Quelques jours à Nice

J’ai d’abord vu son petit crâne chauve s’élever parmi les palmiers de la promenade au rythme d’un panneau publicitaire automatique. Puis apparurent ses bésicles rondes, ses grandes oreilles, sa moustache et le pan blanc de son dhoti.
J’ai pensé « Oh, Gandhiji ! »
Mais le léger sourire de surprise teintée de plaisir qui venait d’éclore sur mes lèvres fut promptement figé lorsque l’affiche, enfin déroulée, me délivra le vilain message qu’elle avait sournoisement concocté à l’attention de l’automobiliste et du passant (sans oublier le cycliste et le patineur).
Adecco !
Le numéro un mondial du travail temporaire !
Plus fourbe que le serpent et plus moqueur que la hyène.
Qui utilise sans vergogne l’image du petit homme à la grande âme afin de mieux se goberger en exploitant ceux qui n’ont d’autre choix que le travail, n’importe quel travail et parfois, c’est-à-dire souvent à l’échelle mondiale, dans des conditions difficiles, sinon insupportables.

A peine remise du choc et alors que je traduisais en discours – à l’intention exclusive et distraite de Fabio qui était occupé à conduire – le profond agacement qui montait en moi, voilà qu’un Coluche rigolard traversa brièvement dans mon champ visuel.
Portant lui aussi la marque rouge de l’infamie.

Mais de quoi ces détournements sont-ils le signe ?
C’est clair, ils veulent nous voler nos mythes (nos symboles? nos images? nos visages?)

Faut-il qu’ils aient peur pour tenter cette grotesque opération !
Qui pensent-ils convaincre de la véracité de ce nouvel humanisme fraichement émoulu d’une agence de marketing ?
Ceux qui, comme nous (vous vous reconnaitrez, ou non) savent bien que Gandhi et Coluche, n’ont absolument rien à faire dans cette galère infecte ?
Ceux qui n’ont qu’une très vague idée de qui étaient ces deux personnages ?
Ou ceux qui s’en tamponnent le coquillard de Gandhi, de Coluche, de la solidarité et de l’humanité ?
Mais peut-être sont-ils moins nombreux qu’ils ne le pensent à n’avoir d’autres valeurs que le profit.

Ce Gandhi qui nous sourit est un clin d’œil : les passants, lorsqu’ils sont unis, peuvent vaincre les oppresseurs.

38 réflexions sur « Quelques jours à Nice »

  1. Preum’s !!!

    Gandhi récupéré par Adecco, c’est minable. C’est une mode pour les exploiteurs de tout poil de récupérer tout ce qui peut leur sembler « transgressif » : Coluche et Gandhi pour Adecco, et les images et slogans de mai 68 pour Leclerc, etc.

  2. Depuis que j’ai entendu « Heros » comme musique de pub…j’ai vraiment senti que je me faisais voler…par mes propres amis, car je pensais que ceux qui avaient aimé cette chanson(D.Bowie) étaient obligatoirement proche de moi…proche de ce « Nous les vaincrons à jamais… »
    Et bien non…
    Et l’auteur en avait aussi donné l’autorisation d’exploitation pour une serie de pubs….et pour cher…
    Mes souvenirs et mes émotions…pfffffffftttt
    Alors madame Coluche a fait de même…
    Mais maintenant je suis blindé…
    Je m’en fous…
    J’ai vu passer tous « mes symboles »

  3. Sûr que voir Coluche se dérouler pour un négrier contemporain ça défrise; mais bah, on avait bien déjà réutilisé d’autres symboles, y compris par exemple Jésus… et gratos en plus.
    Alors si la Véronique y trouve son compte -il aurait du se méfier Coluche, dans Véronique il y a nique- pourquoi pas.
    C’est un monde marchand, essayons d’en faire un monde marchant; marchant quand même.
    Mais ne croire en rien tout en faisant bien et expliquer ça aux enfants ce n’est pas facile.

  4. Je n’ai pas (encore) vu la « Coluche », mais la « Gandhi » l’autre soir m’a remplie d’une rage froide, de celles qui feraient bien planter les têtes de quelques publicitaires et de quelques marketeux au bout de quelques piques si le Mahatma lui-même n’appelait pas à des méthodes moins extrêmes…

    Le capitalisme ploutocratique récupère tout et n’importe quoi, ne respecte strictement rien (pourquoi le ferait-il d’ailleurs ?) et transforme tous les symboles « utilisables » en creuses images d’Épinal simplement bonnes à vendre de la soupe.

    Y’a une boîte à « cours particuliers » à la con qui utilise depuis lulure des photos-montages hideuses et gerbeuses d’un gamin dont la moitié du visage se fond dans celui d’Einstein, ou pour une autre de leurs affiches dans celui de Victor Hugo (moins largement reconnu visuellement du grand public à mon avis).

    Le Mahatma et le vieil Albert partagent le discutable honneur d’avoir vraiment été utilisés à toutes les sauces…

  5. Peur de vous, Madame ?

    Oh non, nous sommes les maîtres du monde et nous avons tous les droits.

    Ne le prenez pas mal, Madame, mais votre colère nous amuse. Tiens, on pourra certainement s’en servir pour un prochaine pub.

    Jacques Ségueulasse

  6. « Ceux qui, comme nous (vous vous reconnaitrez, ou non)… »
    Je dois faire partie du club.

    Qu’on reconnaisse à Mme Colucci le droit de disposer de l’image de Coluche, c’est assez nauséeux…
    Mais à qui appartiennent l’image et la mémoire de Gandhi? Sinon à nous? Nous qui ne sommes pas de créatifs publicitaires au service d’une entreprise qui prend des risques (pour les autres).

  7. Une amie m’a indiqué votre blog et j’ai plaisir à lire vos chroniques de voyage.
    Par contre, j’ai un peu de mal à vous suivre dans vos emballements politiques.
    Je trouve que vous allez trop loin et d’une manière qui me semble irréfléchie et peu argumentée.

    En l’occurrence, vous ne connaissez visiblement rien à la réalité de l’intérim que vous assimilez à un marché aux esclaves.

    Quelle solution proposez-vous pour remplacer un salarié en congé de longue durée ? Pour faire face à une charge de travail exceptionnelle ? Pour un étudiant ?

    Si les entreprises d’intérim se portent plutôt bien, c’est que ce qu’elles proposent correspondent à un besoin et si elles traitaient aussi mal leurs salariés, croyez-vous qu’ils seraient aussi nombreux à s’y inscrire ?

    Dans les agences vos trouverez beaucoup de gens qui préfèrent travailler en intérim parce qu’ils sont globalement mieux payés, parcequ’ils apprécient d’être un dégagés des liens hiérarchiques de l’entreprise, parce qu’ils sont certains d’avoir toujours du travail quand ils veulent et pour la durée qu’ils souhaitent, parce qu’ils peuvent bénéficier de formations et être indemnisés par les ASSEDIC.

    Quant à l’utilisation de Saint-Coluche et de Saint-Gandhi pour faire de la pub… pourquoi ? mais pourquoi pas ? Il y a en ce monde des choses bien plus choquantes.

  8. @ Marc : à moi, personne n’a eu besoin d’indiquer le blog de la célestissime, je l’ai trouvé toute seule, par affinités…
    Par ailleurs, si vous avez du mal, ne suivez pas, de grâce, ne suivez pas…
    Pour conclure, votre com est un tel concentré de lieux communs que, bon sang mais c’est bien sûr, comment n’y ai-je pas pensé plus tôt, il faut y voir du troisième degré… au moins…
    Tiens, pour vous remettre des emballements célestitiques, je vous propose une petite retraite dans un lieu simple, pur, pas « choquant »… près du lac KoKoNor, par exemple… En ce moment, c’est du gâteau…

  9. Madame ou monsieur ag,

    Pourquoi refusez-vous le dialogue ? Pourquoi tenir des propos agressifs ?
    Pensez-vous que le monde est en noir et blanc avec des gros méchants (ceux qui ne pensent pas comme vous) d’un côté et des gentils de l’autre (ceux qui pensent comme vous) ?

    N’est-il pas plus intéressant d’ouvrir les yeux et de regarder le monde tel qu’il est, sans a priori, sans lunettes déformantes, et d’essayer de comprendre plutôt de mettre au pilori ?

  10. @marc
    j’aime bien les coms comme le vôtre, qui souffrent des défauts dont ils m’accusent.

    « Je trouve que vous allez trop loin et d’une manière qui me semble irréfléchie et peu argumentée. En l’occurrence, vous ne connaissez visiblement rien à la réalité de l’intérim que vous assimilez à un marché aux esclaves.  »

    En l’occurrence que savez-vous de ce que je connais?
    « visiblement » dites-vous, votre vue est-elle si perçante qu’elle puisse évaluer quelles sont mes connaissances du monde de l’intérim?
    Quelle idée vous faites-vous de ma vie, de mes expériences ou de celles de mes proches pour oser de telles affirmations.

    vous défendez les sociétés d’intérim, c’est votre opinion, rien de plus ni de moins et je la respecte.
    Permettez moi néanmoins de ne pas la partager, et au vu des autres coms laissés sur ce billet, je ne suis visiblement (c’est à dire que je le vois des mes propres yeux), pas la seule.

    il y a certainement un pourcentage de personnes qui aiment travailler par intérim, pour un certain nombre de raisons, dont celles que vous exposez.

    en ce qui me concerne je ne travaille désormais que sur contrat à durée déterminée, c’est un choix que je peux me permettre et qui n’est pas imposé par des contingences économiques.
    pour tout dire je n’aime pas particulièrement travailler, je m’y résigne lorsque j’en ai besoin et j’en négocie les conditions.
    le contrat à durée déterminée (ou correspondant à un nombre d’heures à effectuer) me donne la liberté de pouvoir, si j’en ai envie, ne pas aller travailler, ou même de claquer la porte à la fin du contrat.
    une forme de liberté.

    mais et je le répète, je l’ai choisi car je bénéficie de conditions matérielles qui me le permettent.

    vous écrivez aussi:
    « Si les entreprises d’intérim se portent plutôt bien, c’est que ce qu’elles proposent correspondent à un besoin et si elles traitaient aussi mal leurs salariés, croyez-vous qu’ils seraient aussi nombreux à s’y inscrire ? »
    exact, de telles entreprises, qui rendent heureux à la fois les employeurs et les employés existent, chez les Schtroumpfs!
    si si je vous assure, quand le schtroumpf menuisier a envie de changer provisoirement d’activité il va chez Adecschtroumpf qui lui trouve un petit contrat chez un coiffeur, personne n’est exploité et tout le monde est content;

    dans le monde des non schtroumpfs c’est plus compliqué.

    @Bruno
    merci pour les liens

    @ag
    merci du soutien 🙂

    @GuyM , Glub et Dom
    effectivement c’est certainement Véronique Coluci qui a vendu les droits, et c’est vraiment dommage.
    en ce qui concerne Gandhi je me suis aussi posée la question, qui a donné l’autorisation, ou qui a touché des droits?

    @Dom
    je crois que passé le premier agacement, on peut effectivement s’en foutre!

    campagne nulle, sans intérêt, et qui tombe à côté de la plaque.
    et oui, @ Monsieur Jacques Dégueulasse ils ont peur de nous.
    nous sommes très nombreux, eux les riches, ils sont une poignée

    @Swâmi
    utilisé à toutes les sauces, le Mahatma, mais rien ne l’atteint, au-dessus de ça, tout simplement!

  11. T’as raison, en découvrant cette campagne, j’en suis resté totalement dégoûté… remarque, la récupération et le détournement des valeurs et des symboles, pire, leur désincarnation, c’est une méthode assez fréquente pour désespérer les peuples. Sarko, dans la dernière période, avec Guy Moquet et les enfants de la Shoah, i la fait assez fort aussi. Bises ! (j’espère que quand tu viens à Noce, tu ne te fais pas que du mal, quand-même !…)

  12. Je ne comprends pas ce déchainement d’aigreur dont tu es la victime.
    Il faut prendre garde que notre esprit critique ne se transforme en esprit de dénigrement systématique…

    ps: il est dommage que nos emplois du temps respectifs n’aient pas permis de nous retrouver, une prochaine fois, je l’espere. Cordialement.

  13. OK compris. Vous avez indubitablement raison sur tout et pour tout et votre vision du monde est la seule valable. Vous préférez les courtisans plutôt que la discussion.

    Certes ce monde est imparfait et l’intérim n’est pas la panacée… mais j’ai beau relire votre post, je n’y vois qu’indignation viscérale et aucune proposition. Je ne parle pas de ceux de vos thuriféraires.

    Maintenant, je vais vous dire mon sentiment profond. Vous avez une jolie plume et vous l’utilisez fort bien dans vos récits de voyage. Vos textes sont sensibles et intelligents, vous y apparaissez chaleureuse et ouverte. Et je peux vous dire que je m’y connais fort bien.

    Le pamphlet politique ne vous met pas en valeur, bien au contraire, il donnent de vous l’image d’une personne aigrie. Si je peux me permettre un dernier petit conseil tout à fait amical et par ailleurs professionnel, continuez à écrire, mais en vous ouvrant sur le monde, en recherchant le beau en chaque chose, faites rêver, soyez généreuse…

  14. Je tiens vraiment à remercier Marc pour cet intense moment de rigolade pincée.

    J’espère, Céleste, que vous tiendrez compte des conseils qui vous sont prodigués avec tant de prodigalité…

    Le beau en toute chose! Et si une affiche hideuse vous semble enlaidir le très beau mobilier urbain, tournez le dos… il doit bien y avoir des ‘tites fleurs de l’autre côté.

  15. Oui, Marc, effectivement, ce qu’il nous fourgue, c’est de la bonne 😉

    J’ai particulièrement aimé :
    « ils sont certains d’avoir toujours du travail quand ils veulent et pour la durée qu’ils souhaitent ».
    Une boite d’intérim, ce serait donc comme un libre-service, comme le chariot des entrées au Ritz. Tiens, je me vois bien aller chez Algeco et gueuler dès l’entrée : alors, quoimerde, ce taf fastoche payé diamant sur l’ongle à Saint-Barth, ça vient ou faut qu’j’appelle Marc ?

    Céleste, ça vous/nous fait plaisir de penser que tous les Ségueulasses ont peur de nous. Mais je crois que c’est hélas faux. Bon, ce n’est pas ça qui nous arrêtera…

  16. @Celeste….Je dis « je m’en fous » comme un gamin vexé qui sait bien qu’il ne peut rien faire d’autre que de renfrogner sa colère…c’est plus ça que j’dis 😉

    @Marc… En fait le sujet du post ce n’est pas tellement l’interim je crois…plus la manipulation des symboles par la publicité non? Question à 2 balles, qui là concerne plus ADecco.C’est quoi AD? Ca aussi c’est un symbole…hi hi…
    J’suis con hein?

  17. @Oh91
    pas de souci le séjour à Nice a été très agréable: enfants, parents, amis, achats et soleil…froid

    @mohamed
    désolée ces quelques jours ont été très mouvementés, ce sera pour la prochaine fois j’espère

    @marc
    vous soufflez avec aisance le chaud et le froid !
    merci pour le chaud 🙂
    le froid, que voulez-vous, nul n’est parfait!
    mes pamphlets ne vous plaisent pas…patience!
    peut-on raisonnablement désirer plaire en tout et tout le temps à tout le monde?

    je préfère moi aussi écrire des récits de voyage ou d’enfance, des nouvelles, mais parfois l’envie de raconter, de relever des injustices ou d’exprimer un agacement ou une révolte me démange.

    c’est un blog, espace personnel ouvert aux autres.

    qui aime revient qui n’aime pas passe son chemin ou ouvre le débat.

    contrairement à ce que vous écrivez je n’y suis nullement opposée s’il est courtois, critiquant les écrits et non leurs auteurs.

    quant à être aigrie….je ne crois pas 🙂
    et, pourquoi pas, au plaisir de vous lire à nouveau!

    @guy
    pas grave
    en fait, la fin de mon billet
    je me cite:
    « Mais peut-être sont-ils moins nombreux qu’ils ne le pensent à n’avoir d’autres valeurs que le profit.

    Ce Gandhi qui nous sourit est un clin d’œil : les passants, lorsqu’ils sont unis, peuvent vaincre les oppresseurs. »

    est plutôt optimiste!

    je crois effectivement qu’il faut dénoncer, raconter, critiquer, mais aussi s’amuser et trouver le bon côté, ou la parade

    @PMB
    non ils n’ont pas tous peur de nous mais certains oui, regardez les simagrées qu’ils nous font lorsqu’il s’agit de les élire, ou non!

    @Dom
    bien vu, le sujet du billet n’était pas vraiment l’intérim, bien que les boîtes d’intérim fassent des bénéfices exagérés et que je me demande pourquoi ce n’est pas l’état qui gère ce service, mais plutôt la manipulation des symboles.

  18. « qui aime revient qui n’aime pas passe son chemin ou ouvre le débat. »

    Je passe. Bonne route. Je n’ai pas de temps à perdre dans des conversations de café du commerce avec des courtisans. Mais ce n’est pas un reproche, les auteurs ont besoin de se rassurer.

    Je me permettrai cependant de vous faire part en off de quelques remarques qui je l’espère vous permettront de passer au niveau supérieur, car je suis convaincu que vous avez du potentiel.

    Bien cordialement

  19. @Marc. Tu nous traiterais pas de débiles là? Je sens comme un profond dédain même …Alors c’est ou que l’on peut lire ces choses « au niveau supérieur »? J’aime bien ça moi les choses « d’un niveau supérieur » elles sont certainement écrites par des auteurs  » d’un niveau supérieur »…Certes il y a des chances que je n’y comprenne rien…Pas grave…C’est juste pour voir. Genre aller au GP de F1.Je veux dire je peux y aller en Twingo…juste pour voir…je reste au bord du circuit.Je rêve quoi…Comme c’est trop rapide …Ca donne le frisson…L’ivresse de la vitesse…
    Tu comprends je reste sur ma faim là.Dès que tu as commencé à écrire j’ai ouvert le fenêtre et j’ai appelé « Maman !!!Viens voir y’a une Ferrari sur le blog à Celeste! » Là tout un coup nous qui ne sommes pas très fournis en mégalo on s’était dit que l’on pouvait s’en taper une bonne tartine….Pour la nuit p’tet…Que dalle…Megalo p’tit joueur.
    Ce matin le monde est triste.
    Le mien hein…juste le mien.
    Je vois que Marc n’a pas de « lien »
    Pas de blog
    Pas de site
    Pas de mail
    Je trouve ça vache…Commencer à fourguer et couper le robinet…Parfaitement que l’on peut être accro en quelques lignes ( trop fort le jeu de mots… je le souligne…ben oui ….niveau zéro quoi)
    Bon on dirait que j’aime bien écrire moi 🙂
    Je ne suis pas chez moi….Mais j’ai…

  20. Ben voilà un beau lien….
    Je connaissais déjà…
    Décidément j’aime pas ce qui gravite « au niveau supérieur »…
    Et je sais pourquoi.

  21. que de « Marc »!

    @Marc 1 (si vous permettez)
    merci de cette attention, pour me contacter, c’est tout en haut et je lirai vos remarques avec beaucoup d’intérêt.
    même si je trouve que vous avez la dent bien dure envers ceux et celles qui commentent mes textes, mes copains de blog, quoi!
    pfff! nobody’s perfect

    @Marc 2 (tu permets?)
    je ne l’ai pas écrit dans le texte mais en voyant apparaitre Gandhiji j’ai aussi eu une pensée pour toi 🙂

    @et pour Dom, Marc et Marc
    « Si tu cries, le monde se tait: il s’éloigne avec ton propre monde.
    « Donne toujours plus que tu ne peux reprendre. Et oublie. Telle est la voie sacrée. »
    René Char
    et
    « Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été. »
    Albert Camus.

  22. Je n’ai pas vu ces pubs, mais j’ai en horreur cette idée de récupérer les morts et de les faire parler pour gagner de l’argent.
    Même lorsqu’il s’agit de personnes moins « marquées » politiquement (je pense à un pub pour je ne sais plus quoi avec Steve McQueen par ex.), je trouve cela inadmissible.
    Les « créatifs » des agences de pub sont vraiment prêts à tout.
    Et puis tant pis si je suis démodée.

    Merci pour ce coup de gueule Céleste.

  23. « Je me permettrai cependant de vous faire part en off de quelques remarques qui je l’espère vous permettront de passer au niveau supérieur, car je suis convaincu que vous avez du potentiel. »

    Marc 1er, il ne déçoit pas, hein ? Ma fille aimait bien l’expression « je m’la pète », je crois que je vais lui demander le droit de l’utiliser.

    Vous direz bien ce que vous voulez à Mâme Céleste, surtout que plus cool-zen-lexomimil qu’elle dans la blogoboule, je vois pas.

    Mais moi on me propose ce genre de services je réponds deux choses :

    – Je ne vous ai pas attendu pour vivre, et n’ia aps besoin de SuperMarc pour me « rassurer ».

    – Le trottoir d’en face, c’est en face, et qu’attendez-vous pour y aller.

    (Enfin, non, restez, on s’marre trop)

  24. Je doute que notre ami ultralibéral décomplexé, prénommé Marc, qui vante si haut et si fort les vertus de l’intérim et de leurs boîtes « Adeccoates » ait vu il y a peu, sur France 2, un documentaire fort instructif dans le magazine « Infrarouge », le jeudi 13 mars 2008, à 23h 05, intitulé « Travailler à en mourir » et qui dans sa dernière partie traitait justement de l’intérim.

    Je cite seulement la présentation du sujet tel qu’on peut le lire sur le site de France 2: « …les intérimaires, une population salariale plus flexible, plus docile aussi, car non syndiquée…cette flexibilité, Jean Luc Pruvost en a fait les frais. Victime d’une crise cardiaque, l’homme est plongé dans le coma depuis un an et demi. Un accident survenu alors qu’il était censé être au repos…En attente d’un CDI, l’homme acceptait les heures sans rechigner( parfois 20 h par jour d’affilée ou avec de très courtes poses!), dans l’espoir de se faire un jour intégrer. C’est chose faite aujourd’hui. Un rêve contraint, un peu tard, par l’inspection du travail !! »

    Je ne suis pas sur que Coluche ou Gandhi aient vraiment appécié, si toutefois on leur avait demandé leur avis! A plus.

    vieil anar

  25. Lla pub est basée sur la récupération et sur l’absence de scrupules, du moment que ça fait vendre (croient-ils).

    Un Séguéla (fort bien dénommé par PMB) passe sans souci des campagnes mitterrandiennes au dîner d’entremetteur pour Sarkozy.

    Sans idées autres que de piquer des images du passé pour les mettre à leur sauce tournée, les publicitaires (la crème d’entre eux) s’appuient sur les souvenirs, les affects de leurs « cibles ».

    Ils « détournent » les valeurs comme des voleurs, les images et la musique que l’on connaîssait avant eux leur servent de déclencheurs pavloviens.

    La pub est, souvent, une pute borgne qui donne envie de dégueuler sur ses seins flétris.

  26. Il y avait bien longtemps, une pauvre nana de 40 ans, « fauchée comme les blés » qui s’était inscrite dans une boîte d’intérim..Elle faisait des « CDD » dans un mono-prix..les week-ends, payée au smic (qui a dit qu’on payait les gens doublent le week-end que je lui botte les fesses ?)..
    Cette nana répondait « présente » à chaque fois qu’on l’appelait..Un jour où elle était en vacances, sa chef « toute mielleuse » l’a appelé :
    – « M.., voudriez-vous revenir travailler, une fille est malade » ?…. »
    – Bien-sûr, Madame Machin, tout de suite, Madame Machin (on ne sait jamais, elle aurait peut-être un CDI)…
    Notre M… va au boulot, travaille la matinée..Sa chef l’appelle à 11h :
    -Voilà vos horaires de demain 9h-12h, et 18h-19h
    – Heu, Madame Machin, on ne pourrait pas regrouper mes heures ?
    – C’est à prendre où à laisser..Si vous n’êtes pas contente, la porte est là…
    – Bien, merci à vous….
    M…est allée chercher ses affaires et a pris la porte sus-nommée..

    Voilà ce que c’est que de vouloir rendre service et de « croire au père Noel »…

    Plutôt crever de faim que de subir ces « cons de petits-chefs »…Entre parenthèse, le mari de M..connaissait bien « The big patron »qui lui a dit + tard : « fallait m’appeler »…
    Pas de passe-droit, M….ne mangeait pas « de ce pain-là »….

    Bon, je crois que je vais me faire incendier par Mr Marc, lui qui doit être 100 fs + intelligent que moi, pauvre blogueuse du dimanche…
    Des propositions Mr Marc, je vous en donnerai bien des propositions
    Et d’une : que les patrons apprennent à respecter leurs salariés
    – 2 : Oui, l’intérim peut-être utile, mais attention à ne pas en abuser
    – 3 : On peut philosopher à longueur de journée..Ce n’est pas ça qui fera avancer les affaires des salariés
    – 4 : Me parlez pas de Seguéla ou d’Attali (les 2 à mettre dans le même sac)…Le 1er, il y a bien longtemps, longtemps, avec son ami Tapi m’avait reçu…Il avait trouvé une idée géniale pour créer de l’emploi….Il se baladait en France, en grandes pompes, hébergé dans les meilleurs hôtels (ça ne mange pas de pain), et faisait des séances de recrutage…
    J’y étais allée…et m’étais fait incendier..Je passais devant un jury de 4 personnes (dont Mr Seguéla)..Mon sujet : vendre des manteaux de fourrure dans un village africain…Pourquoi pas ! (devaient bien rigoler, ces cerveaux au QI de 130 pour nous « pondre ces sujets)…
    Je me suis moquée d’eux…Et, je disais : « mon mari m’a dit, mon mari a fait »…Un moment, une des pétasses qui accompagnait ce monsieur m’a dit : « vous ne savez pas penser sans votre mari  » ? Le monde s’est effondré..J’ai sû que j’étais « grillée »…
    Voilà, comment de « grands seigneurs » brisent les rêves d’une pauvre nana..Depuis, que ce soit les Tapi, les Seguéla, les Attali, je les « hais » en horreur…
    ps : je crois bien que j’ai fait du hors-sujet..On parlait pas de Gandhi ou de Coluche ?…Mr Marc pourrait me faire la leçon et m’expliquer comment ne pas faire de hors-sujet..Sur ce, je vais me prendre un petit lexomil..J’en ai des boites entières sous la main, tellement mon cerveau « pête parfois les plombs »…

  27. @vieil anar

    bien vu de citer ce documentaire:
    « les intérimaires, une population salariale plus flexible, plus docile aussi »
    dociles, corvéables car apeurés et fragilisés.
    la précarité risque de devenir la règle.
    et nous ne pourrons pas dire que nous ne le savions pas, car la manipulation dure depuis des années.

    @salut Patrick
    de temps en temps, comme échappée au contrôle, une émission intéressante vient rompre la monotonie cathodique, entre deux séances de pub racoleuses…

    @Tietie
    bon week end à toi aussi.
    malgré tous ses défauts j’aime Nice, c’est une ville lumineuse

    @Dominique
    « La pub est, souvent, une pute borgne qui donne envie de dégueuler sur ses seins flétris. »
    belle formule!

    @Juliette
    merci de ton témoignage et ta colère

  28. on a bien vu MAi 68 récupéré par les supermarĉés Leclerc!!
    ça aussi c’était manipulateur en diable!!
    la meilleure attitude envers toutes ces pubs, de toutes façons, c’est le mépris et l’ignorance totale!

  29. D’après Le Monde daté du 31 janvier dernier (page 17), c’est Tushar Gandhi, son arrière-petit-fils, qui gère l’image de M. K. Gandhi (qui a eu des enfants avant de devenir « brahmacharya »). D’après ce portrait, « aujourd’hui, il autorise uniquement les publicités qui ne sont pas en contradiction avec les principes du père fondateur de l’Inde ».

  30. @Joël
    merci pour cette précision, instructive!

    @Dominique
    merci d’avoir cité mon texte:-)

    @roland
    et oui, mépris et ignorance mais la pression est terriblement forte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *