Dasavathaaram : the clip

Vous souvenez-vous qu’il y a un an  nous avions été figurants dans un film entièrement imaginé par l’acteur tamil Kamal Haasan et réalisé par K.S. Ravikumar ?
C’était dans un studio de Chennai, au Tamil Nadu, le film s’appelait « Dasavathaaram ».

On nous avait assigné des rôles de scientifiques américains. Devant nous, Kamal Haasan, grimé en Georges Bush, faisait mine d’interpréter un discours.
Un discours terrible dans lequel Bush annonçait le financement, mirobolant, des recherches en vue de la guerre biologique.
Et nous, enfin nos personnages, acquiescions du bonnet et applaudissions avec enthousiasme aux paroles belliqueuses et imbéciles du Président guerrier.
Certains de nos amis sont de fervents admirateurs de Kamal Hassan et nous savions, depuis le tournage, que l’acteur ne partageait pas les positions sanguinaires de Bush, par contre, nous étions curieux de savoir dans quel contexte apparaitrait la scène que nous avions tournée et surtout, si elle ne serait pas coupée au montage !

Et ô joie, voilà qu’un ami nous assure nous avoir vus, derrière Bush, opinant vigoureusement du bonnet, Fabio au milieu et moi sur la droite.
Mieux encore, il nous donne une copie du film en DVD.
Dont voici l’extrait qui nous intéresse.

 

Étonnant non ?
Quant au film, réalisé avec un budget énorme et dont le tournage a duré des mois, il a été un demi-succès.
Je ne l’ai pas encore vu en entier, mais il semblerait que sa complexité ait surpris une partie public indien, habituée à des romances sentimentalo-familiales, ou à des films d’action emplis de cascades, de castagnes et de courses poursuites.

Le projet de Kamal Haasan, un des meilleurs acteurs tamil et certainement le plus intellectuel d’entre eux, était ambitieux.
S’inspirant de la théorie du chaos, plus précisément de l’effet papillon qui consiste à dire que partant d’un événement, même minuscule, d’autres événements s’enclenchent jusqu’à causer un chaos, il a voulu faire comprendre que le tsunami a été provoqué par la mise à l’eau de la statue de Vishnu des milliers d’années plus tôt. Le poids de cette statue, bannie par un puissant disciple de Shiva, a créé la fissure au niveau des plaques terrestres du continent asiatique qui fut à l’origine du glissement fatal de 2004.
Par ailleurs, dans ce film, Kamal Haasan interprète dix personnages différents. Ce n’est ni un hasard ni un délire d’acteur mégalo. Les dix rôles signifient que chacun  d’entre eux était à la source d’une variation dans le cours du destin. Ils sont étroitement liés les uns aux autres, comme les mailles d’un gigantesque filet, celui de l’histoire des hommes. Sans l’un, l’autre n’aurait pas fait ceci, sans lui, l’autre ne serait pas vivant… etc.

Et Bush dans tout ça ?
Je ne sais pas encore.

Wikipédia sur le film: http://fr.wikipedia.org/wiki/Dasavathaaram

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 commentaires sur “Dasavathaaram : the clip”