Sini, la fin heureuse d’un combat.

Sini c’est elle :

Elle est indienne, née au Kerala mais maintenant elle vit à Bologne avec Roy.

Leur histoire, je l’ai racontée .
Nous avons aussi réalisé un film documentaire.

Un jour Sini a quitté son mari. Il lui a fallu beaucoup de courage. Les femmes indiennes ne se séparent pas de leurs époux même s’ils sont, comme celui de Sini, des abrutis violents et alcooliques.
Pour se venger il a arraché Agnus, leur fille (à l’époque elle avait 5 ans), du foyer des parents de Sini où elle vivait heureuse.
Elle a demandé le divorce.
Pendant les quatre années suivantes, il a confié la fillette à une de ses sœurs, puis à une autre. Des femmes indifférentes, occupées à élever leurs propres enfants.

Le divorce a été prononcé.

L’année dernière, lorsque nous étions ensemble en Inde, Sini n’a pas pu embrasser sa fille, la tante a refusé d’ouvrir la porte.

Alors elle a intenté une action en justice.
Le verdict est arrivé il y a un mois. Il attribue la garde d’Agnus à Sini .
Une victoire.

Depuis hier, Agnus a retrouvé ses grands-parents. Sa maman lui a téléphoné.
Dans quelques mois elle ira la voir.

Malgré la coutume indienne qui veut que les enfants appartiennent à la famille du père, la justice en a décidé autrement.

Et moi, je ne résiste pas au plaisir de vous informer de cette bonne nouvelle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires sur “Sini, la fin heureuse d’un combat.”