Orchha, chez l’habitant

Petite bourgade médiévale, riche de somptueux palais, Orchha est entourée de forêts, de champs et de hameaux où vivent les paysans.
Depuis quelques années, la mousson est faible et l’eau manque. C’est un grave problème pour les fermiers qui vivent de leurs cultures et de l’élevage de vaches et de chèvres.

Asha, qui connaît bien la région, elle y a vécu, a cherché pour les familles un moyen de diversifier leurs revenus, terriblement diminués par la sécheresse. Orchha étant un lieu touristique, elle a monté, dans un hameau voisin, l’association « Friends of Orchha » proposant aux voyageurs de séjourner dans des « home stay », c’est-à-dire chez l’habitant.

Les familles intéressées doivent disposer un espace suffisamment grand pour y construire une chambre supplémentaire, indépendante. Le coût de la construction est entièrement pris en charge par l’association, ainsi que ceux du mobilier et des sanitaires.
La chambre est louée 600 roupies par nuit. Une partie de la somme va directement à la famille, le reste est réparti entre le remboursement des travaux et le fond de fonctionnement de l’association, afin de pouvoir aider de nouveaux foyers.

Lorsque la chambre est remboursée, ses propriétaires peuvent choisir de continuer l’aventure, ou non.
Afin d’éviter les jalousies et autres problèmes de voisinage, l’association a construit une vingtaine de sanitaires, douches et toilettes, dans le hameau.
Les voyageurs qui le souhaitent peuvent prendre leurs repas chez leurs hôtes.

Nous sommes chez Kumsum et Ari. Ils ont trois garçons adolescents. Les deux plus petits vont à l’école. La chambre est grande, très propre, sobrement meublée mais avec goût. L’après-midi, nous sortons nos chaises en rotin dans la cour pour contempler le palais, les champs, les vaches et les chèvres et discuter avec nos hôtes. Bon, la discussion est très limitée, les fils parlent un tout petit peu anglais et les parents pas du tout ! Disons que nous communiquons autour de quels concepts basiques :
-« eat ?
– chappattis
– good !
– accha !
– children ?
– five !
– five !!! »
Sourires, hochements de tête, gestes.

Le soir nous dînons chez eux. Sur son petit feu de bois, Kumsum a préparé des chapattis, du dal, du riz et des aubergines en sauce. Simple et bon.

Dans le hameau aux maisons colorées, les enfants nous hèlent en riant et les adultes nous saluent aimablement « Namaste ! »

Au matin du deuxième jour, à l’aube, un violent orage s’abat sur le village. Pour ses habitants, c’est un soulagement, alors le voisin met la musique à fond.
Nous sommes étendus dans notre maisonnette, la pluie tambourine sur le toit, et Bollywood chante à notre porte.

Plus tard nous discutons avec Asha, elle nous explique le fonctionnement de l’association et les difficultés rencontrées.

En conclusion, rustique, solidaire et sympa !

2 réflexions sur « Orchha, chez l’habitant »

    1. Dommage!
      Nous sommes aussi allés à Khajuraho avant Orchha.

      Je n’écris pas aussi vite que je voyage, nous sommes revenus au Kerala hier.

      Bon voyage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *