L’uranium appauvri : une interminable agonie

Depuis deux jours j’essaie d’écrire un billet sur les nouvelles armes de destruction que je découvre encore plus massives, monstrueuses que ce que j’imaginais.

J’ai consulté une centaine de sites, cherché des précisions, des confirmations et ce que j’ai lu m’a emplie de tristesse et d’inquiétude, m’a tellement indignée, bouleversée que  les mots se dérobent et que je ne sais comment décrire l’horreur.

L’idée du billet venue en lisant sur son blog un texte de Malak. Française, elle vit et travaille en Arabie Saoudite, avant cela, elle a vécu au Koweit, ses récits parlent de la vie dans ces pays que nous connaissons peu et sur lesquels nous avons globalement beaucoup de préjugés, d’idées toutes faites.
Dans un récent texte, écrit d’une plume à la fois précise et sensible, elle évoque les terribles conséquences des attaques américaines de 1992 et de 2002

« Le nombre vertigineux de jeunes femmes ayant besoin de recourir à une assistance médicale pour pouvoir procréer, phénomène nouveau dans des sociétés connues de tous temps pour avoir des taux de fécondité parmi les plus élevés de la planète, m’a rappelé cette légende urbaine, ou désertique c’est au choix, qui n’en est pas une: l’emploi d’uranium appauvri par l’armée américaine pendant la Première Guerre du Golfe. Et en 2002. »

L’uranium appauvri, utilisé en Irak, au Kosovo, à Gaza ( forte suspicion ).

Les dégâts qu’il occasionne sont terrifiants, ceux qui échappent à la mort immédiate périront d’un cancer, auront des difficultés à enfanter, mettront au monde des bébés difformes. L’air, l’eau et le sol, irrémédiablement contaminés, rendront les zones touchées inhabitables pendant les siècles à venir.

Leuren Moret, scientifique américaine, spécialiste internationale des radiations,  le définit comme « le Cheval de Troie de la guerre nucléaire – il continue à rayonner et continue à tuer. Il n’y a aucune solution pour le décontaminer, et aucune voie pour l’arrêter parce qu’il continue à se désintégrer en d’autres isotopes radioactifs dans plus de 20 étapes. »

« L’uranium appauvri devient néfaste, déclare PR A. Durakovic, Directeur du département de Médecine nucléaire à l’Université Georgetown de New York et expert auprès du Pentagone3, quand il se transforme en poussière ingérée ou inhalée, il est alors plus dangereux qu’aucune toxine connue de la science des hommes. »

Selon le Dr Jawad Al-Ali, du Centre oncologique de Bassora, les cancers mortels dans la région de Bassora sont passés de quelque 25 en 1988 à plus de 600 en 1998. Les malformations de nouveau-nés se sont multipliées et ont pris des formes monstrueuses.

« L’alliage des armes à l’UA écrit  Asaf Durakovic pour l’Unranium Medical Research Center (Washington D.C, USA) en 2003, contient 99,8 % d’U238 émettant 60 % des radiations alpha, bêta et gamma de l’uranium naturel. L’UA est un métal lourd, 1,6 fois plus dense que le plomb. Il est organotrope, c’est-à-dire qu’il se fixe sur les organes cibles, tels que les tissus squelettiques où il demeure longtemps. Se dissolvant peu à peu, les isotopes d’uranium sont éliminés. On en a détecté dans l’urine d’anciens combattants de la guerre du Golfe 10 ans après qu’ils aient été absorbés par inhalation ou blessures résultant d’éclats d’obus. Des études sur leur répartition dans les tissus font état d’accumulation d’UA dans les os, les reins, le système reproducteur, le cerveau, les poumons, ce qui entraîne des effets génotoxiques, mutagènes et cancérogènes, ainsi que des altérations reproductrices et tératogènes. (…) Au cours de la première guerre du Golfe, au moins 350 tonnes métriques d’UA se sont déposées dans l’environnement et entre 3 et 6 millions de grammes d’aérosols d’UA ont été libérés dans l’atmosphère. Le résultat, le syndrome de la guerre du Golfe, est un trouble multiorganique invalidant complexe. (…) »
Asaf Durakovic ajoute « On a découragé les recherches objectives en matière d’étiologie et de pathogénie du syndrome de la guerre du Golfe en retardant les études cliniques, en les orientant mal, voire en s’y opposant, ce qui a eu de nombreux effets néfastes sur des carrières scientifiques, parce qu’elles ne correspondaient pas aux intérêts industriels ou politiques. (…) »

Les habitants de Gaza ont eu le sinistre privilège d’être les premiers à recevoir sur leur minuscule territoire les fameuses Smart Bombs GBU 39 à l’Uranium Appauvri .
Fabriquées par la firme Boeing, ces bombes, munies d’un dard à l’Uranium Appauvri, ont une capacité de nuisance, immédiate et future, incommensurable.

C’est à une interminable agonie radioactive que sont condamnés les habitants des régions concernées, sans aucun espoir de rémission.

Ce faisant, les états coupables de ces crimes ont aussi condamné à la mort leurs propres soldats, – mais qu’est-ce donc qu’un soldat à leurs yeux, sinon un assassin ou un mort en sursis- et, dans le cas d’Israël mis en danger leurs propre pays.
Car comment imaginer que ces radiations meurtrières ne franchiront pas les frontières de Gaza ?

Le constat est hallucinant de cruauté de bêtise.

 » Toutes les guerres, disait Bernard Baruch,  conseiller des présidents pendant la Première et la Deuxième Guerre Mondiale, ont une origine économique. »

Se pourrait-il alors qu’au nom du profit des êtres humains en soient arrivés à perdre totalement le sens de l’humanité ?
Est-ce pour permettre à quelques pays riches de maintenir leur suprématie économique sur le monde que l’on inflige à des populations entières une mort programmée sur plusieurs générations et qui pourrait conduire à leur extinction mais aussi à la nôtre ?

« Depuis 1991, les Etats-Unis, écrit Leuren Moret, ont répandu l’équivalent radioactif d’atomicité d’au moins 400 000 bombes de Nagasaki dans l’atmosphère mondiale. C’est 10 fois la quantité libérée pendant les essais atmosphériques qui étaient l’équivalent de 40 000 bombes d’Hiroshima. Les Etats-Unis ont, de manière permanente, contaminé l’atmosphère mondiale avec de la pollution radioactive ayant une demi vie de 4.5 milliards années. »

Faut-il se souvenir de cette terrible phrase de Kissinger, extraite de la note 200 du National Security Council (NSC), datée du 24 avril 1974 et intitulée « Implications de la croissance mondiale de la population pour la sécurité US et les intérêts d’outre-mer : « la dépopulation devra être la plus haute priorité de la politique étrangère US envers le tiers monde. » ?

Il ne s’agit pas pour autant de stigmatiser les Américains dans leur ensemble car nous, Européens, sommes tous complices et nos enfants en seront les victimes.
Des complices involontaires et ignorants, des complices manipulés, déstabilisés, gâtés par la technologie qui nous enchante, rendus aveugles et sourds par un illusoire bien être dont nous ne sommes peut-être plus capables de nous défaire.

L’heure est venue de tourner le dos au profit cher aux néolibéraux, de comprendre enfin que le bonheur n’est pas lié à la possession matérielle infinie.

Il n’y a plus une minute, plus une seconde à perdre pour s’engager dans une autre voie, individuellement d’abord en repensant nos modes de vie, collectivement ensuite en boutant hors du pouvoir les fauteurs d’horreur.

Faute de quoi, l’espèce humaine disparaitra bel et bien de la planète, ce qui à l’échelle de l’univers, sera probablement plus un bienfait qu’un drame.

A lire pour plus d’informations:

Le Mystère de la bombe secrète à l’uranium d’Israël de Robert Fisk

Génocide à l’Uranium Appauvri à Gaza de Jean-Marie Matagne et  Paolo Scampa sur le site « Le grand soir »

La civilisation mondiale en danger par Manuel de Diéguez

Gaza : Génocide à l’Uranium appauvri sur le site Planete non-violence

21 réflexions sur « L’uranium appauvri : une interminable agonie »

  1. Kissinger et son déni de l’Homme, dire qu’il a reçu le Nobel de la Paix, quelle mascarade…
    Sa doctrine est en tous cas appliquée à la lettre par ceux qu’il continue de conseiller.
    Le Tiers Monde se peuple peu à peu de créatures dont on ne sait pas trop à quelle espèce elles appartiennent. Il suffit pour le constater de lancer des recherches avec « Uranium Appauvri » ou « Depleted Uranium » dans Google Images.
    C’est atroce.

    Ce qui est écoeurant, c’est que la tragédie humaine n’est révélée que lorsqu’elle commence à avoir des coûts financiers difficilement supportables pour les Etats. Ici il s’agira des soins à apporter à des malades se plaignant de maux nouveaux et pour lesquels il n’y aura pas de remède dans les temps proches, comme à chaque fois que l’homme en est responsable et à l’origine.

    Très bon billet plein d’intelligence et documenté, Céleste .

  2. « une demi vie de 4.5 milliards années »

    Autant dire que c’est éternel alors, définitif et sans aucune rémission possible. Dans 4.5 milliards années notre soleil commencera à mourir et la contamination disparaîtra avec lui.

    On ne peut donc qu’incrémenter le compteur et passé un certain seuil on peut même craindre un effet boule de neige et une fuite en avant dans le nihilisme, puisque de toute façon c’est définitivement foutu sans retour possible, alors …

    Sympa tout ça.

  3. @ti_cyrano

    « on peut même craindre un effet boule de neige et une fuite en avant dans le nihilisme, puisque de toute façon c’est définitivement foutu sans retour possible, alors … »

    fuite en avant cynique dans le nihilisme, c’est tout à fait possible.

    notre marge d’action est très étroite mais tout doit être tenté pour contrer la poursuite de ces actions mortiféres, pour que le mal ne soit pas aggravé.

    on ne peut pas réparer celui qui a déjà été fait mais on peut mobiliser nos énergies pour qu’il ne soit pas empiré.

  4. Excellent billet, Céleste et affolant par les informations précises que tu donnes. Nous ne sommes pas au bout de nos peines. La nature humaine est terrifiante, et à la fois ça fait chaud au cœur de venir ici te lire. Tes préoccupations contribuent à faire espérer que tout n’est pas foutu, que quelques humains valent le détour.

  5. @merci Agathe

    Ce billet n’a pas été facile écrire. Je suis heureuse qu’internet nous permette de communiquer, de partager des idées, sans nous connaître.
    C’est bien.

    baci

  6. Tu frappes fort, Céleste … enfin, finalement, ce n’est pas toi qui frappes mais tu dénonces. On a besoin de gens comme toi. Ce que tu relates est ignoble mais si peu suprenant, au regard de toutes les fois où des populations ont servi de cobayes.
    Qui a entendu parler des îles Marshall, par exemple, où la population a servi de rats de laboratoire lors de tests faits par les US (encore eux!) après la seconde guerre mondiale (100 fois plus puissante que celle lancée sur Hiroshima ? …
    J’aime ta conclusion.
    L’espèce humaine est finalement bien récente dans l’histoire de l’humanité. Elle disparaitra, on finit même par s’en réjouir, et la nature, elle, se régénèrera comme elle l’a toujours fait 🙂
    Je t’embrasse fort, Céleste !

  7. @fiso

    « Ce que tu relates est ignoble mais si peu surprenant, au regard de toutes les fois où des populations ont servi de cobayes. »
    Tu fais bien de le rappeler, les populations les plus démunies sont très souvent utilisées comme cobayes, pour tester des armes, ou des médicaments dont on ne connait pas les effets secondaires.

    baci baci, Fiso 🙂

  8. Depuis les défoliants de la guerre du Vietnam, les bombes à sous munitions du Liban et d’ailleurs, l’horreur de ces nouvelles armes révèlent une fois de plus le cynisme de ces marchands d’armes abjects (dont l’état français est le 4ème producteur mondial). Comme l’écrivait mon copain Carlos (médecin poète mexicain aujourd’hui disparu) « Scories et ordures sont les meilleures formes d’un fumier raisonnable »

  9. Ça fait un moment aussi que me taraudait l’idée de faire un papier sur l’usage de ces armes à effets multiples et ravageurs. Je me suis découragé, ne trouvant d’informations que tellement effroyables, que je ne savais plus comment faire pour ne pas paraitre outrancier et incrédible. Merci de l’avoir fait, et de façon documentée. Il est hallucinant que l’exposé de ces faits ne déclenche pas des reportages et des reportages dans les médias, publics ou privés, et les campagnes de dénonciation qui vont avec… qu’est-ce qui peut d’avantage soulever le cœur que ça…

  10. @salut Oh91

    Pas facile à écrire comme texte, comme tu le dis les informations que l’on trouve sont terrifiantes, tellement que je les ai toutes vérifiées, recoupées, pour être sûre.
    J’ai cherché aussi sur des sites en italien et en anglais.

    Ce sont presque toujours des sites alternatifs, il semble effectivement que les grands médias relaient peu ce genre d’infos, pourtant capitales.
    Omerta?

    pourtant, il faudrait réagir!

    Au fait, tu écris de la montagne ou as changé tes plans?

  11. Oh yoyo.
    Horrible, encore et encore. Toujours plus de mal et de désagrégation de l’humanité. Et effectivement, te lire toujours le cœur réchauffe…

    Je rappelle ce site passionnant, dont la personne a arrêté de le maintenir. A mon étonnement, il m’a répondu que tout ce qu’il dénonce depuis 10 ans est quand même en train de se réaliser, alors à quoi bon…

    http://www.syti.net/Organisations.html
    http://www.syti.net/Targets.html

    Merci Celeste, superbe et si dur à faire, comme d’hab quoi !

  12. @salut zolive 🙂

    sorry ton com était resté coincé, because les liens.

    Je connais le site que tu as mis en lien, j’y suis allée souvent.
    Je dois dire qu’au début j’étais un peu dubitative, peut-être aussi à cause du design, puis en le lisant plus attentivement je me suis rendue compte de la justesse des analyses.
    Je me doutais un peu qu’il n’était plus maintenu, mais il y a tellement à lire…

    Merci de ta visite et de ton com.

  13. Mais heu.,il y a trés longtemps que l’U 238,est utilisé dans les industries 🙁
    Ce sont les ignard dans mon style qui ne le savent pas, et cela peut nuir gravement a la santé de chacun .
    Se méfier toutefois de ne pas confondre toxisité d’un métal et la radioactivité de celui ci ?
    La aussi une bonne information ne ferait pas de mal au plus grand nombre, mais qui accèpterait ça ,si des intérets financiers etaient menacés ? 😀

  14. @un chouka

    C’est justement l’information qui manque. Par exemple au niveau des conséquences sur les populations des guerres du golfe et des balkans.
    mais aussi sur le sort des soldats qui ont été contaminés et qui aujourd’hui sont gravement malades, ou morts.

  15. (en réponse à ta réponse : c’était écrit de la montagne. Devant un chocolat chaud traditionnel, un jour de tempête de vent, en attendant les copains partis goûter du jacouzi dans un complexe thermal… Depuis, je suis bien rentré. Avec mes eaux – c’est à dire mes os – et mes tendons entiers)

  16. @ Celeste,je pensais avant tout aux travailleurs qui ne savent pas toujours ce qu’ils manipulent ou usinent (travail avec des outils qui génèrent des poussières surtout ).
    Quand aux militaires ,ou aux civiles,placés sous ces poussières, sont’il au moins au courant qu’il y a de l’uranium a la place du plomb ?
    De toute façon, l’uranium ,comme bien d’autres substances ont une toxicité qui n’est pas bien connue a deissin ,je crois 😉
    Il y a tant d’arnaques de par le monde ………………..
    La vie du bétail, ne vaut rien donc 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *