Pilule, le pape attaque

Histoire d’être bien classé dans le challenge « retour vers l’obscurantisme » qui agite actuellement les ecclésiastiques de diverses obédiences, le Vatican vient de lancer une nouvelle offensive contre la pilule.

Déjà fort mal vu par la Sainteté suprême ce moyen de contraception, répandu dans le monde entier et dont l’utilisation a changé la vie des femmes en leur permettant, enfin et justement, de contrôler leur fécondité est désormais accusé, par le président de la Fédération internationale des associations de médecins catholiques, Pedro José Maria Simon Castellvi,  de provoquer en Occident une « pollution environnementale » responsable « de l’infertilité masculine (marquée par une baisse constante du nombre de spermatozoïdes chez l’homme) »

La pilule contraceptive « en relâchant des tonnes d’hormones dans la nature » à travers les urines des femmes qui la prennent, a, depuis des années, « des effets dévastateurs sur l’environnement » a écrit samedi le journal du Vatican, l’Osservatore Romano,.

De plus, insiste l’auteur de l’article qui n’y va pas avec le dos de la cuillère, la pilule «En ce soixantième anniversaire de la Déclaration des Droits de l’Homme, viole au moins cinq droits de l’homme importants : le droit à la vie, le droit à la santé, le droit à l’éducation, le droit à l’information et le droit à l’égalité entre les sexes ».
L’article, joliment intitulé  « L’Humanae Vitae, une prophétie scientifique », revient sur une encyclique  de juillet 1968 que Paul VI avait consacrée à la régulation des naissances et dans lequel il interdisait aux catholiques l’usage de la pilule et du préservatif.
Qualifiée de prophétique, cette vieillerie qui a favorisé l’expansion du sida dans les pays africains, est remise fièrement à l’ordre du jour et accuse la pilule de tous les maux.
Car, imaginez-vous que non contente de polluer gravement l’environnement, elle fonctionne comme un véritable abortif en empêchant un adorable petit embryon humain de faire son nid dans l’utérus.
« L’embryon, même dans ses premiers jours, est différent d’un ovule…et si rien ne l’en empêche, il finit, neuf mois plus tard par sortir du ventre maternel, prêt à dévorer des litres de lait » écrit Pedro José Maria Simon Castellvi, soucieux de tirer des larmes des yeux catholiques en jouant honteusement sur la corde sensible.

Je voudrais quant à moi faire à ces messieurs qui se mêlent de ce qui ne les regarde absolument pas, quelques remarques.

Tout d’abord, avancer comme argument « l’égalité des sexes »  pour justifier leur thèse est une ânerie. A moins, que faute de pratique, ce ne soit de l’ignorance. Figurez-vous, Messieurs les pontes cathos, que l’homme, lui, a toujours le choix de féconder, ou non, car à chaque fois qu’il baise il émet des spermatozoïdes. Pour la femme c’est plus compliqué et c’est toujours elle qui subit en premier les conséquences d’une grossesse non désirée. La deuxième victime est l’enfant qui arrive au monde alors que personne ne souhaite sa venue, ce qui n’est certes pas un bon départ dans la vie.

Ensuite, s’il est vrai que le taux de fertilité masculine diminue,  en tenir pour responsable les hormones relâchées par les urines de femmes prenant la pilule est quand même extrêmement réducteur au  regard, pour ne prendre que quelques exemples, de la pollution engendrée par les dioxydes de carbone, de soufre ou d’azote, les particules radioactives, les  produits chimiques, les pesticides et les insecticides dont on connait les effets.

Je retiens de tout ce fatras qu’une fois encore les femmes sont attaquées et que leurs droits sont remis en cause.

Préparons-nous à une nouvelle bagarre, cette cause là non plus ne doit pas être perdue, elle est essentielle.

Note: à lire, l’appel féministe européen, à signer, la pétition pour l’égalité des femmes en Europe

142 réflexions au sujet de « Pilule, le pape attaque »

  1. Le vatican pratique l’amalgame. Les résidus de médicaments présents dans les eaux usées ne sont pas traités correctement par les stations d’épuration, et on observe une féminisation des poissons mâles due aux résidus de pilules ou traitements de la ménopause.

    Il n’y a par contre pas eu d’étude (crois-je) sur la présence de ces hormones dans l’eau du robinet. Faut espérer que les usines à eau potable travaillent mieux.

    Souhaitons que les habituels délires sexistes de l’église catho restent lettre morte.

  2. @salut Kelcun

    ou plutôt considérer que chacun de nous abrite un dieu…tous égaux et personne pour décider à notre place, nulle divinité supérieure à qui rendre des comptes…

  3. Alors là,alors on ve va pas se laisser faire. On mais, je suis prête à descendre dans la rue, non mais. Merci mon amie Céleste d’attirer notre attention sur ce sujet.

    Je relaie ton billet sur mon blog, d’accord. Nous n’avons pas le choix.

  4. Mesdames, arrêtez de faire pipi partout!!!
    C’est toujours la faute de la femme,et je me demande pourquoi le clergé et surtout le pontiff portent des robes.

  5. de toute façon il n’a pas besoin de ça pour être bien classé.
    Et, sauf à se taire, ce qui serait tout aussi bien, son rôle de pape ne lui permet guère une autre position.
    Le problème est le public désarmé qui applique à la lettre, parce que mes dames catéchistes de mère, soeurs, nièces (hum elles ne le sont plus, mais bien croyantes agissantes etc… ce qui les regarde) font le tri et ne demandent pas l’avis de l’église sur la pillule ou même l’avortement en cas de nécessité, mais se fient à leur morale personnelle pour elles, et sans l’imposer aux autres, et je pense que c »est une attitude très répendue

  6. Je crois que ces messieurs n’ont pas remarqué que les femmes ont quelque peu avancé dans le droit à penser par ellesmêmes et … à disposer d’elles mêmes ;-))
    Merci à Fauvette qui m’a montré le chemin de ton blog

  7. @merci Fauvette pour le relais

    en Italie, il y a quelques mois, le pape a déjà appelé les pharmaciens a adopter le statut d’objecteur de conscience en refusant de vendre la pilule du lendemain.
    idem pour les gynécologues sollicités pour pratiquer une IVG, résultat aujourd’hui en Italie il est devenu très difficile de se procurer la pilule du lendemain et encore plus d’avorter.
    c’est grave

    @Teiwas
    oui, vraiment on se demande 🙂

    @brigetoun
    ce que tu écris est tout à fait exact…
    en Italie qui en a les moyens va avorter ailleurs, ni vu ni connu
    et on ne te pendra pas 🙂

    @Teb
    je crois surtout que cette émancipation leur déplait fortement et qu’ils entendent la combattre.
    merci à toi de ta visite

  8. Je crains que ce ne soit pas la seule attaque en ce moment. Les cléricaux, faute de porter tous la soutane s’en servent pour prendre le vent à rebours; la lutte contre l’avortement n’a jamais été aussi forte en Europe où elle devient un argument pour pousser l’Irlande à voter oui. Je ne suis pas étonné qu’ils remettent en cause la pilule, j’en suis par contre grandement choqué. Qu’ils se gardent la chasteté pour eux et nous laissent gérer notre fertilité comme nous l’entendons !

  9. @berlioz
    Merci de souligner que la lutte contre l’avortement a le vent en poupe, en Irlande bien sûr, mais aussi en Pologne.

    Cette attaque contre la pilule est choquante et inquiétante.
    Je la trouve particulièrement retorse car elle se positionne sur deux fronts essentiels: l’écologie, avec la baisse de la fertilité, et les droits de l’homme.

  10. @salut Agnès

    très intéressant le lien, donne plein de détails et d’infos.

    en ce qui concerne le stérilet je l’ai utilisé pendant des années, entre les enfants et après la dernière, jusqu’à une grossesse extra utérine, très très déplaisante..

    mais peut-être n’était-ce qu’un hasard…

    par la suite, j’ai adopté un truc génial, économique (environ 20 euros et il dure 3 ans), pratique, on le pose soi même en 2 secondes, transportable dans le sac à main en cas d’urgence : le diaphragme!
    Il a beaucoup de détracteurs mais je me demande si ce n’est pas parce qu’il ne fait gagner d’argent à personne, tout au moins ni aux firmes pharmaceutiques, ni aux pharmaciens, ni aux gynécos (contrairement au stérilet qui doit être posé).

    de toutes façons en ce qui concerne les femmes catholiques qui suivent les injonctions du pape, tintin pour la contraception.

    « Exclure la possibilité de donner la vie «au moyen d’une action visant à empêcher la procréation signifie nier la vérité intime de l’amour conjugal», avait déclaré le pape. »
    http://www.cyberpresse.ca/environnement/pollution/200901/03/01-814540-la-pilule-contraceptive-est-polluante-selon-le-vatican.php

  11. On pourrait tout aussi bien accuser le Vatican de pollutions nocturnes intempestives…mais étant donné l’age avancée de la clientèle ce serait qdm proche de la diffamation…

  12. Euh… S’il est vraiment écrit que la pilule fonctionne comme un abortif, c’est une connerie: la pilule empêche l’ovulation, point.
    C’est le DIU qui empêche la nidification d’un éventuel embryon. Donc, hélas, pour Monolecte, les catholiques devraient en avoir encore plus effroi.
    Enfin, pour ceux qui reconnaissent encore à l’Eglise le droit de régenter leurs affaires de lit, et ils sont quand même de moins en moins nombreux.

    Et puid, lobbying pour lobbying, celui du Pape risque quand même de se heurter à celui de l’industrie pharmaceutique, qui risque de tordre le nez à l’injonction d’abandonner un produit aussi rentable…

  13. @anita

    oui, c’est bien écrit: « Anche la pillola a basso dosaggio ormonale – si legge sull’Osservatore Romano – « funziona in molti casi con un effetto abortivo »

    Ils ne sont pas à une connerie près!

    « Et puid, lobbying pour lobbying, celui du Pape risque quand même de se heurter à celui de l’industrie pharmaceutique, qui risque de tordre le nez à l’injonction d’abandonner un produit aussi rentable… »

    C’est en effet probable, mais d’un autre côté, l’industrie pharmaceutique, on sait quoi en penser 🙁

  14. Ne culpabilisez pas trop mesdames, l’onanisme masculin rétablit l’équilibre avec vos rejets urinaires, surtout celui des prêtres à mon avis 😀

    Que ne faut-il pas écrire quand on veut débattre avec le Vatican…

  15. Je suis tout à fait d’accord avec tout le monde : les sorties sexistes du Vatican, de mauvaise fois au point de vouloir utiliser l’égalité des sexes, doivent être déchiffrées et combattues, même si personne n’aurai l’idée de les suivre. C’est au moins une bonne occasion de affuter ses arguments sur une vraie égalité et une réelle libre disposition de son corps. Et ça fait avancer le débat mine de rien.

  16. Bon, au vu du texte, puisqu’il semble viser les pilules de type progestatif, on va rajouter un peu de théorie : c’est vrai que le blocage de l’ovulation n’est pas de 100%. On compte alors aussi sur l’épaississement de la glaire pour stopper les spermatos, et en partie sur l’amincissement de l’endomètre pour empêcher la nidification.
    C’est donc un effet partiel, concernant, bof, allez 3% des pilules progestatives, elles-mêmes minoritaires.

    Donc, répondre aux militants cathos de bases: arrêtez de de fumer, prenez des oestro-progestatifs, et foutez la paix à ceux qui aiment assez les enfants pour ne pas vouloir en pondre à la chaîne…
    Concernant l’industrie pharmaceutique, on sait bien, effectivement, que quand un principe moral se heurte à la notion de profit, c’est le principe qui tombe malade. En l’occurrence, c’est plutôt une sauvegarde 😉

  17. @Stredansky

    « Personne n’aurait l’idée de les suivre »
    malheureusement en Italie si!
    comme je l’ai écrit plus haut dans le fil de com:
    en Italie, il y a quelques mois, le pape a déjà appelé les pharmaciens a adopter le statut d’objecteur de conscience en refusant de vendre la pilule du lendemain.
    idem pour les gynécologues sollicités pour pratiquer une IVG, résultat aujourd’hui en Italie il est devenu très difficile de se procurer la pilule du lendemain et encore plus d’avorter.

    @merci Anita pour ces précisons scientifiques, c’est bien la pilule de type progestatif qui est visée..
    l’autre, le pape lui a déjà réglé son compte il y a quelques mois…le bonhomme a de la suite dans les idées 🙁

  18. Je suis stupéfaite par ce que je viens de lire : la pilule dans l’urine des femmes, pollue ! Voilà une année qui commence sous les meilleurs auspices ou devrait-on dire « hospices » s’agissant des ténors de l’affaire ?

    A ce compte-là, c’est toute l’industrie pharmaceutique qui se répand, toutes urines confondues, dans les nappes phréatiques, Viagra compris !

  19. C’est moins répandu en France, peut-être, faudrait des chiffres qui comparent.

    Mais ici aussi des pharmacien-nes refusent de vendre la pilule du lendemain (parce que c’est possible, en vente libre sans ordonnance). Et les médecins hospitaliers invoquent aussi la « clause de conscience » pour ne pas pratiquer d’avortement (associé au fait que l’acte est peu payé ==> peu de médecins pratiquant ==> ça se complique dans beaucoup d’endroits)

  20. @Fajua

    « A ce compte-là, c’est toute l’industrie pharmaceutique qui se répand, toutes urines confondues, dans les nappes phréatiques, Viagra compris ! »
    imaginons tout ce qui va fièrement se redresser, se hausser du col, doubler de volume: les poireaux, les courgettes..sans parler des carottes.

    @Christine
    en France aussi?
    c’est pire que je croyais!

  21. Récemment, j’ai entendu (france)qu’ apparemment il y aurait une baise du nombre de spermato par ml de liquide séminal, et ça c’est une grand drame devant l’éternel, évidemment.
    Sauf que c’est corrélé à plein de pollutions diverses…mais celle qu’on met en avant c’est bien sûr la masse d’hormones de fiiiilles en circulation dans nos riantes rivières et pansus poissons.
    Evidemment.

    Mes infos sont floues comme vous le voyez: je ne retiens pas forcément ce genre de truc, d’abord parce que vu les millions de spermatos qu’on se reçoit dans les organes génitaux à chaque rapport ou qui se massent dans les capotes, franchement, 20% de moins c’est pas une cata pour la fécondité (dont on sait qu’elle est très bonne en france), ensuite parce que, de toute façon, un moment ou un autre, tous les maux de la terre, et surtout ceux qui choient sur le râble des zhoms, pauvres petits, sont la faute des femmes, c’est bien connu.
    Et je confirme ce que dit Christine: la régression est majeure depuis qqes années en france.
    La génération des toubibs impliqué-e-s dans la libération des femmes et la prise de pouvoir sur leur propre corps part en retraite, est remplacée par des jeunot-e-s qui ont exactement 2 h de cours sur la contraception/avortement et savent bien que l’acte est fort peu rémunéré.(sans compter l’éventuelle conscience…)

  22. @mebahel

    le taux de spermatozoïdes est effectivement en baisse en Europe (et peut-être dans le monde en général), j’avais creusé la question pour écrire un billet précédent.
    Ce sont plutôt les produits chimiques répandus sur les cultures qui sont en cause et que nous consommons à travers les aliments: PCB, DDT, retardateurs de flamme, phtalates, pesticides… ils agissent sur le système hormonal.

    La tactique du Vatican est claire: culpabiliser les femmes!
    Ce n’est pas nouveau, nous en souffrons depuis des siècles.
    Souvenons nous d’Eve le pécheresse chassée avec son Adam du paradis pour avoir goûté, ô horreur, au fruit de la connaissance, du savoir.

    Triste constat sur les jeunes médecins.
    Quand j’étais enfant je frémissais en lisant les ouvrages de Cronin, ces médecins courageux et humains, qui se dévouaient pour secourir les plus faibles…

    Les temps changent, le médecin le plus célèbre de France s’appelle Kouchner 🙁

  23. Sur le coup, ça m’avait semblé un peu radical.
    Mais finalement, celui qui a clamé « Le monde sera en paix le jour où on aura pendu le dernier général avec les tripes du dernier curé » n’avait peu^t-être aps QUE tort…

  24. Je me demande si ces âneries papales ne sont pas une bonne chose. Plus le bestiau est réactionnaire, plus il se retrouve en porte à faux avec la société, plus il se met lui-même sur la touche.
    Franchement, je crois qu’il ne prêche que pour les convaincus… les autres soit l’ignorent soit s’en éloignent un peu plus. Vu que l’église ne possède plus de moyen de pression sur la population pour appliquer concrètement ses lubies, elle se fourre le doigt dans l’oeil jusqu’à l’ovaire si elle croit en sortir grandie

  25. @Alex

    Tu as raison mais en Italie la chose est plus complexe, l’Etat et le Vatican sont étroitement liés et ce dernier ramène continuellement sa fraise dans les affaires du premier.
    Les Italiens sont globalement très catholiques.

  26. bon, il ne reste plus qu’à attendre la suite : des tonnes de préservatifs usagés dévastent les forêts d’hévéa et finissent en terrils pollueurs non dégradables…pour intimer aux ouailles de ne plus se protéger !

    ceci dit, évidement oui, le caoutchouc et les hormones rejetées , ça pollue ! mais bon, le pétrole pollue, ce n’est pas pour ça qu’on interdit aux ouailles de se chauffer, ni de de rouler, etc…

    MAIS, surtout, quand cesserons nous de donner du poids à ce que décrète un chef de file religieux ?? ça m’a toujours paru aberrant ! oui, celui-ci est écouté par les cathos, mais bon si les cathos veulent vivre en faisant obédience à leur grand patron , c’est leur problème
    écoute-t-on les injonctions des autres chefs de file des autres religions ? on se croirait en pays islamique ! il y a séparation de l’état et de l’église en France, pourquoi alors prête-t-on , fort complaisamment, porte voix au pape ?

  27. @Anne

    « il y a séparation de l’état et de l’église en France, pourquoi alors prête-t-on , fort complaisamment, porte voix au pape ? »
    en France, oui, mais pas en Italie!

    Et pire, l’Union européenne est de plus en plus complaisante face aux discours des religieux de tous poils.

    Il nous faut être vigilants.

  28. Effectivement, un prétexte de plus arrive à point nommé pour remettre en question la liberté et le plaisir des femmes. Rien trouvé de plus pratique que les religions qui empruntent des chemins écologiques (au-dessus de tout soupçon) pour ramener les brebis égarées ;-))

  29. Feraient mieux de balayer devant leur porte au lieu d’essayer de nous ramener au moyen-âge. N’importe quoi pour essayer de reprendre tout le pouvoir. Je ne vois pas la différence entre les talibans et ces gens là. Le même intégrisme, le même obscurantisme, le même désir de domination à n’importe quel prix, la même frustration, la même violence morale, les mêmes méthodes.
    A quand la burquah, la lapidation et les bûchers ?

    Et les prêtres violeurs de nonnes ou d’enfants alors, ça pollue pas gravement ?
    http://www.lexpress.fr/informations/pretres-violeurs-des-religieuses-accusent_642705.html
    http://aivi.org/modules.php?op=modload&name=Reviews&file=index&req=showcontent&id=1958

  30. @marcel

    sorry, votre com était resté coincé à cause des liens.

    retour vers l’obscurantisme, peu étonnant en période de crise et la pression va certainement s’accentuer

  31. « Qualifiée de prophétique, cette vieillerie qui a favorisé l’expansion du sida dans les pays africains, »

    JE TROUVE EXCESSIF DE DONNER TANT D’IMPORTANCE AU PAPE ET DIRE QUE CES PAR SA FAUTE QUE LE SIDA CES RÉPANDU PLUS FACILEMENT EN AFRIQUE.

    DE UN : EN 1968 LE PAPE ÉTAIT DÉJÀ MOINS ÉCOUTé ET CECI MÊME EN AFRIQUE

    DE DEUX: LA PLUPART DES AFRICAINS NE SONT PAS CATHOLIQUE MAIS PROTESTANT CHER L’ERREUR DANS VOTRE RAISONNEMENT…

    Mais ces vrais que il y a une sale odeur en ce moment au Vatican faut pas se voila la face…

    Amicalement.

  32. @elsoufi

    je ne dis pas que le sida s’est répandu « à cause du pape, » mais que sa position anti préservatif a « favorisé » son expansion auprès des populations catholiques, qui sont quand même nombreuses en Afrique.

    En ne mettant pas en garde les populations, en interdisant la contraception aux fidèles.

    Mais si vous êtes sûr que le pape n’était pas écouté dans les années 70/80, tant mieux!

  33. C’est bien le même pape qui a des accointances avec l’OPUS DEI, cette secte catholico politique qui a fourni la fine fleur de l’extrême droite latino américaine ?

  34. Alex dit « Plus le bestiau est réactionnaire, plus il se retrouve en porte à faux avec la société, plus il se met lui-même sur la touche. »
    Justement, je crois à l’inverse que depuis qqes années nous assistons à un retour du religieux particulièrement faisandé et réac:
    une foi basique qui donne des limites afin de ne pas s’interroger sur ses propres émotions (dont la peur de la mort) et de ne pas avoir à s’en construire soi même par un effort de reflexion, et qui permet de projeter sur le ou la voisin-e tout ce qui fait l’objet du déni en soi, en général des désirs et fantasmes qui obligeraient à travailler su soi (déni/projection le couple infantile habituel) .
    Comme le groupe social ‘femme’ est tout trouvé pour porter, depuis des siècles, tous les maux de la création selon les pères des églises des religions du salut, on est mal, les filles.
    Et notamment en Italie comme l’explique bien Céleste.

    Enfin l’Opus Dei et ses séides sont en train de démolir l’école publique et laïque en france, je ne sais aps si vous êtes au courant – sinon, voir là http://sauvons-lecole.over-blog.com/article-25877329.html
    Bon, excusez moi de squatter les comms.

  35. Voui, entre autres, le SIDA s’est répandu parce que le Pape a dit qu’il fallait mettre le préservatif à l’Index.

    Et s’il y a un endroit où ça ne sert à rien, c’est bien là…

    (bon après, j’arrête!)

  36. Je sais que c’est pas très pratique, mais je recommande aux lectrices qui prennent la pilule d’aller pisser dans les bénitiers des églises, histoire de ne pas déverser des hormones dans la nature.

  37. Le triste, c’est que vu leur mode de reproduction, il n’y a même pas d’espoir dans la stérilisation de masse des curés …
    🙂

    @Gracchus : mouarf !

  38. Je confirme que le DIU est très préférable à la pilule. Beaucoup moins coûteux (mais ça déplaît aux labos bien sûr) effets secondaires beaucoup moins importants, et contrairement à la pilule c’est un de ses avantages de se faire oublier.

    Beaucoup de choses fausses ont été racontées sur lui, son usage en France est très (trop) restreint. Mais je pense que Martin Winckler en parle beaucoup mieux que moi.

    Quant au pape… effectivement, qu’il se mêle de ce qui le regarde, le ventre des femmes ne lui appartient pas. On aimerait, sur la pollution, l’avoir entendu lorsque les USA arrosaient de dioxine le Vietnam (stérilités, malformations, cancers et c’est pas fini) ou que nos incinérateurs d’ordures arrosaient tout la campagne française avec les mêmes résultats (et c’est pas fini), ou que l’amiante empoisonnait les ouvriers de l’amiante, et c’est pas fini, elle empoisonne aujourd’hui les ouvriers vietnamiens et tout la campagne où je viens de voyager refait ses toits en fibro-ciment.

  39. @jardin/ juste un petit mot ; tous les fibro-ciments ne contiennent pas de l’amiante…on peut d’ailleurs en acheter en France…c’est juste qu’à première vue c’est la même chose.
    Et le pape n’est pas contre…enfin je sais pas…

  40. @jardin
    les papes ont l’indignation sélective…mal couramment répandu d’ailleurs!

    @Dom
    merci de la précision technique!
    il est vrai que maintenant on a tendance à se méfier de tout!

  41. C’est magnifique, tout le monde est d’accord!
    Donc on va pouvoir continuer à b… à tord et à travers, s’empoisonner avec des hormones, enrichir les firmes pharmaceutiques et si des enfants naissent tout de même et bien on aura qu’à les tuer puisque c’est légal!
    Houra et vive le politiquement correct!

  42. Céleste, pour le coup (c’est le cas de le dire) je ne vous trouve pas très perspicace ! « Baiser à tort et à travers » (surtout à tort, d’ailleurs) c’est baiser avec un abruti de l’envergure de notre ami Joe.

  43. @gracchus

    je me demande quand même quelle vilaine pensée se cache sous « tort » et « travers »

    pour moi il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises façon de baiser.

    les abrutis au lit comme ailleurs je fais en sorte de les éviter 🙂

  44. Vu le degré de frustration du com #56, pas vraiment sûr que son auteur « b… à tord(!) et à travers ».

    Ca ne vaut même pas une réponse.

  45. Ca me fait penser à une chanson de Jean Ferrat :

    Quant un abbé de Cour
    poussait une bergère
    sur des chemins tremblants d’ardente déraison
    la belle ne savait pas
    quand elle se laissait faire
    qu’ils condamnaient l’usage de la contraception
    le Sabre et le Goupillon

  46. Petite note strictement factuelle à l’intention de « Joe » :

    Contrairement à ce qu’on vous a fait croire le meurtre de nouveaux-nés est toujours illégal (même si on peut regretter que Mme votre mère l’ait su).

    Si d’aventure la justice vous reprochait pareil forfait, le meilleur moyen de défense serait probablement de plaider l’irresponsabilité pour débilité mentale. Vous ne devriez pas avoir trop de mal à y faire croire.

  47. Ah oui, l’euthanasie n’est pas encore légalisée!
    Bon, c’est pas grave, on les tuera AVANT la naissance: c’est remboursé par la sécu! Nous sommes propriétaires de nos corps (enfin là c’est pas notre corps mais bon…)

  48. @joe

    c’est bon, on avait déjà compris mais là vous enfoncez le clou, c’est pourquoi je vous demande, courtoisement, de bien vouloir aller développer vos thèses, ailleurs!

  49. Compte tenu des antécédents du pape actuel…je le vois assez mal donner dans le « droit à la vie » ou autre ineptie.
    Il eut fallu qu’il y réfléchisse il y a quelques décennies !

  50. Mon plaidoyer pour le « dispositif intra-utérin » si mal nommé « stérilet », c’est aussi parce que je suis consciente des effets secondaires sur les femmes et sur la nature du déversement de tant d’hormones dans nos cours d’eau. N’oublions pourtant pas qu’il y a cinq ans environ, nous étions censées, nous les femmes, nous bourrer d’hormones EGALEMENT après la ménopause pendant une trentaine d’années. Et que l’étude américaine qui nous en a dissuadées, les labos ont tenté désespérément de la disqualifier. La poule aux oeufs d’or…

  51. j’ai déjà lu je ne sais plus où qu’effectivement les rivières étaient « contaminées  » par les résidus de médicaments, (pillule comprise), évacués par la pisse humaine. Y rien d’illogique, oui?
    Quant au pape, ne pas lui demander ce qu’il ne peut pas par définition donner, il est bon aussi d’avoir de bons gros re(pères), il parait que notre société moderne en manque et que c’est grave pour les enfants soumis à la seule loi des marchands.. Bon tapez aussi sur les rabbins et les immams please.
    Quant à l’église il est vrai qu’elle aurait pu se réveiller avant pour la pollution, mais elle a institué récemment un nouveau péché justement celui de « pollution »

  52. @bobo

    « Bon tapez aussi sur les rabbins et les immams please. »

    ne vous faites pas de souci pour ça, je le fais quand j’en ai l’occasion.

    je suis athée et aucune religion ne trouve grâce à mes yeux.

  53. Salut les filles!

    « ce moyen de contraception, répandu dans le monde entier et dont l’utilisation a changé la vie des femmes… »

    Ce moyen de contraception a aussi change la vie des hommes et meme des couples! On peut maintenant aller jusqu’au bout sans devoir se finir sur le dos de sa partenaire…

    Enfin les filles, juste pour vous dire que dans vos combats que nombre d’hommes partagent (quoi de mieux que d’avoir des relations sexuelles sans les enmerdements lies a la descendance…), cessez d’opposer hommes et femmes. Opposez plutot conservateur et progessistes. Demandez par exemple a Christine Boutin et a Olivier Besancenot ce qu’ils pensent de la contraception et de l’avortement… Vous verrez que la nature reponse tient plus de la sensibilite politique que du sexe…

  54. #70 « un nouveau péché justement celui de “pollution” »

    Ahem … La « pollution » est le nom anciennement donné à la masturbation. Un nouveau péché vraiment ? 🙂

    Quant au pape, inutile en effet d’attendre de lui ce qu’il ne peut donner, et encore moins qu’il conteste la place de la femme là où dieu l’a évidemment mise de toute éternité :

    A la maison, c.à.d. à la cuisine, la lingerie ou au lit, et naturellement sous la domination (bienveillante et protectrice) de l’homme (le vrai).

  55. Pauvre monde…qui n’écoute que lui:

    (quoi de mieux que d’avoir des relations sexuelles sans les enmerdements lies a la descendance…)

  56. Pas besoin de pilule : « Ah si Marie avait connu l’avortement, nous n’aurions pas tous ces emmerdements ! » (slogan utilisé une paire de fois par nous contre SOS Tout-petits et consorts)

  57. Le pape a très certainement voulu être prudent vis à vis des pollutions organiques liées à l’absorption de chimie en vue d’une contraception. Il ne faut pas y voire une régression idéologique mais au contraire une implication dans les préoccupations actuelles, environnementales, sanitaires, écologiques. A part les crétins, nous nous entendons tous sur le fait qu’une bonne contraception est bien meilleure à un avortement (l’église fait plus que de partager cet avis, elle le défend). Ce que l’église dit c’est que toutes les contraception ne se valent pas. Si la contraception peut épargner le corps de la femme, c’est elle qu’il faut préconiser. L’église ne veut pas apporter des solutions contraceptives (elle en est incapable), elle veut simplement poser des questions, nous faire réfléchir et rappeler des principes moraux cardinaux. En matière de principes moraux, si la descendance se décide à deux etant le fait d’un homme et d’une femme, la non descendance (contraception, avortement dans certaines extrémités) doit également être décidé et partagé. Ainsi, la décision incombe aussi à l’homme, il doit être maître de son corps, conscient que son éjaculation peut engendrer (le préservatif et le retrait non jamais été condamné par l’église, seul la promotion ou l’apologie du premier au détriment de la fidélité, l’a été). De la même façon, l’église (qui s’occupe, il est bon de le rappeler, principalement de nos âmes) dénonce la charge morale que les femmes sont obligées de supporter seules lors de la décision d’une IVG. Si on sort des débats idéologiques (s’agit-il d’un être vivant ou d’une tumeur, d’un crime ou d’un confort, d’un déterminisme sociale ou d’un choix personnel), il reste la question du conditionnement individuel imposé à la femme. Il est évident qu’on ne fait pas des bébés tout(e) seul(e), pourquoi doit décider seul de ne pas en faire ?

  58. Tiens, tiens, célestin!

    Je t’ai répondu par anticipation au commentaire 52. C’est trop farce de voir le pape se servir de l’écologie comme d’un appât, pour ramener au bout de sa ligne, divine surprise, la godasse éculée du refus de toute liberté aux femmes (et aux hommes par la même occasion, mais c’est bien sûr la haine des femmes qui l’anime).

    Et tu es fort mal renseigné sur la religion: le retrait et le préservatif sont bel et bien interdits par l’église à ses fidèles (ok), et elle fait pression pour empêcher que ce soit utilisé par les autres (de quoi je me mêle!).

    Ma mère s’était même vu interdire la méthode Ogino (!!!) par son confesseur.

    Par ailleurs, décider seul(e) ou en couple d’avoir ou pas des enfants ne regarde que les couples et non-couples, et certainement pas le pape.

  59. Et ton raisonnement sur les décisions à prendre en couple est très bizarre. Il vaut mieux bien sûr décider à deux de faire un enfant, mais il SUFFIT qu’un des deux ne soit pas d’accord pour ne pas le faire. Et beaucoup de choses fonctionnent comme ça.

  60. bonsoir à tous,

    J’ai cherché les textes sur la contraception et sur plein d’autre choses mais je n’ai rien trouvé sur l’interdiction de toutes les méthodes contraceptives quelles qu’elles soient. Mais je peux me tromper, si c’est le cas, ça me parait en effet une position dure à tenir. Sur les décisions liées à l’IVG, j’ai en revanche quelques témoignages d’hommes à qui ont a fait des bébés dans le dos et d’autres qui se sont séparés de femmes qui, à leur insu, prenait la pilule (pas de témoignage sur l’IVG). On ne peut donc pas parler de décisions prisent en couple et c’est bien ça le drame, le choix qui reste est toujours celui de la femme. Je ne crois pas (excepté dans l’absolu) que la décision d’avoir des enfants, de les faire et de les élever est la seule décision du couple car si c’était le cas à quoi sert (par exemple) d’entreprendre une politique familiale ? Si la politique s’occupe de la fécondité, je me demande bien en quoi la spiritualité doit en être écartée !

  61. @celestin

    Je ne suis pas sûr d’avoir compris. Lorsque tu dis :

    « Je ne crois pas … que la décision d’avoir des enfants … est la seule décision du couple »

    Veux-tu dire que la décision d’avoir ou non des enfants ne relève pas de la seule décision du couple concerné ?

  62. @célestin

    je ne sais pas si ça vient de moi mais je trouve confus.

    « On ne peut donc pas parler de décisions prisent en couple et c’est bien ça le drame, le choix qui reste est toujours celui de la femme. »

    Moi par contre, je vais être très claire, si la naissance d’un enfant est la suite belle et sereine de la décision d’un couple, tant mieux!

    sinon, la décision revient à la femme et à elle seule.
    c’est dans son ventre que l’embryon va grandir, elle le nourrira de son sang, elle souffrira pour le mettre au monde, elle lui donnera son lait!
    Si le père est présent et qu’elle en est heureuse, tant mieux!
    Sinon, tant pis.
    L’homme n’est parfois qu’un distributeur de sperme, c’est ainsi et pour moi c’est très bien!

    Je déteste ces fadaises d’enfants dans le dos et de pilule prise en secret.

    Oui, notre corps nous appartient!

  63. @merci Dom 🙂

    en plus c’est le fameux « Humanae Vitae » dont je parle dans l’article, celui qui vient d’être exhumé et remis au goût du jour.

    baci!

  64. Tu peux oui…tu te rends compte toutes les conneries qu’il faut se taper…bon j’ai un peu lu en diagonale…Paul 6 c’est pas mon trop mon truc. 🙂

  65. Juste en passant, un petit commentaire pour vous dire que je suis tombé par hasard sur ce blog et fais partie de l’ultra minorité (en France, mais la majorité dans le monde) qui n’est pas d’accord avec vous.
    Je ne reviendrai pas lire les réponses donc vous pourrez à loisir détruire mes arguments mais j’ai quelques réflexions à vous proposer :
    1) Dire qu’une femme a le droit de faire/ne pas faire un enfant sans tenir compte de l’avis de l’homme est d’un égoisme absolu. La nature a fait en sorte que pour faire un enfant il faut être deux. Vouloir changer cette règle revient à dire que la femme est supérieure à l’homme, ce qui est une anerie digne du bas moyen-age (sauf que la des gens pensaient l’inverse).
    2) En dehors des avis sur la morale et le Pape, il semble logique que le chef d’une religion donne son avis à ceux qui croient qu’il est le représentant de Dieu. Libre à vous de ne pas l’écouter, mais enfin essayez de vous mettre à la place d’un croyant et vous verrez que sa position est très logique. Il s’agit d’une conséquence du débat philosophique entre les objectivistes (il existe une realité venue d’en haut – la plupart des religions sont de ce coté) et les subjectivistes (« la vérité, c’est qu’il n’y en a pas »). Je comprend que si on pose le paradigme du subjectiviste alors vous avez raison. Faites l’effort aussi de comprendre que dans le système philosophique objectiviste, le pape a raison.

    3) de toute façon au final les croyants comme nous se reproduiront bien plus que vous et ne feront moins d’enfants que lorsqu’ils auront gagné la guerre démographique (on est pas fous non plus on veut pas avoir 50 milliards d’habitants sur terre !). C’est bête mais au moins je me dis que plus les gens sont égoistes, moins ils ont d’enfants, donc ca fait une sélection naturelle.
    sur ce, j’ai passé trop de temps et espère que ma contribution mesurée vous montrera qu’il y a des cathos intelligents, qui croient par choix philosophique et non parce qu’ils obéissent betement à quelqu’un
    Bonne soirée

  66. Merci à tous pour les citations, mais veuillez rester courtois. Je remercie Céleste pour les espaces de discutions qu’elle et d’autre nous offrent et qui permettent à chacun de débattre en exposant ses opinions.
    Voici en résumé ce que l’on peut lire dans Documentation catholique (N° 2363, 3 décembre 2006) :
    « Il faut s’opposer à la sexualité individualiste, considérée comme masturbatoire par de nombreux psychanalystes en ce qu’il n’appelle l’autre corps qu’à la manière mécanique de frottement et de projection affective. Il faut, en revanche, éviter le danger bien réel de voir rejeter en bloc l’idéal du mariage chrétien en raison des contradictions des règles édictées par l’Eglise en matière de relations conjugales. »
    Cela appel donc un commentaire sur la portée prophétique et symbolique d’Humanae Vitae, le contenu radical de ce texte n’est là que pour contrebalancer l’orientation non moins radicale des pratiques relationnelles des sociétés modernes.
    Pour vous donner le fond de ma pensée (plus je vous lis, plus je vous apprécie ;-)) certains débats (IVG, nationalisme, communautarisme, immigration, spéculation financière, etc…) ne devraient pas être laissé entre les seules mains de minorités radicales ça fausse les opinions et ça pourrit le débat.

  67. Mais c’est quoi ces conneries?Que les cathos fassent ce qu’ils veulent de leur sexualité…a vrai dire je ne veux même pas en entendre parler. C’est quand même incroyable ça
    « manière mécanique de frottement »…faut vraiment étre tordu pour inventer des formules pareilles…
    Je prèfère encore Raël dans la famille  » je vous embrouille » Au moins je connais ses motivations: Les courses de bagnoles.

  68. Tout à fait d’accord avec Thomas.
    Je voulais juste rajouter que l’on imagine pas un catholique commettant un meurtre qui en faisant son forfait s’abstiendrait de piquer le portefeuille de la victime sous prétexte que le vol est interdit!

    Or les athés imaginent un catholique ayant une relation sexuelle hors mariage…mais qui au dernier moment refuserait le préservatif parceque le Pape l’interdit!
    Ce catholique là n’existe tout simplement pas, c’est un fantasme.
    Le Pape et le catholicisme n’ont aucune responsabilité dans le sida, et le simple respect de cette morale catho que certains haïssent tellement aurait déjà depuis longtemps stopé la maladie.

  69. #92 « Ce catholique là n’existe tout simplement pas, c’est un fantasme. »

    En France certainement. En Afrique il en va très différemment et la responsabilité de l’église dans la propagation du sida dans ce continent est immense et le discours de beaucoup d’évêques africains est irresponsable, sinon criminel tout simplement.

    Réciter le contraire tel un mantra n’y change rien, et révèle un aveuglement volontaire ou pire.

  70. Je vais plussoyer Céleste:
    « Dire qu’une femme a le droit de faire/ne pas faire un enfant sans tenir compte de l’avis de l’homme est d’un égoisme absolu.  »
    Non: c’est son corps à elle qui va se taper 9 mois de grossesse, l’accouchement, et l’allaitement qui suit éventuellement.
    Sans compter que l’intendance autour de l’élevage etc, dans nos sociétés et culturellement dévolu aux femmes.
    Donc, même si dans l’absolu, effectivement, c’est au couple de s’engager dans la parentalité, in fine la décision lui revient- à elle.
    Tout le reste c’est de l’argumentaire masculiniste.

    En ce qui concerne le pipi-hormoné-femelle, de toute façon, il me semble bien qu’une fois consommé dans l’alimentation, les hormones en question sont transformées et donc inactivées par le corps- à confirmer … en revanche les vrais polluants sont bien actifs, eux.

  71. @réponse à Célestin, Thomas et Judith/Joe (si vous pouviez vous contenter d’une seule identité ce serait plus franc de votre part d’autant que la supercherie est facile à découvrir!)

    Tout d’abord je ne condamne absolument pas les croyants.

    Je fais une nette différence entre qui a la foi et les religions.
    J’abhorre ces dernières mais considère que la foi appartient à chacun, elle est du domaine de l’intime.
    Vivre n’est pas facile et chacun peut trouver en lui-même ou ailleurs un moyen de donner un sens à sa vie.

    En ce qui me concerne avoir conscience d’appartenir la chaîne de l’humanité, elle-même liée à la nature, à la planète et à l’univers me convient.

    Je ne ressens ni le besoin ni le désir d’obéir à un dieu et encore moins à des élucubrations écrites il y a des siècles par des illuminés prétendant transcrire sa parole.
    Idem pour leurs représentants terriens.

    Si encore tous les humains croyaient dans une même divinité et pratiquaient le même culte!
    Je continuerais à trouver cela bizarre (pour être aimable), mais au moins une énorme et odieuse quantité de massacres seraient et auraient été évités.

    Ce genre de discours:
    « Il faut s’opposer à la sexualité individualiste, considérée comme masturbatoire par de nombreux psychanalystes en ce qu’il n’appelle l’autre corps qu’à la manière mécanique de frottement et de projection affective. Il faut, en revanche, éviter le danger bien réel de voir rejeter en bloc l’idéal du mariage chrétien en raison des contradictions des règles édictées par l’Eglise en matière de relations conjugales.”

    me hérisse le poil.

    Savez-vous à quel point il est bon de faire l’amour?
    De s’oublier en baisant?
    De se fondre dans l’orgasme partagé?

    La jouissance sexuelle n’isole pas, elle est l’expression de la vie, du don de soi même.
    Elle est source d’énergie, de création, de beauté.
    Et non pas un simple acte de reproduction de l’espèce.

    Une autre civilisation par le passé l’avait bien compris, qui ne torturait pas les amants adultères mais leur élevait des temples:

    http://www.celestissima.org/khajuraho-les-temples/

    La philosophie occidentale n’est pas la seule au monde, il existe d’autres points de vue.

  72. @Ti_cyrano

    « #92 “Ce catholique là n’existe tout simplement pas, c’est un fantasme.”

    En France certainement. En Afrique il en va très différemment et la responsabilité de l’église dans la propagation du sida dans ce continent est immense et le discours de beaucoup d’évêques africains est irresponsable, sinon criminel tout simplement. »

    Absolument!

    @mebahel

    « Tout le reste c’est de l’argumentaire masculiniste. »
    indécrottables sur l’argument!

  73. Les africains souffrent autant du sida dans les pays musulmans (comme le Sénégal) ou animistes, sans aucune histoire de préservatif interdit!
    Et je ne crois pas que les « libérés sexuels » qui « s’oublient en baisant » soient particulièrement à l’abris de cette maladie en Afrique ou ailleurs; je crois même qu’on les appelle « population à risque ».
    C’est une attaque gratuite.

  74. #97

    C’est bien ce que je craignais. On n’est plus dans l’aveuglement volontaire mais dans le « pire ». Comme ces discours d’évêques prétendant que le préservatif favorise (!) l’infection. Au nom de leur morale, aucune infamie n’est à proscrire si cela peut favoriser leur cause, forcément divine.

    Ces dénis sont ignobles et cela clôt l’échange en ce qui me concerne.

  75. J’ai beau cherché l’argument rationnel chez ti_cyrano, ce qui peut bien être ignoble (oui ou non les non chrétiens en Afrique sont-ils autant touchés par le sida?), la référence (quel discour d’évêque?), je ne trouve que l’invective et l’échapée.

  76. @Judith

    « Et je ne crois pas que les “libérés sexuels” qui “s’oublient en baisant” soient particulièrement à l’abris de cette maladie en Afrique ou ailleurs; je crois même qu’on les appelle “population à risque”. »

    Que de mépris dans cette phrase où vous manipulez les mots qui vous choquent avec des pincettes.
    Mais qu’imaginez-vous? Que la liberté sexuelle est licencieuse? Qu’elle est le fait d’écervelés qui n’ont pas l’idée d’utiliser des préservatifs?

    Dans quel étroit monde vivez-vous?

    Je ne crois pas que nous trouverons un terrain d’entente, vous repartirez de cet espace rivée à vos convictions et les miennes n’auront pas bougé d’un iota.

  77. @Judith
    « chercher pardon »

    Chercher le pardon, voilà bien la hantise des chrétiens…

    Ce pardon infantilisant qu’accorde un être que l’on pense supérieur.

    Je ne crois pas plus au pardon qu’à l’espoir, je crois à la conscience de chacun et à sa foi dans l’humanité.

  78. « Je ne crois pas plus au pardon qu’à l’espoir, »
    Et c’est moi qui vit dans « un étroit monde »?

    Je ne ressens ni n’exprime aucun mépris, je me demande juste pourquoi ne pas répondre sur LE FOND?

    Oui ou non les non chrétiens en Afrique sont-ils autant touchés par le sida que les chrétiens?
    Car si la réponse est oui,
    « la responsabilité de l’église dans la propagation du sida dans ce continent est immense  » est un mensonge énorme qui ne respecte pas « la conscience de chacun ».

  79. @Judith

    please, allez chipoter ailleurs!

    vos mesquineries sur le nombre de malades atteint du sida sont sordides.

    que voulez-vous me faire dire?
    que les autres religions sont pires?

    je n’en aime aucune et je maintiens, les évêques africains se sont opposés au port du préservatif.
    s’ils avaient eu la moindre amitié pour leurs ouailles, la moindre compassion, ils auraient dû les distribuer à la sortie de la messe!
    et expliquer que leur utilisation les protégerait de la mort.

    Et oui, le pardon et l’espoir sont étroits.
    ils limitent, ils contraignent, ils appellent la soumission, ils sont opposés à la liberté.

    Judith vous perdez votre temps, je ne vous répondrai plus, j’ai mieux à faire.

  80. @Celeste

    amha tu te méprends au sujet de ce squatteur malsain qui ne cherche pas tant un débat qu’une tribune, et dont la seule frontière sera de ne pas tomber dans l’invective afin de ne pas se faire bannir.

    Ces arguties, ergotages, confusions volontaires et sophismes me rappellent les méthodes de Faurisson se réclamant des valeurs de ses adversaires et notamment du respect à “la conscience de chacun”.

    Evidemment l’OMS et les ONG ont pour priorité absolue de faire des enquêtes statistiques fiables sur la religion des malades et aucun rapport inter-confessionnel ne saurait avoir lieu.

    C’est d’autant plus ignoble que la majorité des femmes africaines n’a pas le choix d’un rapport protégé si l’homme ne le veut pas, quelle que soit sa confession.

    Mais bon c’est toi qui vois 🙂

  81. @ti_cyrano

    c’est vu:-)

    mais je laisse toujours la porte ouverte à la discussion, je n’y mets fin que lorsque celle-ci me semble définitivement sans issue.

    ce qui est le cas actuellement avec Judith

  82. Céleste, je voulais juste vous faire dire qu’absolument rien n’indique que les catholiques (africains ou pas) étaient plus touchés par le sida que les autres, avec ou sans religion, ce qui démonte toute l’attaque ridicule contre l’Eglise sur sa sois-disante responsabilité dans cette affaire.
    Il en va de de la religion d’une personne sur six dans le monde, on est loin du chipotage.

    « arguties, ergotages, confusions volontaires et sophismes  » Pas d’illustrations surtout, que de la calomnie.

  83. @Judith/ Gonflante! Ca vous va? Et j’aime autant vous dire que moi la courtoisie c’est pas mon truc…
    Vous avez peut-etre un site, un blog? On pourrait alors porter le débat sur vos pages? C’est étonnant ça que tout ceux qui attaquent ici avec leur rabachage sectaire ne laissent pas de lien vers leurs sites…C’est pas très règlo de profiter d’un espace de liberté offert sans rien offrir de son coté…
    Ca veut dire quoi de toute façon les « catholiques africains » quand on sait les baptêmes à la louche de ces « bons pères blancs » des colonies…
    Enfin…y a rien à faire pour vous…squateuse! 🙂

  84. Donc, si on comprend bien, si le sida se propage et si les « catholiques n’étaient pas plus touchés par le sida » que les autres, le phénomène serait de facto dû aux autres religions – dont évidemment, la religion musulmane, dont l’ombre plane dans ce raisonnement peu scientifique et dont je doute que vous ayez une réponse vous-même, sauf à vous appuyer sur des chiffres qui ne prouvent rien, sauf votre subjectivité fanatique.
    Et que donc, dans ce cas, l’église catho serait totalement exonérée de son rôle dévastateur, les autres ayant « plus » à se reprocher.
    La réalité est bien plus complexe que ce raisonnement simpliste.
    D’abord, si 1 milliard de personnes dans le monde est de religion catholique (décompte des « baptisés »), tous ne pratiquent pas la religion à la lettre (on se demande d’ailleurs pourquoi il cause, le pape ), tous ne sont même plus « catholiques » à l’âge adulte, basculant dans le stupre et l’orgie de l’athéisme ou la méfiance vis-à-vis de l’Eglise, et enfin, un certain nombre ont, heureusement, eu parallèlement une éducation sexuelle qui contrebalance les diktats du pape et de sa clique de bonshommes qui s’acharnent à asservir les femmes et prôner l’abstinence et le célibat, pour les autres. Evidemment.
    Que l’on soit catho en France, où seule une infime minorité suit le dogme, ou bien dans un pays pauvre où la religion est omniprésente, faute de se raccrocher à quelque chose d’autre sur terre, la chanson est loin d’être la même.
    Savez-vous seulement que dans la France très catholique et romaine d’autrefois, les femmes étaient moins fécondes que leurs homologues européennes?
    Eh bien, la raison en est d’abord, que la France était plus riche en matière de ressources, donc, les gens plus prospères d’une certaine façon, et que les femmes pratiquaient une forme de contraception.
    Donc, la défiance vis-à-vis des diktats du pape ne date pas d’hier.
    C’est la raison pour laquelle les religions s’implantent bien plus volontiers dans les régions pauvres, sous quelque forme que ce soit.
    D’autre part, en Afrique, il y a, parallèlement, le poids ancestral de traditions qui, tout comme la religion, imposent aux femmes un carcan, parfois même pire.
    Quant aux religions, si elles ne sont pas majoritaires, elles savent très bien s’imposer dans les endroits où les femmes sont le plus vulnérables.
    En particulier grâce aux ONG.
    A Calcutta, par exemple, Mère Thérésa, non seulement imposait aux femmes très pauvres de vivre dans des conditions sordides, mais leur interdisait toute contraception, a fortiori l’avortement.
    Un enfant étant un « don de Dieu », n’est-ce pas »? Même si on n’a pas de quoi leur donner à manger, ni le faire vivre décemment.
    C’est là tout le paradoxe de la « charité chrétienne »: préférer la solution la plus inhumaine pour les femmes et leurs enfants, les punir à vie et leur promettre en échange un paradis hypothétique après la mort. Ce qui leur fera une belle jambe, reconnaisons-le.

    Pour revenir au sida en Afrique, savez-vous que le président Bush, grand bigot devant l’éternel, outre le fait qu’il a décidé d’aller exterminer les infidèles au nom de son dieu à lui, avait conditionné les crédits alloués aux ONG (en Afrique, en particulier) pour la lutte contre le sida à la promotion exclusive de l’abstinence et de la fidélité, supprimant substantiellement les aides pour la distribution de préservatifs, interdisant toute publicité pour les cliniques d’avortement et exigeant l’occultation tous les problèmes inhérents à la prostitution.
    Pas nombreux, pourtant, mais sur le terrain, ces gens-là aussi!
    A répandre le mal et à favoriser la propagation de maladies, alors que les seuls interlocuteurs extérieurs sont ces ONG.
    Alors, oui, la religion catholique n’est pas pire que les autres, mais elle n’est certainement pas « mieux », elle sert comme les autres à assujettir les populations, et en particulier les femmes, de façon à ce qu’elles ne se rebellent point contre l’ordre établi. Celui des bourgeois qui vont le dimanche à la messe et qui s’accaparent le reste du temps les ressources et des biens qui devraient être équitablement répartis.
    On le voit, les catholiques ou les autres ne sont probablement pas « plus touchés » par le sida (même si les statistiques doivent sérieusement manquer pour démontrer ce phénomène, complètement occulté dans le cadre de la propagation du sida), mais les religions, quelles qu’elles soient, s’investissent bien davantage dans la promotion de leur dogme que dans le bonheur des populations. A part quelques êtres exceptionnels, qui, curieusement, sont marginalisés!
    Et puis, arrêtez de pleurnicher sur les « femmes et les enfants en Palestine et en Israël » qui subissent cette guerre.
    Toute cette charité chrétienne et cette bigoterie sont insupportables et particulièrement indécentes à un moment où des gens sont piégés dans un espace étroit et sans issue et qu’on leur tire dessus comme des lapins.
    Et encore, la chasse a ses règles.

    Céleste, vu la longueur (et encore, je me suis restreinte 😉 ) j’aurais aussi bien fait d’en faire un billet sur mon blog! 😀

  85. « Donc, si on comprend bien, si le sida se propage et si les “catholiques n’étaient pas plus touchés par le sida” que les autres, le phénomène serait de facto dû aux autres religions – dont évidemment, la religion musulmane, dont l’ombre plane dans ce raisonnement »
    Non pas du tout!
    Le phénomène n’a aucun rapport avec quelque religion que ce soit, et certainement pas avec l’Islam qui ne conseille pas particulierement les relations hors mariage.

    Vous avez raison pour le décompte du milliard de chrétiens.

    « Celui des bourgeois qui vont le dimanche à la messe « , moi qui vais à la Messe, je vous assure que l’on ne rencontre pas beaucoup de bourgeois; depuis 50 ans, ils ne font même plus semblant de croire. Ils ne connaissent que la religion de l’argent et l’assument.

    Je n’ai pas la moindre sympathie pour Bush ou ses massacres.

    Même si ça vous gêne, je suis certainement d’accord avec vous sur ce qui se passe en ce moment, c’est inutile de me chercher querelle sur ce sujet!

  86. @Dom

    « C’est étonnant ça que tout ceux qui attaquent ici avec leur rabachage sectaire ne laissent pas de lien vers leurs sites…C’est pas très règlo de profiter d’un espace de liberté offert sans rien offrir de son coté… »

    Bien vu!

    @emcee

    bravo et merci pour ce com qui remet bien les choses en place et que je partage entièrement.

    @Judith

    Vous voulez la paix au Moyen Orient, moi aussi, nous aussi.
    Mais je ne suis pas aveugle pour autant et je continuerai à dénoncer ceux qui massacrent.

  87. « Je voulais juste rajouter que l’on imagine pas un catholique commettant un meurtre qui en faisant son forfait s’abstiendrait de piquer le portefeuille de la victime sous prétexte que le vol est interdit! ».

    Penda

  88. @ Judith, 92:

    « Je voulais juste rajouter que l’on imagine pas un catholique commettant un meurtre qui en faisant son forfait s’abstiendrait de piquer le portefeuille de la victime sous prétexte que le vol est interdit! ».

    Pendant la guerre d’Algérie, de jeunes chrétiens sont partis avec comme viatique par leurs aumôniers la mise en garde pressante de « ne pas perdre leur pureté », entendez « ne pas coucher ». Quand ils se sont trouvés confrontés à la torture, et aux meurtres qui suivaient sous forme de « corvée de bois », les mêmes aumôniers leur ont servi un galimatias hypocrite.

    On trouvait, il y a quelques années, en pleine page centrale du Monde, le témoignage de Jean Faure, à l’époque Maire d’Autrans (38) et Sénateur je crois, qui, bien que ne prenant aucune distance envers cette criminelle hypocrisie, ne laissait guère de doute: pour ces gens-là, le « péché de chair » est plus grave que la torture et le meurtre.

  89. Rien ne justifie la torture. Jamais.
    Ces jeunes chrétiens et leurs aumoniers sont à condamner évidemment. Sans hésitation mais avec beaucoup de peine pour les victimes d’abord puis pour eux.
    Pour moi, leur condition de chrétien est une circonstance aggravante.

    « La torture qui use de violence physique ou morale pour arracher des
    aveux, pour châtier des coupables, effrayer des opposants,
    satisfaire la haine est contraire au respect de la personne et
    de la dignité humaine  »
    Extrait de la doctrine catholique.

  90. Judith, vous avez raison sur les cathos en France, quand je parlais du « bourgeois », c’était une image. Et cela ne concernait pas la France contemporaine où les églises sont pratiquement désertées, et où les « traditionnalistes » commencent à s’installer confortablement dans la place, chassant les modérés.
    Pour ce qui est de la phrase: « les femmes et les enfants en Israël et en Palestine », ce qui m’a mise hors de moi, c’est que vous mettez en parallèle les deux groupes, comme si leur situation était comparable!
    Si les femmes de Sderot ont peut-être une vie très inconfortable (puisqu’elles doivent se réfugier dans les abris de leurs maisons), il n’en reste pas moins qu’elles sont loin de vivre un carnage sans aucun secours extérieur.
    Les roquettes, d’autre part, ont une portée de 40 kms, ce qui signifie que toutes les femmes d’Israël ne sont pas à la merci de bombardements et que, comme toutes les femmes, elles ont peut-être des dangers plus imminents qui rôdent autour d’elle.
    Les tirs de roquettes ont fait depuis le 27 décembre, 4/6 morts (des adultes) et quelques dizaines de blessés – et 27/30 morts en tout depuis 8 ans. Les assassinats de droit commun s’élèvent à plus de 300 par an.
    Et je ne parle pas des femmes battues qui meurent sans doute, comme ailleurs, sous les coups de leurs compagnons.
    Ni des accidents de la route et autres accidents domestique.
    Côté Palestine, depuis le 27, plus de 800 morts et plus de 2000 blessés, dont beaucoup ont été mutilés et ne reçoivent pas de soins appropriés, faute de structures, faute de médicaments, et parce qu’on tire sur tout ce qui bouge, dont les ambulances et les ambulanciers!
    Depuis le 27, près de 300 enfants sont morts, d’autres seront marqués à vie par les horreurs dont ils ont été les témoins.
    Il faudrait savoir raison garder.
    Quant à la torture, si « dieu est amour », ce n’est pas le cas de tous les bigots qui s’en réclament.
    Là encore, les statistiques manquent, certes, mais pour ne citer qu’un ou deux exemples, le président des US, bigot s’il en est, a signé sans sourciller l’utilisation de la torture, à l’étranger et sur son territoire.
    Tony Blair, catholique convaincu, puisque converti de fraîche date, prône la destruction des tunnels entre Gaza et l’Egypte, seule issue possible pour les Gazouis, faits commes des rats, d’atteindre l’extérieur pour aller chercher quelque pitance ou des médicaments.
    Etc.

  91. Cioran a dit : « Il faut toujours se mettre du côté de l’opprimé sans jamais oublier qu’il est pétri de la même boue que l’oppresseur. »
    Il est clair que je ne mets pas dans « le même sac » l’oppresseur et l’opprimé. Chaque victime a droit à la même compassion , mais il y a disproportion scandaleuse entre les faits d’une armée d’occupation et ceux de résistants.(je ne suis pas la rédactrice de la pétition)

    J’ai horreur de ceux qui se cachent derriere une religion pour commetre leurs forfaits. Je ne suis dans le coeur de personne, mais j’ai du mal à croire à la foi de quelqu’un qui tue et ordonne de tuer.
    Au XXème siècle, les humains ont démontré qu’ils n’avaient vraiment pas besoin de religion pour se massacrer.
    Le B.BA du chrétien, c’est l’imitation de Jésus.
    Même si pour les non croyants, ce n’est pas le même que pour moi, qui peut croire qu’aujourd’hui Jésus serait du côté de Blair ou de Bush?

  92. @/ Judith Le sujet du post n’était-il pas la contraception et plus précisément « la pilule »…Question qui ne s’est pas posée pour la mère de ce Jésus…Pour ce que je connais de l’histoire, qui d’ailleurs ne m’intéresse pas plus que ça…En admettant que ce personnage ait eu une existence si miraculeuse que ça…je dis bien en admettant (pour vous faire plaisir quoi) …je ne sais de quel coté il se positionnerait …des créationnistes ?

  93. Oui Dom, le post a bifurqué quelque part!
    Tant pis pour votre attaque…
    Toutefois,si un jour ça vous intéressait, Flavius Josephe, Pline le Jeune, Suétone ou Tacite (sans parler du Talmud) tous antichrétiens et un tout petit peu plus proches de lui que nous, mentionnent son existence dans leurs ouvrages.
    Et à mon avis, Jésus serait du côté du plus faible. Toujours.
    En admettant qu’il existe….Vous avez raison, ça me fait plaisir!

  94. Bonjour à tous, je suis très étonnée de la violence des commentaires des uns et des autres sur l’avis rendu par la confédération des médecins catholiques à propos de la pilule. Pourquoi autant de mépris devant des conclusions qui reposent sur des recherches scientifiques? Est-ce que, si cet avis avait été rendu par tout autre organisme de santé, vous auriez réagi de la même façon? C’est ma première question, d’autant plus que cet avis est partagé par des chercheurs sans étiquette religieuse. Ou bien est-ce la peur qu’il y ait une once de vérité dans ce discours à contre-courant? Je suis tout à fait respectueuse des choix de milliers de femmes dépourvues d’autres solutions que d’ingurgiter des hormones pour contrôler leur fécondité, mais je reste persuadée que les femmes les plus militantes seraient bien soulagées de trouver une autre solution « plus naturelle » et aussi « plus contrôlée » (car comment parler de contrôle quand on ne sait pas exactement les conséquences de ce traitement sur notre corps et notre environnement? soyons honnête, c’est un contrôle tout relatif!) Quant à la liberté de la femme, essayons d’être objectifs: nous ne pouvons être parfaitement libres quand nous faisons des choix en toute ignorance des conséquences (par ailleurs, entre mettre un « bout de plastique » et prendre des hormones, qui prend le plus de risques dans tout ça? Est-ce cela l’égalité des sexes?) La liberté n’est pas de faire ce qu’on veut quand on veut sans en assumer les conséquences. Au contraire, pour moi être vraiment libre c’est faire des choix en assumant les conséquences, en se responsabilisant. Supprimer la conséquence (la grossesse) n’est-ce pas déresponsabiliser les gens? La grossesse n’est pas une maladie, et qui a prouvé qu’un enfant non planifié sera forcément condamné à être malheureux? Que fait-on de l’accouchement sous X qui permet à l’enfant de vivre et de trouver une famille qui désire l’accueillir (quand on sait le nombre de couples désespérés qui galèrent pour adopter). Enfin, je suis convaincue que la femme sera vraiment libre le jour où l’on aura approfondi notre connaissance de son fonctionnement sexuel et que l’on sera capable de déterminer avec exactitude ses périodes fécondes et infécondes (pourquoi aucun labo ne s’intéresse à ce genre de recherche? c’est par ce qu’il ne veut pas perdre les milliards d’euros que la pilule lui rapporte!), et qu’elle ne sera plus obligée de se soumettre à un produit pour compenser son ignorance de son cycle et de sa fécondité. Maîtriser sa fécondité, c’est d’abord la connaître, et je ne suis pas sûre que les jeunes ados élevées à la pilule soient très au courant de leur propre cycle. J’aurai bien d’autres choses à ajouter à ce sujet, mais le temps me manque. Bref, ceci est mon avis personnel, j’espère être respectée dans mon opinion comme je le fais pour vous. Il n’y a que le dialogue qui fait avancer les uns et les autres, non?

  95. @007 : « je suis très étonnée de la violence des commentaires des uns et des autres sur l’avis rendu par la confédération des médecins catholiques à propos de la pilule. »

    Moi, ce qui me gêne au premier chef, c’est l’existence même d’une « confédération des médecins catholiques », s’agissant d’un côté d’une science supposée basée sur des faits scientifiques, et de l’autre côté d’un ensemble de croyance basées sur tout sauf des faits scientifiques. On voit mal le rapport entre les deux termes. Surtout sachant que le deuxième, « catholique » peut avoir un fort impact sur les résultats rendus par le premier terme « médecins », en particulier quand il est question de tout sujet ayant de près ou de loin affaire à la reproduction ou à la sexualité. Et encore davantage quand ressort de cet organisme un avis supposé avoir une influence sur les pratiques sexuelles et médicales de la société dans son ensemble.

    Confédération des médecins catholiques parlant de pilule = Usual Suspects, voilà tout 😉

    Maintenant, une confédération des dentistes juifs, des pédicures taoistes ou des kinésithérapeutes musulmans me semblerait tout aussi inappropriée, bien que moins « usual suspecte » en matière de pilule, pour le coup.

  96. @00007…Ou anonyme c’est tout pareil.
    Alors l’anonyme parle aux « sous X »
    Tu sais ce qu’ils te disent les enfants sous X et les enfants « placés »!!!

    Dis moi donc dans quel sens tu voudrais voir avancer le débat??? Parce que là je le sens très très mal engagé.
    Je perds mon temps là c’est certain.

    « Supprimer la conséquence (la grossesse) n’est-ce pas déresponsabiliser les gens?  »

    Et l’irumation ?
    (à vos wiki… 🙂

  97. @007

    Je partage entièrement l’opinion de Swâmi et celle de Dom

    Je souhaite d’abord qu’une commission de scientifiques « neutre » se prononce et livre une étude objective.

    Ensuite on verra.

    L’église et la science ne font pas bon ménage.

    Quant aux naissances sous X et autres « placements » , je ne partage pas du tout mais alors pas du tout votre avis.

    Quand j’enseignais à l’école primaire, j’ai très souvent eu comme élèves des enfants « placés » (je déteste ce mot) dans des familles d’accueil de la DASS, et dans la quasi totalité des cas (à part quelques superbes exceptions) je suis arrivée à la même désespérante conclusion, les familles d’accueil n’ont qu’une motivation: les sous que rapportent ces enfants!

    Je pourrais aussi parler de ces mères qui sont contraintes à abandonner un bébé à peine sorti de leur ventre, de ces enfants qui parfois passent leur vie entière à retrouver leurs parents biologiques…que de souffrances…

    Votre discours est habile et bien huilé, vous parlez de liberté, de féminisme, d’éducation mais c’est au service d’une cause obscurantiste qui vise à priver les femmes d’un droit essentiel, celui de pouvoir décider de l’opportunité, ou non, de donner la vie.

  98. Je suis désolée Dom mais mon « 007 » est-il vraiment plus anonyme que ton pseudo? Si je te donne mon prénom cela va-t-il faire avancer la discussion?…..
    Quant au débat, effectivement il ne peut être que très mal engagé quant l’un des interlocuteurs refuse la différence de point de vue, ou plus subtilement, rejette le discours de l’autre en l’étiquettant « obscurantiste »: voilà des attitudes qui risquent de clore définitivement le dialogue. Je crains que ce genre de procédé soit plus « obscurantiste » que mes propres idées, ceci dans une république qui soutient les valeurs de respect, de liberté d’expression et j’en passe.
    J

  99. 007, Dom, jardin, bobo… Quel est le pseudo le plus anonyme? 🙂 Je ne pense pas qu’en te donnant mon prénom, Dom, cela fera avancer la discussion…

    De toute façon, je sens que quoique je dise désormais, si mon discours est déjà étiquetté « obscurantiste », j’imagine que je suis déjà condamnée à vos yeux… Ce procédé d’étiquettage pour discréditer les idées de l’autre me prouve simplement qu’en fait, vous ne souhaitez pas de discussion avec les gens ayant des avis différents, ce qui est très dommageable pour vous, sur un espace ouvert aux commentaires…

    Je prendrai la peine de répondre aux points soulevés dans vos réponses, mais comme je ne suis pas maso, je vous laisserai par la suite débattre entre vous de vos idées, ce qui n’ira pas très loin puisqu’il n’y aura plus matière à débat… Bonne chance 🙂

    Premièrement à propos du commentaire de Swâmi:

    « Moi, ce qui me gêne au premier chef, c’est l’existence même d’une “confédération des médecins catholiques”, s’agissant d’un côté d’une science supposée basée sur des faits scientifiques, et de l’autre côté d’un ensemble de croyance basées sur tout sauf des faits scientifiques. »

    J’aimerai qu’on s’interroge sur ce vieux débat entre science et religion (on va prendre l’exemple du catholicisme): crois-tu qu’il est possible d’agir en science d’une manière parfaitement scientifique, sans que nos croyances influent? D’autant plus que, surtout dans le domaine de la bioéthique, on est obligé de définir une éthique, une morale, pour trancher des questions qui vont bien au-delà de simples équations scientifiques (clônage, …). Par ailleurs, un scientifique athée a autant de croyances qu’un catholique, puisqu’il CROIT qu’il n’y a pas de Dieu, ceci est bien une croyance puisqu’indémontrable… Donc vois-tu Swâmi, si tu interdisais à quiconque ayant des croyances d’exercer la science, tu pourrais toujours courir pour trouver un seul scientifique valable… La seule différence pour la « confédération des médecins catholiques » c’est qu’ils ne dissimulent pas leurs convictions, ce qui est contraire à une attitude « obscurantiste » qui chercherait plutôt à les dissimuler. Comme ils se positionnent clairement en tant que catholiques, cela te permet de te positionner tout aussi clairement face à leur discours (tu connais leur éthique, donc ce n’est pas suspect:-)). Les résultats sur lesquels ils s’appuient sont scientifiques, par contre les interprétations qu’ils tireront de ces résultats seront à l’image de leur éthique.
    Bref, je vais essayer de faire plus court pour la suite!

    Quant à ton commentaire Dom, qui n’est au passage pas un argumentaire, tu me dis: « Tu sais ce qu’ils te disent les enfants sous X et les enfants “placés”!!! »
    Eh bien, dis-le moi. Je vais leur poser une seule question: « dîtes-moi les enfants, vous préféreriez être morts ou vivants? » Comment peux-tu répondre à une telle question? Et surtout comment des hommes décident-ils de répondre à cette question A LEUR place? Parce que c’est en fait ce qui se passe: « non toi mon pauvre petit, il ne vaut mieux pas que tu vois le jour, car toutes les conditions pour que tu sois heureux ne sont pas réunies. Donc tu es forcément condamné au malheur, mieux vaut t’avorter. » A ce même sujet, Céleste, tu rapportes ton expérience des enfants placés que tu as connus dans l’enseignement. Il se trouve que je suis également dans cette branche et que j’ai aussi eu affaire à des enfants « placés », mais je ne suis pas sûre que l’on parle des mêmes enfants. En effet, la plupart des enfants placés ne sont pas des enfants nés sous X mais des enfants dont les parents ne peuvent pas ou plus assumer la charge (pour différentes raisons) et ceci est une situation radicalement différente! Moi je parlais des enfants nés sous X adoptés par des familles et non placés en familles d’accueil.
    Céleste tu ajoutes: « ces enfants qui parfois passent leur vie entière à retrouver leurs parents biologiques »: en fait je me demande si tu croies en l’adoption?? Qui peut dire qu’un enfant adopté sera forcément malheureux???? Et ces couples stériles qui attendent désespérement un enfant, ils ne souffrent pas, eux? Et l’avortement, à ton avis, cela n’est-il pas source de souffrance pour la femme??? Crois-tu qu’il n’y ait aucune conséquence à un tel acte??? Alors entre une mère contrainte d’abandonner un enfant à la naissance et une mère contrainte de tuer l’enfant dans son propre ventre, j’imagine qu’il va être difficile de trancher pour toi…… (si évidemment tu as suffisamment d’honnêteté pour reconnaître qu’il s’agit bien d’un meurtre, ce qui peut être prouvé scientifiquement, mais que les « bons scientifiques très neutres » ne préfèrent pas souligner…)
    Enfin, tant d’hypocrisie et tant de négation de la souffrance de la femme contrainte à cet acte…

    A propos de ta dernière remarque: « priver les femmes d’un droit essentiel, celui de pouvoir décider de l’opportunité, ou non, de donner la vie. »: il ne s’agit même plus de décider de donner la vie ou pas, car la vie étant déjà là, dans son ventre: il s’agit simplement de décider de donner LA VIE OU LA MORT. Alors si tu penses que chacun a le droit de vie ou de mort sur l’autre, ouvrons les prisons, et viva la liberta !

    Merci de votre attention, je vous souhaite bonne route pour la suite…

  100. @Christine 🙂
    Tu as parfaitement qualifié le discours de 007: catho intégriste.

    @007
    vous faites erreur, vous êtes bel et bien anonyme puisque, contrairement à Jardin, Dom ou Christine, votre pseudo ne renvoie à aucun blog (ou site).

    Et comme personne ne vous connais,vous entrez dans la catégorie « troll ».

    Je vais néanmoins apporter une dernière précision au débat.

    vous écrivez:
    « Alors entre une mère contrainte d’abandonner un enfant à la naissance et une mère contrainte de tuer l’enfant dans son propre ventre, j’imagine qu’il va être difficile de trancher pour toi »

    Dans ma jeunesse, me trouvant enceinte sans l’avoir désiré et à un moment de ma vie où il m’aurait été très difficile de mettre au monde un enfant, j’ai avorté.

    J’ai eu très mal, physiquement et j’ai été triste. Mais, comme la douleur physique, la tristesse s’est vite dissipée.
    Si par contre j’avais fait le choix d’un accouchement sous X pour ensuite me séparer définitivement de mon bébé, (ou si on m’avait imposé de le faire) je sais que jamais je n’aurais trouvé le repos. Cet abandon serait resté une épine dans ma chair, un regret insurmontable et aurait provoqué une tristesse infinie .

  101. @2007. Bon moi j’ai mon nom en « clair » sur mon blog.
    Pas de bol car si il y en a un ici concerné par le placement hein! Mais seulement tu ne prends même pas le temps de suivre les liens. Tu saurais tout ce que je pense de la fabuleuse histoire de l’adoption…Moi perso j’en ai rien à foutre des gens qui ne peuvent pas avoir d’enfant et qui se pointent à la dass avec leur petit dossier bien ficelé:
    – Regardez comme on est des gens bien…Vous en n’avez pas un pour nous?
    Je pourrais t’écrire …et t’écrire…que jamais ne tombera ma colère.
    Le chiant dans l’histoire c’est qu’il faut passer sa vie à dire merci…
    Et tu arrives là avec ton pseudo d’agent secret donneuse de leçon.T’as rien à nous offrir James Bond. Rien…

    @Céleste …Tu sais bien que des fois j’ai du mal à me tenir…:) C’est fini je dis plus rien:) Enfin …je vais essayer.

  102. « Mais, comme la douleur physique, la tristesse s’est vite dissipée. »
    Ce n’est pas de vous dont il s’agit, mais de l’enfant tué.

    Faites un blog d’athées intégristes, et ne faites pas semblant de vouloir dialoguer: les intolérants, c’est vous!

  103. Eh bien, on pleure sur des embryons « morts », en conseillant aux mères qui ne peuvent pas assumer leur bébé de le refiler à un couple en mal d’enfant.
    Ça s’appelle comment, ça? Mère porteuse?
    Avec ce que cela implique d’horreur et de déchirement pour un enfant qui vient de naître et pour la mère qui l’a porté, comme on garde un « colis » qui ne nous est pas destiné.
    Et puis ces couples qui veulent absolument un enfant « à eux », quelles sont leurs motivations?
    Si c’était pour le bien d’un enfant, il y en a des tas « en circulation » qui aimeraient bien qu’on s’occupe d’eux, qu’on donne de leur temps pour leur faire faire des devoirs ou les emmener de temps en temps en promenade voir la mer (justement parce que leur mère n’a ni les moyens de le faire, ni le temps) sans qu’il soit besoin de les déraciner, sans prendre le dessus sur les parents et leur donner des leçons de morale.

    Par solidarité, et pas par charité. Pour aider la mère et l’enfant. Pas pour se les approprier.

    Alors, si on aime les enfants, préoccupons-nous des enfants des autres, moins bien lotis, et de leurs parents, plutôt que d’exiger que d’autres enfants non désirés naissent dans des foyers dans le désarroi et finissent immatriculés dans des institutions ou ballotés d’une famille d’accueil à l’autre.
    Institutions qui, qu’elles soient laïques ou religieuses, ne sont pas là pour apporter l’essentiel à l’enfant. L’amour et l’attention.

    Quant aux enfants placés, ils sont souvent placés dans des familles modestes qui y voient un (maigre) complément financier et/ou des bras supplémentaires.
    Par définition, ils ne seront jamais intégrés à la famille, puisqu’on peut les leur retirer à tout moment.
    Est-ce une vie pour un enfant?
    Ah, évidemment, si on leur demande s’ils préfèrent « être morts ou vivants »! Quelle malhonnêteté!

    Quant à annoncer parallèlement que les femmes doivent cesser de prendre la pilule parce que c’est mauvais pour leur santé et donc de « croître et se multiplier », c’est honteux.
    Les médecins, si plein d’empathie vis-à-vis des femmes, devraient pousser à ce que les recherches sur la contraception évitent ces écueils, justement, plutôt que de dire: « Arrêtez tout, c’est pas bon! ».

    A Calcutta, la « sainte » qui s’occupait des femmes dans la misère leur interdisait toute forme de contraception et les faisait vivre dans des lieux sordides (c’était bon pour émouvoir le bourgeois du monde entier qui envoyait des dons en conséquence).
    Et c’est ainsi que se perpétue le cycle infernal de la pauvreté et du malheur: pour montrer au monde entier comme on est charitable et bon.

    « Faites un blog d’athées intégristes , blablabla … »: Commencez par faire le vôtre!
    Quant au dialogue, c’est vous qui venez vous interposer avec des conceptions auxquelles il est clair que celle qui le tient (et nombre de ses lecteurs) n’adhère pas.
    Alors, souffrez donc d’y trouver la contradiction à vos propos, au lieu de hurler à l’ostracisme.

  104. Tiens, le promoteur de génocide envaticané vient de remettre ça au Cameroun (cf Le Monde) :

     »
    Le pape Benoît XVI, qui entame, mardi 17 mars, au Cameroun, son premier voyage en Afrique, a d’emblée abordé le grave problème du sida qui frappe durement ce continent, en campant sur la position de l’Eglise catholique contre l’usage du préservatif.

    « Au contraire [leur] utilisation aggrave le problème », a-t-il ajouté.

    Le Vatican est opposé à toute forme de contraception autre que l’abstinence (totale ou temporaire) et réprouve l’usage du préservatif, même pour des motifs prophylactiques (prévention de maladies).
     »

    Aussi écœurant que les arguties hypocrites de certains posts précédents qui couinaient que non, c’était pas vrai, l’Eglise n’avait jamais voulu dire ça. Mais plutôt l’infection et la mort que l’hérésie.

    Fumiers ! Et ça réhabilite les négationistes. Et ça rejette les victimes de viol. Et ça vient pleurnicher à la tolérance, au respect, au droit à la différence et même au droit à la vie. Tout ce que précisément il refusent aux « hérétiques » quand il sont en position de force.

    Ce qui ne les empêchera évidemment pas de rejouer la victimisation, leur meilleur rôle. Ils me font penser à « Mars Attacks », quand les aliens massacrent en criant « Ne fuyez pas ! Nous sommes vos amis ! »

  105. « promoteur de génocide »?
    L’avortement cause plus de mort que le sida qui ne se transmet que par des rapports de personnes ne tenant aucun compte de ce que peut bien dire ou ne pas dire l’Eglise.

  106. Yep, l’avortement interdit cause de nombreux décès de femmes. Comme il en causait en France avant la dépénalisation.
    Mais les décès de femmes, ça compte pas vraiment pour les culs serrés cathos intégristes, hein ?

  107. Félicitation OO7, tu as bien montré (clairement) avec tes arguments que la pillule ce n’est pas la solution. Bon courage, face à des gens qui ne veulent pas dialoguer. Je suis fier de vous.

    PS : ton nom c’est ce qui est écrit dans ton coeur et dans ton esprit, ne fais pas attention à eux

  108. @Dom, emcee, Ti_cyrano, Chrsitine ,Yelrah

    Total accord 🙂

    @Joe et Tony

    et bien voilà, comme vous n’avez pas manqué de le constater nous ne sommes pas d’accord!

    Je vous l’avais déjà signalé, mais il semblerait que vous soyez têtus.

    Mon aptitude à lire des âneries ou des horreurs a des limites et elles sont désormais atteintes.

    Je viens d’apercevoir le pape, son jupon flottant au vent africain, déclarer, comme l’a écrit Ti_cyrano, que « le préservatif avait aggravé la situation du sida en Afrique… »

    en ce qui me concerne, lutter contre l’utilisation du préservatif relève de la connerie, de la cruauté, du mépris de la souffrance humaine et de la vie d’autrui

    Alors votre pape, vous le gardez, vous vous mettez ses interdictions où vous voulez mais le plus profondément possible afin que nous n’en entendions plus parler sur ce blog!

    Inutile de revenir.
    Si votre but est de ramener à la religion les ouailles bêlantes égarées, vous faites fausse route en intervenant ici.

    Sur-ce, mesdames et messieurs les culs bénits, bonsoir!

  109. Les convictions personnelles des catholiques et de chacun devraient être respectées et le message du Pape, prônant la fidélité et le respect, pourrait être utile dans l’effort de prévention du sida, si l’usage du préservatif n’était pas condamné. L’Église catholique est impliquée dans de nombreuses initiatives de travail et de service social, incluant les soins prodigués aux personnes atteintes du sida. Cependant, l’affirmation du Pape selon laquelle la distribution de préservatifs ne représenterait pas un moyen efficace dans la prévention du sida ne s’appuie pas sur la recherche scientifique. Il s’agit là d’une contre-vérité qui aurait des conséquences mortelles, si elle provoquait une diminution de l’usage du préservatif.

  110. Vous avez tous raison. Il faut une loie sur l’avortement, très bien, elle existe. Mais n’oubliez pas l’esprit de la lois : la dépénalisation. A l’époque les femmes (et hommes) avortant(e)s étaient condamné(e)s (éxécutrices ou bénéficiaires). Le pape prône dans la fidélité, la fin d’une libéralisation des moeurs chers à certains mais contraire au principe cardinaux de l’église et du Christ. En effet, le Christ fut le premier à reconnaitre la liberté totale de la femme face à sa sexualité (« que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre… ») et à mettre l’homme face à ses devoirs (« ce que Dieu à uni, nul ne le désuni… »).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *