Prema Vasam : personne ne peut tout faire mais chacun peut faire quelque chose

Envie de tendresse et de douceur, de rires, de paix, d’amour.

Dans notre monde strié par la souffrance, la solidarité existe, parfois il suffit d’ouvrir les yeux pour la voir.

L’été dernier je vous avais longuement parlé de Prema Vasam, un centre pour enfants en grande difficulté, situé à Chennai, au Tamil Nadu.

prema-logo-500

J’ai écrit des textes, Fabio a filmé, puis il a fait le montage.

Voici la vidéo, elle dure 14 minutes et le commentaire est en français:

« Un jour Selvyn, jeune Psychologue de Chennai, trouva un enfant gravement handicapé, mourant sur un trottoir .
Il le nomma Prem, amour.
Autour de lui il construit une maison destinée à accueillir d’autres enfants connaissant le même triste sort.
Il l’appela Prema Vasam, la maison de l’amour.
»

Prema Vasam est aussi un projet de Cotronix, une onlus italienne.

17 réflexions sur « Prema Vasam : personne ne peut tout faire mais chacun peut faire quelque chose »

  1. Céleste

    En début d’année, ce petit documentaire est un ilot d’espoir et une source abondante d’émotions. Quelle réconciliation et quels espoirs font naître ces 9 minutes d’un incommensurable humanisme.

    Pierre R. Chantelois
    Montréal (Québec)

  2. quel magnifique reportage! quelle joie de vivre en émane! je n’ai qu’un seul désir en le regardant: y être. partager quelque chose avec ces gens.
    Merci.

  3. faire ce qu’on peut – oui dà – on se le doit comme humain- n’empèche qu’égoïstement j’aimerais bien parfois pouvoir aller sur place et rencontrer mon filleul tamoul (plus les inquiétudes à distance) ou plutôt sa jeune tante ma correspondante, ou ma nouvelle filleule togolaise avec sa timidité butée, ou savoir ce qu’est devenu mon petit ami Chérif dans son arrière Casamance – et ce n’est pas ta vidéo qui va me guérir – merci pour elle tout de même

  4. merci à vous d’avoir pris le temps de regarder cette vidéo et d’en parler en termes si élogieux.

    J’aime énormément Prema Vasam, je ne sais ce que la vie me réserve mais ce lieu pourrait un être un refuge, un endroit où oublier ses propres misères, pour simplement consacrer amour et énergie aux plus faibles d’entre nous.

    @brigetoun
    où est-il ton filleul tamoul, au Sri-Lanka?
    ou au Tamil Nadu?
    parce que dans la deuxième alternative je peux aller le voir cet été.

  5. @merci à toi Mimmo de Cotronix

    Prema Vasam est un lieu précieux, rare que je suis heureuse de faire découvrir à mes ami(e)s blogueuses et blogueurs.

    @merci Jean 🙂

  6. Quelle belle passion vous partagez tous deux, quatre mains qui viennent s’unir aux autres. Mon œil de « pro » sur le film n’y a vu que des broutilles à redire, de toute façon interdite devant tant d’investissements de vous deux… Chapeau bas.

  7. @bonsoir Marc 🙂

    Namaste!

    @Eric

    Merci d’avoir pris le temps de regarder cette vidéo, bonne année à toi aussi.

    @Fajua

    partager une passion…un beau lien 🙂
    merci de ton com et de ton regard « pro »

  8. « @brigetoun
    où est-il ton filleul tamoul, au Sri-Lanka?
    ou au Tamil Nadu?
    parce que dans la deuxième alternative je peux aller le voir cet été. »

    Super, à cet été alors Céleste ! A pondi …

  9. Je me rappelle soudain qu’à Pondy, Handicap International faisait le même genre de travail avec des enfants atteints de polio. Ils fabriquaient des prothèses en PVC qui coûtent trois fois rien et réapprenaient à marcher à ces enfants merveilleux. C’était à Gingi Salai, je crois, au sud de la ville, à côté d’un autre bâtiment où les amis de Raoul Follereau soignaient des lépreux…
    En as-tu entendu parler?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *