Orelsan: aux antipodes du sexe joyeux

Des corps féminins nus et lisses, pénétrés, fouillés, soumis aux rudes assauts de mâles en rut. Le sperme qui gicle sur des visages aux regards vides, dégouline sur les mentons, poisse les cheveux.
Au pays du porno l’homme est roi et la femme son esclave.
Disponible, corvéable, baisable à merci.
Formatée à mesure de phallus !

Aux antipodes du sexe joyeux et libérateur, de l’exultation des corps, de la tendresse,  les productions pornographiques actuelles diffusent une image violente, mécanique et infiniment triste de l’acte sexuel.
Une domination, clairement exprimée, de l’homme sur la femme.

Ils sont incontournables ces films pornographiques. Pitoyables pansements à la frustration sexuelle des mâles, ils déferlent sur les écrans dans la solitude des chambres et, en flattant les plus bas instincts, contaminent les esprits.

La sous-culture porno a pavillon sur rue, elle s’exprime haut et fort, se répand comme un torrent de boue nauséabonde, envahit les espaces.

L’affaire du rappeur Orelsan en est pour moi un symbole.

Au-delà des paroles, immondes, de ce que je me refuse à appeler des chansons, le succès que rencontre Orelsan symbolise une effrayante dégradation de la culture, pire, l’utilisation des plus vils ressorts de la nature humaine afin d’alimenter la machine à fric.

Qu’un individu se prétendant artiste surfe sur le sexisme et la violence pour se faire connaître et s’enrichir, c’est banal, ce genre de personne a toujours existé. Qu’il veuille être publié, diffusé entre aussi dans une certaine logique.
Mais que des producteurs et des maisons de disques lui permettent de le faire, que des radios le diffusent et que des festivals l’invitent est profondément choquant.
Combien sont-ils à avoir laissé passer les textes du rappeur, à ne pas les avoir expédiés à peine lus dans la poubelle ou dans la cuvette des toilettes ?
Combien de complices ont participé à sa célébrité et se réjouissent de la publicité qui lui est faite ?
Combien d’acheteurs et d’auditeurs ont écouté sans broncher ces longues litanies de supplices infligées à des femmes ?

Qui décide de nous infliger ces jets de vomi putride en les baptisant « création artistique » ?

Alors que tant d’artistes talentueux se heurtent aux portes closes et aux refus indifférents, qu’un apôtre de la violence envers les femmes, dénué de tout talent musical ou poétique accède au succès est à la fois effrayant et révélateur des dérives de la société marchande.

Tout vendre, y compris l’horreur.
Détruire les sentiments, annihiler la dignité, casser la création artistique, la piétiner, niveler par le bas la société, maintenir l’humanité à son plus bas niveau de conscience.

Je suis opposée à la censure. Ce qui est exprimé peut-être combattu.
Mais ces paroles- là, de haine sexiste, ne devraient jamais parvenir à la diffusion publique, c’est en amont qu’elles devraient être bloquées. Et ce ne serait pas de la censure mais simplement du bon sens, de l’intelligence, de la sensibilité. Ce serait juste.

Au contraire, afin que le bruit du tiroir caisse tinte à leurs oreilles, les vautours préfèrent souiller, déchiqueter les corps des femmes, les jeter en pâture au public.

Et les politiques de détourner le regard, le marché, qui englue le peuple dans la fange, est juteux.

70 réflexions sur « Orelsan: aux antipodes du sexe joyeux »

  1. ces paroles n’ont rien à voir avec le sexe ou l’érotisme Céleste, c’est leur faire trop d’honneur !

    Elle sont tout simplement une célébration du baston sur la femme, de la violence conjugale (je ne peux pas dire amoureuse), briser les jambes, mener à l’abattoir….
    Ce sont des fantasmes d’impuissant, comme on dit que le fusil est l’arme des impuissants.
    L’impuissance n’est pas qu’une affaire de bandaison.

    mais on a lu cela dans le passé, on lit encore Sade ou Mandiargues …dont on dit que ‘l’anglais décrit dans le chateau fermé » est un chef d’oeuvre d’érotisme, il y est décrit les pires sévices faits aux femmes, jusqu’à l’ignoble puiqu ‘on y écorche vif un nourrisson dans les bras de sa mère, ( l e pire : en assurant même que ça excite la mère à son corps défendant , avant qu’on ne la trucide)
    c’est de la litterature..et pour pour Sade , publié dans la Pléiade.
    Pour Mandiargues il y a au moins un style et il n’a pas écrit que cela, …et finalement ce n’est pas à mon sens gratuit.
    Interdire de publier, je suis contre, totalement. Il vaut mieux supporter le mauvais gout et l’ignoble, y répondre, que de voir s’installer une société où la parole et la pensée sont controlées, les dérives sont alors trop faciles et dangereuses, la police de la pensée s’installe, elle est déjà installée en France(cf mon article sur Vadrot)

    Mais fort heureusement il y a la loi et la loi punit l’incitation à la violence faite sur les femmes. Dans ces paroles tout démontre que la femme n’est pas adepte de pratiques SM, (ferme ta gueule, tu feras moins la belle..) Cette chanson à mon sensdoit être condamnée comme telle. cela m’étonne qu’elle n’ait pas été interdite pour etre tombée sous le coup de la loi.

    c’est cela avant tout, qui m’indigne plus que le coté mercantile de l’histoire , car en même temps ton article lui fait de la pub à ce sinistre con, ce genre de coups médiatiques est recherché dans la provocation de telles publications, qu’importe comment on en parle, pourvu qu’on en parle. »..hélas !

  2. @anne

    je ne fais pas de pub, je dénonce.
    je joins ma voix à toutes celles qui s’indignent et il est difficile de le faire sans citer de noms!

    laisser passer sans réagir, c’est cautionner!

    je ne parle pas non plus d’érotisme mais de la forme actuelle de la pornographie.

    et c’est bien de sexe dont il s’agit, de sexe détourné, utilisé pour louer la violence sexiste, utilisé à des fins mercantiles

    et c’est effrayant!

    par contre je suis d’accord avec toi en ce qui concerne Sade et Mandiargues qui ne font vraiment pas partie des auteurs que je lis.

  3. je sais bien que tu dénonces Céleste ! et que tu ne fais pas de pub, allons, pq le précises-tu ! mais eux (lauteur et la maison de disque) sont ravis de ce formidable buzz comme on dit sur le net, c’est une pub inespérée pour eux, hélas, et c’est cela que je déplorais.
    Il ne s’agit que de PRETEXTE de sexe pour asservir la femme (ou l’homme) et exprimer la crade violence de ce type, et non de chanson dont le thème serait un propos érotique ou mêm pornographique. Le thème n’est pas le sexe mais la violence et les propos ordurier.
    Il est fort à parier qu’il n’a même pas besoin de sexe pour laisser parler ses bas instincts, la violence est ancrée dans ce type et tout serait motif pour l’exprimer. On condamne les types qui battent les femmes, on peut condamner ceux qui chantent qu’il est bon de les battre.

  4. Je relève deux choses. La première sans commentaire, parce que je pense que tu t’es laissée emporter vers cete incohérence par la colère : « Je suis opposée à la censure. Ce qui est exprimé peut-être combattu.
    Mais ces paroles- là, de haine sexiste, ne devraient jamais parvenir à la diffusion publique, c’est en amont qu’elles devraient être bloquées. Et ce ne serait pas de la censure mais simplement du bon sens, de l’intelligence, de la sensibilité. Ce serait juste. »
    La seconde parce que je me sens impliqué (bien que je ne connaisse rien ni de cet artiste ni de ces films) :
    « laisser passer sans réagir, c’est cautionner! »
    Non ! ça peut être au contraire une solution dans cette explosive question où il est fréquemment impossible de faire très rigoureusement la part de ce qui est liberté d’expression et de ce qui est atteinte au respect de l’autre. Seule la loi peut le faire. En dehors des actes réprouvés par la loi, il ne doit y avoir de censure. Donc il faut pouvoir laisser passer sans réagir, ce n’est pas cautionner, c’est exercer sa liberté de ne pas céder aux provocations à la violence contagieuse. C’est justement un domaine (celui de la parole ou celui de la production artistique) où peut s’exercer la non-violence.

  5. ps :
    j’ajoute même que c’est carrément un appel au meurtre :
    …. »Et t’avorter à l’opinel  » et encore … « tu vas te faire marietrintigner  »

    et lorsque je lis cela :
    « Le Printemps de Bourges prend ses responsabilités et confirme
    qu’il ne déprogrammera pas Orelsan », est-il stipulé dans un communiqué
    signé par Daniel Colling, directeur du festival. »

    eh bien je me dis qu’il est tout simplement complice, et qu’un collectif doit porter plainte.

  6. « la liberté d’expression et d’artiste a des limites »
    Les quelles ?
    Ces textes sont une pure saloperie, c’est je croie indiscutable .
    Qu’est
    ce qui amène ce genre de connard à écrire ça ?
    Surtout qu’est ce qui fait que des gens puissent avoir envie de l’écouter …
    Un matyr de plus des adeptes de la sanie ?
    Quequ’un de tant soit peu éduqué ne peut qu’être révulsé devant cela …
    éduquer, pas censurer…

  7. bien bien…

    @merci anne de réitérer tes explications

    @kelcun
    « Je suis opposée à la censure. Ce qui est exprimé peut-être combattu.
    Mais ces paroles- là, de haine sexiste, ne devraient jamais parvenir à la diffusion publique, c’est en amont qu’elles devraient être bloquées. Et ce ne serait pas de la censure mais simplement du bon sens, de l’intelligence, de la sensibilité. Ce serait juste.”

    incohérence?
    pourtant dans ma tête c’était très clair, la transmission cerveau /clavier a dû mal se faire 🙁

    ce que je voulais souligner est le choix qui est fait à un moment ou à un autre, de diffuser de publier ou non, un texte ou une chanson.

    Si j’envoie un manuscrit à un éditeur et qu’il le refuse , je ne vais pas penser, à juste titre, que j’ai été censurée.
    mais tout simplement que mon manuscrit était peut-être mauvais ou qu’il ne correspondait pas à la ligne de la maison d’édition.

    si je propose un album musical à un producteur et qu’il ne le prend pas, idem!

    or, les chansons du rappeur ont trouvé preneur!

    et ce n’est pas innocent de diffuser publiquement des textes de cette portée, c’est un choix, délibéré.
    ce n’est certes pas la finesse du style et du choix vocabulaire utilisé qui rend sa compréhension difficile !

    un choix que je trouve choquant !

    et une fois que les chansons ou les textes sont publiés, le recours réclamé devient la censure.

    en gros, si tout et n’importe quoi n’était pas publié, si au lieu d’afficher cette complaisance envers des propos violents et sexistes, les diffuseurs avaient un minimum d’éthique on n’arriverait pas à ce genre de situation, désastreuse.

    mais il est vrai que:

    “laisser passer sans réagir, c’est cautionner!”
    est très nettement excessif!

    je l’ai écrit en réponse à anne, un peu agacée c’est vrai, par le recours à ce vieil argument
    « car en même temps ton article lui fait de la pub »

    que trop souvent je trouve commode.

    pour ne pas…on ne doit pas et il ne faut pas, ces injonctions qui généralisent et culpabilisent.

    on peut aussi se taire définitivement et laisser faire sans agir, ne jamais se sentir concerné.

    où est la limite entre les deux?

    par contre je comprends ta position car elle est bien argumentée.

    on peut effectivement et c’est sage refuser de rentrer dans la spirale de la violence contagieuse.

    Mais il arrive que l’émotion prenne le pas et que l’on se lance dans la bataille car trop c’est trop, que le contenu des chansons concernées, véritable apologie à la violence, soit insupportable et qu’en tant que femme ayant connu de près (de très près) la violence physique domestique on ait à cœur de la combattre, sous toutes ses formes !

    c’est un argument difficile mais c’est toujours bien de débattre

    @salut Yelrah

    @merci Aude Nectar de ta visite, je réponds plus tard

  8. Pas d’acc …Je ne peux demander une censure… en plus d’une chanson débile.C’est accorder bcp de poids à un rappeur que personne ne connait.
    Déjà qu’il s’est censuré tout seul car cette chanson il ne la chante pas sur scéne.
    Et la censure on connait hein…
    Je suis un être libre et intelligent (si si) je n’accorde à personne le droit de décider ce que je peux lire ou écouter.

  9. @Dom

    je suis opposée à la censure, je ne la demande pas!

    je suis choquée par le fait que des textes de cette nature puissent être diffusés, publiés, vendus, écoutés.

    quand j’écris que ce genre de discours doit être bloqué en amont c’est pour désigner les vrais responsables, ceux qui diffusent pour s’enrichir, sans le moindre état d’âme
    alors que de nombreux artistes talentueux n’arrivent pas à se faire connaître.

  10. j’oubliais:

    @anne

    faudrait savoir!

    d’abord tu écris ça:

    « car en même temps ton article lui fait de la pub à ce sinistre con, ce genre de coups médiatiques est recherché dans la provocation de telles publications, qu’importe comment on en parle, pourvu qu’on en parle.”

    ok, je réponds, j’explique ma position, je précise:

    « je ne fais pas de pub, je dénonce.
    je joins ma voix à toutes celles qui s’indignent et il est difficile de le faire sans citer de noms! »

    et toi derechef:

    « je sais bien que tu dénonces Céleste ! et que tu ne fais pas de pub, allons, pq le précises-tu ! »

    ??????

    j’avoue humblement avoir du mal à suivre ta pensée.

  11. @Céleste
    Je sais …
    Pascale Négre est plus occupé avec les pirates du net…et il aime bcp bcp l’argent…Alors même Céline(LF) il l’aurait publié…je sais que je vais en énerver là, mais pourtant « les beaux draps » hein…De quoi on discute alors …du style?De la « cible »…de la valeur artistique?
    Pas facile tout ça…

  12. Céleste, je reviens sur ce qui t’agace.
    Evidemment non, je ne pense pas qu’il faille ne rien faire, ne rien dire. Et je ne vois pas où est la commodité !
    Simplement, puisqu’une loi existe, je trouve regrettable qu’elle ne s’exerce pas, laissant ce pauvre type dans la non exitence médiatique (ce qu’il mérite).
    Puisqu’elle ne s’exerce pas naturellement , sans doute faut-il plutôt saisir la justice (par le biais d’associations ?) en leur présentant les textes d’apologie des crimes cités plus haut.

  13. @Céleste
    Il faut essayer d’être clair sur le problème de la censure. Si on ne censure pas les auteurs, on ne censure pas les éditeurs non plus.
    Reste le rejet du public. Là, tout dépend de son éducation, de ses besoins, de ses désirs, conscients ou inconscients.

  14. « Pitoyables pansements à la frustration sexuelle des mâles, ils déferlent sur les écrans dans la solitude des chambres et, en flattant les plus bas instincts, contaminent les esprits. »
    mouais …. dont la plupart vivent en couple … je ne crois pas les hommes frustrés sexuellement, ou alors les femmes le sont aussi. Frustrés ils le sont peut être après la porno, c’est clair que peu de femmes doivent leur réclamer de se faire éjaculer dessus par 10 potes, subir des viols, ou enfiler des légumes dans le vagin :o( faut-il le déplorer ?
    quant à sa manière de parler de rupture sentimentale, c’est tout simplement justifier le meurtre avec rappel de la mort de marie Trintignant pour le même prix … histoire de bien glisser de la « fiction » prétendue, à la réalité dont il fait implicitement, la promotion.
    Et tout à fait d’accord avec toi sur le travail en amont. On appelle ça des garde-fous … et ça porte je trouve particulièrement bien son nom !

  15. nos coms se sont croisés Céleste. Le malentendu vient du fait que tu prends mes propos pour toi personnellement, au premier degré.
    Je ne t’accusais pas de faire de la pub , enfin. ! je regrettais que ton article lui en fasse. Je ne peux pas croire que tu ne comprennes pas la différence….
    je pense t’avoir précisé ds mon dernier com.

  16. « je regrettais que ton article lui en fasse »
    T’as l’impression que les lecteurs de Céleste seraient suceptible d’être touchés par cette « pub » !? Euh ….

  17. @kelcun

    « Il faut essayer d’être clair sur le problème de la censure. Si on ne censure pas les auteurs, on ne censure pas les éditeurs non plus. »

    il ne s’agit pas non plus de censurer les éditeurs mais de faire appel à leur éthique, en espérant qu’ils en disposent.

    si moi j’ai une maison de disques et qu’un individu me propose des chansons faisant l’apologie de la violence, je lui dis immédiatement  » non merci, je ne suis pas intéressée »
    idem si je suis éditeur.

    et même si le texte présente des qualités littéraires.
    je n’aurais certainement pas publié certains textes de Céline, par exemple les « beaux draps » (merci dom d’en parler)

    Alors en ce qui concerne le rappeur du jour, qu’est-ce qui pourrait me pousser à diffuser des textes dont chaque mot me révolte?
    rien!

    c’est pourquoi je ne préconise pas de censurer les éditeurs.
    par contre je suis outrée par certains choix effectués

  18. @Je reprends 🙂

    @anne

    et bien oui, quand quelqu’un laisse des coms sur cet espace pour réagir à un texte que j’ai écrit, en me parlant directement:

    « ces paroles n’ont rien à voir avec le sexe ou l’érotisme Céleste, c’est leur faire trop d’honneur !  »

    et en utilisant des expressions comme « ton article »

    je le prends personnellement et au premier degré 🙂

    à tort ou à raison?
    en fonction de quoi?

    je ne représente que moi même, pas un groupe, pas une entité, je ne suis pas une « généralité », mais, comme toi, une personne.

  19. @ yelrah : les lecteurs de Céleste ne sont pas tous des amis qu’elle connait. Les lecteurs de Céleste ne laissent pas tous des commentaires, je suppose qu’elle en a bcp plus que cela
    Ensuite je ne vise pas spécialement Céleste en évoquant cela, mais tous les blogs qui reprennent les textes et le nom de cet individu.
    Enfin c’est plutôt une remarque de principe, bons ang cette remarque.
    Bon maintenant s’il ne faut jamais nuancer les propos ou les remarques, émettre des réserves ou faire part de son point de vue, ok, moi je veux bien…faisons comme ça.
    Mais juste dire à Céleste : « mon dieu c’est affreux ce que dit ce type, c’est bien ce que tu écris » alors pas la peine de faire un com, ça tombe grosso modo sous le sens, autant juste lire…et je n’en vois pa s l’utilité (si toutefois un com a une utilité)
    Parce que là vous ne retenez que cela de mon com…alors qu’il s ‘agissait d’insister plutot sur le fait qu’il existait une loi à utiliser.

  20. ok laisse tomber Céleste, là j’ail’impression que tu es de mauvaise foi et j’en suis désolée ,
    parce que lorsque je te parle personnellement, je suis sure que tu es en mesure de le comprendre.

    qd je dis :  » ces paroles n’ont rien à voir avec le sexe ou l’érotisme Céleste, c’est leur faire trop d’honneur  »
    oui, ça s’dresse à toi et il n’y a rien d’offensant là dedans, simplement, tu mets en titre ‘ aux antipodes du sexe joyeux’, donc ça implique que l’on peut comparer avec le sexe érotique. or ça n’a rien à voir, ce n’est pa saux antipodes, c’est du domaine de la violence et de l’ordurier, du crime.

    Et ce ‘coup de pub’ que j’ai évoqué s’adressait à l’ensemble , par la force des choses, des blogs qui relayait les textes de ce sale type

    voilà voilà

  21. @anne

    non, je ne suis pas de mauvaise foi.
    En fait nous sommes en désaccord, pour toi les paroles de ces chansons ne sont pas sexistes (tu l’as écrit beaucoup plus clairement sur le site des suiveurs), pour moi oui!

    nous sommes par contre tout à fait d’accord pour dire qu’elles appellent à la violence.

    mais, contrairement à toi, l’élément sexiste me parait essentiel.

    donc pour moi c’est non seulement une apologie de la violence en général mais aussi une apologie de la violence contre les femmes.

    question de perception!

    rien n’indique que ce rappeur tiendrait les mêmes propos contre des hommes, peut-être que oui, peut-être que non!

    de plus les mots qu’ils utilise fustigent, injurient, menacent les femmes, pas les êtres humains en général.

    autre point de désaccord, il me semble que tu es favorable à la censure, moi non!

    je ne suis donc absolument pas de mauvaise foi, je défends ma position.

    et, dans mon optique, mon titre annonce clairement ce dont je veux parler: j’oppose le sexe libérateur et joyeux que j’ai vécu dans ma jeunesse et que je vis encore aujourd’hui avec celui montré dans les films pornos actuels
    A une époque le cinéma porno produisait des films très différents, beaucoup plus joyeux, j’ai en tête les films que l’on peut voir par exemple au musée de l’érotisme de Paris. on y voit des femmes bien en chair, poilues et joyeuses qui jouissent en faisant l’amour.
    et aussi des films avec fessées coquines, clairement situées dans un contexte SM.

    dans les années 70 , les films pornos étaient plutôt…sportifs, des suites d’acrobaties sexuelles, mais les femmes n’étaient pas dévalorisées,utilisées, soumises, comme dans les productions actuelles (j’en ai regardé plusieurs, du moins j’ai essayé car très vite les images me sont insupportables)

    en fait mon texte n’appelle pas à réagir contre Orelsan, il dénonce les dérives du porno actuel et la complaisance de certaines maisons de disques.

    coup d’épée dans l’eau, certes, mais quand je vois le sexe libre et joyeux cerné d’un côté par les films pornos et leur lot de violence et de soumission des femmes et de l’autre par les religieux en folie, je suis inquiète!

  22. @
    « éduquer pas censurer »

    bravo Yelrah 🙂

    j’avais noté mentalement la phrase et puis un truc un autre (parce que j’ai d’autres occupations que le blog, faut pas croire), bref, j’ai oublié de la reprendre!

    @
    « Et la censure on connait hein…
    Je suis un être libre et intelligent (si si) je n’accorde à personne le droit de décider ce que je peux lire ou écouter. »

    je partage aussi cette phrase de @Dom

    et celle-ci

    « Reste le rejet du public. Là, tout dépend de son éducation, de ses besoins, de ses désirs, conscients ou inconscients. »

    de @kelcun

  23. comment peux tu dire que je suis favorable à la censure ??? tu ne lis pas tout des com Céleste…

    j’ai écrit cela dans mon 1er com :

    « Interdire de publier, je suis contre, totalement. Il vaut mieux supporter le mauvais gout et l’ignoble, y répondre, que de voir s’installer une société où la parole et la pensée sont controlées, les dérives sont alors trop faciles et dangereuses, la police de la pensée s’installe, elle est déjà installée en France(cf mon article sur Vadrot)  »

    c’est clairement exprimé tout de même…

    sinon, oui, effectivement, je dis que la chanson de ce type est avant d’etre sexiste, un appel au crime et à la violence.
    j’ai dit cela parce que j’ai été choquée finalement, de lire partout, dans tous les coms sur l’autre blog de référence, , qu’il s ‘agissait d’un problème sexiste, ce mot revient avant tout, alors que moi j’y vois plus que cela, plus qu’un problème sexiste, j’y vois un problème globalement humain d’appel au crime.
    Il s’adresse ensuite aux femmes, c’est vrai, mais le terme sexiste me semble bien trop faible, trop doux, ( si je peux mpermettre ces mots , attention ! à prendre ds le contexte) parce que ce mot ‘sexiste’ est aussi employé pour qualifier de simples abus d’utilisations de la langue, des discriminations, alors que là on parle d’autre chose, on parle de crime de sang, de meurtre, de tortures…
    Et je disais sur l’ autre blog, que si ce type était homo, la violence est tellement ancrée en lui qu’il le serait probablement de la meme façon envers le s hommes.
    Et qu’il l’est probablement naturellement, sans le contexte de sexe.

  24. Moi j’ai jamais vraiment vu de film porno alors je peux pas en parler.
     » Ma nuit chez Maud » mais bon j’étais jeune…:)

  25. @anne

    sorry, est-ce le jour déclinant, l’arrivée du printemps, mais mais je ne comprends pas ce que tu écris.

    tu dis que tu es contre la censure, ok!
    et effectivement j’avais compris le message, mais ensuite tu ajoutes:

    « On condamne les types qui battent les femmes, on peut condamner ceux qui chantent qu’il est bon de les battre. »

    pour moi le condamner c’est aussi le réduire au silence, donc le censurer.

    puis:

    « eh bien je me dis qu’il est tout simplement complice, et qu’un collectif doit porter plainte. »

    donc pas le censurer mais porter plainte pour délit d’appel au meurtre?

    désolée mais là je coince et ça me parait être la porte ouverte aux abus de tous genres.

    c’est si simple de le boycotter ce qu’écrit ce mec, de faire pression pour qu’il ne soit plus invité, qu’il ne passe plus à la radio, qu’il retire ces chansons de son tour de chant, qu’il montre qu’il est capable d’autre chose et qu’ainsi ceux qui pourraient être tentés par la même veine comprennent qu’ils ont rien à y gagner.

    et c’est là que nous pouvons jouer un rôle, en faisant pression, en faisant chier…tout simplement!

  26. @ Celeste et anne, j’ai l’impression que vous vous chamaillez, pour de mauvaises raisons, plutôt, sur la forme, parce que sur le fond, vous êtes d’accord,(comment pourrait-on ne pas l’être, d’ailleurs….!), bon, mais, ça ne me regarde pas!

    Par contre, qu’est ce qu’il y a derrière cette provoc gratuite, (…enfin pas si gratuite, d’ailleurs!)..? Parce que la provoc, dans l’expression artistique, c’est pas nouveau, de Céline à Gabriel Matzneff, de Boris Vian, avec « J’irai cracher…! » à Marc Cholodenko avec « Le roi des fées », en passant par Duchamp avec son urinoir à…(bon là, je pousse un peu, mais…!) Bigard, avec son « Lâcher de salopes »…., j’en passe et surement des meilleures, le mouvement dada et les surréalistes ne se sont pas privés !

    Je passe même sur Dieudonné et son sketch antisémite, douteux…, mais j’ai bien l’impression que la volonté est la même…j’ai juste lu les textes des deux chansons incriminées, je ne connais pas Orelsan et je n’ai pas envie de le connaitre, il est bien clair que le rappeur a trouvé là son fonds de commerce comme un Le Pen, au moment de sa plus grande popularité…!

    Est-ce qu’on a interdit à Le Pen de parler en public, même à titre préventif, …certains y ont pensé, même à interdire le FN, mais on ne l’a pas fait…et on a bien fait.

    La boue déversée par Orelsan, a beau être à vomir, ce n’est pas un jugement esthétique, juste un haut le coeur.. on n’empêche pas non plus l’évêque …..son,( j’ai oublié le début de son nom), de cracher son négationnisme.

    Voltaire a dit un truc dans le genre, je ne garantis pas l’exactitude de la citation; « Je déteste ce que vous dites, mais j’irais jusqu’à me faire tuer, pour que vous puissiez le dire »,… c’est encore plus vital aujourd’hui!

  27. Celeste : NON, une loi qui condamne le crime, la torture, et l’apologie de ces crimes ce n’est pas pareil que de la censure !
    Une loi et la censure sont deux choses différentes.

    La loi a condamné le chanteur de Noir Désir d’avoir tabassé et tué Marie Trintignant. il est libre aujourdh’ui. je suppose que demain, s’il chante qu’il va casser des bras, ouvrir des ventres de femmes enceintes à l’opinel, ou envisger un autre meurtre, et toutes ces horreurs, je suppose que tu es d’accord pour qu’il soit poursuivit pour apologie au crime et la violence sur personne, qu’il soit homme ou femme non ? et non qu’on le « boycotte » gentiment….
    Ce n’est pas de la censure, c’est faire exercer une loi.

    je préfère cela oui, à la censure telle que tu l’ expliques,que tu préfères nommer « boycott »,
    ne pas le passer à la radio ça s’appelle pas boycott ça s’appelle censure
    on a ainsi « boycotté  » les chansons hot de gainsbourg naguère, de brassens, par ex « le gorille » etc…
    ça s’appele de la censure,meme si tu préfères appeler cela boycott

    je redis oui, que je préfère que pour ce cas qui relève du tribunal à mon sens , qu’on s’en réfère à la justice, c’est à mon avis bcp plus utile pour toutes les petites Marie Trintignant….que de censurer.
    et …non ce type n’est pas capable de meilleur quand on peut écrire de telles choses contraire à l’humanité.

  28. @V.A.

    je suis d’accord avec toi.

    la censure est une arme à plusieurs tranchants.

    @anne

    une loi qui condamne le crime est différente d’une loi qui condamne l’appel au meurtre.

    dans le premier cas on juge un fait, avéré, prouvé (enfin on espère) dans le deuxième on juge une l’expression d’une « supposée » intention.

    supposée car, à ma connaissance le rappeur en question n’a jamais été condamné pour violence, il n’est pas passé à l’acte et, toujours à ma connaissance, personne ne peut prouver qu’il a convaincu quelqu’un de le faire.

    on est donc niveau du « supposé », pas à celui de la réalité des faits.

    c’est exactement ce qui arrive actuellement, dans un autre domaine, à Julien Coupat, emprisonné depuis des mois sur …des suppositions.

    en ce qui concerne la diffusion radiophonique, oui, je déplore que ceux qui ont programmé et diffusé ces chansons là d’Oreslan n’aient pas eu la réaction, saine, de ne pas le faire.

    tous les chanteurs français ne sont pas programmés sur les ondes, loin de là, alors pourquoi choisir de diffuser celui-là?

    il y a une volonté de le faire.

    Bernard Cantat a été jugé, condamné et il a purgé sa peine, point final.
    il est hors de question que j’extrapole sur ce qu’il pourrait éventuellement faire ou chanter.

  29. Hou là là, on dirait que vous ne lisez pas correctement ce que dit l’autre. C’est confus.
    Ca navigue entre « censure » et « empêcher que », mais qui revient toujours à censure. Tous nos médias papier sont censurés en france et c’est pas top, non ?
    Je te rejoins Anne, il y a des lois pour juger de tels propos, et cela n’a rien à voir avec que les faits soient avérés ou supposés. On peut être condamné pour propos raciste, non ? Ou incitation à la haine, non ? Ou négationniste, non ? Et là c’est le cas, il prêche la violence.
    Il me semble que non seulement ce chanteur mais aussi les personnes ayant favorisés sa diffusion sont suceptibles de rendre des comptes juridiquement, ce que tu demandes Anne.
    Mais toi aussi Celeste ! Tu attends qu’ils censurent d’eux-mêmes ?!? Mais le marché est le marché en ce monde pourri sans limites dans l’abject. Et tu es choquée par cela.
    En tout les cas, la censure est la censure, elle ne peut intervenir qu’après décision de justice ou je me trompe ?

    Pour ce qui est de la pub, du Buzz, oui ce blog en produit tout simplement en allant taper son nom dans les moteurs de recherche, même pas besoin de parler des lecteurs de celeste ni de lien externe.
    Et puis pour finir, comme toi Anne, je trouve que la partie violente et mortifère de ces discours est plus grave que l’aspect sexiste, car c’est un malade, et ça passe par ce qu’il a et aura sous la main, demain ce sera les animaux, puis les vieux, puis…

    Celeste ! Je comprends mieux ta citation sur l’autre com : « de gentilles paroles qui apaisent, en contrepoint des incompréhensions qui s’enchainent sur l’autre fil de com… », il y avait de l’huile sur le feu. Respire bien à fond, et si tu ne l’as pas encore fait, relis tout depuis le début, il n’y a pas tant d’incompréhensions il me semble.

  30. « PARIS (AFP) — Le Printemps de Bourges a annoncé lundi qu’il « ne déprogrammerait pas » le rappeur Orelsan, accusé de misogynie pour un clip circulant sur … »

    Misogynie ? C’est tout ?!? C’est dingue.

  31. Bonsoir Céleste.

    Je n’entrerai pas dans la polémique de la censure, ce serait une pure perte de temps, elle est depuis toujours ce qui épice l’Art.

    Parlant d’Art, j’éviterai de parler d’un petit abruti braillard qui fait frémir les bonnes âmes le temps d’une minable escroquerie.

    J’aurai aimé compléter l’excellente liste de très grands Artistes entamée par @Vieil Anar avec Marcel Duchamp, Boris Vian, L F Celine… Et y joindre d’autres grands noms qui peut-être risqueraient de déplaire ; Henry Miller, Pierre Louÿs, Giacoma Casanova, Roger Vailland, Charles Buckowski, Jean Lorrain, R de la Bretonne etc. Mais…

    Pour répondre à @Anne, je ne me ferai pas le défenseur passionné de De Mandriargues , j’ai trop peu d’affinité avec son écriture pour cela.
    Pourtant, j’ai une requête (ou une supplique) à faire …

    S’il vous plait, ne salissez plus le nom de Sade.

    Cet homme, ce génie de la littérature, de la pensée, expression la plus haute des libertés et de l’insoumission.Cet homme que l’on c’est plut à mépriser, à diffamé, à insulté, à torturer, à détruire ; lui et l’Œuvre qu’il représentait. Cet homme qui fut enterré vivant afin d’enterrer la plus belle révolte jamais créée. Cet homme, qui pour avoir subit tant d’injustice et de souffrance mérite, si ce n’est la reconnaissance, au moins la paix.

    « J’embrasse même les gens qui me boudent, parce que je ne hais en eux que leurs torts.
    Ce 17 février, au bout de deux ans d’affreuses chaines. »
    D.A.F marquis de SADE

    Avant de continuer à cracher avec les chiens haineux sur la mémoire du Marquis de Sade, je convie ceux et celles qui en on le désir à consulter les travaux de J J Pauvert et Maurice Heine, d’Annie Le Brun et avant tout le colossale ouvrage de référence de Gilbert Lely « Vie du marquis de Sade avec examen de ses œuvres », tome 1 des « Œuvre complètes du marquis de Sade, édition établie sur les originaux imprimés ou manuscrits, accompagnée d’études de plusieurs écrivains et précédée de la vie de l’auteur, avec un examen de ses ouvrages. « Au CERCLE DU LIVRE PRÉCIEUX, PARIS 1966.

    Et pour terminer, je suis entièrement d’accord avec @Anne… Sade sur le papier bible de la pléiade c’est d’un mauvais goût ! Et qui plus est, encore une insulte faite au DIVIN MARQUIS !

    E.P

    « Qui d’entre nous oserait s’appeler libre esprit, s’il ne voulait pas rendre hommage, à sa façon, aux hommes à qui ce nom fut donné pour leur faire injure, en chargeant lui aussi sur ses épaules sa part de fardeau de la vindicte et de la honte publiques? »
    F. Nietzsche

  32. Bon, j’y ai repensé la nuit…
    En fait, vla un gars qui fait une chanson super provoque, et qui se censure lui-même en ne la produisant pas, mais qu’on retrouve partout sur le web !
    Il peut donc dire qu’il n’y est pour rien, tout en bénéficiant de la pub générée, malin.

    L’autre malaise que j’ai compris ensuite, Celeste, c’est qu’il n’y avait pas lieu de fusionner ces 2 histoires dans le com !
    L’une avec ce chanteur de merde et le sexe pornographique qui s’appauvrit et devient – au delà de l’obscenité – domination. En fait ton vrai sujet n’a pas besoin de ce merdeux !

    Voili Voilô

  33. @ erictus, plusieurs petite choses , mais apaisez -vous, relax, je touche pas à Sade, promis…

    – je n’ai pas craché sur Sade … décidément…je vais prendre la décision de ne plus m’exprimer,, ou alors je dois etre si maladroite pour le faire que je ferai mieux de renoncer à l’écriture…
    j’ai dit que Sade et Mandiargues, entre autres, avaient relaté le crime et la torture dan sleurs oeuvres érotiques, sans que cela n’empeche pour l’un, d’etre publié dans la Pléiade. Je disais cela pour illustrer que je n’étais pas d’accord pour censurer des textes, quels qu’ils soient.
    j’ai commencé à lire Sade très jeune, j’avais 15/16 ans…parce que je fouine partout, dans les lieux interdits surtout. Je l’ai relu à divers âges de ma vie, j’ai lu maintes productions sur sa vie, son oeuvre et maintes critiques de tout poil ; tout ce que vous en dites n’est pas LA vérité sur Sade, mais votre ressenti, votre sentiment…personnellement je ne crache pas dessus, malgré l’ignominie des traitements qu’il faisaient subir aux femmes, et je cherche tjs ce qu’un texte cache derrière sa primaire apparence.

    – mais j’aime mieux Mandiargues que Sade dans le talent d’écriture (meme si Mandiargues est un sale bonhomme à la lecture de témoignages de ceux qui l’ont connu et cotoyé).

    – je ne crie par contre jamais au génie de quelquq’un, ce terme m’a tjs laissée méfiante . ..et j’ai une détestation pour le culte de la personnalité.

    – l’insoumission c’est bien, certes, mais enfin est-il necessaire pour qu’elle s’exerce de massacrer les femmes ?
    sans doute les femmes ont-elles une vision différente des hommes du génie litteraire de Sade parce qu’à la lecture, elles sont placées en victime de ses fantasmes. Si vous lisiez à longueur de pages que de vous couper les couilles, vous écraser ou bruler le sexe, vous torturer, ça nous met l’eau à la bouche, à force ça vous ferait débander probablement, et cela mettrait à mal votre idée du génie.

    – je n’ai jamais pensé que le génie litteraire, que l’insoumission, que l’insolence , l’audace , la créativité nécessitent absolument -ou ne justifient- l’ignoble.
    Mais il est vrai que l’ignoble peut etre beau et bandant puisque en nous tous, qq part , se planque une esthétique du sordide, l’Histoire et la littérature en témoignent.

    – C e n’est pas parce que Sade était malheureux et embrassait ceux qui le boudaient que cela lui confère à mes yeux une aura particulière. Les bourreaux ont souvent le coeur tendre et savent se montrer magnanimes à leurs heures.

    bien cordialement, erictus

  34. @ celeste : oui tu as raison pour les nuances, mais enfin, ce « supposé » peut se voir qualifier de ‘menaces de mort’ , ce qui est punissable par la loi non ?

  35. Ouf, je viens de lire tous les commentaires…Très instructif..Au fond, vous vous rejoignez tous…Y’a que les mots qui changent…Vous trouvez cette chanson débile tout simplement…

    Je ne m’étalerai pas sur ce « monsieur » que je ne connaissais pas avant…Mais, je vais juste vous dire les 3 mots que mon fils, qui écrit des chroniques sur un site de musique a dit : Ce mec, nul à ch…..r.
    Le printemps de Bourges se fait un bon coup de pub avec ce mec…J’espère que le Conseil général ne donnera pas de subventions pour lui…quoique, si cette chanson n’avait pas fait la une des journaux ou des sites internet, le Conseil Général ne se serait pas posé de question, n’aurait même pas connu le nom de ce mec et aurait donné du fric les yeux fermés…

    Je suis d’accord avec toi Céleste..C’est en amont qu’il aurait fallu agir…Les producteurs ont-ils trouvé du talent à ce mec ? Ou n’est-ce-qu’une histoire de fric ? C’est à eux qu’il faudrait poser la question…Tout est bon actuellement pour faire du fric…Les journaux sautent sur tout et n’importe quoi, du moment que ça fait vendre…
    Vous vous demandez qui écoutent ce mec…Mais, des mômes de 13-15 ans…qui ne voient pas + loin que le bout de leur nez..Eux, ne voit qu’un mec qui provoque..Et les gosses adorent la provoc….Seront-ils des détraqués sexuels plus tard ou des maris violents ? Non, car ceux qui ont des parents qui les éduquent bien et leur apprennent à respecter les femmes, il n’y aura pas de problème…Les autres ? That’s the question !

    Porno et érotisme ? J’étais allée voir, avec mon fiancé il y a bien longtemps un film porno…Pour savoir, pour ne pas paraître nunuche…Dans le cinoche, il n’y avait que des hommes…J’ai eu tellement peur qu’on me saute dessus que nous sommes partis…Ensuite, il m’est arrivé de jeter un oeïl sur une chaîne qui en passait de temps en temps (canal+ je crois)…Pas ma tasse de thé comme on dit….Que ce soit avant ou maintenant, je ne vois pas trop de différences…Idem pour le marquis de Sade..M’y suis pas trop attardée….Juste pour ne pas paraître trop idiote si quelqu’un m’en parlait..Des fois que j’aurais crû que c’était l’auteur de Blanche-neige et des 7 nains…

    Censuré ce mec ? Il aurait dû l’être bien avant par les producteurs..Alors, quel est l’énergumène qui a décidé que sa chanson était géniale, qu’elle allait fait un tabac (hic) ? La preuve..Si j’avais encore l’âge d’avoir des mômes de 15 ans (mais si je pourrais encore), si j’entendais une chanson comme ça chez moi, il y a longtemps que j’aurais interdit à mes enfants de l’écouter…Ca ne s’appellerait pas de la censure, mais du bon sens..

    ps : heu, me suis-je bien fait comprendre ?…Je suis contre toute forme de censure, mais contre la connerie humaine oui…Faut pas pousser le bousson trop loin….

  36. Merci pour cette exelente note que je n’ai d’ayeur lu qu’en vitesse et sans l’aprofondir pour le moment .
    Pour moi, il est clair que la sexualité est salie,avilie ,mutilée , voir trainénée tés volontairement dans la boue par les savants èsclavagistes immonde et coupables,qu’ils entretiènent savament en dépit de tout le mal qu’ils répandent autour d’eux .
    C’est LEUR TRESOR,le trésor des proxénets qui veut ça par tous les moyens etc……………… 😀
    Ils controlent la sexualité, ainsi ils ligotent les gens ignards,alors qu’eux en douce, sont lubriques et pèrvèrs ………………………………… 😀
    Veut on savoir ou savons nous ce que cela représente en réalité ?
    Il y a bien plusieurs races parmis les « humains « ,mais ce ne sont pas des races comme cela rarrange tant les marchands de guerre ésclavagistes (ces chanteurs toxiques de l’ordre soumis )etc………..
    Pour moi, c’est tout bonnement CRIMINEL !
    Bon, A +

  37. @Anne, d’où tenez-vous que « Sade à fait subir d’ignobles traitements à des femmes » ?

    Je vous rappellerai quelques faits historiques :
    Le « monstre » Sade à été inventé de toute pièce et de son vivant par son concurrent direct et ennemi juré Restif de la Bretonne (cité précédemment) ; personnage infâme, petit bourgeois envieux et arriviste, médiocre pornographe (on lui doit le terme) apologue avoué de la pédophilie, falsificateur professionnel, précurseur du journalisme à torchon (ce qui lui confère le privilège d’être le père talentueux du roman de gare) et indicateur de police à ses heures.

    Il semblerait qu’il y ait confusion dans votre approche des écrits de Sade.

    En premier lieux vous ne prenez en compte que le peu que nous connaissons aujourd’hui de son œuvre romancée en omettant son théâtre classique et ses écrits politiques.

    Ensuite vous lui attribuez personnellement les horreurs décrites dans ses récits et commises par ses personnages. Ainsi je me dois de vous rappeler (puisque vous l’avez lu) que les tortionnaires des romans de Sade sont systématiquement des hommes autant que des femmes de « haut rang »; princes, nobles, religieux et papes et que leurs malheureuses victimes sont les pauvres et les gens du peuples.

    Sur la géniale illustration de ce fascisme d’état, Pasolini ne s’y est pas laissé tromper, lui.

    L’ensemble des textes de Sade que nous connaissons aujourd’hui n’est qu’un fragment de ce qui devait être une œuvre épistolaire (à la somme gigantesque) sur les mœurs criminelles des hommes et des femmes de pouvoir – celles-ci étant les personnages les plus cruels !- Et cela sur la base d’un travail historique minutieux et acharné, fait au prix du sacrifice de sa propre liberté et de sa vie.

    Mais j’en conviens aisément, la poésie de Sade (je ne me pencherai pas ici sur son intimité libidineuse- le voyeurisme frustré et la chasse au pédé ne font pas partie de mes loisirs) n’est pas de tout repos, pas plus que celle de Lautréamont ou que la pensée de Nietzsche ou encore la vue des tableaux de Francis Bacon.

    Enfin, ce que vous nommez : l’ignoble, c’est pour moi le mensonge, la calomnie et le faux érigé en vérité d’état pour le seul compte du pouvoir politique en place, de la pérennité et de l’impunité de ses crimes autant que de son mercantilisme crapuleux.

    Bon, pour en revenir au sujet de l’article et en m’excusant auprès de Céleste pour ces digressions abusives, j’ai cru comprendre que le bouffon vulgaire dont on débat se prétend musicien !? Là ! Et en amateur inconditionnel de musique de sauvage (pour ne pas dire de nègre- je ne voudrai pas soulever des vagues d’indignation), j’ai du mal à suivre…

    E.P

    Ha oui ! Ma grande fille vous diras, du haut de ses 20 ans (elle en connait un sacré bout en média people), que cet Orelmachin est déjà passé au rang d’antiquité auprès du public consommateur de soupe ! Mais qui, pourtant, et comble de l’ironie, à eu son tout petit instant de fade gloriole auprès d’un nombre ridicule de « fan » et ce, en majorité constitué de jeune fille socialement et culturellement « déclassée »!?

    Vous me direz…

    Misère de genre, misère de classe…

  38. @merci Agathe pour le lien, un éclairage intéressant 🙂

    @Erictus

    merci pour toutes ces précisions au sujet de Sade, c’est très intéressant, d’autant que j’avoue très mal connaitre son œuvre -on peut pas tout savoir ma bonne dame 🙁
    brièvement lue (en diagonale) dans ma jeunesse et jamais reprise.
    bon je mets de côté pour mes vieux jours.

    et aucun problème pour la digression, ce fil s’en est fait une spécialité!

    @zolive merci d’y avoir pensé!
    merci aussi au Chouka d’avoir, il me semble (chouka ton style n’est pas facile à suivre), saisi de quoi je voulais parler et qui me semblait être digne de réflexion:

    « et le sexe pornographique qui s’appauvrit et devient – au delà de l’obscenité – domination. » (zolive)

    absolument, mon idée, passée quasiment inaperçue- la discussion s’étant engouffrée dans une autre voie, que je qualifierais de secondaire par rapport à l’argument premier mais c’est pas grave- bref mon idée, était de souligner les dérives du cinéma porno actuel qui propose une image extrêmement dégradée de la femme, celle-ci étant systématiquement soumise aux caprices sexuels des mâles; caprices sexuels de plus en plus violents!

    et il me semblait intéressant de mettre cette amère constatation en parallèle avec le fait que des petits chanteurs de rien du tout, avides de succès, surfent sur cette infecte vague pour se faire connaitre et s’enrichir.

    et c’est pour moi appel à la violence sexiste et sexuelle
    le titre d’une chanson: Suce moi la bite pour la Saint Valentin en témoigne.

    il s’agit bien de sexe, détourné, utilisé mais sexe.

    or moi, j’aime le sexe libre et joyeux!

    tendance peace and love!

    @merci juju pour ton témoignage 🙂

  39. @ Eric Pithé, j’abrège, hein, 🙂 …!, tu soulèves le bon lièvre, à mon avis,…celui de la référence culturelle,… et là;… bon y’a du boulot…!!!

    Parce que si on prend ça sous l’angle littéraire de la provoc, alors bien sur la liste est interminable…Lautréamont, entr’autres, se pose là, sans équivoque, avec « Les chants de Maldoror »,…mais il y en aurait beaucoup d’autres…!

    A l’extrême limite, enfin pas si extrême…, si on range l’incident dans la catégorie agression sexiste, ça reste ambigu,… si on le range dans la catégorie,(à quel titre et selon quels critères…?), liberté d’expression…artistique! Ca devient encore plus compliqué, on se souvient de « Baise moi! », de Virginie Despentes et de la confusion ambiante…!

    Alors, laissons les rappeurs rapper…! rappons les rappeurs délaissés…Soit la liberté d’expression va jusqu’au bout de son processus, (sans limites), soit on régule, on légifère, on « hadopise »…

    Faut voir…! Le jeu est serré et les pièges innombrables…!

  40. @ Celeste, ,# 46, pour le sexe joyeux, ma chère amie, depuis les années baba + ou – cool, l’eau est passée sous les ponts et surtout le Sida, et le sexe joyeux a mis son habit des mauvais jours, enfin…il me semble!

    Quiconque est né ou a eu une maturité sexuelle, après les années sida, ne verra jamais la sexualité de la même façon, que nous, vieux routiers du « happy sex »,…

    Bien ou mal,…!? Mal, sans doute, mais réalité incontournable…!

  41. @v.a.

    « Quiconque est né ou a eu une maturité sexuelle, après les années sida, ne verra jamais la sexualité de la même façon, que nous, vieux routiers du “happy sex”,… »

    exact mais il n’y a pas que le sida, il y a le retour de l’obscurantisme religieux et la mainmise du marché sur le sexe qui se retrouve désormais coincé entre lbigoterie pudibonde et violence et soumission féminine.

    quand au sida, j’ai découvert avec horreur que les jeunes adultes italiens (principalement autour de la trentaine), ne se protègent plus.
    la capote est « passée de mode ».

  42. @ Céleste, à ma grande déception je me vois ne pas être considéré comme si méchant que cela. En réalité c’est vrai, je suis plutôt  » poule mouillée  » !

    @Vieil Anar, nous marchons sur le même fil, il me semble.

    Je précise même que je suis POUR la censure et la mise entre les mains de la justice, des artistes qui s’attaquent à l’ordre et à la bienséance. Si par malheur j’avais le vice de la foi en la justice des hommes, ce qui est loin d’être le cas! Je serais persuadé que tout artiste de génie passant devant un tribunal pour  » atteinte à la salubrité publique  » se verrait -comme ce fut le cas pour Henry Miller avec  » Les tropiques « – acquitté par le juge sur base de :  » monsieur votre ouvrage est digne des plus illustres auteurs de notre langue, la France est fière d’accueillir un grand écrivain… acquitté !  »

    Ainsi le tri serait vite fait, et on ne s’emmerderait pas avec une bande de débiles de superette pour décérébrés télétransgénétisés.

    Pourtant, la réalité est tout autre. Les Van Gogh, Rimbaud, Gauguin et autre Desnos finissent souvent abandonnés, oubliés, seul dans la misère, à l’asile pour pauvres ou pour fous ou dans un camp d’extermination.

    Les médiocres eux, mangent les restes sous la table du banquet royal au pied du prince et de ses ministres et les grands esprits une fois au fond du trou remplissent les poches des épiciers ad vitam aeternam.

    @Anne, loin de moi l’idée de me faire l’apologue du marquis de Sade (je n’en ai ni la qualité, ni l’intelligence) et je partage entièrement votre indignation concernant l’irrespect de l’humain sous toutes ses formes.

    Mais lorsque l’on quitte les bas-fonds de la déculture marchande et que l’on pénètre dans les domaines de l’Art, il faut prendre garde aux confusions, aux faux semblants et autres trompe l’œil là ou des hommes et des femmes d’exception manient l’illusion et ridiculisent les chaines de la  » vérité absolue  » avec science et art…

    Sade défiant le peintre David devenus par usurpation – et portant le doux sobriquet de  » le vampire « ministre de l’infâme Robespierre sous la Terreur -en s’opposant avec acharnement à la peine de mort. Sade sauvant – toujours sous la terreur- les têtes de sa belle famille responsable par jalousie de son embastillement au temps de l’ancien régime…

    Nietzsche méprisé et chassé par les époux Wagner pour avoir attaqué leur antisémitisme primaire et criminel. Nietzsche malade et mourant, recueillis par sa sœur qui le détestait afin de falsifier et tronquer son œuvre, dans le seul but de valoriser les théories nazies auquel elle adhérait …

    Comme le dit très justement @Vieil anar:  » Le jeu est serré et les pièges innombrables…!  »

    E .P

  43. Censure ou pas censure? On peut tout dire, me semble-il, qui ne tombe sous le coup de la loi.

    Or dans le cas qui nous préoccupe (et c’est le moins):
    – Les paroles supposent clairement qu’un homme blessé peut se venger sur une femme en lui faisant subir des sévices atroces; Cela s’appelle incitation à la violence, voire au crime. Que je sache, les violences perpétrées contre des femmes sont toujours considérés comme des crimes.

    – Un rappeur, par définition, s’adresse à un public de jeunes et en particulier de mineurs, dont beaucoup sont vulnérables, et certains sans repères ou avec une éducation très sommaire et simpliste; Et donc, ceux qui ont un ascendant sur eux ont une responsabilité vis-à-vis d’eux.

    Bien sûr, il y a eu des écrits aussi explicitement violents, mais les écrits s’adressent nécessairement aux lettrés – qui ont, en principe, le recul nécessaire pour faire la part des choses et ne pas prendre un texte au premier degré (même si …). Les chansons, magazines et vidéos porno sont là pour toucher le grand public.
    – Les violences contre les femmes sont tellement banalisées et tues (1 femme meurt sous les coups tous les trois jours, qui peut citer un seul nom?), voire minimisées, pire encore, où le bourreau devient victime (cf l’indécence de la minute de silence pour le député assassin) qu’il n’y a aucune organisation, aucune institution qui serve de contrepoids à ces paroles et permette la distanciation.

    Si le gars en question avait parlé d' »holocauste » et de « chambre à gaz », gageons que les « élites » se seraient largement répandues dans les médias et que sa carrière eût été compromise. A juste titre, certes, mais les bonnes causes sont celles qui ont été choisies par les élites au service du capital, les autres ne sont qu’une liste sur un parchemin.

    Enfin, l’industrie du porno prospère dans le plus grand pays de bigots qui existe: les Etats-Unis. C’est un signe. Cette industrie – qui ne respecte aucune règle et qui présente les femmes comme des esclaves sexuelles soumises à l’abattage, qui vend sous le manteau des atrocités commises sur des mineur-e-s – participe à la traite et la prostitution des femmes, ainsi qu’au maintien des femmes en état d’infériorité. Ce n’est pas le rap qui perpétue cet état de fait: c’est le complexe militaro-industriel et religieux qui donne au peuple le pain (quoique de moins en moins) et le cirque pour les distraire pendant qu’ils s’occupe de faire des affaires sur son dos.

    Dernier point, et non des moindres, de même que la Jupe, ce genre d' »œuvre » laisse encore et toujours entendre que cette attitude est une spécificité des quartiers.
    Toujours la même façon de stigmatiser ces jeunes, les stéréotyper, les marginaliser par rapport aux autres de façon à s’en servir de boucs émissaires pour maintenir l’ordre capitaliste qui ne pourrait pas prospérer dans une société juste, solidaire et ouverte.

    Maintenant, cette affaire date de deux ans, ce type n’a ni inclus le titre dans son album, ni eu l’intention de le chanter en public. Pourquoi ce brusque buzz? Et de la part (entre autres) de NPNS, une orga fort douteuse?
    Qui tire les ficelles?

  44. « Le beaviorisme pour détruir la présidence Obama »
    Du 9 avril 2009.17H42′

    http://www.solidariteetprogres.org/article5316.html

    Ce n’est de mon point de vue pas criticable, mais ce qui l’est c’est que les memes adèptes, refusent le meme traitement aux mains des citoyens 😀
    Il est quèstion d’extrème droite tapie aux USA entre autre si j’ai bien compris .
    C’est cèrte un rapport de force violent bien sûr.
    A voir aussi :

    http://tf1.lci.fr/infos/france/justice/0,,4324239,00-l-eleve-montre-son-zizi-l-instituteur-convoque-au-tribunal-html

    Autant dire que sur ce blog, seuls les comms fachos et réacs la bouche encore toute barbouillée de salisures immondes , sont accèptés(la bonne parole pourrie et libèrticide tant aimée des èsclavagistes )les autres comms dissonants,sont tout de suite éffaçés .
    Autant dire que le sujet et imposé et les avis intèrdits !

    Affaire a suivre donc ,car de mon point de vue, l’enseignant doit etre sévèrement puni et invité a assumer ses les conséquences de ses actes irrèsponsables ou si nécéssaire invité avec insistance « a une thérapie » peut etre ?!
    Il y a eu me semble t’il, »mence de mort » sur un enfant a mon avis !
    Serait ‘il quèstion de « sadisme inconscient » ?
    C’est a vous de voir .

  45. D’accord à 100% avec ces deux remarques d’emcee:

    « A juste titre, certes, mais les bonnes causes sont celles qui ont été choisies par les élites au service du capital, les autres ne sont qu’une liste sur un parchemin. »

    « Pourquoi ce brusque buzz? Et de la part (entre autres) de NPNS, une orga fort douteuse?
    Qui tire les ficelles? »

    Si les jeunes, sensés posséder le sens critique d’escargots, avaient un tant soi peu accordé du crédit artistique ou d’influence à ce braillard, c’est il y a deux ans que cette polémique aurait eu lieu. Or, le tintouin n’a lieu que maintenant, sans que ces jeunes n’y prennent part puisque pour eux comme pour les autres générations, ce n’est pas parce qu’un texte est une floppée d’injures ou de tableaux violents qu’il est un message subversif ou révolutionnaire.

    L’indifférence dans laquelle a été reçu le premier morceau de ce chanteur est probablement une réponse meilleure que toutes les condamnations ou polémiques. Une sorte de « Il sert à rien ce mec… » juste et justifié.

  46. @emcee : 100% d’accord avec toi, et tu as dit ce que je souhaitais avec des mots encore plus justes !
    Je rappelle qu’un groupe de rappeurs, il y a quelques années des problèmes juridiques car ils suggéraient de nicker les keufs ou des trucs comme cela. Réaction immédiate des-dits keufs !
    Mais là, rien juridiquement, juste du buzz : buzarre, vous avez dit buzzarre…

  47. « Il y a bien d’autres associations féministes que NPNS qui agissent contre Orelsan ».
    Je ne mets certainement pas en doute les assoces féministes en bloc et la légitimité de leur indignation, à laquelle je m’associe pleinement.
    Je pose la question des motivations d’une assoce comme NPNS, étant donné le type d’actions à laquelle elle nous a habitué-es.
    Complot des assoces féministes? Non, absolument pas.
    Récup de certaine-s? Je me demande.
    Je n’oublie pas que NPNS a été accueillie en fanfare et en grande pompe à une époque par Debré, le président de l’Assemblée, et que les portraits géants de leurs figures de proue étaient accrochés sur le fronton du bâtiment.
    Sans parler de celle qui a filé au gouvernement au premier coup de sifflet.
    Et tout ce qui va avec.
    Dont les indignations bien ciblées, orchestrées par le complexe politico-financier et ses hommes – et femmes – de main.

    Salut, Malak et zolive,
    En effet, le groupe la Rumeur et son chanteur Hamé sont poursuivis avec acharnement (appels systématiques) par le ministère de l’intérieur – et les trois derniers ministres – pour avoir tenu des propos jugés diffamatoires contre la police. (Voir, à ce sujet, le dernier rapport d’Amnesty, qu’on ne peut certes pas soupçonner d’extrémisme).
    Parallèlement, le dessinateur Placid était, en plein procès des caricatures de Mahomet, dont on sait combien certains étaient attachés à la liberté d’expression et à l’excès de caricature, condamné à une amende pour avoir dessiné un policier avec un nez de cochon.
    Pour ne citer que deux exemples.
    Alors, chat échaudé craint l’eau froide.

  48. Si j’avais ce talent, j’inventerais une Orelsanne qui écrirait des choses aussi dégueu sur un mec, genre je te passerai les roupettes au fer à souder, je t’empalerai sur une bitte d’amarrage, je te ferai bouffer ta merde avec du piment.

    Et j’irais proposer ma création artistique à des producteurs.

    Qui, bien sûr, crierait à la génie.

  49. Pour finir, mon schémat est simple pourtant .
    La sexualité exprimée chez les animaux, est saine et harmonieuse.
    Elle est ce qu’elle est en relation avec un comportement instinctif qui dépasse « l’entendement zumains ».(c’est mon avis )
    La brimade de la sexualité « zumaine » entraine une violence « zumaine « ,c’est a dire une violence démente ,si ce n’est pas un comportement psychopathique envèrs ces autres « zumains « .
    En gros pas de quoi se plaindre en vèrtu du bon Karma 🙂
    A parir de là,les bonnes théories entendues et sécurisantes, ne sont que du pipot a dèstination des naifs exclus des secrets de la vrais nature de la « société èsclavagiste « ,puisque la natalité n’est bonne que pour soit et les enfants des autres sont tout le temps impudiques …………………………….
    Ce n’est que l’avis d’un ignard bien sûr.

  50. Orelsan, revisité :

    Sa chanson « sale p…. » , que j’ai un peu…adaptée :

    « Attends bouges pas j’arrive pas à m’voir dans la glace
    Ma mère et mes grand-mères me disent qu’j’suis dégueulasse
    Bouge pas j’te dis j’ai b’soin d’parler à un ami
    Un type normal qui m’dira qu’non rien n’est fini
    ça craint
    Tout ce ch’min pour rien
    ça commençait à décoller pour moi, j’avais une certaine aura
    et puis voilà la cata
    Putain les Chiennes de Garde s’en sont mêlé, plein d’autres garces en ont parlé
    Ma carrière risque de morfler
    Aide-moi, j’ai foiré grave, si !!
    La presse s’en mêle et pas pour me flatter, j’suis un blaireau, un naze grave
    Dès que je passe derrière mon dos ça bave
    Je pensais allumer les meufs en une seconde, m’envoyer des centaines de bombes
    Mon p’tit kiki s’rait oublié
    J’déteste c’que j’vois dans cette glace une p’tite crapule juste bonne à végéter
    qui va perdre son blé
    Les histoires d’amour et le vomi ça cadre pas
    Le public paie pour écouter, là, il ne rêve pas
    J’suis trop sale
    J’suis juste un gamin primitif au Q.I. très moyen, putain…
    T’aurais pu me prévenir que là, j’allais beaucoup trop loin !
    On aurait pu travailler l’texte et parler de douleur
    Avec une once de classe, d’élégance et de sens artistique
    On verra comment je pourrai rectifier l’tir : je veux du fric !
    J’suis juste un bouffon à deux balles, j’ai trop maté de vidéos
    Où de pathétiques ados prennent pour argent comptant les scèn’ tournées
    Par de cyniques acteurs vénaux que tout cela fait rigoler
    Refrain x2
    Pardon à la moitié d’l’humanité
    Vous payez votre place et je vous trompe je vous insulte
    Vous payez votr’CD, là aussi je vous trompe, je vous insulte !
    Ami ne raccroche pas, ne déconne pas,
    Tu ne vois pas que je vais faire le vide autour de moi ?
    J’rêve d’être cinq ans plus jeune et d’avoir évité tout ça
    Les autres mecs, qui ont un peu plus de plomb dans la tête sont tous à me mépriser
    Je chante pour du liquide mais tous se cassent triste farce
    Hélàs j’ai foiré le show-biz va m’enl’ver ses subventions
    Le seul liquide que je récolterai, c’est bon :
    Ce s’ra l’ARAE, au pire le RMI, trop con, trop con
    ç’a’vait démarré fort, merde je vais toucher le fond
    J’veux rentrer dans un trou’d’souris, c’est sûr, j’vais pas changer, faut m’oublier
    Si !
    J’ai voulu faire style (bouffon)
    J’ai peur qu’on m’déteste (bouffon)
    Bientôt l’Tribunal (bouffon)
    J’ai voulu faire le mâle, pas l’mal !
    « Oh mais voyons la pub c’est d’la provocation coco !  »
    Je suis tombé dans le panneau d’la démago COCO !
    On me dit « tu veux faire du fric, te remplir les poches ? Choque ton public ! »
    Non, raccroche pas : j’suis trop con pour pleurer, trop con pour implorer
    Allô ?Allô ?Allô ?T’es mon dernier ami, les gens se sont cassés…
    Refrain x2
    J ai la honte j’rêve de vous voir sourire
    J ai la honte j’rêve de vous voir sourire, princesses !
    J ai la honte j’rêve de vous voir sourire
    J ai la honte j’rêve de vous voir sourire, princesses !

  51. Bonjour,

    Si les associations de féense des droits et de la dignité des femmes se manifestent de la sorte c’est justement pour demander une loi contre ce type de propos. Désolée mais aujourd’hui nous n’avons pas de moyen juridique de contrer cet impuissant. Sinon nous aurions commencé par là ce qui nous aurait fait gagner du temps et eviter de lui faire de la pub. C’est pourquoi nous avons saisi Valérie Létard, seule personne de ce gouvernement correspondant à l’ex-secrétariat à la condition féminine.

    Et si il égratigne un peu les homos et fait une petite allusion à un comportement pédophile ou anti vieux c’est insuffisant pour déclencher une palinte. Il a été très bien conseillé. Les injures sexistes ne sont toujours pas condamnées en France en 2009.

    Le combat sera un peu long mais il perdra.

    Fanny

  52. Réponse à Emcée

    On a retenu le nom de l’asso NPNS mais c’est l’ensemble des assos féministes qui a réagi ainsi que le planning, Amnesty, et des responsables de structures et partis politiques.
    Personne ne tire les ficelles. C’est le résultat d’une concertation entre les assos . Il existe un CNDF :Collectif National des Droits des Femmes , mais aussi Femmes Solidaires, Mix Cité, Les Chiennes de Garde, La Meute, ECVF : Elu-Es Contre les Violences faites aux Femmes, des associations de lesbiennes, Femmes libertaires, etc. Cette liste n’est pas exhaustive.

    Elles sont toutes signataires des deux pétitions en cours. Il vous est facile de vérifier, les pétitions sont en ligne sur plusieurs sites.

    Ces associations traitent de sujets différents : luttes contre les violences ,luttre contre le viol, contre la pub sexiste, contre les mutilations sexuelles et les mariages forcés …

    Elles sont en relations pour diriger une femme vers telle ou telle asso spécialisée pour répondre à son problème, lorsqu’il y a une manif à organiser par exemple 8 mars ou 25 novembre , pour des débats, des colloques, des formations. Des rencontres avec des responsables politiques, des administrations , des avocates, des juges sont organisées également.
    Ce qui aboutit à une loi ou un nouveau droit ou protection fait l’objet de négociations et de rédaction de projets avec toutes les parties concernées.

    Les asso féministes sont assez mal connues parcequ’elles n’ont pas cherché à se faire mousser mais aussi parceque les média les ignorent.

    La moitié de la population de la planète est invisible, transparente.

    Lorsqu’une adhérente alerte une permanences sur un sujet qui peut intéresser toutes les femmes, un mail informe 20, 30 40 assos sur tout le territoire et/ou à l’étranger dans le cas d’annonce de lapidation ou similaire.

    C’est schématique mais en gros c’est comme ça. Donc on n’a pas besoin de ficelle.
    C’est l’avis du collectif qui compte, si la majorité est tiède, on laisse tomber, si la majorité décide de poursuivre, on y va.

    Il suffit de chercher « associations féministes » elles sont toutes là avec leur spécificité.

    Fanny

  53. plainte, of course.

    désolée mais j’ai les doigts qui fourchent et mon clavier ne suit pas.

    J’ai oublié de préciser aussi pourquoi tout cet énervement : lorsque la première « chanson » a été découverte par hasard sur le net, le CD avec « j’aime pas la saint valentin » était sorti et « courez, courez,  » etc …
    Cela paraissait beaucoup pour une erreur de jeunesse. D’ailleurs son agent comm. ne parle que du premier texte et évite soigneusement de parler de la suite.
    A Poitiers, il présendait chanter « la saint valentin » sur scène et finalement s’est fait jeter.

    Plusieurs salles l’on déprogrammé discrètement.
    D’autres crient au scandale mais le maintiennent avec débat avant concert avec des associations locales. A Rennes et Vitry-le-François.
    Une manifestation est prévue mardi à Rennes.
    A suivre.

  54. Je rigolais !
    Ce qui ne m’empêche pas bien sûr de rester collé au fond de ce commentaire important et recadrant.

  55. chuis pas susceptible.

    Pour revenir au NPNS je ne les connais pas trop, autour de moi personne ne connait exactement leur action.

    Par contre l’an dernier j’ai rencontré Les Insoumises qui regroupent celle qui ont quitté NPNS au moment de l’entrée de Fadela au gouvernement.
    Elles ont une présidente tout à fait dynamique , malheureusement on n’entend pas trop parler d’elles et de leurs actions , il est difficile de surnager pour des asso qui n’ont pas de moyens financiers – ce qui est le cas de presque toutes.

    Et il y a une association assez récente toute pleine d’humour : La Barbe. Elles entrent dans les conseils d’administration à faible proportion de femmes , mettent des barbes et des moustaches et félicitent les hommes présents de ne pas céder à la pression en faisant entrer des femmes dans leur Conseil. Il y a quelques jours elles sont allées chez L’Oréal. Elles font une vidéo à chaque fois. Les beaux messieurs des sociétés du CAC 40 tout cravatés et rasés de près restent « baba » dans un premier temps.

    L’an dernier au Sénat ou Conseil Economique et Social, elles étaient tombées sur un macho qui se targuait d’être très féministe en déclarant : « j’ai une femme, une fille, une belle-mère et quand j’ai un chien c’est une chienne! »
    Elles sont très mobiles, se déplacent à 4,5 ou 6. Comme investissement des barbes et un matériel video.

    Il existe également une asso qui défend les sans papières, Femmes-Egalité. Dans le mouvement des sans papiers, on n’a parlé que des hommes mais il existe quantité de femmes qui travaillent, principalement dans les services à la personne. Elles sont indispensables à l’économie mais n’existent pas officiellement. C’est ce ui les fait le plus souffrir. Ne pas exister.
    73 sur 90 viennent d’être régularisées.

    Les féministes sont finalement très nombreuses, chacune défend ce qui lui paraît important, très peu sont sexistes, il y a beaucoup d’hommes parmi les féministes. Et une association pour chacune de nous.
    Mais comme pour les suffragettes qui ont été ridiculisées et caricaturées, la contre-publicité est forte.

    Actuellement, les associations se divisent en 2 grandes tendances : les abolitionnistes et les réglementaristes. Donc la prostitution marque une frontière infranchissable ainsi que la question du voile . Il n’y a jamais ni collectif ni manif contre et pro ensemble.

    L’université reste un endroit où les femmes – étudiantes et professeurEs – ont bien du mal à se défendre contre le harcèlement sexuel.
    Dans le cadre de l’entreprise, il existe des lois – difficiles à faire appliquer parfois – et des instances vers lesquelles se tourner : délégués dupersonnel et Prud’hommes.
    La même chose n’existe pas à la fac.
    La preuve est difficile à faire, les témoins ont peur, puisque le professeur agresseur est celui qui donne notes et avis. Quant aux professeurEs, si j’ai bien compris, des questions de niveau hiérarchique rendrait une plainte inutile et dangereuse pour la suite de la carrière.
    Si le juge considère que les preuves ne sont pas suffisantes, et déboute la victime, l’agresseur peut choisir alors de déposer plainte pour diffamation et demander des dommages et intérêts.

    Voilà c’est tout.
    Bonne fin de week-end.

    Fanny

  56. bonjour mes lévres pour t’embrasser mes yeux pour te regader mes oreilles pour t’ecouter mes mains pour te toute mon nez pour te sentir mon corps pour tes plaisirs mon coeur por te cherir

  57. Je voudrais réagir, après votre article et les quelques post que j’ai pu lire, mettre un grain de sel – ou de piment.
    (Le mot censure a été lâché.)
    (plusieurs fois.)

    D’abord, de manière fondamentale, en temps qu’être humain et que femme, avec mes tripes et sans aucun volonté de faire l’avocat du diable, je pense qu’Orelsan est un artiste. Et un bon en plus, pas un propre c’est vrai, pas un très poli, ni très fin, encore que j’ai entendu pire, mais un vrai.
    Je ne lui cherche aucune d’excuse, car il n’en a pas besoin.
    Parce que moi, personnellement, je me bidonne souvent en l’écoutant, et je ne suis pas la seule, en regardant le clip, je me marre, en voyant des clins d’œil, des doubles sens, en écoutant ses textes (et il en a commis) je ne me sens pas avilie. Pas d’un poil de cul.
    C’est peut être générationnel, mais ça n’en reste pas moins rationnel :
    Si l’affaire est symbolique, le messager n’est pas le coupable. Car sa fonction d’artiste est précisément là : il dénonce. Il touche. il fait mouche.
    On parle même de le censurer, c’est que ça doit marcher.
    Un film X c’est un produit de consommation, en partie malsain, c’est quelque chose qu’on peut choisir d’acheter ou non, de voir ou non. C’est moche, c’est mal fait, et y’a pas de scénario (le point le plus scandaleux)
    La musique, le rap, le fait de jouer ou de chanter, de scander, d’exprimer, tout n’est peut être pas bon à entendre, et tout sans doute pas à dire, mais on ne peut pas tout dire, ni tout entendre. Tant pis.
    Pour aucune bonne ou mauvaise raison on ne doit censurer.
    .
    Mais là où je vous rejoins, c’est que s’il n’avait pas été censuré, vous n’auriez sans doute JAMAIS entendu parler de lui, ni pris ses textes par la tête. Imposer à vos oreilles non consentantes de l’orelsan, je vous promets que je comprend le choc, et que je compatis sincèrement.
    Le paradoxe est intéressant.

    Pour autant, faut il l’interdire d’audience ?
    Je vote contre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *