Apartheid en Italie : l’autobus des immigrés

Depuis lundi, à Foggia, ville des Pouilles, il y a deux autobus 24 : l’un réservé aux citoyens italiens, l’autre aux immigrés.
La mesure, explique l’administration, n’a certes pas été prise pour ne plus mélanger les serviettes italiennes avec les torchons étrangers mais pour des raisons de « commodité » et « d’ordre public ».
Un même trajet mais des arrêts différents, le bus réservé aux étrangers faisant la navette entre la gare et le centre d’accueil pour les migrants en demande d’asile où près de 1000 personnes sont entassées dans une structure destinée à en abriter au maximum 300.
Le maire de la ville (centre gauche), à l’origine de cette décision prise par la municipalité avec la bénédiction du ministère de l’intérieur, se défend de tout racisme mais invoque la sécurité, des disputes ayant éclaté entre des italiens et des extra communautaires.

Le président de la région, Nichi Vendola, a par contre et heureusement, vivement réagi : « Cette ligne qui a un parfum de séparation doit être abolie au plus vite ».

On pense évidemment à l’apartheid ou à la ségrégation raciale américaine mais ce que l’on sait peu et que mon amie V. rappelle justement dans un billet c’est que l’Italie a déjà par le passé usé et abusé de la ségrégation raciale. C’était en Erythrée pendant l’occupation coloniale italienne.
Suite à l’arrivée au pouvoir de Mussolini,  en 1922, toute une série de mesures raciales furent mises en place, pour des motifs « d’ordre public » et « d’hygiène » : quartiers de résidence séparés (et autochtones expulsés pour faire place nette), interdiction aux indigènes d’accéder à certains bureaux et lieux de la zone blanche, séparation des moyens de transports publics, salles de cinéma séparées, interdiction totale de rapports sexuels « interraciaux », et, cerise sur cet infect gâteau, introduction, en 1939, du délit de « lésion du prestige de la race », destiné à punir quiconque, « blanc » ou « noir » agissant de façon à diminuer ou à léser le prestige de la « race dominante ».

Des années de berlusconisme ont à nouveau rendu  la société italienne frileuse et égoïste. Elle  se referme sur elle-même, stigmatise les étrangers, discrimine.
Comme l’illustre très clairement la récente loi sur la sécurité qui  supprime le droit aux soins médicaux pour les étrangers en situation irrégulière, introduit une taxe pour ceux possédant un permis de séjour, rend les mariages difficile et impose des contraintes (irréalisables pour la plupart des familles immigrées) pour le logement.

Jour après jour la « mussolinisation » de l’Italie gagne du terrain, les libertés se restreignent et les injustices se multiplient.

Jusqu’à quand cette funeste dérive de la démocratie durera-t-elle ?
Et jusqu’où mènera-t-elle le pays ?

A lire en complément sur l’Italie coloniale.

25 réflexions au sujet de « Apartheid en Italie : l’autobus des immigrés »

  1. @yelrah

    Berlusconi jouit encore d’une popularité impressionnante les prochaines élections sont dans des années et l’opposition a du mal à se structurer.

    siamo messi malissimo 🙁

  2. Sa sortie inqualifiable (idiote ? bête et méchante ? incroyable de mépris ?) au sujet des rescapés du tremblement de terre qui ont tout perdu et sont abrités sous des tentes (il considère que « c’est comme s’ils faisaient du camping le w-e ») ne va-t-elle pas, au moins un peu, le discréditer au yeux de ces Italiens, semble-t-il assez nombreux, qui ne se préoccupent pas des « autres », mais qui peuvent être touchés par le désarroi de ces compatriotes ?

  3. @ko

    c’est un peu tôt pour le dire mais il est fort possible que non.
    hier il est intervenu, longuement, à la télé pour expliquer toutes les mesures prises et je crois que son discours (à part cette phrase…renversante de connerie et de mépris) est bien passé.

    et la phrase a été peu reprise dans la presse italienne.

    c’est un renard (non ce n’est pas sympa pour les renards)…toujours est-il qu’il est très malin, rusé, il s’est montré actif, sûr de lui, rassurant

    de plus cette « diversion » malgré son horreur l’arrange bien!

    en fait pour l’instant l’Etat est intervenu immédiatement et les Italiens se sont massivement mobilisés.

    mais pâques et son lot de messes et de gueuletons se rapproche, la mobilisation va faiblir, les gens vont oublier et les victimes du tremblement de terre risquent fort d’attendre très longtemps d’être relogés.

    et là, l’image de Berlusconi pourrait en pâtir!

    @Francesco

    oui, de quoi en avoir honte…

  4. @Mademoiselle S.

    oui, on n’a pas envie de le croire et pourtant c’est vrai!

    on en a d’ailleurs peu parlé en Italie et maintenant l’attention, de façon tout à fait compréhensible, est focalisée sur les Abruzzes.

    je ne suis vraiment optimiste sur le proche futur de l’Italie 🙁

  5. @Mademoiselle. S.

    oui, tu l’écris justement :

    « Symboliquement, c’est d’une violence inouïe. »

    C’est un rappel des pires périodes de l’histoire et malheureusement, je suis sûre que beaucoup d’Italiens approuvent cette mesure et la justifient.

    Par contre beaucoup de médecins se sont opposés au fait de dénoncer les patients étrangers clandestins.A Bologne, par exemple, tous les hôpitaux ont refusé la délation.
    Au moins ça!

  6. @pas perdus

    « Et n’oublions pas que ça se passe dans l’Union Européenne … »

    à ma connaissance aucune réaction du côté européen, ça viendra peut-être…

    il est vrai que l’info a été très peu diffusée.

  7. Effectivement, cette forme d’apartheid est absolument consternante et fait penser aux pires heures de la peste brune, surtout dans ce pays où il n’y a pas si longtemps, (peut-être encore, dailleurs…!?), la petite fille de Mussolini était parlementaire , mais notre belle France Sarkozienne n’est pas en reste…

    Aujourd’hui, par exemple, des manifs pour s’opposer au délit d’aide au séjour, …eh oui, ça existe, on ne peut pas aider de qque façon que ce soit,des sans-papiers,…
    Bientôt, sans doute, annonce de MAM, il sera interdit de manifester le visage couvert, (cagoule, foulard…), pour éviter….d’échapper aux éventuelles identifications!!

    On n’en est qu’au début, que ce soit pour les restrictions de liberté, ou encore pour les mesures de discrimination masquées, quelles qu’elles soient.

    L’Europe qui vient, le monde qui vient, n’a pas fini de nous étonner…

  8. @v.a.

    Le délit d’aide au séjour est une abomination, curieusement Berlusconi n’y a pas encore pensé.

    le jour où ça arrivera je serai directement concernée.

    étonnés?
    affligés aussi et indignés.

    tu avais imaginé ça toi, quand tu avais 20 ans?

  9. @Céleste, je ne suis pas loin de penser aussi que beaucoup d’italiens (ce serait pareil dans n’importe quel autre pays) approuvent ce genre d’ignominie.

    Et c’est bien là que la question se pose :

    Ou les sinistres individus tel que Berlusconi, Sarkozy et consort sont des hommes d’une intelligence hors du commun qui force l’admiration et la grande majorité du peuple, un ramassis de pauvres simplets bêlant et ruminant. Ou Berlusconi et tutti quanti, ne sont que de vils crétins bêtes autant que cruels et le peuple une force vive d’une intelligence exemplaire.

    Dans les deux cas: équation impossible.

    Pourtant, je ne peux m’empêcher de penser à cette réflexion de Roger Vailland, réglant ce problème dans son style fulgurant:  » Staline était un grand homme, mais c’était un tyran et pour cela, il méritait de mourir. « *

    J’aime beaucoup la culture des années 60/70, mais je ne suis plus assez juvénile pour ignorer que l’histoire des libertés humaines est, malheureusement, tracée dans le sang.

    E.P

    * je cite de mémoire.

  10. J’oubliai!

    Bien vus @Céleste, le coup de la  » diversion « .

    En effet il y a de forte chance que d’ici x temps, les italiens en réponse à leur indignation face à l’abandon des victimes du tremblement, s’entendent répliquer:  » Que voulez vous, peuple adoré, si je n’avais pas été obligé de dépenser tant d’argent pour ces étrangers qui nous cause tant de misère, j’aurais pu en faire profiter nos propres concitoyens pure souche…  »

    Non pas « rusé le renard », plutôt « vicieux le chacal ».

    E.P

  11. Il y a quelques semaines de cela, France 3 avait diffusé un long reportage sur la difficulté qu’éprouvait de nombreux immigrés à pouvoir monter dans les autobus de la périphérie napolitaine. Ce fut un crève coeur de voir le comportement méprisant des italiens dans ces transports en commun.

    Ps: le texte sur le bonheur vient d’être mis en ligne. Baci.

  12. @ Celeste, # 15, pour tout te dire, (mais ça reste entre nous, hein…! 🙂 ), à 20 ans, j’imaginais un monde sans limites(comme toi, sans doute, même si tu es beaucoup plus jeune que moi!)… et ce monde globalisé, (comme on dit aux States!), s’est mis à rétrécir comme peau de chagrin…

    La peau de chagrin, (merci Honoré de B…!), reste un des plus beaux symboles des « Illusions perdues », et pourtant, ces mondes en expansion, nourris,(pour ma part..), pas mal à la SF, …moins maintenant, nous amenaient vers des jours meilleurs,…des jours meilleurs, même les russes,(précurseurs de la SF…!) y ont cru, aux jours meilleurs, voire Tarkowsky et son « Stalker », par ex, ….,mais je m’égare, je suis en colère, aussi…! Non, je ne vais pas expliquer maintenant…!

    Hier soir, j’ai regardé,…tard sur Arte…(pléonasme…!), un reportage sur les Roms en Slovaquie, datant de 2007, consternant, mais presqu’habituel, le quart-monde des pays de l’Est, comme en Roumanie, pas si intéressant que ça sur la forme, d’ailleurs, enfin mal fait…! Mais…utile!

    Les témoignages des élus slovaques était parlant, mais terriblement banal, (au sens quotidien du terme…!) trop d’enfants, trop de « pas assez », trop de… »vous mangez des chiens, dans ce village…!! »

    C’est quoi, cette Europe, c’est quoi ce monde…binaire, manichéen, ce « tu l’aimes ou tu la quittes »,…!!!?

    Bon, je reviens plus tard, plus le temps là….!

  13. ces bus…
    La démocratie, ce joli mot qui semble être le garant de tant de droits, finit par ne plus rien inspirer de rassurant et de juste , puisqu’elle autorise ici cette ségrégation, puisqu’elle exige là ne pas être solidaire des plus faibles et de les dénoncer.
    Mais enfin….la démocratie porte au pouvoir ces hommes qui légifèrent en ce sens, la démocratie…c’est nous ….majoritairement.
    la loi du nombre serait-elle vaine ?
    l’Histoire se répète… inlassablement.
    Faut-il avoir une bonne dose de folle espérance pour encore croire en de meilleurs jours, croire en d’autres possibles, croire en l’homme !

  14. récemment l’Italie vient de se faire officiellement pontrer du doigt par le Commissaire européen aux Droits de l’Homme, il a nommément évoque le traitement des immigrés et celui des gitans et appellé le gouvernemet italien à changer de comportement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *