiment la vie , pour eux et pour les générations futures.

    Les guerriers ne l’aiment pas, faibles, violents, ils sont incapables de résister à leur pulsions meurtrières.
    Ils trichent, enrobent leur brutalité, leur inhumanité, leur mépris du futur des prochaines générations dans des envolées lyriques, des sentiments que l’on dit nobles « honneur » et autres niaiseries!

    @salut Agathe 🙂
    « Que sont quelques civils, quelques enfants au regard des juteux bénéfices qui déchaînent les hommes. »
    absolument!

    très bon (comme d’hab) ton billet d’aujourd’hui sur le Village
    http://levillagedesnrv.20minutes-blogs.fr/archive/2010/01/08/le-voile-voile.html#comments

    @bonjour jardin
    on est bien d’accord, sans surprise 🙂

Répondre à Dom Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *