Casa delle Mamme : faire le point (1)


En aout 2006, lors d’un séjour au siège de Namaste, nous avons décidé de créer la Casa delle Mamme. Notre objectif était de louer une maison dans laquelle nous voulions héberger des mères abandonnées par leurs maris, ou veuves, ainsi que leurs enfants. Tous les frais concernant la maison et les dépenses liées aux enfants (nourriture, école, santé, vêtements) seraient à notre charge, les mères ayant la possibilité de travailler pour d’une part acheter ce dont elles avaient besoin et d’autre part mettre de l’argent de côté pour le futur. Notre aide devant s’arrêter à la fin du parcours scolaire des enfants. Nous avions aussi dans l’idée de garder dans la maison une pièce à notre usage afin de l’utiliser lors de nos séjours au Kerala. Ce qui nous permettait d’avoir un pied à terre.

Financièrement aidés par un petit groupe d’amis (les sponsors) et logistiquement par Namaste nous avons pu ouvrir la Casa delle Mamme en octobre 2006.
Quatre familles se sont installées dans la maison.

Deux ans plus tard voyons un peu où en sont les choses.

D’abord nous avons renoncé au pied à terre. Il nous est rapidement apparu qu’il était stupide de tenir onze mois sur douze une chambre vide pour notre propre agrément alors que tant de femmes et d’enfants vivent misérablement dans des cahuttes malsaines. D’autant que nous pouvons loger au siège de Namaste.

Mekha

Sur les quatre premières mamans deux ont quitté le navire. La première au bout de quelques mois -ce qui fait que nous ne l’avons jamais rencontrée- pour incompatibilité d’humeur avec les autres. Nous avons par contre connu Sushila et sa fille Mekha, l’été dernier. Les prises de bec entre elle et les autres mamans étaient fréquentes, voire même continuelles, et nous avions passé beaucoup de temps à essayer de calmer le jeu. En notre présence tout allait bien et nous avons même vécus de très bons moments tous ensemble, comme par exemple à Happyland.
Hélas, la situation s’est à nouveau dégradée après notre départ et, finalement, Sushila a plié bagages pour retourner seule dans sa maisonnette au toit défoncé. Mekha est restée à notre charge et a été placée dans une Family house. Depuis notre arrivée nous la voyons régulièrement. Elle va bien, même si elle nous semble moins joyeuse que l’année dernière.

Actuellement la maison est occupée par quatre femmes, Selvy, Sindhu, Sunitha, Ammachi et neuf enfants.

Selvy et sa fille Deepty font partie du premier contingent. Elles ont résisté aux disputes féroces qui se sont déroulées dans la maison.
Deepty est un amour de fillette dont le visage grave s’éclaire parfois d’un sourire étincelant. D’une nature indépendante elle est souvent seule ce qui ne l’empêche pas d’être disponible pour jouer avec les autres enfants. Elle a dix ans et ses performances scolaires à l’école (CM2) sont bonnes. Elle aime danser. Pour la fête de S. elle a exécuté en solo une danse traditionnelle du Kerala.

Deepty

Selvy, sa minuscule maman est toujours prête à rire. Elle excelle dans l’art d’imiter ses semblables. Elle fabrique, sans grande énergie, d’énormes paniers en palme.

Selvy

Son mari l’a abandonnée après la naissance de sa fille, depuis elle n’a jamais eu de ses nouvelles.

Sindhu et ses filles sont elles aussi dans la maison depuis le début.
Sunila a 7 ans, elle est au CE1. Ses notes sont plutôt bonnes. Joyeuse mais un peu timorée elle se réfugie souvent dans le sari de sa maman.

Sunila

Sa sœur Surya, qui a neuf ans, est au CM1. Elle est adorable mais son tempérament nettement soupe au lait fait qu’elle passe elle aussi beaucoup de temps agrippée au sari maternel.

Surya

Il faut dire que Sindhu est une mère anxieuse, perpétuellement préoccupée du bien être de sa progéniture, ce n’est certainement pas elle qui les mettrait dans une family house.

Sindhu et ses filles

Auparavant sans emploi elle travaille depuis le début de la Casa delle Mamme à la fabrique de cahier de Namaste. Elle est fiable, intelligente, de toutes les mamans c’est elle qui a le plus étudié, mais présente la même propension à la susceptibilité et la bouderie que Surya ce qui ne facilite pas ses relations avec les autres.


Son mari a disparu de sa vie du jour au lendemain il y a quelques années.

…à suivre…

3 réflexions au sujet de « Casa delle Mamme : faire le point (1) »

  1. Depuis plus d’un an je suis « accro » à votre site!
    Maintenant que vous êtes repartie en Inde vous comblez ma sédentarité (problèmes de santé) ,ainsi je voyage ,je m’imprègne de toutes vos aventures ,vous êtes dans le pays qui me fait le plus rêver et cela depuis mes 20ans (j’ai votre âge et..vos idées).
    Vous êtes un but dans ma journée,toujours hâte de me connecter pour en savoir plus!
    Merci pour tout ce que vous faites ,pour ceux qui sont sur place et pour des personnes comme moi qui ne partirons jamais.

  2. Merci Nathalie pour ce si gentil message qui me fait vraiment plaisir.

    Consciente d’avoir la chance de pouvoir voyager, j’écris sur ce blog pour partager ce que je vis.

    merci aussi à toutes et tous ceux qui me lisent régulièrement et qui laissent des commentaires, auxquels, faute de temps et d’une connexion régulière je ne réponds pas.

    sorry, ce n’est pas de la négligence et je vous suis reconnaissante de votre fidélité, mais je suis loin, ailleurs avec peu de temps à consacrer à internet.

  3. Oui merci Céleste pour tes récits et ce partage.
    Je me demandais pourquoi ces jeunes femmes n’arrivaient pas à cohabiter ; Même avec des caractères différents…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *