Le film, prémices du tournage

Cette année, nous tournons un court métrage avec les enfants de Namaste. Antonio, avec qui, l’année dernière, nous avions réalisé « Il bacio di Alice » et Michela nous accompagnent dans cette nouvelle aventure.

prémices1

Michela et les enfants

L’histoire est simple :
Chaque matin, Ramesh porte le lait de la chèvre de sa grand-mère dans une house family. Dans la cour de la maison, Michela, une jeune femme italienne, donne des leçons de flûte aux enfants. Ramesh est fasciné par la musique.
Quelques péripéties plus tard, il deviendra lui aussi son élève.

prémisses2

les garçons

Nous n’avons pas encore commencé à tourner mais le script est écrit, les lieux ont été déterminés et nous avons choisi les acteurs.

Achu, à la douce mélancolie, léger et rêveur, souvent distrait, sera Ramesh.

prémisses3

Achu

Rajeev, enfant adivasi (aborigène), dense, musclé et rieur accompagnera Michela dans la forêt quand elle partira à la recherche de Ramesh.

prémisses4

Rajeev

Notre Ammachi jouera le rôle de la grand-mère c’est-à-dire qu’elle traira sa chèvre, comme tous les matins à six heures.
Chinchu sera la sœur aînée qui confie le pot au lait à Ramesh.
Les enfants seront ceux de la « Helen House » et cinq garçons, dont Rajeev, viendront de la « Lakshmi House » pour augmenter le groupe.
Helen jouera son rôle d’house keeper.

prémisses5

Helen

Et bien sûr Michela sera Michela.

prémisses6

Antonio et Michela

Le reste de l’équipe est composé du maître de musique, de Sasikala et Tadeus pour traduire en malayalam et nous aider à encadrer les enfants et de Joss comme responsable du matériel.

prémisses8

Sasikala

prémisses9

Joss

prémisses10

Tadeus

Fabio est derrière la caméra et met en scène avec Antonio. Michela et moi « assistons ».

prémisses7

Le maître de musique

Nous avons acheté des flûtes traversières traditionnelles, en bambou, comme celle de Krishna. Puis nous avons demandé à un professeur de musique d’en enseigner les rudiments à nos jeunes acteurs. Les gestes les plus simples, bien tenir l’instrument, enchainer harmonieusement quelques notes.
Michela, qui depuis deux mois s’entraine sur une flûte à bec dans son appartement bolognais, a heureusement vite appris à modifier ses gestes.

prémisses11

Fabio et les enfants

L’entreprise ne manque pas de difficultés.
En cette période de mousson le temps est très incertain et nous avons déjà dû modifier nos plans.
La chèvre d’Ammachi a mauvais caractère et a  envoyé valdinguer Antonio d’un coup de corne bien ajusté dans le postérieur.
Le mari d’Helen fait un peu la tronche, effrayé de voir toute cette agitation autour de sa jeune épouse (ils sont mariés depuis deux semaines), d’autant qu’à la première rencontre Antonio, pas encore habitué aux us locaux, lui a adressé plusieurs plaisanteries, anodines certes mais ici on ne badine pas avec les femmes des autres.
J’ai vu un serpent traverser paresseusement le chemin qui longe la rivière.
Enfin, nous n’avons pas encore trouvé le titre. La recherche s’effectue en soirée, dûment alimentée par la vodka achetée à Dubaï et les pages de mon carnet sont couvertes de titres plus ou moins fantaisistes.
« Namaste Ramesh »
« Achu et Chinchu » (prononcer atchou et tchintchou, recommencer à toute vitesse)
« Autant en emporte le lait »
« Michela et les sept flûtes »
« No milk ! No flute ! »
« La musique de Ramesh »
« Les notes de la rivière » etc…

Bref, nous nous amusons beaucoup !

Demain,  premier « tour de manivelle »de la Low Cost Productions.

prémisses12

A suivre…

4 réflexions sur « Le film, prémices du tournage »

  1. Quel plaisir, j’ai plein de billets à lire chez toi depuis ton départ. Merci Céleste, jolis textes chaleureux, belles photos sensibles, c’est un beau rendez-vous avec toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *