Une famille indienne, quelques considérations

Dans le précédent billet, écrit dans un esprit reportage, j’ai dressé le portrait d’une famille indienne amie.  Il est hors de question que je porte un jugement sur son mode de fonctionnement mais il me semble intéressant de réfléchir sur certaines de ses particularités, typiquement indiennes.

Le plus frappant pour moi, occidentale individualiste qui n’a eu de cesse d’exister en dehors de la famille, voire même contre dans ma jeunesse, est la complète dissolution des individualités au service de l’entité familiale.

Dans le cas de la famille d’Anish, la dilution des belles-filles s’est effectuée dans la joie. Elles sont heureuses, éprises de leurs jeunes époux et fières de leurs enfants. Élevées de façon traditionnelle, croyantes, elle n’aspiraient à rien d’autre qu’à ce bonheur familial. L’une et l’autre l’affirment et, les connaissant, je les crois volontiers.

Lorsqu’une jeune fille indienne se marie, elle change de famille. Sa dot représente sa part d’héritage. Si elle quitte son mari, très souvent, ses propres parents, s’estimant déshonorés, refusent de l’accueillir.

Les filles sont formatées pour devenir épouses et mères et les rebelles s’exposent à d’innombrables difficultés. Pas au niveau de la loi, qui accorde aux femmes des droits similaires à ceux des occidentales mais à celui, plus pernicieux, de la coutume.
Suivant celle-ci, c’est le plus jeune fils qui hérite de la maison des parents mais aussi de leur entretien. C’est donc à sa femme qu’incombe la tâche de veiller à leur bien-être quotidien. Soumise à l’autorité de sa belle-mère, elle s’échine des années durant à effectuer les tâches ménagères, à éduquer ses propres enfants et à soigner les anciens lorsque les effets de l’âge se font sentir. Si elle a un fils, c’est sa jeune épouse qui prendra le relais sous ses ordres. Et ainsi de suite.

La famille est un des piliers de la société de la société indienne, souveraine, elle protège ou étouffe, absorbe ou détruit.
Car si dans la famille d’Anish règne l’harmonie, ce n’est pas toujours le cas et parfois la pression familiale sur les femmes est insupportable quand elle ne vire pas à l’enfer.

« Here, in India, me dit mon amie Mumtaj, we have a burden, our family ! » (ici, en Inde, nous avons un fardeau, notre famille).

7 réflexions au sujet de « Une famille indienne, quelques considérations »

  1. Le poids de la belle-mère est écrasant, c’est vrai. Je ne compte plus les déjeuners que les copines ont annulé à la dernière minute parce que leur belle-mère avait besoin d’elle. C’est parfois un problème dans les mariages mixtes car les jeunes femmes n’avaient pas pleinement réalisé qu’elles épousaient leurs belle-mères aussi, les maris indiens ne comprennent pas, ça crée des tensions …. Et c’est à tous les niveaux de la société. Même les super-riches n’échappent pas à leur belle-mère. Certes les bonnes sont là pour les taches domestiques, mais il y a toujours un RV de médecin, un sari à acheter, qui impliquera de l’accompagner.
    Quand vous écrivez: « la complète dissolution des individualités au service de l’entité familiale ». Oui. Et en même temps, il n’y a pas plus individualiste que la société indienne. Hors l’unité familiale, c’est chacun pour soi. Les Indiens se plient difficilement aux règles qui faciliteraient la vie en collectivité. Ils font preuve d’une grande indifférence, voir d’égoïsme au sort d’autrui, l’état de la société, les enfants mendiants dans les rues – qui en gros ne sont le problème de personnes – existent parce que cette société est individualiste à l’extrême. Celà dit avec tout le respect que je porte aux Indiens et l’amour que j’ai pour l’Inde. J’ai vécu 6 années en Corée du sud, une société ultra collectiviste où l’individu se dissout dans la société et en fait passer les règles avant ses besoins, le contraste m’a frappé en Inde!!!!!

  2. C’est vrai ce que Bombay Magic affirme « Le poids de la belle-mère est écrasant (…) C’est parfois un problème dans les mariages mixtes car les jeunes femmes n’avaient pas pleinement réalisé qu’elles épousaient leurs belle-mères aussi, les maris indiens ne comprennent pas, ça crée des tensions … ». Cela fait 5 ans que je suis avec mon copain, sa mère et ses soeurs sont en Inde, ses frères aux USA. Jusqu’en janvier je n’avais pas vraiment réalisé ce que cela impliquait d’être avec un Indien. Sa mère est venue passer 3 mois chez nous (je ne suis pas censée me plaindre, avec un visa pour les USA elle vient pour 6 mois, enfin quand elle ne se dispute pas avec ses belles-filles au bout de 4 mois), elle n’est pas méchante mais veut absolument qu’on s’occupe d’elle. Elle jette tous les déchets un peu n’importe où, utilise 36000 boites pour les restes de repas qu’elle range en vrac dans la cuisine, se plaint tout le temps d’être fatiguée alors qu’elle reste chez nous sans bouger les 3/4 du temps et pour son fils, c’est la mère parfaite donc pas le droit de critiquer.
    Franchement s’il souhaite recommencer cette année je crois qu’on ira le droit dans le mur: quand on est juste tous les deux, il est plutôt adorable même si il est très exigeant mais une belle-mère entre nous en permanence 3 mois par an non stop alors qu’en plus on vit à l’étranger c’est l’horreur. Je me retrouve avec 2 cultures étrangères en permanence avec l’impression que la mienne n’a pas assez de place et j’étouffe. Et mon compagnon refuse de m’écouter, je dois déjà m’estimer heureuse qu’elle ne vienne « que » 3 mois (merci à l’UE pour ses visas pas trop généreux tout de même!). L’impasse quoi…

  3. Je trouve ce post et j ai l impression que je veux pouvoir enfin etre comprise
    Je suis francaise installe en inde et en couple avec un indien depuis 1 ans
    nous vivons ensemble a Delhi et recemment nous avons recu sa mere. L horreur je suis du genre tres libre petite parisienne qui aime la vie. Mon copain c est le mec parfait cool ouvert d esprit quand sa mere debarque c est l horreur il la voit agir comme une maratre et ne dis rien elle reste a la maison a observe fouille critiquer tout (Ma nouvelle super deco boheme chic bien evidemment elle veux du bling bling dore)
    Elle traite la femme de menage comme une esclave
    et lui c est limite si il veut m approcher quand elle est la
    Elle veux dormir avec lui et me demande de dormir par terre CHEZ MOI elle est choque parceque je fume sa soeur c est pareil a jouer les saintes nous les indiennes vous les europeennes Mon CUL je n ai jamais commu plus grande hypocrites que les nanas de delhi c est limite schyzo
    Hier je me rend a un diner oragniser a l ambassade francaise je me prepare legerement et c est parti pour les critiques je suis trop ci trop ca
    Aujourdhui petage de plomb je leur ai tout balance
    Du coup je suis partie de mon appart je suis actuellement toute seule dans une chambre d hotel a delhi alors que lui est partie avec sa maman a un mariage
    Demain je prend le premier billet pour Paris et je me tire
    Ces femmes sont frustrees aigri et ce n est pas une histoire de coutune puisque moi meme je suis originaire d afrique du nord et je pensais que nous avions des valeurs communes Rien du tout de la jalousie elle m appele la blanche
    Enfin c est l horreur je sais que mon post n a aucun rapport mais quel bonheur de pouvoir mettre des mots sur mes maux
    je n ai qu une chose a ajouter
    VIVE LA FRANCE moi qui l ai si souvent critiquer en venant en Inde J ai appris a l aimer

    1. Merci pour ce témoignage!
      J’espère que tout va bien pour vous en ce moment;
      La famille de votre ami doit avoir très très peur qu’il vous épouse, ils ont probablement d’autres projets de mariage pour leur fils, donc tout faire pour briser votre couple, vous décourager!
      Il arrive que devant la résistance opposée par un couple uni, la famille se résigne, accepte le choix du fils et que passées les premières difficultés, tout se aille bien!
      Sonia Gandhi, italienne a réussi à être acceptée dans la famille de son mari, belle-maman, Indira Gandhi, a fait une place à sa nouvelle belle-fille. Un bel exemple!

  4. Merci de m avoir repondu c est tellement dur parceque j aime vraiment mon copain mais je cede a la pression au manque d espace et d intimite
    Mes parents arrivent demain j ai craquer
    et oui tu as bien raison j ai parle avec un ami a lui elle cherche a me faire craquer
    Hier la mere et la soeur on dit a son frere qu elle voulaient vivre avec lui il leur a repondu qu avec ou sans moi si elle s installe a delhi il quitte la ville et la bollywood drama queen
    J ai hate de retrouver mes parents on a prevu une visite de l inde et retour a paris avec eux
    Je suis tellement triste de quitter mon copain et je le vois tellement malheureux
    Mais une chose et sure je ne pourrais jamais accepter de vivre comme ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *