Chiens policiers dans les écoles, en Italie aussi

J’étais vendredi en train d’expliquer à mes élèves du lycée les finesses de l’accord du participe passé utilisé avec l’auxiliaire avoir quand une « bidella » * est entrée dans la classe, porteuse d’une communication administrative.

Elle était brève, quelques lignes que la prof a lu aux élèves et dont je reproduis ici la substance :
« Afin de lutter contre l’usage de la drogue, à dater d’aujourd’hui et sans prévenir, des brigades policières accompagnées de chiens feront des descentes dans les établissements scolaires »

Les élèves en sont restés bouche bée sauf une fille qui a poussé un « Ahhhhh ! » apeuré.

La prof et moi avons échangé un bref regard atterré puis elle a dit « Ce sera comme ça dans tous les lycées, on revient à l’accord du participe passé ».
Et j’ai ajouté en faisant la grimace « En France, c’est pareil !».

Plus tard en traversant la salle des profs j’ai constaté avec inquiétude mais sans surprise que l’argument ne faisait pas la une des discussions entre collègues, loin de là, personne n’en parlait !

C’est cela qui m’a le plus effrayée, cette indifférence, cette résignation, pire, ce soutien tacite de la part des enseignants.
Comme s’ils ne voyaient pas que la drogue n’est qu’un prétexte pour terroriser les adolescents, considérés comme des ennemis dangereux, en envoyant des forces policières munies de chiens, dans des lieux qui leur appartiennent, des lieux dédiés au savoir.

Une société qui a peur de ses propres enfants n’a pas de futur !

* Les « bidellis » : spécialité italienne composée essentiellement de Calabrais(e)s et de Sicilien(ne)s arrivés dans la profession par des canaux plus ou moins limpides et qui sévit dans les écoles afin de n’y rien faire, ou presque, si ce n’est espionner pour le compte des dirigeants, faire éventuellement les photocopies, passer de classe en classe pour porter des communications ou lire le journal dans les couloirs.

33 réflexions sur « Chiens policiers dans les écoles, en Italie aussi »

  1. Le chien policier, souvent un berger allemand, est presque devenu, à son corps défendant, le symbole de la répression, alors qu’objectivement, ce pauvre animal n’est pas pire qu’un autre…!

    Ce n’est pas que je veuille défendre la cause du berger allemand, pour lequel je n’ai pas plus de sympathie que pour le bichon maltais ou le chihuahua à poil ras, mais le chien… »muselé »,…quelle bonne idée, inspireà l’imaginaire collectif, une sainte répulsion, que les régimes néo-fascistes s’empressent d’exploiter…

    On travaille beaucoup le symbole, dans ces régimes extrêmes, pourtant toujours revêtus des atours de la « démocratie », on tourne autour, on fait de ces parcours elliptiques, qui frôlent l’odieux, sans jamais le toucher…on brosse la bête immonde, dans le sens du poil, prétendant toujours la tenir en laisse, on expérimente…!

    Le pouvoir sait bien que pour impressionner durablement, il faut marquer au fer, au plus tôt, sous couvert de prévention, les jeunes têtes blondes et si les préfets et les chefs d’établissement,(et leurs équivalents italiens) sont complices, alors, ça roule.

    « Matin brun », de Pavlov, avance à découvert…!

  2. Alors que le nombre de jeunes ayant goûté au cannabis a doublé en dix ans , et que nous savons que toutes les drogues agissent sur le cerveau selon les mêmes modalités, la consommation du cannabis ne cesse d’être banalisée.

    Les drogues douces n’existent pas

    La politique française de lutte contre la drogue a fait trop souvent dans le passé une différenciation entre le cannabis et les autres drogues (Ecstasy, cocaïne,LSD…). La faiblesse des informations mises à la disposition des jeunes et des lycéens, plus particulièrement, a laissé place à des messages souvent inexacts faisant du cannabis une drogue isolée. Cette situation a encouragé les attitudes excessives et la consommation sans crainte. Ainsi, 90 % des drogués dépendants ont été initiés aux drogues par le cannabis.Il est donc logique de controler les éleves qui se droguent.La France, par l’intermédiaire de la Gendarmerie ,fait des controles à la demande des Directeurs ou des Proviseurs.Donc l’initiative Italienne est bonne.

  3. « 90 % des drogués dépendants ont été initiés aux drogues par le cannabis »

    => 99,9 % des gens qui tombent d’un escalier ont monté (ou tenté de) un escalier.

    Etonnant, non ?

  4. @salut Brigetoun 🙂

    oui, on s’inspire réciproquement des deux côtés des alpes, et par pour le bien 🙁

    @vieil anar

    « Le pouvoir sait bien que pour impressionner durablement, il faut marquer au fer, au plus tôt, sous couvert de prévention, les jeunes têtes blondes et si les préfets et les chefs d’établissement,(et leurs équivalents italiens) sont complices, alors, ça roule. »

    c’est tout à fait ça, la drogue n’est qu’un prétexte

    @Ko 🙂

    Bravo pour ta réponse à Pierre-Marius-Jean-Marie et compagnie qui vient une fois de plus déposer sa propagande et à qui je signale qu’étant donné que nous ne sommes d’accord sur rien, il serait préférable d’en rester là!

  5. @Pierre 90% des alcooliques ont été initié a l’alcool par leurs parents…
    J’aime bien le mots les « drogués » ça montre déjà une approche très moderne du sujet…J’ai fumé mes premiers pétards j’avais 17 ans…J’en ai bientôt 58…combien de fois j’ai lu ce genre de connerie  » les jeunes/la drogue/information »
    Bon alors les jeunes je vous le dit tout net: le cannabis défonce…voilà. Mais alors si vous voulez être vraiment raide y’a rien de mieux que la méthode vintage la gnôle.
    Voilà on vous récupère à l’hosto et bonne route!!!
    Quelle bande de faux cul tous ces vieux qdm.
    Ils ont jamais touché un pet’ de leur vie et les voilà avec leur grande leçon de santé…et de respect surtout.
    Voilà je suis énervé maintenant…

  6. Y’a des fois, je ne sais plus bien ce qui nous sépare encore de la dictature. Peut-être l’illusion du choix. Et tu as raison, c’est plus dans l’esprit de résignation qu’on la perçoit que dans la nature même des politiques répressives et autoritaires.

  7. ce qui est assez grave c’est qu’en plus de voir nos pays se policiser , les pensées des gens sont également pénétrées de ces chiens policiers…
    Pierre n’a jamais donc pensé qu’il serait plus avisé de mettre tout en oeuvre pour que les trafiquants ne puissent pas acheminer leurs drogues via les dealers par exemple plutôt que de débarquer dans les écoles faire snifer leurs chiens dans les cartables ?
    A quand les fouilles au corps jambes écartées dans la cour de l’école ?

    ceci dit Céleste, je ne sais pas si il faut qualifier le commentaire de Pierre de « propagande » quand ce n’est qu’un point de vue …ne serait-ce que diamétralement opposé aux notres…sinon à qualifier nos propres commentaires de propagande aussi…
    ce mot là, en général et bien qu’il soit connoté très négativement, en général pour qualifier des théses répandues contraires à celles que nous défendons, ne se différencie de l’information que par son intention…

    l’information communique des données dont l’informé fait ce qu’il en veut, son intelligence jugera seule de ces informations
    la propagande veut influencer, convaincre…

    mais par exemple en période electorale ou sur des sites engagés où nous défendons des idées avec force et conviction, nous faisons nous aussi en qq sorte tous de la propagande, nous voulons convaincre, influencer..

    par ex moi j’aimerais bien influencer ce Pierre, quitte à faire de la propagande pour un état qui laisse ses citoyens libres..

  8. @anne

    je confirme, j’ai délibérément choisi le mot propagande, ce Pierre là intervient souvent sur ce fil de com, empruntant divers pseudos (Marius entre autres) il ne vient pas pour discuter mais pour exposer ses idées qui parfois sont particulièrement odieuses, notamment lorsqu’il s’agit des immigrés ou des roms .

    j’ai déjà, par le passé, essayé de débattre mais devant l’absence de résultats, je tolère (là aussi le mot est pesé) ses commentaires au nom de la liberté d’expression.

    Si le cœur t’en dit tu peux discuter tout son saoul avec lui mais la discussion se fera sans moi. 🙂

    @Oh91

    « c’est plus dans l’esprit de résignation qu’on la perçoit que dans la nature même des politiques répressives et autoritaires. »

    tout à fait et c’est effrayant;

    je pense souvent que l’occupation de la France par les nazis n’est pas si lointaine, mes parents étaient enfants et je suis née 11 ans après, c’est très peu.

    Bien sûr il y eu des résistants mais aussi des milliers de collabos qui ont dénoncé leurs voisins ou leurs collègues.

    Que se passerait-il si demain nous étions confrontés à un régime de ce genre?

  9. :)) Céleste je ne veux pas discuter avec lui… oups là…il est de vaines et stériles discussions…
    C’est seulement le mot ‘propagande’ que je discutais….qu’il ne faut pas connoter avec tant de dégout car nous en faisons nous même, de la propagande pour les causes (nobles..;)que nous défendonsici ou ailleurs.
    Il faut plutôt souligner à mon sens que sa propagande à lui sert de bien sombres et haissables desseins..
    (mais tu sais que je suis pointilleuse et enquiquineuse avec les mots Céleste…)

  10. Je pense que la liberté d’expression, c’est ne pas interdire les expressions différentes même haineuses et stupides. Mais ce n’est pas les accepter dans son salon.

    Tu devrais être moins tolérante 😉

  11. Un peu tard dans le fil, lu vite, mais je repère cette bourde:
    « “90 % des drogués dépendants ont été initiés aux drogues par le cannabis” »
    Faute typique de raisonnement, faute ou malhonnêteté:
    Le pourcentage donné comme le note Ko, n’a aucun sens : 100% des gens du XVIII siècle ayant bu de l’eau sont morts, que faut-il en déduire ?
    Le pourcentage parlant serait de savoir combien de gens goûtant au cannabis passent effectivement à autre chose, et là on a un tout autre regard : il y’a une masse énorme de la population qui a une consommation épisodique ou régulière sans JAMAIS aller vers d’autres substances;
    Et ce genre de magouille intellectuelle m’énerve, spécialement aujourd’hui, parce que j’ai un ami qui a tenu a distance pendant plus de dix ans sa tendance à picoler en cultivant lui-même son herbe; un ou deux petards modérés en soirée lui suffisaient, bon sommeil, et vie à peu près saine.
    Le fait est que son contexte de vie l’oblige à faire grand cas de la menace gendarmesque, aussi a-t-il renoncé cette année à faire pousser.
    Et il repicole, et je le vois, pratiquement sans rien pouvoir faire, se casser la gueule pendant que les tartuffes nous expliquent que la drogue c’est mal.
    Et personne pour rappeller que de façon parfaitement officielle, les tabacs qui se vendent en France sont bourrés de poisons additionnels (faits pour garantir la dépendance), que l’Etat, maffiosiquement, prend 4 fois leur coût en taxes au prétexte de nourrir la sécu, interdit la culture perso de tabac bio (bien moins vicelard, plus facile à arrêter etc).
    La bien-pensance là-dessus n’est pas seulement servile, et veule, elle est criminelle, basta.

  12. @anne

    oui, je sais l’importance que tu accordes , justement, aux mots:-)

    @salut Christine 🙂

    la limite de ma tolérance est quand les intervenants attaquent directement les personnes (d’autres intervenants ou moi même).

    sinon, que les horreurs soient exprimées permet de les connaître et de les combattre:

    « Autorisez toutes les opinions, nous saurons reconnaître les nôtres, nous les combattrons, nous apprendrons à annuler la force attractive des nuisances (…) Nous les combattrons par la seule critique qui puisse les éradiquer: en pensant par nous-mêmes »
    Raoul vaneigem

    @Annie
    merci pour le lien

    @Chomp
    Je suis entièrement d’accord avec toi!

  13. 90% des dépendants ont commencés par la beuh,mais il y a pas 90% des fumeurs de beuh qui passent au reste!
    Escroc ce Pierre sur laquelle je ne bâtirais mon avenir!
    Chomp apparement des types comme lui falsifient les chiffres pour faire leur petite cuisine.
    En avec ses « théories » vaseuses on a vraiment l’impression que c’est lui qui n’est pas net!J’espère qu’on lui a retiré le permis de dire des conneries!
    Celeste,la tolérance en général ça doit rester dans les maisons du même nom et là c’est une maison pour « homme fort et théories musclées »

  14. Oui … et 100% des gagnants du loto ont tenté leur chance, aussi.
    Belle explication, Chomp.
    Il est clair que ces opérations coup de poing sont des prétextes à habituer les enfants et la population à être sous contrôle policier.
    Ils savent très bien que la politique qu’ils mènent soulèvera tôt ou tard un mouvement de rébellion et ils s’assurent de la docilité de la majorité silencieuse.
    Que les profs n’aient pas réagi n’est pas étonnant. Nous avons les mêmes en France. Chacun pour sa peau.

  15. Que le com n° 3 de Pierre et ses incidences néo-fascistes, soit parfaitement déplacé, j’en conviens, surtout avec la formulation qu’il emploie…je ne sais pas qui est Pierre et je m’en tape…à vrai dire…!

    Par contre le com n° 13 de Chomp, me fige de stupeur, surtout quand je vois l’approbation qu’il suscite, (s’cuse moi Chomp, ça n’a rien de personnel !), quant aux « vertus » comparées du cannabis et de l’alcool, que Baudelaire déjà, dans les années 1880, pointait de façon très suggestive et autobiographique…!

    Sauf les vertus curatives,(reconnues…!), du cannabis, dans des cas extrêmes ou moins extrêmes, pour soulager certaines souffrances, utilisées d’ailleurs depuis longtemps au Canada, je ne suis absolument pas sur de l’innocuité de l’un par rapport à l’autre..!

    Un shooté au cannabis serait moins shooté qu’un alcoolo,…balivernes!! Il y a mille formes de dépendances et soit tu marches à l’eau claire, soit tu composes avec les addictions,(tabac, alcool, stups…!); je ne juge pas, je constate…; mon fils ainé,(bientôt 34 ans), se trimballe, (non , c’est pas vrai….il a réussi à desserrer l’étau…!), entre herbe, auto-produite, presque bio, t’imagines….! alcools, médocs…! Et il ne va mieux que depuis 2 ans, mais la volonté est touchée au plus profond et durablement…!

    Qu’on se shoote à l’alcool, aux psychotropes, (psyllo compris..je reste dans les substances organiques…!), c’est la même addiction, à plus ou moins longue échéance, ça dépend des quantités…!

    Je suis désolé; le discours : un p’tit joint de temps en temps, ça fait pas de mal, à condition de ne pas en abuser…, j’ai du mal à cautionner…!

    Ce n’est pas moralisateur, comme discours, non… Juste, une inquiétude diffuse, à propos des paradis artificiels, quels qu’ils soient…! Juste!

  16. @V.A
    « entre herbe, auto-produite, presque bio, t’imagines….! alcools, médocs…!  »
    Là, il n’y a aucun de ces produits qui sont en cause, juste l’utilisateur .

  17. Reflexion totalement naive : Bolloré, c’est bien le mec qui fabrique et vend mon grand (ici trois lettres évoquant une boisson que l’on trouve dans les robinets) noir ? et sans mon (…), j’serai rien mal, moi, pour rouler tranquille.
    Et franchement, une Sardine non-fumeuse, vous y croyez vous ? *mouarf*

    allez, je préfère ne pas aller plus loin, le shit fait partie des trois ou quatre sujets dont je ne parle presque jamais, pour ne pas me gâcher le temps : la tauromachie (que j’aime), la psychanalyse (qui me gave), Marguerite Duras (qui m’endort) etc

    L’important ici n’est pas l’opportunité de la fumette mais la place de la police dans l’institution scolaire en Italie et en France en ce début de siècle.

    et accessoirement, ce qui risque de nous tomber sur la gueule demain…

    A part ça, m’sieur Schwarzenegger, lui, envisage de légaliser la vente de cannabis en Californie, afin de remplir les caisses vides de l’Etat et de couper les vivres à la mafia.

    *sifflote*

  18. @merci belle Sardine pour cette intervention salutaire 🙂

    Ce qui est en jeu c’est notre liberté.

    La liberté, vous savez ce truc qui se termine là où commence celle de l’autre.

    Or dans nos libertés nous avons aussi celle de nous auto-détruire, de nous suicider.

    Nous avons le choix.

    Le choix de gérer comme nous l’entendons nos souffrances ou nos manques.

    Fumer une bonne herbe cultivée dans un jardin ami n’enrichit ni les vendeurs d’alcool qui ciblent particulièrement les jeunes, ni les firmes pharmaceutiques.

    Après, comme l’écrit justement Yelrah, ça dépend de l’utilisateur.

  19. « Or dans nos libertés, nous avons aussi celle de nous auto-détruire, de nous suicider. » Oui, bien sur, cette liberté là, fondamentale sans aucun doute, ne signifie pas, malgré tout, une totale indépendance de l’utilisateur.

    Tu sais bien Céleste, que la plupart de nos choix sont conditionnés et celui des substances addictives, drogue ou alcool, peut-être plus que d’autres…

    Ceci dit, gérons nos souffrances ou nos manques, comme nous l’entendons, mais ne prétendons pas être libres pour autant, surtout les utilisateurs… Tristesse, peut-être, comme tu dis dans le billet suivant, tristesse…

  20. Nicolas Sarkozy a-t-il entendu un jour l’expression « Cave canem » (que Berlusconi aurait pu lui rappeler opportunément quand ils se sont rencontrés et serré la main il y a quelques jours) ?

    Mais un président de la République a-t-il besoin de connaître des expressions latines qui relèvent des « humanités » (si l’on ose dire en l’occurrence !), comme un fonctionnaire de connaître – littérairement parlant – « La Princesse de Clèves » ?

    Aujourd’hui, le Parlement a entériné la loi contre la vente d’alcool et de tabac aux jeunes de moins de 18 ans : cette mesure de prohibition sera facilement contournée (ils ont tous des copains ayant 19 ans au moins) et rendra l’interdit à braver encore plus attractif !

    Il va falloir créer une brigade d’Incorruptibles et désigner l’Eliott Ness à la dimension du problème ! Mais on pourra toujours en faire une nouvelle série télévisée…

  21. @ vieil anar, 18:

    Pour avoir participé à des actions de prévention auprès de jeunes et d’adolescents, je peux te dire que la non fiabilité des infos que nous avions et que nous tentions de leur refiler nous a ôté toute crédibilité auprès d’eux. Autant ils écoutaient avec intérêt ce que nous pouvions leur dire sur l’alcool et le tabac, autant ils se mettaient à pouffer et à lancer des vannes quand nous parlions de cannabis.

    J’ai eu beaucoup de mal à dénicher, par mes propres moyens, une information à peu près fiable, et encore, pas sûr, tant toute la documentation disponible est imprégnée d’idéologie pour ou contre, banalisation et dramatisation.

    Si le produit n’est pas sans danger, il est, c’est indiscutable, beaucoup moins dangereux que l’alcool sur le plan dépendance et toxicité, et beaucoup moins aussi que le tabac dont on devient presque toujours et très rapidement dépendant (l’ennui, c’est que le hasch se fume… avec du tabac, et que lorsqu’on arrête le cannabis, on reste dépendant à la cigarette).

    Par ailleurs, il faut tout ignorer de la psychologie des ados pour imaginer un instant que de telles méthodes (tromperie, interdiction et répression) pourraient être efficaces.

    Donc, faire un foin pareil pour dénicher quelques grammes de cannabis dans des cartables n’est certainement pas une opération innocente. On dramatise le cannabis pour banaliser la présence policière auprès de nos enfants.

    N’oublions pas qu’en 68, c’est l’entrée des flics dans la Sorbonne qui a fait figure de sacrilège et mis le feu aux poudres. Que de chemin parcouru… hélas!

  22. nan mais certains « enfants » (ados) FONT peur … le pb est pourquoi sont-ils devenus comme ça, c’est à la racine qu’il faut aller et faire de la prévention. Quant aux chiens, oui ils peuvent faire peur parce qu’ils font leur métier, ça peut être impressionnant. Ce sont les mêmes capacités de chiens qui peuvent détecter des produits dangereux aussi en d’autres circonstances et qu’on envoie dans les lieux publics en reconnaissance, ou pour retrouver une piste … le pb c’est un monde qui broie une partie des gens et après s’étonne d’avoir des problèmes …

  23. Quand je relis tous ces commentaires , il me reste une sensation étrange…Personne n’a jamais été ado? Il y a une sorte de « fracture » dans l’analyse.
    Qui croire? Ce monde avec les chiens dans les classes , ces menaces…c’est le monde des parents …pas un autre , pas un truc tombé du ciel.
    Nous ne sommes certainement pas innocents.Et nous ne sommes prêts à renoncer à rien…

  24. Tout à fait d’accord! La France est devenue un pays de vieux jeunes et de jeunes vieux.
    Les « vieux » s’habillent comme des ados, parlent comme eux, se font lifter et re-lifter jusqu’à ressembler à des momies, etc.
    Quant aux jeunes, il n’y a qu’à voir l’animosité d’un (bien trop) grand nombre vis-à-vis des étudiants en lutte (allant même jusqu’à encourager les CRS à les frapper – célèbre « Allez les Bleus ») pour comprendre ce qu’en a fait la société.
    Une jeunesse enfermée dans le virtuel, accrochée à son téléphone portable, son millier de CDs dans une petite machine qu’ils transportent tout le temps avec eux, tout cela avec la bénédiction de la société toute entière qui s’est débarrassée d’eux en en faisant des « autistes » indifférents au monde réel qui les entoure.

    Il faut dire que ce monde-là ne renferme que peu de promesses.

    Et tout ce beau monde s’allie pour faire rentrer dans le rang les quelques « marginaux » qui osent s’exprimer, à coups de trique, de préférence..

  25. @vieil anar

    bien sûr que nos choix sont conditionnés mais on peut lutter contre ce conditionnement, ne pas le faire est se résigner.
    on peut décider, en toute lucidité de s’auto détruire, c’est là où est notre liberté.

    je ne sais pas ce qui se passe dans la tête des autres, même si ils sont très proches, le plus proche que l’on puisse être d’un autre humain.
    que sais-je de ses motivations?
    seulement ce qu’il veut bien me dire et qui peut-être n’est pas vrai.
    je respecte son intégrité , sa liberté d’être qui il veut.

    par contre je suis disposée à aider, si l’autre me le demande.

    @Dominique
    « cette mesure de prohibition sera facilement contournée (ils ont tous des copains ayant 19 ans au moins) et rendra l’interdit à braver encore plus attractif »
    absolument !
    contre productif au possible!

    @jardin

    je suis tout à fait d’accord, le véritable but de l’opération n’est pas la lutte contre la drogue…
    c’est une mauvaise plaisanterie!
    comment peut-on imaginer que dans un pays comme l’Italie où la maffia est infiltrée partout et où la police dispose d’une large palette de moyens d’investigations, comment peut-on penser que le seul moyen de lutter contre la drogue est de faire renifler les cartables de lycéens par des clébards!

    que les ados fument du H et que les jeunes adultes consomment de la cocaïne et de l’ectasy est une véritable aubaine pour le gouvernement, si en plus, comme c’est le cas ils se saoulent tous les samedis soirs, la paix sociale est assurée!

    les cocaïnomanes sont rarement révolutionnaires et la fumette excessive procure une douce nonchalance incompatible avec la révolte musclée.

    donc le but de la manœuvre est clair: habituer à la présence policière.

    zut il est tard, je continue à vous répondre plus tard 🙂

  26. @Dom

    comme toujours tu touches juste!
    j’aime les adolescents, leur fougue, leur fragilité, leur force, leur joie et leurs tristesses.

    je me souviens bien de l’ado que j’ai été ,des premiers pétards fumés et des premières cuites.

    ces joints que l’on se passait à l’arrière d’une voiture cachée dans un chemin creux, cet intense plaisir de braver les interdits, de se foutre de la morale des adultes, d’en rire et de s’aimer passionnément quelques instants!

    et je rejoins emcee, c’est dur d’avoir 16 ans aujourd’hui, d’être la cible privilégiée des marchands de saloperies, de porter plus que jamais les frustrations des parents, de grandir dans un monde dont le futur est de plus en plus incertain.

    @emelire le dit bien, le monde actuel broie, détruit les rêves fous pour convaincre des bienfaits de la consommation. Ne visant qu’à soumettre, il casse les aspirations.

  27. @ Céleste . Ce qui me déprime c’est que les parents « fumeurs » n’ont pas fait grand chose pour la dépénalisation du cannabis. Et même pour la plus part une façon bien étrange d’en parler avec leurs enfants.
    Le résultat est là…
    Il est plus facile d’être flic que cultivateur.
    Et le secteur ou il y a les plus d’offres d’emploi …c’est la sécurite.
    Les fils de prolos deviennent vigiles…
    Et maitre chien…et les branleurs de lycéens ne sont plus que des  » bourges »…
    Déprimant non?
    Humiliant…

  28. J’ai lu tous les commentaires, si si, c’était long mais bien instructif. J’en tire une conclusion bien triste mais réelle : la déprime générale. Et pour cause ! Je rejoints entièrement quelques uns qui craignent de rentrer de plus en plus dans un système qui casse tous nos rêves. Et le plus grave à mon sens, les rêves de nos enfants. Je travaille avec de grands adolescents, ils me paraissent assez létargiques d’une manière générale, pas tous ok, pardon pour les autres. Mais comment leur en tenir rigueur en même temps puisqu’on ne leur laisse pas la possibilité de juger par eux même de ce qui est « bon » ou non pour eux. Le débat ne doit pas à mon sens porter sur la consommation de quoi que ce soit, mais bien pourquoi ressentent-ils encore plus que nous le besoin de s’évader ainsi ? J’aime beaucoup la phrase de Dom :  » Il est plus facile d’être flic que cultivateur. »

  29. Hum, désolée pour le « létargiques ». Je corrige : « léthargiques » et vous rassure, je bosse avec des ados mais je ne suis pas prof de français ! Juste Assistante de Vie scolaire. C’est moins gradé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *