Des nouvelles de la Casa delle Mamme

Pour fêter notre retour, ils ont accroché des ballons et des serpentins. Sur une banderole fixée au mur ils ont écrit « Welcome Fabio and Claudine ». Les mamans et les grands-mères ont mis des saris aux couleurs vives. Les fillettes portent les robes du dimanche, Chinchu un joli churidar et les garçons des chemises presque immaculées.

mamme4

Revathi, Manu, Achu, Ancy, Surya, Sunila

Les enfants courent à notre rencontre. Ils se pendent à nos mains et sautillent autour de nous. Ammachi me serre longuement dans ses bras. Elle pleure. « Ce sont des larmes de joie » dit Sindhu. Elle aussi a le regard humide. Seelvy, par contre, rit de bon cœur.
Et moi, comme chaque fois que je les retrouve ou que le les quitte, je suis profondément émue. Fabio aussi, qui filme les retrouvailles.

Les nouvelles arrivantes se tiennent en retrait, nous ne nous connaissons pas encore.
Sindhu nous présente Santya, elle tient dans ses bras Abhirami, l’une de ses jumelles de 2 ans. L’autre, Anurami, est accrochée au cou de sa grand-mère, Nirmala. La fille aînée, Ancy, âgée de 3 ans tient la main de Chinchu.

mamme2

les jumelles

Santya a 25 ans. Quelques mois après la naissance des jumelles son mari a pris la poudre d’escampette. Il n’a jamais donné de nouvelles. Elle a vécu quelques temps avec sa mère, Nirmala, mais le propriétaire de la maison les a expulsées. Depuis, elles habitent la « Casa delle Mamme ». Nirmala est servante dans une famille du village. Santya reste à la maison, elle s’occupe des enfants.
Elle a un joli visage rond, une expression douce et sereine. Ses trois fillettes sont adorables. Je prends une des jumelles dans mes bras (elles se ressemblent énormément et leurs prénoms sont tellement proches que je me demande combien de temps il me faudra pour les distinguer l’une de l’autre). Elle me regarde, la mine sérieuse, un peu méfiante mais elle reste digne et ne pleure pas. Je caresse ses joues rebondies et je sens son petit corps se détendre contre moi.
Comme c’est bon !

mamme3

Santya et Anurami

Nous faisons aussi la connaissance de Chandrika. Il y a 6 mois son mari, chauffeur de bus, a été victime d’un accident. Il est mort sur le coup. Il n’était pas responsable de la collision mais la société d’autobus n’a rien voulu donner à Chandrika et à leurs deux fillettes, Revathi qui a six ans et Sasikala qui en a trois.
Incapable de payer le loyer de la maison la jeune femme a d’abord trouvé refuge chez des parents puis elle a rejoint la Casa delle Mamme. Timide et souriante, elle se cache derrière les autres pour nous observer.

mamme5

Chinchu, Sindhu, Anju, Chandrika, Sasikala

Apparemment tout se passe bien. Les bébés passent de bras en bras, les enfants jouent ensemble, les mamans et les grands-mères échangent des sourires complices.

Une douce impression de bien être.

Et puis il y a les nouvelles.

La première est bonne Chinchu a réussi l’examen de fin de scolarité secondaire, elle va pouvoir continuer à étudier. C’est un progrès énorme, quand elle est arrivée à la Casa delle Mamme, il y a environ 18 mois, ses performances scolaires étaient très faibles.
Elle veut être policière. Why not ?

La deuxième aussi est bonne. Sindhu va quitter la Casa delle Mamme pour devenir « house keeper » dans une maison familiale, la « home for girls », qui accueillera les adolescentes de Namaste. Avec ses deux filles, Surya et Sunila, elle vivra dans un bel édifice flambant neuf derrière les locaux de l’association. Elle tiendra la maison et s’occupera de 16 jeunes filles.
Il y a 3 ans, lorsque nous l’avons connue, elle vivait dans une cabane avec sa mère, sa tante et les deux fillettes. Aucune des femmes ne travaillait régulièrement. Les conditions de vie étaient très difficiles.
C’est une grande satisfaction, pour elle, comme pour nous.

mamme6

Anju

Mais il y a aussi de mauvaises nouvelles. Sunitha et ses fils, Vivek et Vineeth ne vont pas bien.
Il y a trois mois son mari, emprisonné depuis 4 ans pour homicide et condamné à 20 ans de réclusion a été innocenté.
Sunitha et les petits étaient contents, nous aussi bien sûr.
Ils sont retournés vivre dans la cabane sur la colline, avec les grands-parents paternels. Je me souviens de la grand-mère, de sa main qui serrait la mienne quand Sujitha et elle sont venues visiter la Casa delle Mamme, des larmes d’émotion dans ses yeux. C’est elle qui avait accepté que Sunitha et les enfants quittent la cabane sur la colline. Malgré la volonté de son fils emprisonné elle avait décidé d’accorder à sa bru et ses petits enfants la possibilité d’une vie meilleure.
Sunitha ne travaille plus à l’atelier de couture de Namaste, son mari le lui a interdit. Sindhu nous raconte qu’il boit beaucoup, que certainement il la frappe, ici c’est tristement banal, que les petits semblent tristes, qu’ils ont maigri.
Nous avons envoyé un peu d’argent pour les frais scolaires, le père des enfants a réclamé beaucoup plus, il voudrait notre aide pour construire une maison.
Evidemment c’est exclu.
Dans quelques jours nous irons voir Sunitha et les petits, là-haut, dans la cabane sur la colline, mais nous devons d’abord réfléchir aux arguments que nous utiliserons pour parler avec la famille. Ce ne sera pas facile, nous voudrions continuer à aider les enfants mais certainement pas alimenter l’alcoolisme de leur père.
Sur la terrasse de la Casa delle Mamme, le vélo de Vineeth semble abandonné.
Je pense à la douce Sunitha, soumise à la loi féroce d’un mari tout puissant.

mamme8

Ammachi

Récapitulons pour celles et ceux qui n’ont pas suivi les épisodes précédents (ou qui ont eu la flemme de cliquer sur les liens):
La Casa delle Mamme est une maison que nous louons et dans laquelle, avec un groupe d’amis, nous hébergeons avec leurs enfants des femmes abandonnées ou veuves. Tous les frais concernant les enfants, l’alimentation et la maison sont à nos frais mais les mamans travaillent, soit dans les ateliers de Namaste, soit comme femmes de ménages. Pour Ammachi nous avons acheté des chèvres. Elle s’en occupe, vend le lait et les chevreaux.

En ce moment la Casa delle Mamme compte 18 occupants :
Sindhu et ses deux filles : Surya et Sunila
Selvy et Deepty, sa fille
Ammachi et ses quatre petits-enfants : Chinchu, Anju, Achu et Manu
Santya, sa mère, Nirmala, et ses trois filles : Ancy, Abhirami et Anurami
Chandrika, Revathy et Sasikala.

mamme9

Surya et Deepty

6 réflexions au sujet de « Des nouvelles de la Casa delle Mamme »

  1. Que Dubai et son clinquant doit te paraître loin! Que l’Italie et la France doivent te paraître agitées dans des gesticulations risibles et dérisoires!

    Dans leur malheur et leur dénuement extrême ces femmes ont eu la chance de croiser votre chemin à Fabio et toi. Et vous avez la chance, à leur contact, de vous voir rappeler où se trouve la vérité.

    Bon courage et plein de bonnes nouvelles comme celle la réussite scolaire de Chinchu!

    Bises

  2. ah, je suis vraiment heureux que vous soyez de retour en Inde, et de pouvoir à nouveau suivre vos témoignages sur la vie dans ce centre. Moi qui ne vais pas en Inde cette année, je vais pouvoir me consoler en vous lisant!

  3. @salut Malak 🙂

    « Et vous avez la chance, à leur contact, de vous voir rappeler où se trouve la vérité. »

    oui, c’est tout à fait juste
    baci

    @merci Alain 🙂

  4. oh comme vous devez être heureux, ou plutôt au plus proche de vous-même.
    Je suis heureux pour vous tous. Ca transpire la joie, et on connaît pourtant le quotidien bien lourd d’abandon, alcoolisme et autres.
    En fait, j’aime en inde surtout les FEMMES. Elles sont dignes, fortes et courageuses, alors que les gars, eux, ils filent tisser ailleurs.
    Profitez, votre expérience me donne des idées…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *