My name is Khan, Shah Rukh Khan

Si l’on est Indien et que l’on souhaite voyager, mieux vaut ne pas s’appeler Khan. Le célébrissime et talentueux acteur Shah Rukh Khan en a fait récemment l’expérience à l’aéroport de New York.
Alors que, ironie du sort, il se rendait aux USA pour présenter son dernier film « My name is Khan », l’ordinateur des services policiers a fortement clignoté sur son patronyme. Bloqué par la police et le service des douanes pendant près de deux heures il a été durement questionné.

shahrukh-khan

Porté par des millions de personnes en Inde et au Pakistan, Khan est un nom d’origine  Pachtoune, musulman, ceci expliquant l’imbécile acharnement dont a été victime l’acteur et comme, lui, quotidiennement, des milliers de Khan anonymes.
Car la chose est courante, d’autres acteurs de Bollywood, comme Irfan Khan, protagoniste du dernier film de Mira Nair, ont subi la même humiliation.
Notre ami Iqbal Khan, de Khajuraho, désireux de rejoindre en Italie, Ana, sa compagne, a été retenu des heures au bureau de la compagnie Alitalia de l’aéroport de Delhi.

La mésaventure de Shah Rukh Khan qui a été contraint de se déshabiller et de répondre à des questions qu’il a qualifiées de « bizarres », met en lumière une pratique couramment répandue dans les ambassades et les aéroports : la persécution sinon à la gueule du client, du moins à son nom.

Imaginons un instant que les Smith, les Martin ou les Rossi soient traités de la sorte lorsqu’ils voyagent, ce serait un tollé général, nos gouvernants pousseraient des cris d’orfraie et l’on crierait au déni de notre droit élémentaire de circuler à travers le monde.

Droit élémentaire que nous nous gardons bien d’accorder aux autres !

S’il existe effectivement un terrorisme islamique, considérer que tous les musulmans sont dangereux est non seulement infamant et stupide mais aussi périlleux. Car comment ne pas penser que ces humiliations répétées et incessantes ne peuvent qu’alimenter la haine de certains envers l’occident ?

veer zaara

J’aime beaucoup Shah Rukh Khan, qui, s’il a commis des fadaises sautillantes made in Bollywood, a aussi joué dans de beaux films courageux, comme Veer Zaara, de Yash Chopra, une déchirante histoire d’amour entre un Indien Sikh et une Pakistanaise musulmane,  Dil Se, de Mani Ratman, qui traite du terrorisme au Kashmir, ou encore Swades, d’Ashutosh Gowariker, où un jeune ingénieur NRI (non resident Indian) vivant aux Etats-Unis, retrouve ses racines lors d’un voyage sur sa terre natale.

swades

Un grand acteur mais aussi un mec bien, plein de charme, intelligent, humain. Né d’un père intellectuel, d’origine Pachtoune, qui, après la partition à laquelle il était opposé, rejoignit l’Inde à pied, marié à Gauri, une hindoue, il élève ses enfants dans le respect des autres et la dignité.

C’est d’ailleurs de dignité dont il a parlé à la suite de son interrogatoire prolongé, comme le souligne Shiv Visanathan, un spécialiste hindou des sciences sociales, dans l’Indian Express du 18 Aout.
« Quand on lui demande comment il expliquera cet événement à ses enfants, SRK répond qu’il a souvent voyagé en leur compagnie mais qu’il est content de ne pas avoir été avec eux lors de cette mésaventure. Il ajoute qu’il veut qu’ils comprennent cet événement, pour ressentir ce que signifie être traité de la sorte seulement parce que l’on porte un nom comme celui-ci. (…) L’acteur ne revendique pas son statut ou sa célébrité (…). Il invoque la simple dignité de chaque être humain. Un mot magique – Dignité- plus précieux que « droits » ou « citoyenneté » (…) La dignité, dit SRK, doit être aussi universelle que l’hospitalité. Ensemble, elles constituent les deux axes de l’humanité telle que nous la connaissons ».

dilse

Hors sujet (quoique) mais important, mon ami l’excellent journaliste Olivier Bonnet, du blog Plume de Presse, est accusé d’injure publique par le magistrat Marc Bourragué. Une manœuvre de plus pour mettre à bas notre liberté d’expression.

Pour soutenir Olivier

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 commentaires sur “My name is Khan, Shah Rukh Khan”