L’œil est dans la ville

Repaire de nantis oisifs, siège d’un clinquant festival du cinéma, Cannes se flatte aussi d’être une des villes les mieux « videosurveillées » de France.

Grâce à une subvention de 240 000 euros accordée par le ministère de l’intérieur au titre du fonds interministériel de prévention de la délinquance et qui couvrira 40 % du montant total de la facture, 41 nouvelles caméras viendront s’ajouter aux 237 déjà installées.

Au total 278 caméras. Soit une caméra pour 258 habitants !

Fichtre !

Vous je ne sais pas mais moi ça me fait froid dans le dos ce genre de nouvelle et quand ma fidèle calculette m’indique qu’une caméra coûte 14 634 €, il me vient en plus une espèce de dégoût mêlé de colère.

Si on multiplie cette somme par 278 (nombre de caméras installées dans la ville) on obtient le chiffre de 4 068 252 €

Plus de quatre millions d’euros, dans une seule ville, utilisés pour surveiller, espionner, traquer, ficher les citoyens !
A l’échelle du pays cela donne une idée des sommes faramineuses que l’Etat utilise pour mener sa détestable politique d’hyper sécurité.
Les sempiternelles lamentations du gouvernement sur le coût des protections sociales n’en paraissent que plus odieuses.

L’usage effréné de ces invisibles miradors est une gravissime atteinte à nos libertés.
Nous sommes désormais sous perpétuelle surveillance.

En permanence, un œil nous regarde, tellement borné qu’il a, la semaine dernière décrété terroriste un groupe de pompiers catalans, tellement bête et méchant qu’il a causé en 2005 l’assassinat d’un touriste brésilien tué « par erreur » par la police dans le métro de Londres parce que la caméra de vidéosurveillance l’avait montré avec un sac à dos « suspect ».

J’en appelle à notre imagination, à notre humour, que pouvons-nous inventer pour nous jouer de ces saloperies de caméras ?

Ce qu’en pense la Ligue des Droits de l’Homme

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

23 commentaires sur “L’œil est dans la ville”