India!

Est-ce un nouveau voyage ou la poursuite, infinie, d’un parcours commencé il y a des années ?

Cahotée à l’arrière de la voiture, je m’éloigne de l’aéroport, des vitres fumées, des poutrelles d’acier,  des monstres vrombissants qui, striant le ciel, charrient sans cesse d’un bout à l’autre de la planète des cargaisons de voyageurs dociles, acceptant sans broncher les fouilles et les contrôles. Policiers, passeports, cartes d’embarquement, valises à roulettes ou cartons soigneusement ficelés.
A l’aéroport de Dubaï, les riches flânent dans les luxueuses boutiques de l’étage supérieur. En bas, les pauvres, sagement alignés, attendent d’embarquer ou dorment allongés sur la moquette. Indonésiens, Philippins, Indiens, la pauvreté les a contraints à immigrer dans les pays du golfe. Il retournent enfin au pays, pour quelques semaines à passer en famille. Ils veilleront à la construction de la maison qui symbolisera leur nouvelle et relative richesse mais aussi l’exil et leurs bagages sont remplis d’appareils ménagers.

Je laisse derrière moi une Europe avide et égoïste qui condamne au dénuement les peuples les plus fragilisés par la crise et se repaît de ridicules mariages princiers et de scandales.

Là où je vais les palmiers bruissent doucement, les oiseaux discutent, les enfants se poursuivent en riant, les femmes sont parées de couleurs vives et les hommes déambulent, le lungi remonté à hauteur des genoux.
Joyeuse ou triste, facile ou ardue, la vie foisonne.

Alors que l’orgueilleux Occident se replie sur lui-même, s’enfonce dans la décadence en abandonnant peu à peu ce qui faisait sa véritable grandeur, les droits de l’être humain, la justice sociale, l’égalité, la liberté, la qualité de l’éducation, l’Inde progresse. Les salaires augmentent, des systèmes de protection sociale se mettent en place, les droits des femmes sont de mieux en mieux respectés et le taux de scolarisation croît. Certes, le pays doit encore faire face à de nombreux problèmes, certains états souffrent  d’une grande pauvreté, l’accès à l’eau potable reste difficile et beaucoup d’inégalités persistent mais la dynamique de changement est en marche et elle semble irrésistible.

De plus en plus de jeunes Indiens, femmes et hommes, sont cultivés et parfaitement bilingues. Ils maîtrisent les nouvelles technologies et sont conscients des défis écologiques. Ils ne rêvent plus de l’Angleterre ou de l’Amérique mais veulent participer au développement de leur pays. Résolument tournés vers le futur mais toujours profondément attachés à d’antiques traditions que peu à peu ils modernisent mais sans en trahir la substance.

« Il faut, écrivait Gandhi,  être fier d’avoir hérité de tout ce que le passé avait de meilleur et de plus noble. Il ne faut pas souiller son patrimoine en multipliant les erreurs passées. »

La domination occidentale du monde s’achève. C’est la fin d’un cycle, un autre a déjà commencé et l’Inde en sera probablement un des moteurs.

13 réflexions sur « India! »

  1. C’est top, Céleste.

    Là où je vais les palmiers bruissent doucement,
    […]
    Et j’irais loin, bien loin, comme une bohémienne,
    Par la nature, heureuse comme avec un homme.

    (PCC libre de droits)

    1. Bonjour Joël

      zut! nous partons pour la Malaisie le 18 juillet, donc probablement avant ton arrivée, sinon tu aurais pu passer nous voir à l’association (à côté de Trivandrum)

      cas où, nous sommes au Kerala jusqu’au 12 puis nous allons à Chennai, ensuite à Hyderabad et retour à Chennai pour le vol vers KL

      Peut-être nos routes se croisent-elles…fais-moi savoir 🙂

  2. L’ Inde progresse quand elle imite l’occident ? Je croyais que nous étions le diable, vous me faites penser à une adolescente découvrant l ‘Amérique, l’herbe y est plus verte, vous êtes d’une naïveté confondante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *