Jusqu’au bout…

Il y avait des tambours et des trompettes, des bras levés, des slogans affichés et des fumigènes.
Vieux et jeunes, nous avons  déambulé, marquant le pas pour que le long ruban de la contestation se déroule dans les rues de Draguignan, leur accordant un air de fête.

Grâce aux lycéens, un souffle de gaieté parcourait la foule en marche. Je pensais à mes premières manifestations.

Un rituel, disent certains d’un ton méprisant. Un tour de manège, bruyant mais vain, prétend le pouvoir en feignant de l’ignorer.

Pourtant le mouvement se durcit et prend de l’ampleur. Conscients d’être les futures victimes d’un système économique qui condamnera la plupart d’entre eux à la précarité, les lycéens et les étudiants ont commencé à investir les rues. Malgré les ricanements et les indignations de ceux qui estiment qu’ils n’ont rien à y faire et qu’ils sont manipulés.
Leurs menaces voilées:
« Moi, je veux rappeler que manifester sur la voie publique c’est dangereux » Luc Châtel ne dit pas ça par hasard. C’est clairement  un avertissement
Les robocops sont prêts et n’hésiteront pas à flanquer une raclée à la jeunesse rebelle.

De ce gouvernement on peut craindre le pire, les casseurs téléguidés infiltrés dans les groupes de jeunes pour créer des émeutes et des dégradations, effrayer les lycéens et justifier la répression.

Au delà de sa réforme sur les retraites le pouvoir sarkozien a un dessein beaucoup plus large, en finir avec la contestation populaire, réduire les gueux au silence, les contraindre définitivement à la valse à trois temps   néolibérale du Medef : produire-consommer-crever.

Aujourd’hui encore Nicolas Sarkozy a affirmé son refus de négocier, il ira, dit-il « jusqu’au bout ».

Ce qui, j’en ai peur, pourrait bien signifier une intense activité des robocops et, pourquoi pas, l’utilisation de l’armée.

Merci à Marc pour les photos!

30 réflexions sur « Jusqu’au bout… »

  1. @GdeC

    Oui, j’imagine que parmi eux il y a aussi des gens qui ont besoin de travailler, les agents de police, disait Pasolini, sont de » vrais prolétaires » et certains n’ont pas forcément envie de matraquer des ados…

    @des pas perdus

    malheureusement, je la sens bien venir la répression, elle se précise
    et l’armée pour débloquer les raffineries.

    je soupçonne le gouvernement de passer à la vitesse supérieure, pour marquer le coup et parce qu’ils ne sont pas foutus de nous sortir du caca dans lequel ils nous ont mis!

  2. Comment peut-on taper sur un homme ? Et de plus, sur un jeune ?
    Je vois ma main, la matraque, le regard en face et… c’est simplement impossible.
    Alors comment cela le devient-il ? Je m’interroge franchement.
    Ces hommes, policiers et crs, ils ont des retraites, des enfants, non ?

    Cette méchanceté, cette bêtise humaine me dépasse.

  3. Un autre truc très fort, le bouclage des médias. Pensez, même les postes maintenant n’ont plus que la FM : meilleure qualité, stéréo… Certes mais les ondes de la FM se propagent comme la lumière, donc en ligne droite. Avec la courbure de la terre, ça fait 100 à 150 kms maxi.
    Alors qu’avec les ondes courtes, moyennes et grandes, il y avait réflexion sur une couche du ciel qui faisait aller à des milliers de kms, voire le tout de la terre.

    Et donc, et c’est le but de ma démonstration, même le « Ici Londres, les fraçais parle-t-aux français » n’est plus possible. Il y a bien internet, mais voilà, tant de sites, tant de contrôle aussi car on coupe un site avec un bouton à cliquer sur un écran.

  4. Je crois que la plupart d’entre nous avons une vue assez pénétrante de tout ce qui se passe dans le monde. En contemplant les processus historiques, la révoltante parodie de la paix, on en vient forcément à se demander quel sens à la vie. Il y a la mise en esclavage de masses de gens, la corruption règne et la démocratie est sujet de discours. Les religions ont fait long feu, ils ne subsiste que les superstitions. Il y a le poids mort que constituent la tradition, les innombrables gourous, marchands de bonnes paroles, moines, astrologues. Il y a la misère, la dégradation, l’existence vécue dans la saleté sordide. Aussi le sentiment de profond désespoir. Alors, devant cette immense souffrance, et en regard de tout, quelle est notre réponse ? Certains prétendent que ce qui est nécessaire n’est pas un nouveau système ou une nouvelle philosophie, mais plutôt un nouveau type de dirigeants. Un nouveau type d’homme qui disposerait d’une immense autorité, puisée non seulement dans l’Etat, mais dans la propre puissance de son idéal. Mais cherchons-nous de nouveaux chefs ? Ce dont nous avons besoin, c’est d’être libérés des « leaders ».

    Jiddu Krishnamurti

  5. il y avait même une (toute petite) participation des policiers municipaux à la manif de Montpellier… ce n’est pas grand chose, mais c’était bien de les voir là, avec leur banderole (et la maire pas loin ! ce n’était pas fait exprès, mais c’était croquignolet)

  6. L’armée ce serait quand même étonnant mais pour le reste, on sait, précisément depuis la sortie anti-Roms de fin juillet (dont le but premier était de faire diversion à la galopante affaire Woerth), que les types actuellement au pouvoir sont capables de tout (la seule chose que je crains vraiment et que j’aperçois comme non complètement impossible, c’est qu’en vienne à être « suscité » un attentat, peu avant la prochaine présidentielle par exemple).

    Mais actuellement, si les CRS en venaient à frapper trop nettement des jeunes manifestants (avec images choquantes à la clé), ce serait prendre le risque d’exaspérer véritablement tout le pays (pas seulement les lycées non encore bloqués ou « perturbés »), et ceci contre Sarkozy en particulier (ce qui est déjà pas mal le cas, et sans cesse davantage) – car on sait que tout descend en droite ligne de ce pitre. l’Elysée doit faire là très très gaffe.

    Ceci dit c’est peut-être compter sans la dose d’irresponsabilité qui existe chez ces types actuellement au pouvoir…
    Ce que soulignent ce matin chacun de leur côté et par des voies différentes, Sarkofrance et BRP :
    http://sarkofrance.blogspot.com/2010/10/retraites-fiscalite-un-gouvernement.html
    http://www.lepost.fr/article/2010/10/14/2264375_journaliste-tabasse-dans-paris-le-retour-des-crs-ss.html

    @ GDC
    j’ai posté un com (et même plusieurs) sur ton billet appelant à une « ligne rouge » mais ça passe pas, bug qqpart peut-être je sais pas

  7. @coucou zolive 🙂

    http://www.rue89.com/2010/10/14/incidents-entre-policiers-et-lyceens-a-montreuil-171135

    Un flic qui n’a pas ta sensibilité, malheureusement!

    merci pour ce bel extrait de Krishnamurti
    « Ce dont nous avons besoin, c’est d’être libérés des « leaders ». » oh, oui, vraiment!
    Il serait grand temps…

    @ salut Ko 🙂

    Oui, contrairement à ce que nous indique les radios et télés d’état, la mobilisation progresse, c’est bien 🙂

    @antennerelais
    Je crois le pouvoir en place suffisamment pervers et irresponsable pour utiliser la violence.
    Hier des coups de matraques, aujourd’hui un tir de flashball…

    je partage tout à fait l’analyse de BRP, non seulement ils tapent mais ils savent qu’ils sont filmés.

    pour moi c’est comme la phrase de Châtel « …manifester sur la voie publique c’est dangereux »
    des avertissements, clairs et nets.

    « l’Elysée doit faire là très très gaffe. », mais l’individu qui occupe le poste de président, pris dans son délire, se pense tout puissant et ne supporte pas la contradiction. Un type dangereux.

  8. Je suis en train de relire « Charonne, Anthropologie historique d’un massacre d’État ». Après avoir lu la description minutieuse que fait l’auteur de cette tuerie et des conditions qui l’ont rendue possible, difficile d’accorder foi à le thèse du dérapage, de la bavure, du dysfonctionnement.

    Tous les enfants sont nos enfants, ne les laissons pas fracasser, même « légèrement » comme ils ont eu l’audace de dire de ce lycéen qui aurait été « légèrement » blessé et qui pourrait bien « légèrement » perdre la vision d’un oeil.

  9. Même le ciel clément était avec nous (je suis à Paris). J’ai tout de même remarqué des slogans de plus en plus forts, un raz-le-bol certain. J’ai même vu une tête (de poupée je précise) au bout d’une pique !
    Je crains aussi que la police ne provoque pour pouvoir se donner une raison de taper dans le tas.
    Il parait que les flics sont des gens comme les autres, ils n’ont pas d’enfants ? Ils ne se sentent pas concernés ?
    Etrange, cette obéissance aveugle, cette servilité sans questionnement. Ils les lobotomisent ou quoi ?

  10. Je crois malheureusement que l’on est dans un jeu pervers et que le gouvernement a tout intérêt au pourrissement et aux débordements afin que l’opinion publique, excédée de ne plus pouvoir prendre le train, l’avion, les transports urbains… ni sa voiture faute d’essence, finisse par se retourner comme une crêpe.
    La vraie contestation, c’est le bulletin de vote.

  11. Le fait que la jeunesse (celle qui manifeste) ait pris conscience des enjeux et montre qu’elle se préoccupe de son avenir commence à inquiéter sérieusement le pouvoir en place.

    Le lycéen de Montreuil (Dominique Voynet, intransigeante, bravo à cette femme courageuse !) qui risque de perdre un oeil à la suite de la répression du 14 octobre est le symbole de l’aveuglement — à tous les sens du terme — de la clique sarkozienne.

    Les appels d’un Luc Chatel aux lycéens (« ne bloquez pas les établissements »…) ou d’un Brice Hortefeux aux policiers (« n’utilisez que la force strictement nécessaire »…) expriment leur incompréhension totale des raisons du mouvement social en cours.

    La mobilisation s’accroît ; l’immobilisation du gouvernement aussi. Quand le désir démocratique se répand, qui peut l’arrêter ?

  12. « De ce gouvernement on peut craindre le pire, les casseurs téléguidés infiltrés dans les groupes de jeunes pour créer des émeutes et des dégradations, effrayer les lycéens et justifier la répression. »

    Rarement lu de telles inepties. Non les casseurs n’ont pas besoin d’être téléguidés. J’en ai vu des manifestations attirer des casseurs comme des mouches, ces derniers pillant les manifestants et profitant du chaos pour casser à droite à gauche. Les manifestants apeurés demandant protection aux vilains CRS.

    J’ai vu aussi cette vidéo du journaliste proclamant bien fort devant les CRS « Je suis journaliste! Je suis pas comme les autres ». Quel idiot. Alors qu’il était venu pour manifester de son propre aveu, pas pour faire son boulot. Et voilà-t-il pas qu’il tente d’empêcher l’avancée des CRS devant sécuriser le terrain où de gentils garnements ont fait un petit feu. Un coup de matraque dans les fesses. Le début de la dictature pour certains.

    J’ai appris aussi que des lycéens forçaient les sales jaunes qui restaient en cours à venir manifester joyeusement avec eux pour un monde de liberté. A coup de pompe.

    Et tout cela pour une réforme que 95% d’entre eux ne savent rien de rien.

    Elle est belle, la révolte des jeunes.

  13. @salut jardin:-)

    « difficile d’accorder foi à le thèse du dérapage, de la bavure, du dysfonctionnement.  »

    absolument mais tout le monde ne le sait pas, d’autres, comme
    @pilvar,
    naïfs ou de mauvaise foi continuent à défendre un gouvernement indéfendable et à s’opposer à la contestation populaire, à dénigrer les jeunes, leur déniant la capacité à penser par eux-mêmes…

    bien sûr tous les casseurs ne sont pas téléguidés mais beaucoup oui…

    et ce n’est pas nouveau, l’exploitation d’une partie de lumpenproletariat par la bourgeoisie dominante, tiens, la république de Weimar, la montée du nazisme….

    d’abord on créé la misère, l’exaspération, ensuite on récupère la violence pour la jeter sur le peuple…

    déjà vu!

    @Annie, ciao 🙂

    un gouvernement pervers qui compte sur l’exaspération pour accentuer la répression et se débarrasser de la contestation, oui, c’est bien ça!

    « La vraie contestation, c’est le bulletin de vote. »
    encore faudrait-il voter pour des projets cohérents et humanistes et non pour des gugusses arrogants et incapables qui trahissent par leurs actes leurs promesses de campagne
    « j’toucherai pas à la retraite à 60ans » qu’il disait…

    je dis ça, je dis rien, moi je n’ai pas voté pour lui… 😉

    @ bonsoir Dominique

    « Le fait que la jeunesse (celle qui manifeste) ait pris conscience des enjeux et montre qu’elle se préoccupe de son avenir commence à inquiéter sérieusement le pouvoir en place. »

    oui, le gouvernement préfèrerait et de loin, de braves petits pions bien obéissants, déjà soumis au système et manipulables à souhait…

    « Quand le désir démocratique se répand, qui peut l’arrêter ? »
    très bonne question 🙂

  14. @ zolive qui demande : « Comment peut-on taper sur un homme ? Et de plus, sur un jeune ?
    Je vois ma main, la matraque, le regard en face et… c’est simplement impossible.
    Alors comment cela le devient-il ? Je m’interroge franchement.
    Ces hommes, policiers et crs, ils ont des retraites, des enfants, non ? » ,

    je citerai tout simplement Raymond Devos décrivant les rues de Paris en Mai 68 :  » J’ai vu un crs qui, d’une main, tenait un étudiant, et de l’autre sa matraque et qui disait « Quand je pense que moi qui n’ai rien dans le citron, pas même un petit pois, je vais devoir taper sur une tête pleine, un puits de science, peut-être, ça me déprime !  » … et de rage, il tapait plus fort sur la tête de l’étudiant !

  15. Non les casseurs ne sont pas « téléguidés » (terme ridicule soit dit en passant). Concrètement ça donne quoi? L’état recrutant des policiers infiltrés pour forcer des jeunes à racketter ou bien à empêcher les pompiers d’éteindre des feux? Mauvaise foi: on veut rendre irresponsable les jeunes casseurs et responsables les jeunes manifestants. Qui me dit que ces derniers ne sont pas « téléguidés » (vraiment, ce terme me fait rire…) par l’opposition et leurs profs gauchos? (thèse plus probable que la vôtre, mais que je ne supporte pas. Non, les trois quarts des lycéens manifestent parce que c’est trop cool t’as vu trop le bordel quoi)

    Les CRS ne sont pas les ennemis des manifestants, ils sont là pour empêcher le débordement d’idiots se prenant pour des che guevara en renversant la twingo d’un papy ou en brûlant tout ce qui est plus ou moins inflammable.

    Je vous propose d’imaginer une manifestation à Paris sans CRS. Et de renouveler votre vision de l’Histoire, qui ne se limite pas à la période 39-45, unique grille de lecture de quelques paranoïaques récoltant points Godwin sur points Godwin.

  16. Vraiment, les crs sont nos amis ???? Il faut avoir surpris des conversations via leurs micros pour savoir qu’ils se demandaient « quand on allait y aller », hé ?
    Samedi, nous quittions le cortège et une petite rue près de République était barrée par ces charmants garçons qui nous ont demandé de décoller nos autocollants que nous avons remis immédiatement après. Je peux vous assurer qu’ils cherchaient à provoquer. L’un d’eux nous a même insultés. J’ai largement l’âge d’être leur mère, je précise.
    Un seul semblait avoir plus de 40 ans !

  17. @pivar

    connaissez-vous la tactique Cossiga?
    elle devrait vous plaire

    http://www.celestissima.org/italie-declarations-choisies/

    et là
    http://www.betapolitique.fr/La-strategie-Cossiga-58273.html

    @merci estebanane pour cette citation fort à propos 🙂

    @zolive, oui, il y a de quoi être déprimé, parfois, mais en même temps se laisser aller la déprime, renoncer à se rebeller, les laisser agir, c’est accroitre leur pouvoir, c’est leur céder, c’est accepter la soumission…

    J’aime les manifestations, elles renforcent la détermination, elle créent des liens, elles brisent la solitude

    @geno

    merci de ton témoignage, en ce qui concerne pivar, j’ai bien peur que nous ayons à faire à un cas désespéré: le conservateur réactionnaire de base;

    Je prétends au contraire que c’est la présence des CRS qui engendre la violence.

    Enlevons les robocops – leur présence aux manifestations de lycéens est déplacée, absurde, pire infamante car elle part du postulat « les jeunes sont violents »- et tout se passera bien.

    Dans mes manifs de lycéenne, il n’y avait pas de CRS, ils sont arrivés bien après, souvenons-nous de Malik Oussekine
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20061205.OBS1508/il-y-a-20-ans-malik-oussekine.html

    en Italie non plus il n’y a pas de robocops quand les lycéens défilent dans la rue
    on n’attaque pas les jeunes, les Italiens sont beaucoup plus protecteurs envers leurs enfants
    enfin dans ce cadre-là, quand il s’agit de leur donner du travail c’est autre chose!

  18. Je ne connaissais pas la stratégie Cossiga. Elle confirme néanmoins très bien mes propos: en laissant faire les jeunes, sans CRS, les magasins sont brûlés et les voitures renversées. Quid des « agents provocateurs » me diriez-vous. S’ils existaient vraiment, imaginons un flic en civil disant « yo vas-y faut casser du magasin pour se faire entendre », c’est à désespérer de l’influence facile qu’on peut avoir sur nos jeunes. Ce qui me laisse penser que la même influence a pu les mettre dans la rue par quelques autres autorités, ce qui nous donne un portrait très minable de ces nobles manifestants lycéens.

    « j’ai bien peut que nous ayons à faire à un cas désespéré: le conservateur réactionnaire de base »

    C’est pas bien les préjugés. Sachez que j’ai manifesté contre le CPE et que j’ai pu observer moi-même lors de ces manifestations des jeunes s’en prendre à nous, et j’ai vu des manifestants ayant jadis hurlé « CRS SS » courir dans les bras des forces de l’ordre pour pleurnicher un peu de protection siou plait nous on est des gentils.

  19. Désolée pour vos affirmations, somme toute gratuites Pivar, je sais ce que j’ai vu et entendu, à moins que mon groupe n’ait été frappé d’hallucinations collectives.
    Nous avons été provoqué, très clairement, pourtant personne d’entre nous avait plus de 40 ans et pour ma part nettement plus de 50.
    Je n’ai pas répondu, je dois même dire que ce genre d’insultes me fait sourire, cela faisait plutôt niveau cour de récré, pas spécialement respectable d’ailleurs.
    Décidément toute tête n’est pas faite pour porter un képi, ou un casque.
    Quel est ce pays où on n’aime pas ses jeunes, où on en a si peur ?
    Les « jeunes » sont aussi parfois déguisés en robocops, armés, se sentant en pleine impunité, et souffrant à ce jeune âge d’un excès de testostérone.
    Rien à voir dans le rapport de forces avec d’autres jeunes en baskets.
    Il y a longtemps, ils tournaient toujours en équipées équilibrées avec quelques anciens plus musclés professionnellement, qui ne cherchent pas à faire les gros bras.
    Et non, pas de danger que j’aille pleurnicher dans leur gilet pare-balles…

  20. Désolée pour vos affirmations, somme toute gratuites Pivar, je sais ce que j’ai vu et entendu, à moins que mon groupe n’ait été frappé d’hallucinations collectives.
    Nous avons été provoqué, très clairement, pourtant personne d’entre nous avait moins de 40 ans et pour ma part nettement plus de 50.
    Je n’ai pas répondu, je dois même dire que ce genre d’insultes me fait sourire, cela faisait plutôt niveau cour de récré, pas spécialement respectable d’ailleurs.
    Décidément toute tête n’est pas faite pour porter un képi, ou un casque.
    Quel est ce pays où on n’aime pas ses jeunes, où on en a si peur ?
    Les « jeunes » sont aussi parfois déguisés en robocops, armés, se sentant en pleine impunité, et souffrant à ce jeune âge d’un excès de testostérone.
    Rien à voir dans le rapport de forces avec d’autres jeunes en baskets.
    Il y a longtemps, ils tournaient toujours en équipées équilibrées avec quelques anciens plus musclés professionnellement, qui ne cherchent pas à faire les gros bras.
    Et non, pas de danger que j’aille pleurnicher dans leur gilet pare-balles…

  21. « Je m’oppose à la violence parce que lorsqu’elle semble produire le bien, le bien qui en résulte n’est que transitoire, tandis que le mal produit est permanent. » C’est pas de moi mais de Gandhi.

  22. @salut Annie 🙂

    Il disait ça aussi, le Mahatma:

    « Là où le choix existe seulement entre la lâcheté et la violence, il faut se décider pour la solution violente. J’aimerais mieux que l’Inde défendît son honneur par la force des armes plutôt que de la voir assister lâchement et sans se défendre à sa propre défaite. Mais je n’en crois pas moins que la non-violence est infiniment supérieure à la violence. »

Répondre à zolive Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *