Les enfants d’Arna

Samedi soir, dans un de ces lieux dédiés à la culture alternative qui existent encore à Bologne, j’ai vu un documentaire exceptionnel :
« Les enfants d’Arna ».
Un coup de poing dans l’estomac.
Une plongée brutale dans une autre réalité, celle de jeunes Palestiniens de Jénine.
La caméra du réalisateur, l’acteur israélien Juliano Mar Khamis, les a suivis durant trois périodes.

D’abord en 1990 alors qu’ ils sont des enfants. De 1988 à 1990, toutes les écoles des territoires palestiniens occupés étant fermées par les autorités israéliennes, Arna, la mère de Juliano, israélienne communiste qui milite pour la paix, ouvre à Jenine une maison dédiée aux enfants et ou ceux-ci, avec l’aide de Juliano, montent des spectacles théâtraux. On assiste aux répétitions, puis à des extraits d’une pièce, où, pour devenir des rois, ils doivent trouver le soleil. Afin de financer l’opération, des petits films vidéo sont réalisés.
« Il n’y a pas de liberté sans instruction. Il n’y a pas de paix sans liberté. » était le mot d’ordre d’Arna, qui a reçu pour son action le Prix Nobel alternatif pour la paix.
Puis Arna tombe malade et l’école ferme.

1996, ses jours étant comptés Arna quitte l’hôpital contre l’avis des médecins pour un adieu définitif aux enfants de Jénine. Ils sont des adolescents ne sachant pas encore si leur avenir sera semblable à leurs rêves. Peu après cette visite Arna meurt.

2002, c’est la seconde intifada, Jénine est assiégée par les soldats. Juliano y revient, à la recherche de ces enfants qui sont désormais des adultes et, à nouveau, sa caméra tourne.
Mais cette fois le « paix et liberté » d’Arna a disparu, remplacé par la mort, omniprésente.
Youssef et Nadil ont commis un attentat suicide, Ashraf a été tué durant l’Intifada, Ala, devenu un chef des brigades l’Al Aqsa est abattu alors qu’il résiste à l’occupant.

Entremêlées, les images des différentes époques, forment peu à peu un terrible puzzle
Des sourires joyeux des enfants qui devaient trouver le soleil à leurs cadavres enveloppés dans du plastique, il y a la violence, la haine, la peur, les chars, les soldats, le drame de la Palestine et d’Israel.

On ne sort pas indemne d’une telle projection et durant le débat qui était prévu à sa suite, le public est resté muet.
Alors Gabriella Cappelletti, qui représente à Bologne l’association « Women in black » (en France « Femmes en noir »), a pris la parole pour expliquer les buts et les actions de l’association. Elle a raconté les nombreux voyages qu’elle a effectué en Palestine et en Israël, les femmes qu’elle a rencontrées et qui se battent inlassablement, ensemble, pour que cesse le cauchemar.
Puis la journaliste Nadia Nadotti, spécialiste de la Palestine a dressé un tableau de la situation actuelle. Elle a commencé son discours par ces mots : « Vous devez savoir qu’il ne faut pas se fier à ce qu’écrivent la plupart des journaux occidentaux, ils ne disent pas la vérité ».
Elle a dépeint la vie dans les territoires occupés, la colonisation qui avance inexorablement, semant dans les campagnes palestiniennes des résidences entourées de fil de fer barbelés, réquisitionnant l’eau, contrôlant les routes, parquant les palestiniens dans des espaces de plus en plus réduits, leur empêchant souvent l’accès aux soins, les maintenant pauvres et inoccupés.
« Nous devons leur expliquer, aux Israéliens, qu’ils se trompent, qu’ils doivent arrêter cette colonisation et respecter les accords internationaux. Ils sont en train de se perdre eux-mêmes »
Ensuite, quand elle a parlé des Palestiniens, un peuple jeune, qui ne se soumet pas, qui aime aussi s’amuser, j’ai pensé que quand les victimes ne se conduisent pas comme telles, les agresseurs perdent la tête.

Et j’ai revu Ala. A sa première apparition il a dix ans et il est assis sur les ruines de sa maison. Douze ans plus tard, devenu commandant des brigades l’Aq Aqsa il résistera, le sourire aux lèvres, jusqu’à ce que le tir d’un soldat lui enlève la vie, trois semaines avant la naissance de son enfant.

Il m’est resté de cette soirée une peine immense pour ces jeunes gens pris dans l’engrenage de la violence mais aussi pour les victimes de Youssef et Nidal qui ont commis un attentat suicide, tuant des passants. Comme Arna et Juliano, de nombreux Israéliens sont hostiles à la politique agressive menée par une longue série de gouvernements soutenus par des puissances internationales dont les enfants peuvent dormir en paix.

La situation palestinienne est scandaleuse. Rien de bon ne peut sortir de cette violence qui transforme les enfants rieurs en victimes ou en bourreaux, qui leur colle à la peau, qui les étouffe, qui les tue.

L’œuvre d’Arna peut sembler vaine, mais je ne veux pas croire pas qu’elle le soit, elle est une goutte d’eau et il en faut des milliards pour former les fleuves qui éteignent les incendies.

Les photos viennent des sites Arna’s children et The International Solidarity Movement

On peut voir le documentaire sur le site Sabbah

22 réflexions sur « Les enfants d’Arna »

  1. depuis 47 presque le temps de ma vie. Pour Jenine depuis 65. et peu d’espoir – et les luttes internes, etc.. je te signale un petit bouquin que j’aime bien qui parle un peu des jeunes, mais surtout des femmes, si tu ne l’as pas lu ; « l’impasse de Bab Essaha » de Sahar Khalifa, chez 10/18 en 2001

  2. A la lecture de ton billet, le coup de poing nous revient. Toutes les manipulations géo-politico-religieuses engendrent ces horreurs. A l’heure où se prononcer humainement devient une quasi-indécence, je salue le détour de ton regard sur la tentative de quelques êtres de lutter contre ces injustices dramatiques. Les prises de position pour la paix n’ont jamais été autant soupçonnées d’appartenances glauques ou salies par le déni de la sincérité de la pensée.

  3. La Palestine… Un drame dont aucun des « grands » de la planète ne parle. Israël « génocide » lentement les Palestiniens, et le monde détourne « pudiquement » les yeux.

    Merci Céleste de penser à en parler.

  4. Quand Israel était « génocidé » dans les camps de la mort, que faisait le monde? (Ce qui fit en 4 ans tout de meme plus de morts qu’en Palestine en 60 ans)?

    Sans oublier, tout de meme, qu’à l’époque, le grand mufti de Jerusalem était pro nazi.

    Si un Ahmadinamachin (ou un autre) décidait de rayer Israel de la carte, que ferait le monde?

    Simple question.

  5. La Shoa était une horreur, mais cela ne justifie la politique suivie par Israël en Palestine.

    Un crime ne justifie un autre crime.

    Pour ce qui est de l’Iran, c’est plutôt ce pays qui risque d’être rayé de la carte.

  6. @Françoise

    tout à fait.

    il serait judicieux de ne pas commettre toujours les mêmes erreurs en fermant encore les yeux.

    le peuple israelien aussi est victime de l’acharnement de ses dirigeants et de certains partis politiques.
    élever ses enfants dans la crainte perpétuelle d’un attentat, est odieux.

    Arna était israélienne et son fils qui a réalisé le film aussi.

  7. tu ne t’en sortiras jamais comme ça.
    et je te signale que le monde ne fait pas grand chose. Que rien ne peut se comparer à la Shoah, mais que cela ne justifie pas la guerre perpétuelle.
    Qu’Israel ne peut se prévaloir de cela pour s’abimer elle même en se conduisant ainsi. Que si haine les israeliens ont (dans la mesure où ils descendent de juifs européens, ce qui n’est pas le cas de tous) ce n’est pas contre les palestiniens mais les allemands, les polonais, nous

  8. Les palestiniens suivaient leur mufti. S’il n’en avait pas été ainsi, qui sait? Peut-etre Israel aurait été créé à Madagascar ou ailleurs…

    Le fait que Arna, ou quelque présidentes d’associations israelo-palestiniennes soient israeliennes et juives rend leur choix juste et le justifie. Mais je n’aime pas qu’on les brandisse comme justification de revendications antisémites, comme c’est le cas chez les islamigauchistes pro-palestiniens qui savent juste vomir leur haine en accusant celle des autres. Bien trop facile.

    « Pour ce qui est de l’Iran, c’est plutôt ce pays qui risque d’être rayé de la carte. »

    Il faut dire qu’Amadinamachin met beaucoup de bonne volonté pour que cela arrive.

    Quoi qu’il en soit, mon opinion est que le conflit Israelo-palestinien est le point de friction entre 2 mondes. Je ne pense pas qu’il soit possible qu’une paix durable intervienne rapidement entre eux ni ne puisse meme jamais intervenir sans une amélioration globale dans cette région du monde, à savoir un développement économique et un progrès social. Et cela ne dépend pas exclusivement d’Israel. Par contre, ce n’est que trop facile d’accuser ce pays de tous les torts et tous les maux.

  9. @ Lorycalque,

    Critiquer la politique d’Israël, c’est de l’anti-sémitisme. C’est toujours ce qu’on nous ressasse.

    Je n’apprécie pas du tout le régime iranien, mais force est de constater que jusqu’à nouvel ordre l’Iran n’a pas attaqué Israël.

    On ne peut condamner pour un crime qui n’a pas eu lieu.

    On peut critiquer la politique iranienne mais pas la politique israélienne ? Pourquoi ?

    Critiquer une politique menée par les dirigeants d’un pays, ce n’est pas critiquer l’ensemble du peuple de ce pays.

  10. évidemment qu’il faut que cette région du monde (qui est toute petite) progresse économiquement et socialement.
    tout au moins la Palestine car Israël est un pays riche (de moins en moins car sa politique d’occupation coûte très cher).
    En Palestinel le taux de chômage est énorme.
    va progresser socialement quand il n’y pas de travail là où tu es et que tu ne peux pas te déplacer pour en chercher un!

    sans la paix comment peut-il y avoir progrès social et économique?

  11. @ Françoise
    Qu’a-t-il été question ici depuis de début? Uniquement de critiques d’Israel, comme si ce pays était le seul responsable de la situation.
    « Critiquer la politique d’Israël, c’est de l’anti-sémitisme. C’est toujours ce qu’on nous ressasse. »
    Non ma jolie (ça commence à devenir facile ça aussi hein?).
    Il est tout à fait certain, pour ma part, qu’on puisse critiquer la politique d’Israel. Mais il est tout aussi certain que les critiques et les louanges pour certains opposant israeliens masquent pour une bonne part la haine qu’ont les islamogauchistes et pro-palestiniens des juifs et d’Israel.

  12. Ma jolie… Vous demande pourquoi vous ne prenez pas la peine d’écrire correctement le nom d’Ahmadinejad ?

    Écririez-vous Ben Gourmachin par exemple ?

    Ma jolie… Vous fait remarquer qu’elle n’a jamais dit qu’Israël était seul responsable de la situation. Elle a seulement dit que la politique d’Israël envers les Palestiniens n’était pas excusable par le fait qu’il y a eu la Shoa. Et elle le maintient.

    Non, ça ne « commence pas à devenir facile », les accusations d’anti-ci ou d’anti-ça c’est perpétuellement dès qu’on critique. Une bonne façon d’essayer de culpabiliser et de faire taire.

  13. Lory

    d’un côté il y a un pays riche, qui en dépit des accords de paix , et des résolutions de l’ONU continue à occuper un pays pauvre.
    de l’autre un pays pauvre qui résiste à l’occupation, d’ailleurs désapprouvée par une partie de la population du pays riche.

    pour des raisons géostratégiques (influence, contrôle d’une région, tensions…) des puissances extérieures dangereuses favorisent l’un ou l’autre des pays: résultat la mort.

    les religions respectives de ces deux peuples ne m’intéressent pas, par contre je constate une fois de plus que la pratique bornée d’une religion, la référence à des textes datés d’ il y a des millénaires et auxquels on attribue une valeur divine, conduit à massacrer celui qui devrait être son prochain, mais qui ne l’est pas car il croit en un autre dieu.

    Arna était athée (pour son incinération son fils a un peu des difficultés car la cérémonie est civile)
    moi aussi.

  14. @ Françoise

    Parce que je trouve Ahmadinadej à peu près aussi détestable que machinOlmert .

    Non vous ne le dites pas, en ne parlant QUE des erreurs israeliennes, vous pèchez par omission. Ce qui revient à etre partiale en chargeant une partie de plus de responsabilités qu’elle n’en a en dédouanant l’autre quand vous connaissez très bien le passé et savez donc tout aussi bien qu’Isreal n’a aucune raison de croire que qui que ce soit lui viendrait en aide le cas échéant dans un monde imbécile toujours à la recherche d’un bouc émissaire. Et qui, plus qu’Israel en a tenu lieu dans l’histoire? Croyez-vous que seuls les européens se sont livrés à des persécutions vis à vis des israelites? Et bien si vous le croyez, vous vous trompez. Les européens ont seulement fait avec des moyens plus modernes. Allez apprendre l’histoire.

    @ Céleste

    Israel n’est pas un pays particulièrement « riche ». Le niveau de vie est à peu près équivalent à celui de L’Espagne, qui a assimilé un million de personnes « pauvres » venus de l’ex URSS. Et il y a de « richissimes » pays arabes très peu démocratiques qui font quoi, à part armer des factions islamistes, et qui aident en quoi l’économie palestinienne à se relever?

    Il n’est aucunement question de baratin religieux, là dedans.

    Hululer à la mort des palestiniens , si on ne tient pas compte d’autres considérations comme celles auxquelles je viens de faire allusion équivaut à implicitement souhaiter la destruction d’Israel. Et je ne vois aucune raison pour laquelle ce pays devrait cesser d’exister. Il est bien là où il est.

  15. @lory
    « Et il y a de “richissimes” pays arabes très peu démocratiques qui font quoi, à part armer des factions islamistes, et qui aident en quoi l’économie palestinienne à se relever? »
    tout à fait

    c’est ce que je disais là:
    « pour des raisons géostratégiques (influence, contrôle d’une région, tensions…) des puissances extérieures dangereuses favorisent l’un ou l’autre des pays: résultat la mort. »

    par contre si le pays est comme tu le dis « bien là où il est l’est » c’est en vertu de l’ancien testament, un peuple qui se pense « élu » estime être propriétaire, de droit, d’un lopin de terre qui était déjà habité par d’autres (d’une autre religion).

    attention, je ne suis pas en train de dire que je souhaite la destruction d’Israël.
    je ne la souhaite absolument pas.
    Ses habitants ont droit au même respect que tout habitant de n’importe quel pays, mais ils ont aussi le devoir de respecter les peuples voisins et de pas aller s’installer sur leurs territoires.

    la situation israelo-palestinienne mériterait une réflexion commune, saine, équilibrée, mesurée, de la part des dirigeants des deux pays afin qu’une solution pacifique et convenable pour tous soit trouvée.

    on en est loin, et c’est dramatique pour les deux peuples.

  16. « par contre si le pays est comme tu le dis “bien là où il est l’est” c’est en vertu de l’ancien testament, un peuple qui se pense “élu” estime être propriétaire, de droit, d’un lopin de terre qui était déjà habité par d’autres (d’une autre religion). »

    Non. Les sionistes du XIXème et du début du XXème siècle avaient meme émis l’hypothèse de caser Israel à Madagascar, c’est dire si ça n’avait rien à voir avec l’Ancien testament. Il faut croire qu’ils n’étaient pas particulièrement religieux…

    Ce sont les alliés, après la victoire sur l’Allemagne nazi, et particulièrement les britanniques, qui ont décidé de créer l’état d’Israel là où il est. Les palestiniens n’étaient guère très nombreux alors, et si leur mufti n’avait pas été pro nazi, les choses se seraient certainement mieux passées.

    Les israéliens, n’étant pas tous croyants, loin de là, ne s’estiment donc pas propriétaires de leur pays parce qu’ils seraient « élus » mais parce que l’occident leur a assigné ce territoire là, résultat, parmi d’autre (comme la création de la Jugoslavie de Tito par exemple) de la IIème guerre mondiale. Et parce que ce sont eux qui ont mis ce territoire, où il n’y avait pas grand-chose, arrièré, en valeur.

    Si parmi eux il y en a qui se croient « élus » en vertu de leur religion, c’est leurs oignons. Qu’est-ce que ça peut bien foutre aux autres, comment ils se perçoivent entre eux et chez eux?

  17. sionisme: de Sion, montagne de Jerusalem

    mouvement politique visant à l’établissement puis à la consolidation d’un état juif en Palestine (la nouvelle Sion)

    il est aussi vrai que l’emplacement d’israël a été décidé in fine par les alliés.

    mais le sionisme existe bel et bien.

    et non pas le madagacisme.
    maintenant que des juifs laïcs aient eu envie de créer une communauté, un pays (encore que je ne vois pas trop comment on peut envisager de se créer un pays chez les autres) sur le territoire de Madagascar, pourquoi pas
    mais ils ne l’ont pas fait.

  18. « Chez les autres » en l’occurence, à Madagascar, à l’époque ç’aurait été en France. Qu’est-ce qu’on foutait à Madagascar, nous?

    Ils ne l’ont pas fait parce que l’occasion ne s’est pas présentée, sans doutes. Pour ma part, je leur aurais bien volontiers refilé la Corse, ça aurait posé beaucoup moins de problèmes. Du coup les corses se seraient retrouvés indépendants.

    Ils ont voulu un pays parce qu’ils en avaient marre d’etre persécutés partout, et on ne peut pas leur reprocher. Je me souviens d’une israelienne de mon age rencontrée un jour en voyage avec laquelle nous parlions de ce sujet qui m’a dit, (en anglais): « Pour nous, Israel c’est un refuge ». C’est pour ma part quelquechose que je comprends et pour ma part, si je souhaite la paix comme tout le monde, je ne remettrai jamais en cause l’existance de leur pays.

  19. lory

    « si je souhaite la paix comme tout le monde, je ne remettrai jamais en cause l’existence de leur pays. »

    moi non plus, et je suis sûre que personne sur ce blog ne le souhaite.

    à Madagascar, bien sûr que nous n’avions rien à y foutre

  20. « en ne parlant QUE des erreurs israeliennes, vous pèchez par omission. »

    Le sujet me semble-t-il était bien le problème iraélo-palestinien.

    « Israël n’a aucune raison de croire que qui que ce soit lui viendrait en aide le cas échéant dans un monde imbécile toujours à la recherche d’un bouc émissaire. »

    C’est absolument faux. Israël a le soutien — au moins —, et ce n’est pas un mince soutien, des États-Unis. Personne en Europe n’est pour la destruction, ou pour la disparition d’Israël.

    « Croyez-vous que seuls les européens se sont livrés à des persécutions vis à vis des israelites ? »

    Y a-t-il un seul mot, une seule phrase que j’ai écrite qui vous permets de dire cela ?

    « Allez apprendre l’histoire. »

    Peut-être devriez-vous, la relire.

    J’en resterai là, il n’est pas possible d’avoir un dialogue avec une personne aussi discourtoise que vous.

  21. Les Juifs orthodoxes sont plus lucides que certains défenseurs aveugles d’Israël. Je vous incite à lire le site de Neturei Karta, ici.

  22. @ Françoise
    Ah oui? Le monde est devenu d’un seul coup d’un seul comme par enchantement si intelligent qu’il a cessé de se chercher un (ou plusieurs) boucs émissaires et tout un chacun prend sa part de responsabilité et de culpabilité sans chercher à la coller sur le dos des autres? Et bien voyez-vous je vous laisse avec votre belle certitude et votre belle foi, parce que moi je n’y crois pas un instant et je n’ai aucune envie d’en faire les frais. Allez donc payer de votre personne pour les autres et leur enseigner la courtoisie si ça vous amuse et si vous pensez que ça vous conduira en gloire directement au paradis. Moi, j’ai déjà doné, et je me passerai pour ma part et de la gloire et de la courtoisie, et m’arrangerai très bien toute seule pour faire valoir mes droits à l’entrée, s’il est un paradis.

    @ Gilles

    Fort bien, gardez-vous l’orthodoxie, je vous la laisse très volontiers et me passerai très bien de celle-là aussi.

    @ Céleste
     » je suis sûre que personne sur ce blog ne le souhaite. »

    Je n’en suis pas si sure, puisque je ne suis sure de rien, mais je l’espère…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *