« Si on bloque notre futur, nous bloquerons tout »

Comme c’était malheureusement prévisible le gouvernement Berlusconi a décidé d’employer la manière forte pour réduire au silence les opposants à la réforme de l’école publique et des universités proposée par la ministre Gelmini.

Hier des affrontements entre les étudiants et les forces de l’ordre ont déjà eu lieu à Milan et à Bologne.
Aujourd’hui le vent de la révolte a soufflé dans toute l’Italie, à Rome, Naples, Trieste, Bari Turin, Florence les étudiants et leurs professeurs ont organisé des leçons sur les places, fait des sit-in, occupé des gares.
Ils ont parcouru les rues en criant des slogans :
« Savoir précaire »
« Nous ne voulons pas payer la crise »
« Si on bloque notre futur nous bloquerons tout, la ville, les rues, la gare »

Alors Berlusconi a pris la parole, de sa voix métallique, articulant exagérément comme à son habitude, il a affirmé que rien ni personne n’empêcherait la mise en place des nouveaux décrets.
Pratiquant les habituels amalgames, il en a profité pour diaboliser ses opposants politiques, les tenant pour responsable des désordres.
« La gauche dit des mensonges sur l’école, elle fait un alarmisme inutile »
« Nous ne permettrons pas l’occupation des universités. Les forces de l’ordre interviendront »

Et nul doute, sa menace sera mise à exécution.
Soutenu par la majorité et la presse de droite qui prépare les esprits à l’inévitable nécessité d’une intervention policière.

Libero, l’horrible canard néoconservateur de Vittorio Feltri, a ce matin franchement plongé dans l’obscénité:

« Appelez la police, écrit Renato Farina. Demain ils recommenceront en mettant des piquets devant les écoles italiennes. Demain, s’il vous plaît, non d’ailleurs, pas s’il vous plait mais parce que la loi  le demande, envoyez la police libérer le passage (…) Pouvoir entrer ou rester dehors. Sans que personne ne t’oblige violemment à servir une cause qui n’est pas la tienne. La fameuse légalité est le respect des autres. (…) D’abord les carabiniers  demandent patiemment à ceux qui obstruent l’entrée des instituts supérieurs de dégager le passage. Ils n’obéissent pas ? Quelques coups de pieds dans les parties molles seront le juste prix pour rétablir la légalité démocratique et républicaine. »

J’arrête là la traduction de ce texte nauséabond.

Les jours prochains seront déterminants pour la poursuite du mouvement.

J’aimerais penser que les étudiants et les enseignants résisterons, arriverons à convaincre l’opinion publique de la justesse de leur lutte, mais demain les forces de l’ordre seront sur le pied de guerre.

Pour Berlusconi, si la crise se résout rapidement, que les cours reprennent et qu’étudiants, enseignants et parents courbent l’échine ce sera une victoire éclatante sur l’opposition.
Si le mouvement persiste malgré les actions policières, alors celles-ci seront intensifiées et le gouvernement pourrait utiliser l’armée.

« Une école autoritaire prépare une société autoritaire » Daniele Luttazzi

Bologna, une école primaire occupée

Jeudi 23 octobre, mise à jour:

Aujourd’hui les étudiants, les enseignants et les parents ont à nouveau organisé différentes actions.

Les propos tenus hier par Berlusconi lors d’une conférence de presse ont provoqué un tollé, à gauche comme dans les rangs de la droite modérée.

Et cet après-midi, la politique italienne est décidément distrayante, Berlusconi a déclaré, la main sur le cœur, qu’il n’avait jamais dit, ni même pensé, qu’il allait demander aux forces de l’ordre d’intervenir.

Affaire à suivre…

31 réflexions au sujet de « « Si on bloque notre futur, nous bloquerons tout » »

  1. Le seul interet de cette situation, c’est que les choses seront enfin claires pour tous ceux qui ne voulaient pas voir ou pas savoir.
    Forcer le gouvernement à montrer sa violence permettra peut-être aux indécis de se décider à agir.
    et au moins, ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas.

  2. La fermeté de la réaction de Berlusconi est quasi semblable à la gestion de la situation par le gouvernement français. Les grévistes sont montrés du doigt « les fauteurs de trouble » qui prennent en otage les « bons citoyens ». La stigmatisation de tous les contre-pouvoirs.
    D’ailleurs, le dispositif anti-grève imposé en France « le service minimum » avait permis à notre chef d’Etat de souligner avec arrogance que les grèves passaient inaperçues.
    Les grèves sont en voie de disparition, une façon « démocratique » de les interdire par le discrédit « média ».

  3. @sardine
    effectivement, en cas de violences policières des indécis peuvent se décider.
    en fait l’enjeu est énorme, l école est très importante pour les Italiens, mais les plus âgé ne se sentent pas forcément concernés, d’autant qu’ils ont connu ce système dans leur jeunesse et les familles italiennes ont peu d’enfants.
    donc toute une part de la société se fiche complètement des questions scolaires.
    les enseignants sont régulièrement traités de feignasses par le gouvernement et les médias qui sont à sa botte.

    par contre si le mouvement déborde du cadre scolaire, une véritable opposition peut naître.
    d’où la décision de Berlu de frapper fort et tout de suite

    @Agathe
    Berlusconi Sarkozy, même combat!

    pas de bol, c’est nous, le peuple, qui sommes dans la ligne de mire

  4. j’imagine mal Berlusconi faire dans le discret et la dentelle.
    Les jeunes qui n’auront plus grand chose à perdre risquent aussi de devenir très violents.
    Je ne souhaite pas la violence mais j’en arrive à me dire que ce sera peut-être la seule solution pour faire comprendre aux gens, là-bas et ici, qu’il est temps de cesser de s’indigner et de commencer à se battre au grand jour.
    s’il y a une chose que l’Histoire m’ appris, c’est que les peuples qui ont encore un espoir que les temps s’améliorent tout seuls attendent.
    et là, y commence à y’en avoir marre d’attendre.

  5. même incompréhension, même mépris, même appétit de pouvoir et d’argent.
    Mais je pense que l’Europe est en train de mûrir, et que ce genre de primate vit ses derniers beaux jours. Sinon, ce sera 1984, Le Meilleur des Mondes, Mad Max et viva la muerte.
    Arrivederci, Celestina

  6. C’est intéressant de voir que c’est exactement le même discours qu’en France. J’imagine qu’ils font aussi des micro-trottoirs pour faire témoigner d’honnêtes citoyens pris en otages par les feignasses de fonctionnaires qui empêchent la majorité de vouloir travailler.
    A problème global, réponse globale. A quand une internationalisation de la contestation ?

  7. des micro trottoirs? à foison
    plus des témoignages des gentils étudiants qui ne peuvent pas aller en cours à cause des méchants gauchistes et que le gouvernement se doit de défendre

    et de plus en plus fort: l’accusation portée au médias de cacher la vérité, de mentir alors qu’en fait tout va très bien dans les écoles et les universités

    « A quand une internationalisation de la contestation ? »
    soyons optimistes, ça vient!
    Internet (pour l’instant et malheureusement pas partout dans le monde, voir la Chine, entre autres) est un excellent outil pour y arriver

  8. Les plus âgés ne se sentent pas obligatoirement concernés… est-ce bien sûr? Quand le nombre d’enfants est en baisse, surtout dans une culture qui a sur-valorisé la famille, les rares enfants en deviennent d’autant plus précieux.

    Et ceux qui n’ont pas de petits enfants (alors que dans la génération d’avant c’était la raison de vivre des vieux) peuvent se sentir très concernés par ce qui arrive aux enfants des autres.

    N’oublions pas que ce qui définit le prolétariat, c’est précisément que sa progéniture est sa seule richesse.

  9. Je souhaite à ce mouvement italien longue et pacifique vie. Pacifique, car la moindre violence sera sur-médiatisée. Ils ont déjà prévu, comme chez nous le staff présidentiel attendait avec impatience les premiers sifflets anti marseillaise pour faire donner l’artillerie médiatique.

  10. @jardin
    « Les plus âgés ne se sentent pas obligatoirement concernés… est-ce bien sûr? »

    disons que c’est ce qu’on constate actuellement, ce qui ressort aussi bien des discussions quotidiennes que des analyses faites par des médias alternatifs italiens.

    et c’est triste.

    évidemment il ne faut pas généraliser, mais il semble bel et bien qu’une grand part des seniors, se fiche complètement des conditions d’étude des jeunes.

    d’ailleurs c’est peu étonnant parce que justement le prolétariat ne se définit plus comme tel.
    les années de matraquage néo libéral sont arrivées à laminer ce qui faisait sa force:
    « prolétaires de tous les pays unissons-nous »
    n’est plus d’actualité, aujourd’hui c’est trop souvent la course à la survie et, quand celle-ci est assurée, la course à la consommation.

    En Emilie Romagne, où justement le prolétariat a par le passé créé des Maisons du peuple, des coopératives etc, la roue a tourné, aujourd’hui les coopératives n’ont plus de coopératif que le nom
    la principale occupation de beaucoup d’entre elles consiste à employer de jeunes (ou moins jeunes) diplômés en contrat CDD et de les payer une misère afin de faire des bénéfices.

  11. A propos du dernier commentaire de Céleste…
    Nombre de gens âgés s’en fichent ? Evidemment. Et nombre de gens mûrs aussi, et nombre de jeunes pareillement : c’est là le résultat de l’abrutissement programmé des masses.
    Mais qu’avons-nous à cirer, nous qui sommes conscients et qui désirons la transformation du monde, des ces foules inertes qui ne pensent qu’à bouffer ?
    A mon avis, rien. Ce ne sont que des moutons qui suivent le mouvement général.
    Et ce ne sont pas les moutons qui infléchissent le cours du monde, ni qui montrent la voie.
    N’attendons rien d’eux, construisons en coulisse la société de demain, et présentons-la leur le jour où ils auront faim, où ils auront froid, où ils auront peur.
    Leur rôle est de bêler, le notre de montrer la route, d’en défricher les abords.

  12. « présentons-la leur le jour où ils auront faim, où ils auront froid, où ils auront peur.
    Leur rôle est de bêler, le notre de montrer la route »
    Alors ça c’est une parole qui ne me plait pas, mais pas du tout…

  13. Je ne sais pas vraiment dire quoi que ce soit de plus que ce que vous avez déjà dit (Céleste, Sardine, Jardin, JPM…).

    Merci à Céleste de nous informer de ce mouvement !

    Et même réaction que Yelrah au com de Michel Cornillon.
    Le coup de l’avant-garde éclairée, doublé d’un mépris de classe, c’est quand même dépassé, et mille fois tant mieux ! Laissons là ces vieilles illusions. C’est ensemble qu’il faut se battre et élaborer la société de demain (qui commence aujourd’hui). C’est le chemin qui construit le voyage…

  14. IL est vrai que tout à été fait pour abrutir les masses.

    mais les masses, c’est qui? c’est nous tous

    je ne me dissocie pas du peuple, au contraire, j’en revendique haut et fort mon appartenance.

    je ne crois absolument pas à une solution venant d’une « élite éclairée »
    c’est ce qui est pratiqué depuis des lustres et on en voit le résultat.

    l’humanité est indissociable, certains ont simplement eu la chance de naître et grandir dans des milieux ou des sociétés plus libres que d’autres, ils ont pu étudier, réfléchir, s’informer, ne pas passer leur vie à accomplir les mêmes gestes répétitifs qui tuent la réflexion, la créativité.

    « C’est ensemble qu’il faut se battre et élaborer la société de demain »
    absolument et en faisant en sorte que l’égalité des chances ne soit pas un leurre, que toutes et tous puissent avoir accès à une nourriture suffisante et saine, à de l’eau, à un toit décent,à la santé, à un enseignement de qualité pour leurs enfants, à la paix, à la dignité.

    « Vivre tous simplement pour que tous puissent simplement vivre  » Gandhiji

    c’est drôle ce matin chez le Yéti http://www.yetiblog.org/index.php?2008/10/17/346-vive-la-banqueroute#co
    j’ai relavé cette phrase là de Christine
     » Et si la conviction de la nécessité d’un chef-leader-guru (coucou) était un des ressorts de.. » tout pouvoir perpétuant la domination de l’homme par l’homme?  »

    j’ai bien aimé, et j’ai ajouté ça:
    c’est fort probable!

    domination de l’homme par l’homme et domination de l’homme par Dieu
    et dans la foulée on peut mettre la domination de l’homme sur la femme et les enfants
    la domination de l’être humain sur tous les autres êtres vivants de la planète

    en bref l’être humain aime bien (ou a pris l’habitude de…) dominer, et si ce n’est pas le cas il trouve normal d’être dominé

    tout faux!

    c’est effectivement tout le « système  » qu’il faut repenser et arrêter d’attendre, d’un autre, des autres qu’ils règlent les problèmes à notre place

    quelqu’un un jour a laissé sur ce fil de com une très belle citation (je suis vraiment désolée de ne pas me souvenir qui, colpa mia!):

     »le message des anciens Hopis se termine par cette phrase : Nous sommes ceux que nous attendions »

    bien différent de : j’attends un gugusse qui saura résoudre tous les problèmes

    et une petite dernière pour la route, archi connue mais je ne m’en lasse pas:

    « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. » Gandhi »

  15. @Michel : tu crois vraiment ce que tu dis (« Leur rôle est de bêler, le notre de montrer la route » etc) ou tu t’es laissé emporté et ton clavier a fourché tout seul ? dans le premier cas, nous ne serons pas du même côtè de la barricade, ton monde n’est pas le mien.

    C’est rigolo, tu cites « 1984, Le Meilleur des Mondes, Mad Max et viva la muerte », je réponds « la Commune, les Camisards et le 4 août » et je viens de me rendre compte de ce que cela signifie.
    Mes exemples sont des perdants magnifiques.
    Des morceaux d’humanité qui disent non et remontent le courant.
    Vaincus debout avec la dignité du peuple pour se tenir droit.
    Les tiens parlent de contrôles et de peur, de force brute et d’appat du gain.
    µJe sais bien que tu ne partages pas ces valeurs mais d’instinct tu vois ce futur possible de masses primitives et violentes quand je vois des humains capables de dépasser leurs propres vies pour ne pas se courber.
    Affaire de tempêraments sans doute.

  16. Ils sont incapables d’empêcher le blanchiment du fric, incapables d’empêcher les mafias d’agir, incapables d’enrayer la délinquance financière. Mais contre les étudiants et leurs parents, ça oui, ils savent employer la manière forte…

    Comment peut-il encore rester assez de ces gens qui se disent « équilibrés », tout en étant capables d’expliquer que la légalité est « supérieure » à tous ces gauchistes qui refusent de respecter le choix de la majorité ? Ces gens « équilibrés », qui m’expliquent que les terroristes sont méchants et les états israéliens et américains sont gentils, qui m’expliquent que les banques et les multinationales sont gentilles et les états sont de grands enfants incapables, à mettre sous tutelle, que les gauchistes sont méchants et dogmatique, et que les libéraux sont gentils et ouverts…

    C’est difficile de se battre contre tous ces contre-sens. Et rien n’est fait pour nous aider à y voir clair.

  17. La vache, je découvre la situation dont j’ignorais tout . Y’a un black-out (noir-dehors) sur l’info ou est-ce moi qui, pour cause de déménagement ai oublié de suivre les infos !
    J’espère que le mouvement va se répandre même si je crains la violence qui s’en suivra…
    :-]

  18. L’immense manifestation du 25 octobre, notamment à Rome, montre que le peuple que l’on croit endormi par les paillettes télévisées d’un Berlusconi peut soudain relever les paupières et se dresser contre l’abrutissement du pouvoir en place.

    Une leçon pour les Français inquiets pour l’Education nationale : affaire de pédagogie !

  19. à Fred …
    en plein ds le mille !!! il est là le probleme, l’ impossibilité aujourd’ hui d’ une révolte ayant du sens car comme ds 84 les mots n’ ont plus le meme sens qu’ hier.
    Les Pouvoirs ont déformé les mots qui hier donnés sens et justifications aux mouvements contestataires,
    Tellement déformé que plus rien n’ a de sens, alors combien de temps allons-nous encore courber l’ échine ?
    Marre de ces sociétés autoritaires qui ne disent pas leurs noms

  20. à Fred …
    en plein ds le mille !!! il est là le probleme, l’ impossibilité aujourd’ hui d’ une révolte ayant du sens car comme ds 84 les mots n’ ont plus le meme sens qu’ hier.
    Les Pouvoirs ont déformé les mots qui hier donnés sens et justifications aux mouvements contestataires,
    Tellement déformé que plus rien n’ a de sens, alors combien de temps allons-nous encore courber l’ échine ?
    Marre de ces sociétés autoritaires qui ne disent pas leurs noms, l’ heure est grave, la « norme » tourne au brun, comme souvent en temps de crise, vous verrez, au final les pouvoirs nous emmenerons en guerre ou essaieront de nous y emmener, l’ histoire montre qu’ en cas de crise les pouvoirs s’ en sortent par une « bonne guerre », seul moyen selon eux pour relancer l’ économie..!!! HONTE A EUX

  21. « Les Pouvoirs ont déformé les mots qui hier donnaient sens et justifications aux mouvements contestataires, »

    les jeunes de l’UMP viennent de s’emparer du mot révolutionnaire…

    honte à eux et honte à nous si nous ne réagissons pas rapidement et sans équivoque ni récupération par une gauche mollasse qui trop souvent n’est rien d’autre qu’un couvercle hypocrite destiné à empêcher le lait de la révolte populaire de déborder de la marmite.

  22. J’ai vu à la télé les foules énormes rassemblées par la manif italienne, et je me suis dit: « Ah, tiens, c’est ce que j’espérais en lisant le dernier billet de Céleste ».

    Puis j’ai entendu je ne sais quel leader politique (de gauche bien sûr) prendre possession du mouvement comme s’il lui appartenait, et je me suis dit: « On a encore du pain sur la planche, hélas! ».

    Enfin, ce matin, aux infos, ils montaient en épingle sur un ton faussement horrifié les fantaisies macabres des néo-fascistes, un millier de gugusses dans un petit village pourri, ça sonnait comme: « Oubliez ce que vous avez vu hier, cet espoir. L’Italie, c’est ça.

    Faisons-les mentir.

  23. Sais-tu où en est ce mouvement après la manif de samedi ? Berlu aurait été mal compris ce pov’ chou, il n’aurait jamais envisagé d’employer la force …

    Ce doit être rageant d’aller manifester contre l’iniquité et d’être immanquablement récupéré par Veltroni, ce salopard largement responsable de la situation actuelle et qui n’a pour lui que de n’être pas Berlu.

  24. oui, le mouvement anti Gelmini (la ministre de l’Education) continue.
    demain soir à Bologne, manif sur la place (et ailleurs aussi j’imagine;
    dans de nombreuses universités les cours sont donnés aussi sur les places
    la mobilisation reste très forte;
    d’autant que Berlusconi s’est montré particulièrement incohérent ces derniers jours
    Un jour annonçant pendant une conférence de presse qu’il voulait envoyer les forces de police dans les établissements scolaires
    Le lendemain en prétendant, toujours en conférence de presse (de Pékin) qu’il n’avait jamais dit ça et que les journalistes (de gauche comme chacun sait) avaient déformé ses paroles
    Et le jour suivant en retournant à l’attaque en affirmant que les mouvements contre le décret de la ministres de l’éducation étaient infiltrés par des provocateurs “sono dei facinorosi”.

    Divers gouvernements Italiens sont déjà tombés dans le passé à cause de réformes scolaires intempestives.

    c’est un très bon déclencheur.

    vendredi c’est la grève des enseignants, lancée par les syndicats, + la fonction publique en général + transports.

    elle devrait être très suivie.

    il y aura aussi des manifs;

    en fait Veltroni n’a pas récupéré la manif de Rome, c’est lui qui en a eu l’idée, c’était une manif du PD

    je n’ai pas grande estime pour lui mais sur l’école il a été assez bon.

    pour le reste effectivement attention à la récupération…

    ceci dit, Veltroni c’est le centre mollasson mais ce n’est quand même pas le Berlu nouveau qui lui est pire que la précédente mouture

    voil voilou, j’espère avoir été claire, je n’ai pas beaucoup de temps et je suis crevée!

  25. Oui, tu as été claire et merci pour ces précisions.

    Je fus donc médisant sur Veltroni, dont acte, mais on ne prête qu’aux riches 🙂 Ca fait quand même chaud au cœur cette mobilisation, nous sommes tellement confrontés au « foupoudav » et autres aquoibonismes.

    Merci à toi d’être là, tout simplement, et de nous faire partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *