Italie : La chasse aux « Zingari », un nettoyage ethnique

Des fillettes souriantes qui offrent des fleurs aux policiers venus chasser leur groupe de Sintis, Zingari (tziganes) italiens, du campement qu’il occupait depuis des années dans le quartier Testaccio de Rome. Les caravanes étaient agrémentées de terrasses fleuries. Les adultes travaillaient. Les enfants allaient à l’école. Tout se passait bien avec les autres habitants de la zone, ils se connaissaient depuis si longtemps qu’ils avaient appris à s’apprécier mutuellement . La vie était plaisante.

Un nouveau campement, entre décharge publique et bretelle d’autoroute. Pas d’électricité, un robinet rouillé, pas d’ombre. 120 personnes dont 20 enfants.
Deux  mois plus tard, un autre camp, encore plus isolé, encore plus triste, aride, sale, infesté de mouches.
L’école est loin. Sur les visages des fillettes les sourires, comme les fleurs se sont fanés.

Un nouveau camp. Puis un autre. Et la perpétuelle  lancinante incertitude du lendemain. Qui ronge, affaiblit,  tarit les rires et les forces.

Et partout où on les oblige à aller, la même odieuse spirale : les lamentations des « braves citoyens » leurs pétitions, leurs insultes, leurs menaces :
« Al rogo gli Zingari! » (Au bûcher les tziganes)

Menaces bien trop réelles pour être ignorées. En Mai 2008, des camps de Rroms ont été incendiés. Des représailles, à la suite de la bizarre histoire d’un bébé qu’une jeune fille rrom aurait voulu voler.
Le vent a emporté les cendres. Sur le terrain, on a bâti un centre commercial et des immeubles élégants.

Puis arrivent les fascistes et il faut à nouveau accrocher à la voiture la caravane brinquebalante.

Retour forcé au nomadisme.

A un groupe de Rroms l’administration italienne a construit un camp, au milieu de nulle part, enfin non, pas tout à fait, à côté d’un tas d’ordures. De fragiles baraques, entassées les unes contre les autres. 30 m2 par famille. Quelques sanitaires communs.
Un läger, entouré de grillage.

En Lombardie lors d’un congrès de la Lega Nord, un gros homme rouge vomit sa haine des Zingari : « Je veux éliminer tous les enfants zingari qui vont voler les vieillards !» » « Moi, j’ai détruit deux camps ! »
Et la foule galvanisée applaudit à tout rompre.
« Un bel rogo ! » (un beau bûcher).

Nous deux, atterrés, blottis l’un contre l’autre sur le canapé. Envie de vomir devant ces images que diffuse Rai 3.
« Presadiretta» de Riccardo Iacona et Francesca Barzini . La meilleure émission de la chaine, remarquable, courageuse, qui dénonce l’innommable.
Qui questionne les « braves citoyens ».
«- Pourquoi voulez-vous les chassez ?
–    On veut pas d’étrangers!
–    Ils sont Italiens !
–    Alors ils ont qu’à travailler, on veut pas payer pour eux. Ils sont sales, ils crachent par les fenêtres, les enfants ne vont pas à l’école, d’ailleurs on n’en veut pas dans nos écoles. »
Mur de haine et d’incompréhension.

Puis l’équipe nous emmène en Espagne. 700 000 gitans y vivent, cinq fois plus qu’en Italie où ils ne représentent que 0,25% de la population.
Parfaitement intégrés, les gitans espagnols. Parfaitement, c’est-à-dire qu’ils font entièrement partie de la société mais n’ont perdu ni leurs coutumes, ni leur langue, ni leur culture, officiellement reconnus par le gouvernement.
La tête haute, la guitare et les jupons les jours de fête.
Les enfants qui font des études.
L’un deux est député au parlement européen. Les images du gros homme de la Lega Nord le choque. Il ne comprend pas.
Il explique que, bien sûr, les gitans peuvent faire entièrement partie de la société. Qu’il suffit de les aider. En Espagne, en 10 ans, grâce au 65 millions d’euros versé par la communauté européenne, tous les problèmes ont été résolus.

En Italie aussi sont arrivés des fonds destinés à aider les Zingari. Dilapidés. Utilisés pour construire des lägers tellement éloignés des villes que l’argent a filé en transport scolaire.
Compliqué en plus car les écoles n’acceptent pas plus de quatre enfants Sintis ou Rroms par établissement.
Des heures d’autobus. Les derniers déposés arrivent chaque matin en classe avec deux heures de retard. A peine ouvert le cartable, il faut repartir.
Alors ils n’y vont plus.
Les familles sombrent dans la pauvreté. Les enfants vont voler.
Les pétitions reprennent.
Et les menaces, terrifiantes :
« Al rogo gli Zingari ! ».
Un cercle infernal, monstrueux.

Riccardo Iacona, le réalisateur de l’émission parle de nettoyage ethnique, il a raison.

« Un pays sans Rroms est un pays sans liberté » (proverbe rrom)

Le site de Presa Diretta, où l’on peut voir l’émission:

http://www.presadiretta.rai.it/category/0,1067207,1067208-1083707,00.html

Le monstrueux discours du maire de Trévise (le gros homme rouge)

La traduction de son discours:

« Peuple de la Lega! La Lega s’est réveillée!
Je veux la révolution contre les extracommunautaires clandestins.
Je veux nettoyer les routes de toutes ces ethnies qui détruisent notre pays.
Je veux la révolution contre les nomades, les zingari. J’ai détruit deux camps de nomades et de zingari.
A Trevise, il n’y a pas de zingari!
Je veux éliminer tous les enfants des zingari qui vont voler les vieillards
. »

D’autres textes que j’ai écrits sur les Rroms:

http://www.celestissima.org/%C2%AB-latcho-drom-%C2%BB-bonne-route/

http://www.celestissima.org/ficher-trier-expulser/

88 réflexions au sujet de « Italie : La chasse aux « Zingari », un nettoyage ethnique »

  1. Beau billet que je conseille derechef à des amis Roumains parfois en bisbille avec les Tziganes mais qui font cause commune avec eux dans ces tristes affaires que tu relates tout en leur faisant perdre une part du sentiment fraternel à l’égard du peuple italien. Attention cependant de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Je fais confiance à une majorité des gens sur place pour se révolter contre ces pratiques honteuses.

  2. @Pierre

    Peut-être est-ce à cause de l’heure mais je ne comprends pas ton com.

    « Attention cependant de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. »
    C’est à dire?

    « tu relates tout en leur faisant perdre une part du sentiment fraternel à l’égard du peuple italien. »

    sentiment fraternel à l’égard du peuple italien?

    Les zingaris dont je parle et qui sont persécutés sont italiens.

    Il y avait aussi une partie de l’émission consacrée aux Rroms non italiens, mais j’ai choisi de ne pas en parler dans ce billet pour éviter les amalgames.
    Ils vivent eux aussi des situations dramatiques, c’est pourquoi je préfère y revenir une autre fois. J’en avais déjà parlé dans ce billet là:

    http://www.celestissima.org/%C2%AB-latcho-drom-%C2%BB-bonne-route/

    Depuis, les choses ont empiré.

    « Je fais confiance à une majorité des gens sur place pour se révolter contre ces pratiques honteuses. »

    Et bien pas moi, il semblerait malheureusement que la majorité du peuple italien ne nourrisse pas le moindre sentiment de fraternité envers les zingari.

    Une minorité se bat pour les défendre, avec une remarquable énergie.

    Et le ventre mou de la société se désintéresse lâchement de l’affaire en regardant ailleurs.

    Le constat est terrifiant.

    Nettoyage ethnique, l’expression n’est pas trop forte.
    En Italie.
    En Europe.

    Et personne ne pourra dire qu’il ne le savait pas!

  3. On a besoin des « Marius » pour nous confirmer que ça existe bien, cette haine tranquille, cette désinformation paisible, cette instrumentalisation malhonnête de faits divers que l’on fait peser sur une communauté.

    On risquerait, ne fréquentant pas dans ces milieux, de les croire présents uniquement dans nos cauchemars. D’oublier qu’il est encore fécond, le ventre de la bête immonde qui enfanta les génocides du XXème siècle.

    Merci, Marius!

  4. Les militants et sympathisants du mouvement nationaliste Forza Nuova ont manifesté samedi à Rome pour demander l’expulsion des immigrés, notamment Roumains, vivant en Italie. Cette manifestation fait suite à plusieurs viols qui se sont déroulés le week-end dernier et commis par des membres de la communauté gitane.

    « Nous voulons suspendre les accords de Schengen qui sont la cause de ce désastre. Nous voulons également entamer l’expulsion des gitans, et dans le même temps nous pensons que les étrangers qui commettent des crimes en Italie doivent être renvoyés chez eux » a déclaré Roberto Fiore, leader du mouvement.

    le 20 février dernier, le gouvernement italien a adopté un décret loi, qui aggrave les sanctions contre les violeurs, et instaure également la mise en place de groupes de surveillance composés de citoyens volontaires Ne vous en déplaise ,Celeste,une excellente mesure

  5. @Marius

    Tout bien pensé merci Marius d’être venu déposer votre étron sur ces pages, vos propos abjects et faux – ces viols, certes ignobles, n’ont pas tous été commis par des étrangers mais aussi par de « braves citoyens » italiens- vos propos disais-je, illustrent une fois de plus ce que contre quoi quiconque a le moindre sens de l’humanité doit lutter:
    la bêtise, l’intolérance, la xénophobie et la cruauté
    et nous font comprendre, si besoin en était, qu’aujourd’hui les discours et les actes immondes s’affichent au grand jour sans la moindre retenue.

    Ce qui est clairement exprimé étant finalement plus facile à combattre que les obscurs mouvements souterrains, d’une certaine manière, vous nous facilitez la tâche.

    Comme néanmoins ma patience et mon taux de tolérance à l’abjection ne sont pas illimités, je vous prie de chercher ailleurs un autre cabinet où déverser vos excréments.

  6. @jardin

    « D’oublier qu’il est encore fécond, le ventre de la bête immonde qui enfanta les génocides du XXème siècle.  »

    Non seulement fécond mais prêt à enfanter.

    @Yelrah
    De rien, c’est la moindre des choses 🙂

  7. “D’oublier qu’il est encore fécond, le ventre de la bête immonde qui enfanta les génocides du XXème siècle. ”Amalgame stupide,vous vous faites peur à vous- memes.Voyez plutot du coté du facteur dévoyé,OB comme vous dites, représentant l’idéologie qui à engendrée des centaines de millons de morts.

  8. @Marius

    Vous insistez et c’est parfaitement inutile.
    Nous avons parfaitement compris la teneur nauséabonde de votre pensée.

    A l’avenir, je ne répondrai plus à vos propos et je conseille à celles et ceux qui passent de faire de même.

    Par contre, si votre présence sur cet espace se fait encore plus insistante, votre IP sera définitivement bloqué.

    à bon entendeur….

  9. Après la chute du mur de Berlin, et de fréquents séjours professionnels dans les pays l’Est, j’ai proposé une formation aux travailleurs territoriaux (en 1995 aux assistantes sociales des AM) dont l’objectif était de préparer ces personnels aux flux migratoires, auxquels ils seraient inévitablement confrontés dans les années à venir, en provenance d’Europe Centrale et Orientale.
    Le principe de la formation était de faire intervenir une ou plusieurs personnes de chaque pays et deux professeurs des facs de lettre et de droit.
    La plupart des intervenants étrangers, étaient étudiants à l’université ou dans les écoles d’ingénieurs de Sophia Antipolis.
    Il n’y eu qu’un seul refus (de l’autorité politique) c’est lorsque je présentais les intervenants Tziganes et gitans que j’avais sollicité dans cette communauté. Ils vivaient et vivent toujours dans une enceinte close à la périphérie de la ville de Nice.
    La raison donnée étant  » Nous connaissons bien cette population, ce qu’ils font et comment ils vivent, il n’est pas question de les introduire dans l’enceinte du CG; vous allez nous attirer des problèmes; c’est non ! »

    http://senioractif.over-blog.com/article-14646226.html

  10. C’est terrible, cette histoire, cette haine qu’on laisse attiser comme si elle était la seule raison face aux détresses sociales.
    A te lire, j’ai l’impression de revoir la Hongrie, ce rejet si unanime, qui s’exprime avec peut-être moins de véhémence, mais avec la même certitude partagée qu’un pan entier de l’humanité n’appartient pas tout à fait à l’humanité.
    Vivant longtemps à Budapest, il y a une douzaine d’années, j’avais reçu commande du Monde diplo pour écrire un papier sur « l’intégration réussie des Rroms de Hongrie », au regard de la façon dont les pays voisins traitaient de leurs minorités. En menant mes enquêtes sur le terrain, je découvrais au contraire un niveau inquiétant de discriminations, une disqualification totale de leurs conditions dans le regard de la population, et au final une impuissance de tout le monde à s’attaquer avec intelligence aux dégradations sociales, et aux conséquences sécuritaires réelles ou fantasmées…
    Merci de ton témoignage.

  11. @christian

    merci pour ce témoignage qui, malheureusement, renforce l’idée que la discrimination envers les « gens du voyage » est non seulement très répandue mais banalisée.

    C’est lamentable.

  12. La désignation de « tzigane » n’est pas très correcte savez vous? Il n’y a pas de tribu tzigane à vrai dire…on peut même dire que la désignation de « tzigane » est un peu péjorative pour regrouper tout en vrac et ainsi amalgamer tous les groupes : Sinti,Yénishe,Manouche,Rrom,Gitan…
    Je sais que tous l’utilisent …ça fait vendre les cd’s…comme la musique »arabe » ou « black »…en fait ça ne désigne pas grand chose.
    Restons à « voyageurs » si possible…Je n’ai jamais entendu ( j’en fréquente souvent ) de voyageur me parler de tzigane…D’ailleurs ceux que je fréquente ne racontent que des conneries…c’est notre point commun 🙂

  13. @Dom

    Oui, je sais que « tsigane », comme « bohémien » n’est pas approprié, ne correspond pas à la réalité.

    Mais c’est la traduction de Zingari, terme générique utilisé en Italie pour désigner , trop souvent de façon péjorative, les gens du voyage.

    Tous dans le même panier et soumis aux mêmes discriminations.

  14. @Oh 91

    Je me souviens très bien des Rroms de Hongrie.
    C’était il y a longtemps, du temps de l’Empire soviétique et du rideau de fer.
    Je revois ces populations mises à l’écart sur des terrains vagues, abandonnées.
    Les enfants sales entourés de mouches, la pauvreté flagrante.

    Ce n’est pas moi qu’il faut remercier, c’est Riccardo Iacona et Francesca Barzini , les réalisateurs de l’émission Presa diretta qui ont le courage de dénoncer l’abjection.
    Nous leur avons d’ailleurs écrit un mail.

    Moi, simple téléspectatrice, je n’ai fait que raconter ce que j’ai vu et qui m’a horrifiée.

  15. Pour revenir en France, il est un célèbre camp de gitans à Marseille proprement épouvantable. Si vous avez l’occasion, il faut voir à ce sujet le film Hamsa, de Karim Dridi. En France aussi, ils vivent dans des conditions innommables.

  16. @merci Olivier de nous indiquer ce film, que je n’ai pas encore vu et qui confirme une fois encore que si l’Italie traite de façon particulièrement odieuse les gens du voyage, elle n’est pas la seule à discriminer, isoler, diaboliser.

  17. @ yelrah, # 15, l’article de Wikipédia que tu mets en lien, est un des plus complets que je connaisse, mais malheureusement assez long et avec une profusion de détails…!

    On pourrait peut-être tenter une simplification et marquer quelques points forts, en essayant de distinguer les termes génériques, des spécificités..

    Par exemple, le mot « rom », est d’origine indi et désigne les humains, en général, venus il y a fort longtemps du nord-ouest du sous continent indien et plutôt « colorés »,(apparentés probablement aux cingalais du Sri Lanka actuel), par opposition aux gadjé, (gadjo, au singulier), qui sont tous les autres humains qui ne sont pas « roms », le mot manhouche désignant également l’être humain…

    Après il y a tous les parcours depuis l’Inde, avec des points de sédentarisation, en Europe de l’Est, avec ceux qu’on appelle, bohémiens, tzigani, zingari…etc(tzigano ou zingaro étant dérivé de l’allemand Zigeuner, qui désigne les musiciens, plus particulièrement!), puis les gitanos, implantés principalement en Espagne et plutôt bien tolérés, et les manhouches en France, enfin, ce qu’il en reste…

    Ce qu’il faudrait peut-être retenir, si on considère l’origine indienne, c’est le « côté » « intouchable »,(le mot tzigane, en grec, signifie d’ailleurs intouchable), c’est à dire tout ce petit peuple qui exerçait des métiers indispensables, mais considérés comme impurs et ne pouvant donc pas se sédentariser et qu’on trouve encore maintenant dispersés chez les Boyash, les Domars, les Gabori(éleveurs de chevaux), les Kalderash(forgerons.., les plus voyageurs, au delà des mers…!), les Kokkalars, les Lautari(musiciens), les Ursari, les Rotari…etc, exerçant autant de métiers spécifiques…

    Pour le reste, langues, traditions, religions, il est extrêmement risqué de généraliser quoique ce soit, et c’est sans doute le caractère extrêmement fluctuant, ductile et l’adaptabilité très rapide des peuples « roms », ce caractère insaisissable, indomptable, ainsi que le nomadisme, (de moins en moins fréquent pourtant), qui crée ce sentiment d’étrangeté, entrainant la peur, le repli sur soi, le soupçon, mais la fascination aussi…. et donc cette hostilité générale…!

    Comme disait Prévert : »Etranges étrangers… »

  18. @merci vieil anar pour toutes ses précisions 🙂

    J’ai toujours aimé ceux qu’ on appelait les bohémiens quand j’étais enfant et j’ai fait de nombreuses recherches sur eux.

    Les similitudes avec les « gens du voyage » indiens sont flagrantes (car tous n’ont pas quitté l’Inde).

    On retrouve aussi dans le nord de l’Inde des similitudes vestimentaires: la longue jupe, le corsage appliqué, les anneaux, l’or, le foulard qui cache la chevelure.

    Il y aurait évidemment beaucoup plus à dire.

  19. Céleste> Une journée harassante, des souvenirs confus concernant les étymologies des divers noms donnés – on va dire – aux gens du voyage m’ont fait effectivement mélanger Zingari et Tsiganes et répondre par la même à ton interrogation sur l’image que j’ai employée en pensant à mes amis Roumains auxquels je voulais faire dire : des Italiens ayant des propos fascistes ne doit pas amener à l’amalgame, tous les Italiens sont fascistes.

  20. @merci Pierre pour ces précisions 🙂

    et sorry si j’ai été un peu brusque.

    heureusement tous les Italiens ne sont pas fascistes, beaucoup luttent pour la justice et la démocratie, beaucoup sont solidaires des gens du voyage mais quand l’exemple vient des hautes sphères politiques les voix des opposants se perdent.

  21. @ Céleste
    Je sais que tu sais 🙂
    Je sais aussi que tu sais ma sensibilité au sujet (va savoir pourquoi?…) Et j’en profite pour rappeler le livre bouleversant de Mariella Mehr  » Age de pierre ».

  22. Mais non, Céleste, je déteste les gens lisses. Mais ma fille ethnologue va tout de même me passer un savon. Je lui rappellerai la proposition que je lui avais faite d’écrire un billet sur le sujet et sa réponse : « Tu sais, papa, le sujet est vraiment très complexe et délicat et je ne le maîtrise pas bien »…

  23. Et alors ? On fatigue ? Je vois dans les coms fatigue, lassitude, tensions. Tant de choses qui sont au vu des évènements actuels tellement compréhensibles mais contre lesquelles il nous fait aussi lutter.

    Le sort des population nomades en France est extrême aussi. Nous avons la chance d’avoir une communauté gitane extremement nombreuse, active et visible aussi la sonnette d’alarme est tirée régulièrement toutefois jusqu’à présent cela n’a conduit qu’à la sédentarisation plus qu’à l’amélioration des conditions des « gens du voyage » comme on dit.

    Je n’ai pas entendu parler de maltraitances des populations des villes par lesquelles ils passent mais je suppose que cela existe aussi.

    Le rappel est terrifiant. Les Tziganes sont les premiers, avec les malades mentaux, qui sont partis pour les camps lors de la 2nde guerre mondiale. Je ne comprends pas la population italienne quelle haine et quelle rancoeur l’habite ? Se peut il que l’histoire, Franco et l’alliance de l’Italie avec l’Allemagne SS ait laissé une telle blessure dans le coeur de l’Italie qu’elle devienne ce pays que tu décris ? On dirait l’Allemagne en 36. (me lisant ne perd pas de vue le fait que je ne pense guère mieux de la France, je me demande juste si le silence des français à la place des insultes des italiens n’est pas juste une histoire de culture).

    Dans les deux cas, l’indifférence vis à vis du sort des Tziganes et des gens du voyage est là.

  24. je mesure tristement la distance très courte, si courte, entre ces horreurs que tu rapportes Céleste, et ce que pense communément le quidam à propos des gens du voyage, que l’on voit dans nos campagnes et dans nos bourgs, toujours accusés des pires maux et des pires délits avant d’en avoir la preuve, toujours taxés de rouerie, de fainéantise pour le moindre…
    J’en reviens toujours à notre capacité à nous indigner fort justement pour des choses spectaculairement horribles qui choquent nos consciences sans toutefois jamais remettre en question nos idées reçues sur d’infimes choses sournoises de la haine ordinaire discrète.

  25. @Dom
    « Je sais aussi que tu sais ma sensibilité au sujet (va savoir pourquoi?…) »
    nous avons des points communs 🙂
    baci

    merci pour le titre du livre, pas lu, je le note pour ma prochaine venue en France.

    @merci Pierre
    sorry mais hier soir et ce matin j’ai été de mauvaise humeur, agacée.
    baci

    @Falbala
    j’ai extrêmement à cœur le sort des gens du voyage, comme Dom, une sensibilité particulière.
    et je suis non seulement outrée par le sort qu’on leur impose mais de plus très inquiète.
    Un nouveau pas en direction du pire est en train d’être accompli.
    Grave!

    @anne

    « la haine ordinaire discrète. »

    en Italie désormais elle s’affiche fièrement 🙁
    mais elle n’est pas arrivée du jour au lendemain, les flots de haine qui se déversent ne sont en rien improvisés, ils ont maturé pendant longtemps.

    dans le documentaire, j’ai particulièrement apprécié le parallèle fait avec l’Espagne.
    la conclusion s’imposait d’elle même.

  26. oui Céleste, elle s’affiche de façon arrogante, mais je voulais dire qu’elle ne risque pas d’etre contrée par des gens qui approuvent tout bas, silencieusement, chaque jour, parce que le regard de quasi la majorité des gens à l’égard des gens du voyage, en Italie ou en France est bien le même : hostile

  27. Il faut peut-être compter sur la communauté internationale, le Cpi par exemple très compètant et pas du tout orienté…
    « Après enquête et vérification… et ayant été formellement établi l’implication d’Israël dans une guerre génocidaire à Gaza dont furent victimes des milliers de morts et de blessés, majoritairement parmi les enfants et les femmes… ainsi que le bombardement des écoles, des hôpitaux et des lieux de culte avec des armes interdits par la communauté internationale, la Cour Pénale Internationale a décidé d’arrêter le Président soudanais Omar al-Bachîr ! »
    Pourquoi quelqu’un au pouvoir en france, en Italie se sentirait géné ?

  28. Cet extrait fait carrément peur… Tu mets ça en noir et blanc… direct années 30 !

    Que dit l’opposition ? Notamment parlementaire ?

    Je crois qu’en tapant sur les roms, Berlusconi & co désigne des boucs émissaires… ça lui permet de laisser la mafia tranquille.

    PS :
    En 82, je campais près de Rome. Ce qui m’avait étonné en prenant le train pour aller en ville, c’était de voir des bidons-villes, et quelques mètres plus loin des genres de clubs house de tennis…

    Plus de vingt ans après, il semblerait que l’Italie en a toujours … mais la nouveauté c’est que nous en avons également en France… La misère gagne du terrain en Europe…

  29. La conclusion est la meme : LES ROMS, ON S’EN FOUT !

    Car s’ils sont francais, etre sur les routes, c’est leur choix , donc à eux de l’assumer !!!

    Si ce sont des refugiés, on ne leur a pas demandé de venir, donc on ne leur doit rien !

    Cette minorité qui refuse de s’integrer, traine dans son sillage vols, agressions, degradations de lieux et de bien.

    Ils ne veulent pas de notre société, alors pourquoi la société devrait elle les aider ?

    Toujours en train de plaindre et de trouver des excuses aux minorités, ces articles communau/chretiens n’enervent au plus haut point !

  30. @Seb59

    Non les roms on ne s’en fout pas, bien au contraire et si vous aviez un minimum de jugeote et de culture vous comprendriez que si nous laissons les états éliminer les gens du voyage, ce qui est ignoble, il s’attaqueront ensuite à d’autres communauté.

    « Cette minorité qui refuse de s’integrer, traine dans son sillage vols, agressions, degradations de lieux et de bien. »

    Complètement faux j’explique dans le billet qu’en Espagne les gitans sont au contraire parfaitement intégrés.
    Mais j’imagine que vous n’avez pas lu le billet, votre but était seulement de venir cracher votre bile.

    C’est fait, vous n’avez pas besoin de revenir!

    j’oubliais, ma démarche est citoyenne, pas chrétienne!

    @anne

    « le regard de quasi la majorité des gens à l’égard des gens du voyage, en Italie ou en France est bien le même : hostile »

    et Séb59 le démontre!

    @Yelrah

    oui, quand l’exemple vient des plus hautes sphères, va t’étonner que les connards de base se permettent d’hurler « Au bucher les zingari » en toute impunité.

    @pas perdus

    « Je crois qu’en tapant sur les roms, Berlusconi & co désigne des boucs émissaires… ça lui permet de laisser la mafia tranquille. »

    absolument!

    l’opposition?
    Qui?

    ah, l’opposition…
    bref Veltroni a démissionné de la tête du PD, il semble que son successeur, Dario Franceschini, soit nettement plus à gauche.
    J’ai entendu hier des bribes de son discours: bien, offensif!

  31. Le maire de Trévise est simplement atterrant.

    Je vais sembler bien caricatural et expéditif, surtout à toi qui vit sur place. Mais il me semble qu’un pays tolérant ce genre de discours dans la bouche de l’un de ses élus est un pays déjà perdu. Et ce même s’il reste des voix critiques et heureusement humaines.

  32. @JBB

    « Je vais sembler bien caricatural et expéditif, surtout à toi qui vit sur place. Mais il me semble qu’un pays tolérant ce genre de discours dans la bouche de l’un de ses élus est un pays déjà perdu. »

    Malheureusement j’ai le même sentiment et j’en suis infiniment triste.

    Chaque fois que j’entends ce discours j’ai des frissons d’horreur.
    C’est un homme politique, à la tête d’une grand ville.

    J’ai la chance d’habiter à Bologne, une ville éclairée, une ville d’intellectuels où ce genre de discours est contré mais ce n’est pas significatif du reste de l’Italie.

    Je ne vois pas d’issue dans le futur proche, Berlusconi bénéficie toujours d’une majorité d’opinions positives.

  33. @mille mercis troulala pour ce lien!

    la vidéo dément superbement ceux qui dénigrent les « gens du voyage ».

    Oui, il suffit d’éduquer, de considérer ces enfants avec respect, de leur donner la parole, de les aider à exprimer leur créativité pour qu’il prennent sereinement leur place dans la société. (l’exemple espagnol le prouve amplement)

    cette vidéo est un rayon de soleil 🙂

  34. « Quand la dictature est à nos portes, on doit résister immédiatement, pas quand il est trop tard. »
    juge di Pietro

    Ton article m’a fait penser aux propos honteux, infamants et anti-démocratiques de Franscisco Cossiga, D.C et ex- président de la république italienne, qu’il a tenu le 23 octobre dernier.
    Moi aussi, j’ai choisi mon camp, Céleste,et je crois que le temps de la résistance est revenu: il n’y a pas d’autres alternatives!
    Je ne sais pas si l’Italie est « perdu », comme le dit JBB, par contre, ce type d’individu étroit d’esprit(le maire de Trévise mais aussi Berlusconi) n’est plus le type d’individu d’une société démocratique ou d’une société d’ou l’on peut lutter pour plus de liberté. C’est ça qui fait peur.
    Voir aussi.
    http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=94862

  35. @ Céleste, l’exemple espagnol est vraiment extrêmement isolé en Europe, mais il a le mérite d’exister…J’ai un très vieil ami, Lluis, habitant près de Barcelone, dont le nom de famille est Romani, catalan depuis 7 générations, qui est beaucoup plus mesuré sur la question, mais qui pense que le facteur essentiel d’intégration est la sédentarisation à l’intérieur d’un carrefour de cultures, juives, musulmanes, chrétiennes et après Franco, une politique très assimilatrice…

    Ce n’est pas si évident pour autant et si les caractéristiques tziganes, (gitanes, en Espagne,…) ressortent trop , elles sont très vite montrées du doigt.

    En fait, ce n’est pas si simple…! voire: « http://balkanologie.revues.org/index972.html »

    En ce qui concerne la situation en France, on n’en est pas loin de cette situation italienne, si ce n’est l’effet boomerang, de la politique de notre « glorieux » ministère de la honte, dont les chiffres triomphaux de 30.000 reconduites, pour 1/3 environ, (volontaires, en l’occurence…!), à la frontière, (en gros, hein!), ont été constituées de bulgares et de roumains, essentiellement « roms », qui sont parties avec 300 € en poche, pour passer les fêtes de fin d’année à la « maison », et qui sont probablement déjà revenus, la Bulgarie et la Roumanie faisant partie de l’Europe…! *mouarf*

    Bien joué, et ils sont prêts à repartir, …pour revenir!

  36. @ amigo, pour la sortie, tu demandes à yelrah, il fait très bien son boulot, comme videur de blogs, (s’cuse moi, yelrah et toi aussi Céleste, je peux aussi m’en charger personellement…!).

    Soit c’est du 6ème degré, amigo, et je n’ai pas bien saisi la pointe d’humour, soit c’est de la connerie pure, et c’est dommage que le Effe Haine n’existe plus, vous auriez fait une bonne recrue….!

  37. C’est incroyable comme les voyageurs excitent la haine et le racisme le plus primaire (pour autant qu’un racisme puisse être autre chose que primaire)

    Déjà du vous parler de ma petite communauté urbaine (Alençon, dans l’Orne) qui au mépris de la loi (et du respect des êtres humains) n’a toujours pas d’aire d’accueil. Quelques familles sédentarisées (mais en caravanes) y vivent sur un terrain « provisoire » qu’elles partagent avec des rats de fort belle taille, 2 WC pour 16 emplacements, payant !!!

    Quant aux voyageurs voyageant, ils se posent où ils peuvent. Le seul avantage de l’absence de terrain c’est que la loi ne permet pas leur expulsion des terrains publics dans ce cas.

    Z’imaginez l’état dans lequel serait un camping de gadjes sans gardien et sans nettoyage ? Essayez…

    Je vous parlerais bien aussi de mon expérience militante avec des Rroms venus de Roumanie, mais ça ferait beaucoup 😉

  38. @toustes

    Cette attaque massive de haine, d’intolérance, de bêtise arrive et ce n’est pas un hasard lorsque je parle des gens du voyage.

    Ce que certains italiens font déjà des français rêveraient de le faire.

    Ne laissons surtout pas filer le peu de démocratie qui nous reste, au contraire, renforçons-là, soyons inévitables, omniprésents à chaque acte abject
    être toujours témoin, avoir toujours les yeux ouverts et un stylo pour écrire, pour informer, se regrouper, s’organiser.

  39. Un minimum de clairvoyance Celeste c’est viel anar qui a insulté amigo,j’ai repris sa phrase,ni plu ni moins.Donc:viel anar « les insultes ne sont pas admises ».Egalement,un minimum de déontologie serait souhaitable!Enfin ,rappeler des faits ,sont des constats relater dans la presse et non de la haine.Drole de société que vous envisagez,du style :puisque qu’un meurtrier est d’origine etrangere,motus, interdiction d’en parler etc…

  40. En Roumanie aussi, la haine quotidienne est assumée, contre les Rroms : ce sont des sous-humains, coupables de tout … à croire que les chiens errants de Bucarest aussi sont Rroms quand ils sont agressifs.
    Mon témoignage : au printemps 2008, les images tv italiennes étaient très mal reçues par les « bons » Roumains : l’ « ost »-racisme anti-roumain était expliqué ainsi : l’Italie critique les immigrés venant de chez nous, mais ils se trompent car ce ne sont pas de vrais Roumains mais des délinquants tsiganes ( ce qui était synonyme dans la bouche des gens qui disaient ça …).

  41. Déjà en 2005, j’avais remarqué 3 populations bien distinctes en Roumanie:
    1) les quelques nouveaux riches, mafieux, entrepreneurs ou ramasse-miettes du système récemment effondré des Ceaucescu ;
    2) la grande majorité, galérant pour joindre les deux bouts, vivotant sans trop d’illusions ;
    3) la grande minotité des Rroms, vivant au jour le jour, en guenilles, miséreux et méprisés par les deux catégories précédemment décrites.

  42. De toutes les populations et groupes de personnes stigmatisés et persécutés par le nazisme, seule la population tzigane (je choisis ce nom parmi tant d’autres)continue d’être à ce point diabolisée, de voir ses droits et sa dignité bafoués aussi éhontément. Nul intellectuel de cour, nul penseur gonflé d’importance ne s’attardera sur leur sort et c’est peut-être préférable, ils s’en trouveraient pour les salir encore….

    Cet acharnement contre une communauté à laquelle on pardonnera, si besoin était, de se vivre comme telle tant elle est rejetée, comment l’expliquer? De quelle peur peut-il bien s’agir? En voudrait-on à ces gens de nous mettre en face de notre intolérance, de notre incapacité à s’ouvrir à la différence? Si ils valent si peu, pourquoi se préoccuper de les déclasser plus? Soupçonnerait-on en eux une richesse que l’on a bradée dans un mode de vie débilitant, même inconsciemment?

    Les attaques qu’ils subissent jusque dans les endroits où on s’efforce de les comprendre et de les protéger, avec des accusations seulement remplies de haine, sont des fenêtres sur le côté obscur de l’humanité: un côté qui ne peut s’en prendre qu’à la lumière des zingari!

    D’où le tropisme pour les ray-bans des régressifs qui nous gouvernent un peu trop en ce moment?

  43. Il n’est pas question pour moi de tresser des fleurs au cou des tsiganes, pas plus que d’éreinter systématiquement l’attitude des gadjé envers eux. Le passé parle pour moi … et même le présent, en italie ou ailleurs !
    Il se trouve que tout groupe humain ne trouve, pour se souder, comme solution, que le fait de rejeter ce qui ne lui ressemble pas. Aussi, quoi de plus facile pour les sédentaires que de taper sur une minorité refusant une norme basique, à savoir la sédentarisation et l’idée qui va avec : la propriété privée du sol … ce qui pourrait faire matière à débat …
    D’un autre côté, des populations à l’histoire riche, diverse mais volatile, préservent leur culture avec acharnement car elle est pour eux sacrée, qu’elle constitue un lien commun dans le temps et l’espace. N’oublions pas qu’il y a quelque chose de tabou dans tout cela et que c’est d’autant plus précieux qu’il n’en reste plus que des bribes déchirées, suite aux massacres de la seconde guerre mondiale … N’oublions pas que leur culture se veut avant tout orale, s’adapte et change de forme.
    La société gadjo n’arrive pas à saisir le mode de pensée du peuple Rrom parce que celui-ci s’en préserve. Un malheur pour lui, je crois, car la masse haineuse pourrait finir par assouvir ses plus bas instincts sur eux, dans l’ignorance crasse qu’on connaît aux mouvements de masse …

  44. Merci Céleste pour ce site qui nous donne de l’air.
    Merci aussi à Cyclomal de poser une vraie question : d’où vient toute cette haine contre les itinérants-bohémiens, tsiganes, manouches, gitans, romanichels, etc, etc, etc … ?
    Est-ce parce qu’ils sont incontrôlables car jamais fixés ?
    Est-ce parce qu’on pense qu’ils n’aiment pas les gens « normaux » ?
    Est-ce parce qu’on pense que ce sont des populations de voleurs ?

    A mon avis, tout cela est-il lié. Le lien, c’est la propriété privée du sol, qui empêche de s’installer où bon nous semble, qui empêche la cueillette et le ramassage libre des ressources de la Terre et qui force les gens à s’aliéner à un territoire.
    La vie nomade met le sédentaire devant ses frustrations : celle d’une vie rassurante mais étriquée et routinière, celle de l’envie du toujours-plus et de l’accumulation qui ne sert qu’à se comparer à son voisin et à se sentir un peu vivant … et sûrement d’autres, que je vous engage à relever.
    Cela n’engage que moi, mais ce qui est sûr, c’est que la haine naît toujours de la frustration.

    Ma pensée du jour : Nous vivons dans un système Normalitaire.

  45. @ patriote, prétorien…etc, le même que chez le yéti..?, je n’ai insulté personne, j’ai juste posé une question à amigo, à savoir si son intervention était à prendre au 6 ème degré ou si c’était de la connerie pure…c’est juste une question !!

    Cette fascination qu’exercent les « zingari », appelons les comme ça, reste présente même dans la détestation… Culture orale, nomadisme, origines lointaines, difficilement identifiables, langues étranges, chants inimitables… La beauté des fils du vent dérange, comme toujours, quand on ne peut pas la dompter.

    Les peuples nomades n’ont pas de terre et de ce fait leur sens de la propriété n’a rien à voir avec le nôtre.
    Ils sont aussi, pour cette même raison, plus faciles à désigner comme les bouc-émissaires perpétuels, les voleurs de poule, voleurs d’enfants, voleurs d’âme…

    Ils ont surtout un sens de l’instant présent qui nous est inconnu…

  46. Merci Céleste pour ton texte infiniment triste, pour la transmission de cette réalité effrayante.
    Tout cela nourrit notre révolte et notre résistance nécessaires.

  47. Plein de choses bien dans tous ces comms …
    Pour l’histoire:
    Mon frère du temps ou il était maire d’une petite commune était dégouté par les coups de téléphone qu’il recevait dans les 5 mn ou une caravane de voyageurs semblaient vouloir stationner sur la commune…
    Je l’entendais ronchon:
    – Et alors c’est pas un délit!
    Il n’aimait pas les corbeaux et les anonymes mon frère 🙂

  48. Vieil anard, je vous ai repondu avec preuves, mais celeste dans un élan de tolerance et de democratie, m a censurée..encore une site a sens unique ou le dialogue est automatiquement censuré dès qu il va a l encontre de leur verité bien a eux..

  49. Anard,
    je vous disais que c etais bien reel. je vous precisais meme que le champs etait rempli de Mais!que cette histoire, netait pas une histoire negationiste, mais veridique.Que le paysan lui, ne rigolait pas aux depart de ce groupe, mais pleurait, pas grave , n est pas? c est qu un paysans francais..Quand aux albanais raconté par celeste du moins sa note,+++J’ai une petite entreprise textile, deux de mes employés sont albanais, de braves gens. Etrangers, mais Européens » déclare paisiblement le maire de la ville affichant ainsi sa préférence, marquée!!!!!, pour l’immigré blanc et supposé chrétien.!!!
    ça pu la propagande, les albanais sont en majorité de confession musulmane..

  50. @estebanane

    J’ai bien aimé la pensée du jour: « Nous vivons dans un système Normalitaire. »

    Je vais me la garder dans un coin. Elle me fait penser à l’humanitaire et à ce que l’on fait en son nom, en préparant et justifiant le militaire par exemple.

    Sinon, il est sûr que le fossé est creusé entre les sédentaires et les nomades, pensons au sort réservé aux derniers hommes bleus du Sahara, avec leurs femmes bleues aussi je suppose 😉

    Une autre pensée, puisque nous sommes un autre jour: La propriété c’est le vol.

    Moins provocatrice, cette idée que les Zingari sont sédentarisés dans leur culture et qu’ils s’y trouvent bien, ce qui est intolérable pour ceux qui sont mal à l’aise dans leur meilleur système du monde qui se casse la gueule en permanence…

  51. Comment ,voulez-vous que les gens du voyage aient une image positive?A titre d’exemple ,dans mon métier je vais vous relater certains faits:branchements sauvages de l’eau sur des bouches à incendies des communes,branchements sauvages du téléphone sur des boitiers d’entreprises,celles-ci n’osent pas porter plaintes pour éviter les représailles,vendeurs de caravanes obligés de creuser des fossés autour de leurs terrains pour éviter le vol par voiture « béliers »,experts automobiles obligés de se faire accompagnés de la police dans les camps pour identifier et controler des véhicules volés, souvent à l’état d’épaves(menaces avec armes).Enfin pour ne pas allonger la liste ,incendies volontaires des caravanes lorsqu’ une personne de la famille est morte dans sa caravane(tradition!!!)Je précise mon métier est lié aux assurances,tout est vérifiable.Alors ne soyez pas naif en idealisant les gens du voyage bien installé dans votre canapé,et de grace trop facile ,en se voilant la face ,de dire que mes propos transpirent la haine,des faits rien que des faits!

  52. ZUT! Je venais de rédiger un long com’ et, pour une raison que j’ignore, il a disparu dans les airs!
    Je disais en substance: bravo Céleste pour ce billet.
    Si les Roms sont rejetés, c’est la volonté des autorités qui, en leur refusant un accueil digne, organisent les préjugés et la discrimination dans les populations.
    Pas étonnant que les Tziganes aient fait partie des premiers wagons plombés: les populations étaient prêtes à accepter, comme pour les Juifs, que ces peuples étaient des rebuts de la société (l’éternel refrain: »quand ils sont venus chercher les Tziganes, je n’ai rien dit … »).
    Eh, oui, il y en a qui … J’en connais qui … Toujours le problème vu à travers ses minuscules expériences perso et le prisme de ses préjugés! On confond la défense de la liberté et de la dignité de tout un peuple avec ce que commettent quelques individus,même si, en plus, parfois, c’est en désespoir de cause. S’ils étaient accueillis dignement, ils n’auraient pas besoin de se livrer à des actes illégaux. Pour avoir ce que chacun est en droit d’avoir, dans un pays riche, du moins: l’eau, l’électricité et le chauffage. Les municipalités favorisent bien les aménagements appropriés pour les touristes campeurs, cela est donc possible, non?
    Amigo: Vous êtes dans un espace PRIVE. Ce n’est pas parce que les coms sont ouverts que vous pouvez écrire n’importe quoi! Il y a des règles à respecter. Votre liberté d’expression n’a pas plus de valeur que celle des autres et si elle empêche un dialogue serein, il n’y a aucune raison qu’on vous laisse occuper l’espace et empêcher les autres de dire des choses bien plus intelligentes.
    Ce n’est pas de la censure – la censure ne s’exerce pas à un niveau individuel, d’autant qu’avec Internet, vous avez tout loisir de déposer votre loghorrée – il s’agit de préserver la liberté de chacun de s’exprimer.
    Si vous tenez à participer au débat, commencez déjà par écrire clairement: c’est la première des politesses. Et observez les règles qui sont définies par celle qui est responsable du blog.
    Et puis, si ce n’est pas possible et que vous teniez absolument à dire ce que vous pensez, arrêtez de faire le coucou: ouvrez un blog, vous aussi. C’est possible en 5 minutes.
    Je le répète: cet espace ne vous appartient pas!
    Quant à la « démocratie et la tolérance », c’est nul et non avenu! Iriez-vous insulter un policier ou un juge, sous prétexte qu’on est en « démocratie » et que le représentant de l’ordre doit être « tolérant ». Ridicule!

  53. @ Le Patriote
    En effet il convient de regarder les faits et de ne pas idéaliser. Et de mettre un peu d’ordre dans les faits : chacun est tenu de connaître la loi et de la respecter, dès l’instant où il est reconnu comme citoyen dans la cité, comme humain dans la communauté humaine. Et chacun doit s’efforcer de connaître et de respecter les traditions lorsqu’elle sont fondatrices de l’humanité, comme les rites funéraires par exemple.
    @ Céleste
    merci pour l’important travail de ce blog, que je relaie de mon mieux.

  54. @emcee

    Vous me faite la morale alors que vous n avez même pas lu mon commentaire puis que celui ci a été effacé..
    de plus tout ce que dis le Patriote est réel, la chose que j ai décrié se passe ici dans ma région..
    En gros vous donnez des droits aux gens du voyages, mais pas aux victimes, chapeau bas les moralistes democratiques

  55. Toujours la même histoire ceux qui crient à la censure sur un blog eux même prennent bien soin de ne laisser aucune possibilité de réponses en dehors de cet espace offert. Autrement dit des gros sagouins malpolis.
    Je ne sais qui parle du fait de prendre l’eau aux bouches d’incendie…Il faut savoir que cette eau est sur le circuit d’eau publique comme les toilettes publiques, le cimetière…et tous les points d’eau gratuits de la commune.La prochaine fois, si il y a le feu dans ta maison tu peux toujours demander aux pompiers de se brancher sur ton compteur d’eau.

  56. belle discussion que je découvre maintenant.
    merci aussi pour les liens

    Beaucoup de choses très intéressantes ont été écrites:

    “Nous vivons dans un système Normalitaire.”

    « Une autre pensée, puisque nous sommes un autre jour: La propriété c’est le vol.

    Moins provocatrice, cette idée que les Zingari sont sédentarisés dans leur culture et qu’ils s’y trouvent bien, ce qui est intolérable pour ceux qui sont mal à l’aise dans leur meilleur système du monde qui se casse la gueule en permanence… »

    « Si les Roms sont rejetés, c’est la volonté des autorités qui, en leur refusant un accueil digne, organisent les préjugés et la discrimination dans les populations. »

    « Les peuples nomades n’ont pas de terre et de ce fait leur sens de la propriété n’a rien à voir avec le nôtre.
    Ils sont aussi, pour cette même raison, plus faciles à désigner comme les bouc-émissaires perpétuels, les voleurs de poule, voleurs d’enfants, voleurs d’âme…

    Ils ont surtout un sens de l’instant présent qui nous est inconnu… »

    merci:-)

  57. Céleste, votre homme de la Lega Nord aurait fait partie des fascistes roumains qui découpaient les juifs en morceaux sous Antonescu (libe.fr)

    Amigo et consorts : personne ici n’idéalise les Esdéèfes. C’est juste qu’on met en perspective les problèmes qu’ils peuvent causer à notre société avec ceux que lui causent les Médèfes (ou les Zamigos). Et croyez-nous, yapa photo !

    Zavez pas de chance, mon ami. Moi, des voyageurs, j’en croise régulièrement depuis plus de cinquante ans. Tenez, le dernier, à la décharge il y a un mois. Je vois un vieux cache-pot en cuivre, visiblement mis de côté pour le métal. Moi, ça m’intéresse pour la collection. Je demande si c’est lui. Il me dit oui… et que je peux le prendre ! Il me le donne ! Et en riant, le salaud !

    Pourquoi, Amigo et consorts que je n’ai pas même besoin d’insulter ? Parce que ces gens sont exactement comme vous et moi : ils respectent qui les respecte et méprisent qui les méprise. Enfin, vous, je sais pas 🙂

    Bonne définition par Estebane de la jalousie du sédentaire face au nomade.

  58. Amigo: si vous relisez ce que j’ai écrit (et si vous en comprenez le sens) , je ne parle que des commentaires visibles, où vous geignez sur la « démocratie et la tolérance » et criez à la « censure ».
    « En gros vous donnez des droits aux gens du voyages, mais pas aux victimes »: êtes-vous capable de remarquer la bêtise crasse que vous étalez et que vous nous imposez?
    Idiot utile, vous reprenez à votre compte le discours de votre cher président qui a la victime sélective, celle qui justifie toujours plus d’injustice et de répression envers les citoyens.
    Si c’est pour faire du psittacisme sarkozien, vos propos n’ont aucun intérêt ici, il me semble.
    D’autre part, je ne vous fais pas la « morale » (encore un truc mal digéré), je vous dis que vous n’avez aucune légitimité sur ce blog, pas plus que nous autres. Mais là non plus, ça ne traverse pas.

    PS: Logorrhée n’est pas une insulte, c’est le signe d’une pathologie, et si vous savez ce qu’est un dictionnaire, voici ce que dit celui que j’ai consulté:  » flux de paroles inutiles de la part d’un sujet qui épouve un besoin maladif de parler, souvent de façon incohérente ».
    Etonnant, non?

  59. Il est assez étrange que de par ce monde, dès qu’il s’agit de parler des populations nomades, il échappe à la mémoire d’une partie des populations sédentarisées (et j’insiste sur ce terme) que tous nos ancêtres communs voyageaient. L’homme est apparu sur cette terre il y a, semble-t-il, 4 millions d’années et il s’est sédentarisé il y a 10 ou 15 000 ans. C’est en se sédentarisant que l’homme a créé la richesse et suscité la convoitise entraînant à sa suite les guerres. Avant, l’homme ne luttait que pour sa survie. Le nomade ne possède pas, il vit au jour le jour et le peu qu’il possède, il le partage.
    Une chose me peine énormément, c’est quand certaines personnes parlent des nomades comme de la pire engeance de la création faisant fi de toute humanité. Je ne veux pas croire que des cœurs se soient à ce point autant durcis. La finalité dans ce bas monde est la même pour tous, qu’elles ne l’oublient pas.
    Je pense que cela est la vraie justice.

  60. Je passe par ici et decouvre le site, petite question.
    Ce site est il d ultra gauche?
    pourquoi ne parle t il pas des douleurs que le peuple juif a subit?

  61. ô ma pauvre Céleste, je compatis vraiment! Encore un taon(k) attiré par la (tes) lumière(s)!
    Encore un sans blog, juste le coucou.
    ô taon, suspends ton vol.
    Mais parfois, c’est le même qui change de nom, croyant se refaire une virginité …

  62. Allez, pour essayer d’alléger, un conte nomade:
    « La tzigane et la fourmi »
    -la fourmi-« Ce n’est pas en t’a »gitan », tout l’été
    Que tu vas passer l’hiver! »
    -la tsigane-« Prends donc un verre de « Rrom »
    Ca te réchauffera, et danse le flamenco..!
    -la fourmi-« Ici, ce n’est pas un nomad’s land!
    Va voir ailleurs, ici c’est dentaire , on ne dore pas les couronnes!-
    -la tsigane- Ca tombe bien, moi je préfère le royaume du vent! Je gère l’errance et si l’air du Gers est rance, je change d’aire…A la Durance, je préfère la Gironde, je suis un peu bohème, sans « travellers », non pas sans échecs, souvent sans provisions, je vais au gré des vents, comme la plume sur l’eau..!

  63. Cest un problème qui ne trouvera de solutions qu’au niveau de l’Europe dans la mesure où les roms sont de plus en plus mobiles. C’est de plus la seule manière de limiter les dérives au niveau de certains états.
    http://www.interculturaldialogue2008.eu/fileadmin/downloads/documents/600-press%20releases/MEMO-08-462_FR.pdf

    Cela dit, c’est loin d’être simple car il n’y a pas une mais des communautés.

    Le risque majeur est que au fur et à mesure que nos sociétés s’apauvriront, ces communautés soient rejetées notamment par ceux qui sont aussi pauvres qu’eux ou presque… la révolution naît dans les salons et le fascisme fait son lit dans la misère.

  64. C’est vraiment dérangeant ces gens qui laissent chier leur chiens sans ramasser la merde.sans bague!
    Et avoir un chien qui s’appele amigo,patriote,prétorien,seb59,ça fait vraiment eur une bêtise pareille.
    Tu devrais mettre des sacs plastiques à l’entrée pour qu’ils ramassent,ça se fait pas chez les autres ça!
    La gauche parlementaire inéxistante,quand à la radicale,Refondation se divise une nouvelle fois,les verts trois fois,alors mis a part les citoyens un peu éclairé je me demande qui va contrer cette politique du grand ami de Agité 1er roi des francs?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de compléter: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.