Ulysse revient

«   Odyssey Dawn»
Un titre pompeux pour une opération meurtrière!
« Aube de l’Odyssée », on dirait et ce n’est certainement pas un hasard, le nom d’un dessin animé pour gamins de dix ans!
On pourrait presque en rire.

Presque seulement car rien n’est anodin et cette appellation à la fois sournoise et grandiloquente en dit long.

L’aube est un commencement, et  l’Odyssée une des œuvres  fondatrices de la civilisation européenne – ne l’oublions pas-  a duré 10 ans. Pour baptiser une opération que l’on nous présente comme fulgurante, quelques frappes aériennes ciblées et on rentre à la maison, on aurait pu trouver plus adapté.
« Éclair sanglant » par exemple ou « Raclée express »

Dans quel bourbier ira se ficher cette guerre que l’on nous présente comme juste, libératrice?
Quels sont les véritables objectifs de ceux qui l’ont décidée?

Sur ce point je ne suis guère optimiste, les enjeux, pétroliers entre autres, sont trop importants pour ne pas être considérés.

Quarante ans que Kadhafi opprime son peuple et nargue la communauté internationale, quarante ans qu’on lui fait des courbettes et que l’on ferme les yeux sur ses exactions.
Si aujourd’hui le dictateur fou agite comme un chiffon rouge la menace d’une invasion sur les précieuses terres européennes de hordes d’immigrés aussi barbares que loqueteux décidés à occire la culture christianosaucissonesque de la douce France, c’est que, pendant des années il a été le chien de garde des puissances occidentales, enfermant et torturant les candidats à l’immigration qui tombaient entre ses griffes.

Aider le peuple à se libérer de ce tyran?
Oui mais fallait-il pour autant cette coalition, ce déchainement de feu et de bombes?

J’aurais préféré des brigades internationales, comme pendant la guerre d’Espagne. Un mouvement spontané et anonyme d’aide aux rebelles, une mobilisation internationale des peuples et non de leurs dirigeants.
En ces derniers je n’ai aucune confiance.

La gravissime situation actuelle est le résultat de politiques périlleuses, biaisées par la course au profit menées depuis des décennies par les gouvernants occidentaux.
Au premier plan, un petit président français (se prendrait-il, quelle prétention, pour Ulysse?) bombe le torse, contemple, ravi, sa puissance guerrière, à l’arrière, on évalue froidement les intérêts économiques de l’empire et ceux-ci, on le sait déjà, ne sont pas compatibles avec la liberté et la dignité des peuples opprimés.

Une nouvelle guerre a commencé hier, un nouvel échec pour l’humanité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 commentaires sur “Ulysse revient”