Parce qu’on le vaut bien

Sur proposition d’Eric un petit questionnaire de rien du tout…ou presque

Mon fond de teint : nada, j’assume ma carnation naturelle.
Un mascara : choisi en fonction de la modestie de son coût, mais appliqué scrupuleusement chaque matin, impensable de sortir sans.
Une crème de jour : variable, les critères de sélection étant liés au prix, à la composition et à l’élimination systématique de certaines marques.
Une marque de produits : aucune fidélité de ce côté-là.
Ma marque fétiche de maquillage :idem
Un produit must :je ne sais pas ce qu’est un produit « must », donc je traduis « must » par inutile-je-le-sais-et-je-pourrais-m’en-passer-mais-je-l’utilise-quand-même : un auto bronzant, n’importe lequel pour pouvoir exhiber mes gambettes dès les premiers rayons du soleil sans être éblouie par leur blancheur
Mon magazine fétiche : Politis (d’accord ça n’a rien avoir avec la choucroute mais je ne lis aucun de ces magazines féminins financés par les firmes parapharmaceutiques et autres)
Tu pars sur une île déserte et tu emportes quoi (trois produits max, sans protection solaire ni rasoir) : un carnet, un stylo et un appareil photo
La femme que tu admires pour sa beauté : Ava Gardner, extraordinairement belle et sensuelle dans le rôle de Maria Vargas, « La comtesse aux pieds nus ».
La femme dont tu envies le look : je n’aime pas le verbe envier
Je me damnerais pour : ne croyant ni aux Dieu ni aux Diables la notion de damnation m’est étrangère
Que signifie pour toi la féminité : une arnaque mais si toutes femmes étaient fières d’être des êtres humains de sexe féminin elles seraient plus fortes pour lutter contre le nouveau patriarcat qui, instabilité et insécurité aidant, recommence à agiter sa vilaine queue.
Un dernier mot : sérénité
Ton adresse blog fashion/beauté préférée :…Joline ou l’art de fabriquer soi même des vêtements et des bijoux. La décroissance passe par là et c’est bien !

Je passe le relais à Fanny, Flopy, Agathe, et Joline

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 commentaires sur “Parce qu’on le vaut bien”