Mortels à Saint-Tropez

Alignés face à la mer, comme les bateaux du port qui, petits et gros, doucement tanguent, les morts de Saint-Tropez reposent en silence.

saint tropez1

saint tropez2

Peu leur importe, aux morts, le pouvoir, l’argent, les vaines illusions dont les humains se bercent.
Les bateaux, au contraire affichent la richesse. Mâts effilés, proues orgueilleuses, ponts bien cirés.

saint tropez3

saint tropez4

Le plus gros, le plus cher, le plus luxueux, blanc comme une meringue, haut comme une maison, les marins à son bord le décorent de fleurs.
Comme les tombes en ce premier novembre gris bleu, gris doux, gris tendre du ciel qui descend dans la mer.

saint tropez5

Trop beau pour être triste ce cimetière si fleuri, débordant de couleurs.
De mots d’amour aussi, d’épitaphes gracieuses.

saint tropez6

Poèmes recopiés
« Douceur d’être et de n’être pas
Car j’ai vécu de vous attendre
Et mon cœur n’était que vos pas
»  (Paul Valéry)

Poèmes détournés.
« Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Ouverts sur quelque immense aurore
Perdus au-delà des tombeaux
Les yeux qu’on aime voient encore
» (d’après Sully Prudhomme)

Ils ont le temps les morts de goûter la quiétude, ils n’attendent plus rien, pas comme les voiliers qui espèrent du ciel une brise clémente.

saint tropez7

saint tropez8

Sur le quai les vivants déambulent, admiratifs ou jaloux. Avoir un beau bateau, être riche, célèbre, naviguer au loin direction les tropiques ou prendre l’apéro sur le pont, les fesses calées dans un fauteuil en tek, narguer le gueux qui passe.
Je suis riche ô mortel !

Croix de fer.

saint tropez9

Croix de pierre.

saint tropez10

Mortel, tu l’es toi aussi !

saint tropez11

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 commentaires sur “Mortels à Saint-Tropez”