Petites choses sans importance (quoique)

J’ai été taguée !
Par Fanny tout d’abord, puis simultanément, ou presque, par Marc et Eric.
Je ploie actuellement sous le poids du labeur, ce dont je ne plains pas (ce serait franchement indélicat par rapport à tous ceux et celles qui aimeraient bien, justement, travailler mais qui n’ont pas cette chance, à ce sujet je prolonge la parenthèse pour souligner cette hérésie couramment colportée qui consiste à considérer le fait de travailler comme une chance. D’abord avoir un travail dans une société qui se pense « avancée » ne devrait pas être une chance mais un fait normal, avec un petit effort de solidarité et de partage il serait sans nul doute possible d’assurer à tous un emploi décent. Ensuite, j’entends par décent un travail effectué dans de bonnes conditions, qui laisse du temps libre, qui plaise et qui soit correctement rémunéré.
Au XXI ème siècle, on aurait pu espérer que ce soit possible, et bien non !
En ce qui me concerne je ne suis pas fanatique de la chose et j’attends impatiemment le moment de pouvoir réduire mes activités.
Le travail, oui, parce qu’il le faut bien, mais pas plus !)
Revenons à nos moutons, pour dire, simplement qu’en ce moment je suis un tantinet débordée, mais que je participe avec amusement à cette chaîne.

Le règlement du jeu stipule qu’il faut :

* Mettre le lien de la personne qui vous tague
* Mettre les règlements sur votre blog
* Mentionner six choses/habitudes/tics non importants sur vous-même
* Taguer six personnes à la fin de votre billet en mettant leurs liens
* Aller avertir directement sur leurs blogs les personnes taguées

Comme je parle volontiers de moi à longueur de Célestissima (qui a dit trop ?), il n’est pas si facile de trouver six choses, même petites, que je n’aurais encore jamais dévoilées.
Après mûre réflexion, Fanny m’ayant taguée il y a déjà une bonne semaine, voici ces fameuses petites choses sans importance (quoique) :

  1. Je suis désordonnée. Mon bureau ressemble à un champ de bataille, quand j’ouvre la porte de mon armoire il est rare qu’un pull ou une chaussette ne profite pas de l’occasion pour tenter de s’échapper et les casseroles sont entassées en une pile branlante qui menace à tout instant de s’effondrer dans le placard.
  2. Désordonnée avec les objets mais ponctuelle (à un point presque inquiétant me dit-on parfois) car dans ma tête, par contre, c’est bien rangé et je suis très organisée.
  3. J’aime jouer et quand je joue je préfère nettement gagner. Le summum ayant été une partie de tennis acharnée, en plein cagnard, contre une grande Danoise musclée qui était persuadée qu’elle allait m’écraser vite fait bien fait. La partie a duré cinq heures. A chacun de ses beaux coups de raquette stylés j’opposais des balles mollasses qui s’écrasaient sournoisement hors de sa portée. Elle n’était pas très rapide, moi si. Finalement elle a déclaré forfait et j’ai remporté le tournoi.
  4. Quand je parcours Bologne en vélo je chante, fort, généralement des tubes de mon enfance (en ce moment « Ma petite Julia » de Pierre Perret, « Une marguerite entre les dents…), qui surgissent inopinément de ma mémoire dès que je commence à pédaler. Je chante aussi dans ma tête chaque fois que je me trouve dans une situation qui m’ennuie (réunion de travail, dîner interminable, etc.)
  5. Je ne peux pas m’empêcher de faire des commentaires à voix haute quand je regarde un film. Il paraît même, dit mon entourage, que j’ai une fâcheuse tendance à expliquer aux autres ce que j’ai compris de l’histoire et que je tiens, mordicus, pour exact.
  6. M’habiller est mon premier plaisir de la journée, j’y accorde un soin particulier. Pas question de sortir si je ne suis pas satisfaite de ma tenue. Le choix des vêtements est essentiel. Tout est assorti, des chaussures aux boucles d’oreilles, sans oublier le chouchou noué dans mes cheveux. Je le fais pour ma satisfaction personnelle (bien sûr), mais aussi pour offrir aux autres un ensemble harmonieux, joli, agréable à regarder.

Voili voilou !

Je passe le relais (la patate chaude) à Brigetoun, OH91, Fiso, Fauvette, Falconhill, et Swâmi Petaramesh.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 commentaires sur “Petites choses sans importance (quoique)”